Catégories
Audrey Tuaillon Demésy Les dialogues de "Com'en Histoire"

L’histoire mise en vie ou l’apprentissage “par corps”…

En cette période où l’année universitaire arrive à sa fin, nous repartons, avec ce nouveau Dialogue, du côté de l’histoire vivante et de la reconstitution historique tant prisée durant la période estivale, avec une nouvelle discussion engagée avec Audrey Tuaillon Demésy, docteure en sociologie et Maître de Conférences en STAPS à l’Université de Franche-Comté (laboratoire C3S, EA 4660). Sa thèse soutenue en 2011 portait sur l’histoire vivante médiévale et ses travaux de recherche actuels portent sur les activités de loisirs dites “alternatives” (telles que la reconstitution historique, le quidditch, les concerts punk, etc.). Elle est responsable du programme ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), qui cherche à délimiter la notion d’imaginaire pour mieux comprendre le fonctionnement de ces loisirs “non traditionnels”. Ce dialogue nous permet de revenir sur les différentes façons d’interpréter et  de vivre l’histoire au quotidien, à partir de pratiques aujourd’hui largement partagées. Le regard socio-anthropologique d’Audrey Tuaillon Demésy donne à voir une histoire incarnée par des gestes et des techniques, fortement ancrée dans le contemporain. 

Catégories
L'atelier des médiations de "Com'en Histoire" Sébastien Balestrieri

Le patrimoine en pierre sèche en Provence. Enjeux de la patrimonialisation d’un savoir-faire.

Ce nouvel article s’inscrit, comme le précédent billet de Muriel Molinier sur l’inclusion dans les musées, dans la rubrique L’atelier des médiations de ce carnet, rubrique dont l’objectif est de permettre à de jeunes chercheurs et chercheuses de présenter leurs travaux. Sébastien Balestrieri livre ici une synthèse de l’enquête menée tout au long de son mémoire de recherche réalisé dans le cadre master Culture et Communication, parcours Médiations, Musées, Patrimoines de l’université d’Avignon. Entrepris entre 2018 et 2020 sous la direction de Julie Deramond, ce travail avait pour objectif de proposer une réflexion globale sur le patrimoine culturel immatériel à travers une étude de cas sur le patrimoine en pierre sèche en Provence, inscrit très récemment sur les listes du patrimoine mondial immatériel de l’humanité par l’Unesco, en favorisant une approche communicationnelle. Ce mémoire s’appuie pour cela sur une enquête de terrain menée auprès de différents acteurs de ce patrimoine et les constats effectués font largement échos à la dernière publication collective de l’équipe Com’en Histoire qui a récemment dirigé un numéro de la revue Communication & langages intitulé “Le patrimoine culturel immatériel en pratiques. Ecritures, médiations et appropriations”. Retour sur les réflexions soulevées par cette étude…

Catégories
L'atelier des médiations de "Com'en Histoire" Muriel Molinier

Ma thèse sur l’inclusion dans les musées résumée en facile à lire et à comprendre

Logo "facile à lire et à comprendre". Une personne lit un livre avec un pouce levé sur la couverture.

Le facile à lire et à comprendre ou FALC

Le FALC est une méthode d’écriture simple
associée à des images.

En 2009,
l’association UNAPEI écrit un document
sur les règles du FALC.
Logo de l'Unapei. 2 personnes schématisées en vert et vert clair sont côte à côte
Son titre est :
L’information pour tous :
règles européennes pour une information
facile à lire et à comprendre.

On peut trouver ce document sur internet
en cliquant sur l’image.
Je suis chercheuse en muséologie.
La muséologie est l’étude des musées.
Je suis chercheuse car j’ai écrit une thèse.

Une thèse est un long travail de lecture,
d’observation et d’écriture.
Ce travail de thèse dure au moins 3 ans.

Le sujet de ma thèse est : l’inclusion dans les musées.
L’inclusion veut dire que la société doit s’adapter à tous.
Personne ne doit être exclu.

L’inclusion rassemble tout le monde.
Inclure veut dire que tout doit être est accessible
à toutes les personnes.

La loi importante pour l’inclusion date de 2005.
C’est la loi « pour l’égalité des droits et des chances,
la participation et la citoyenneté
des personnes handicapées ».

