Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Simone Balossino

Le pont qui ne dansait pas rond…

Notre troisième publication, éditée par les Editions Universitaires d’Avignon sort actuellement en librairie et s’intitule Scénographies Numériques du Patrimoine. Pour l’occasion, nous interrogeons un historien qui a lui aussi participé à un projet de scénographie numérique du patrimoine : la reconstitution numérique du Pont d’Avignon. L’objectif à l’initiative de ce projet était en effet d’offrir la possibilité de « re-visiter un site patrimonial de première importance pour comprendre, faire comprendre et rétablir virtuellement le lien entre les deux rives » (voir la présentation du projet ici). Nous revenons donc sur ce projet avec Simone Balossino, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université d’Avignon, chercheur au CIHAM1

  1. Simone Balossino, Maître de conférences en histoire médiévale à Avignon Université, est spécialiste d’histoire politique et urbaine ainsi que de l’histoire de la Provence entre les XIIe et XVe siècles. Il a notamment publié « I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli XII e XIII« , Italia communale e signorile, 7, Roma, Viella, 2015 ; avec R. Rao (dir.), « Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée », Storie di Paesaggi Medievali 3, 2020. []
Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Sophie Madeleine

L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…

Comme nous tentons de l’analyser à travers ce carnet, le contexte médiatique contemporain influence considérablement les activités communicationnelles des sphères historiques, archéologiques et plus globalement patrimoniales. Celles-ci se doivent désormais de diffuser le plus largement possible leurs découvertes pour justifier les investissements économiques effectués par les pouvoirs publics mais aussi pour sauvegarder un patrimoine sans cesse en péril. Sciences historiques et patrimoine semblent se confondre dans l’esprit des publics comme des politiques à l’ère du « tout patrimoine« . Cette confusion est régulièrement renforcée par les discours des médias et autres industries culturelles qui créent une événementialisation des discours scientifiques : Semaine de la Science, Week-end de l’Archéologie ou Journées du Patrimoine convoquent chercheurs et experts venant exposer les avancées des recherches historiques ou expliquer le patrimoine. Dans ces conditions, des réseaux d’acteurs se mettent en place afin de répondre aux exigences de la science mais aussi d’occuper le terrain des médias en répondant à leurs besoins d’images. C’est dans le cadre de ces réflexions que nous souhaitons aujourd’hui donner la parole à Sophie Madeleine, docteur en Études anciennes, ingénieur de recherche à l’Université de Caen et fortement impliquée dans la restitution de la Rome du IVe siècle menée par l’équipe « Plan de Rome« .