Le contraire de l’inclusion, c’est l’exclusion.
L’exclusion sépare les personnes.
Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Marie-Clémence Régnier

La médiation du patrimoine littéraire ou la vie triviale de la Littérature…

Dans la continuité des dernières réflexions de Fabienne Henryot sur l’exposition du patrimoine écrit, nous donnons aujourd’hui la parole à Marie-Clémence Régnier qui travaille plus spécifiquement sur le patrimoine littéraire. Marie-Clémence Régnier est maîtresse de conférences à l’Université d’Artois et chercheuse au Centre de recherche Textes et Cultures. Après une thèse soutenue en 2017 sous le titre Vies encloses, demeures écloses. Le grand écrivain français en sa maison-musée (1879-1937)”, elle poursuit aujourd’hui ses recherches sur les multiples figures de l’écrivain “patrimonial” et, plus largement, sur les réceptions de l’histoire littéraire à travers ses formes d’exposition et de circulation dans l’espace public. À cet égard, elle co-anime le Réseau International de recherches sur les Maisons de Poètes (RIMAP) à travers notamment le carnet de recherche MAISONS DE POÈTES / HOMES OF POETS. Son approche diachronique des scénographies et muséographies littéraires est particulièrement précieuse pour suivre et interroger les formes de médiation plus contemporaines de cet objet complexe que constitue le patrimoine littéraire. C’est sur ces questions que nous souhaitons aujourd’hui l’interroger. 

Catégories
Fabienne Henryot Les dialogues de "Com'en Histoire"

Le patrimoine écrit, une médiation qui éloigne le livre…

Après un précédent dialogue avec Elsa Cavalié sur les représentations du passé dans la littérature anglo-saxonne, nous poursuivons aujourd’hui l’exploration des liens unissant l’objet livre et la notion de patrimoine en décortiquant avec Fabienne Henryot les pratiques de reconnaissance et de médiation du patrimoine écrit. Fabienne Henryot est actuellement maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib) où elle enseigne en master et à des futurs conservateurs des bibliothèques les enjeux du patrimoine écrit ainsi que les questions entourant les services, la valorisation et les publics des fonds patrimoniaux. Ces enseignements sont par ailleurs directement liés à ses thèmes de recherche puisqu’elle explore depuis plusieurs années l’histoire du livre et des bibliothèques, ses liens avec les ordres religieux et la théologie, et in fine, le processus de patrimonialisation des patrimoines écrits et graphiques de l’époque moderne et contemporaine. Elle s’apprête à publier L’État bibliophile : collections publiques et quête des incunables au XIXe siècle (Paris, Maisonneuve et Larose) et De l’oratoire privé à la bibliothèque publique : l’autre histoire des livres d’heures (Turnhout, Brepols).

Catégories
Elsa Cavalié Les dialogues de "Com'en Histoire"

La littérature, un lieu de jaillissement du passé…

Elsa Cavalié est maître de conférences à l’université d’Avignon en littérature et culture britannique. Elle s’intéresse dans ses travaux à l’écriture de l’histoire dans le roman contemporain britannique. Elle a notamment cherché à comprendre au cours de sa thèse comment étaient réinvestis les lieux de mémoire familiers de l’anglicité édouardienne, dans les romans A Month in the Country de J. L. Carr, Atonement de Ian McEwan, Arthur and George de Julian Barnes et la trilogie de Pat Barker consacrée à la Grande Guerre (Regeneration, The Eye in the Door et The Ghost Road). Parce qu’elle explore ces liens entre histoire et littérature, nous avons souhaité l’interroger dans Com’en Histoire pour mieux comprendre comment le roman s’emparait de l’histoire et comment, peut-être, la fiction pouvait enrichir notre connaissance du passé.

Catégories
Janaïne Golonka L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Les médiations immersives de l’histoire : le cas de la tranchée de 14-18

Après un parcours universitaire spécialisé en médiation culturelle et communication, une carrière de presque 10 ans dans l’ingénierie et la gestion de projets culturels, Janaïne Golonka a repris le chemin de l’université pour continuer à réfléchir sur les enjeux de la médiation culturelle, en particulier quand elle implique des dispositifs numériques, et sur le concept d’immersion qui l’interroge depuis plusieurs années. Formée à l’école d’Avignon, ses travaux s’inscrivent dans la ligne des travaux de Jean Davallon, Daniel Jacobi, Yves Jeanneret ou encore de Patrick Fraysse, son directeur de thèse. Elle nous livre ici un billet dans le cadre de notre rubrique “l’Atelier des médiations” qui lui donne l’occasion de présenter son sujet de thèse.

Catégories
Aurélie Albaret L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Mise en abîme du patrimoine archéologique maritime

En ce début d’année 2021, la recherche reprend sur Com’en Histoire avec une nouvelle contribution à « l’Atelier des médiations ». Après un cursus scolaire fondé sur l’art, son histoire et ses pratiques, une forte implication dans le secteur associatif de l’archéologie sous-marine et plus de dix ans de carrière indépendante en réalisation audiovisuelle, Aurélie Albaret entreprend une conversion à la recherche au sein du CRESEM (Centre de Recherches sur les Sociétés et Environnements en Méditerranées) auprès d’Esteban Castner-Munoz et Virginie Soulier. Fortement influencée par les travaux de Patrick Fraysse au Lerass (Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales), son projet de thèse interroge le document archéologique maritime dans ses valeurs documentaire et symbolique.

Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Simone Balossino

Le pont qui ne dansait pas rond…

Notre troisième publication, éditée par les Editions Universitaires d’Avignon sort actuellement en librairie et s’intitule Scénographies Numériques du Patrimoine. Pour l’occasion, nous interrogeons un historien qui a lui aussi participé à un projet de scénographie numérique du patrimoine : la reconstitution numérique du Pont d’Avignon. L’objectif à l’initiative de ce projet était en effet d’offrir la possibilité de “re-visiter un site patrimonial de première importance pour comprendre, faire comprendre et rétablir virtuellement le lien entre les deux rives” (voir la présentation du projet ici). Nous revenons donc sur ce projet avec Simone Balossino, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université d’Avignon, chercheur au CIHAM1

  1. Simone Balossino, Maître de conférences en histoire médiévale à Avignon Université, est spécialiste d’histoire politique et urbaine ainsi que de l’histoire de la Provence entre les XIIe et XVe siècles. Il a notamment publié “I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli XII e XIII“, Italia communale e signorile, 7, Roma, Viella, 2015 ; avec R. Rao (dir.), “Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée”, Storie di Paesaggi Medievali 3, 2020. []
Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Rémy Cazals

Entrer dans la Grande Guerre un siècle après…

En ce mois d’octobre 2020 nous poursuivons notre cycle d’entretiens autour des formes de communication de l’histoire. Ainsi, dans la lignée des précédents dialogues parus sur Com’en Histoire quant aux usages et à la vulgarisation de l’histoire, nous interrogeons aujourd’hui Rémy Cazals, historien spécialiste de la Grande Guerre, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès. Rémy Cazals a consacré une partie de sa carrière à la Première Guerre mondiale1. Il a notamment travaillé sur la question des témoignages comme porte d’entrée dans l’histoire de la Grande Guerre et en a publié plusieurs, tels Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier 1914-1918, et a dirigé le livre collectif 500 témoins de la Grande Guerre.

  1. Il a notamment publié : 1. Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Maspero, 1978 ; puis Éditions La Découverte, 1997 et 2003. Avec une présentation et notes de Nicolas Offenstadt, 2. “Si je reviens comme je l’espère” : Lettres du front et de l’arrière, 1914-1918, Grasset, 2003. 3. Lettres de réfugiées. Le Réseau Borieblanque : des étrangères dans la France de Vichy, Tallandier, 2004. 4. La Grande Guerre : Pratiques et expériences par R. Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland, et Collectif Privat, 2005. 5. Frères de tranchées (Malcolm Brown, Rémy Cazals, Olaf Mueller, Marc Ferro, dir.), Perrin, Paris, 2005. 6. 14-18 Vivre et mourir dans les tranchées, par R. Cazals et André Loez, Ed. Taillandier, 2012. 7. 500 témoins de la Grande Guerre. Ouvrage collectif dirigé par Rémy Cazals. Éditions midi-pyrénéennes, Edhisto, 2013. []