Catégories
Elsa Cavalié Les dialogues de "Com'en Histoire"

La littérature, un lieu de jaillissement du passé…

Elsa Cavalié est maître de conférences à l’université d’Avignon en littérature et culture britannique. Elle s’intéresse dans ses travaux à l’écriture de l’histoire dans le roman contemporain britannique. Elle a notamment cherché à comprendre au cours de sa thèse comment étaient réinvestis les lieux de mémoire familiers de l’anglicité édouardienne, dans les romans A Month in the Country de J. L. Carr, Atonement de Ian McEwan, Arthur and George de Julian Barnes et la trilogie de Pat Barker consacrée à la Grande Guerre (Regeneration, The Eye in the Door et The Ghost Road). Parce qu’elle explore ces liens entre histoire et littérature, nous avons souhaité l’interroger dans Com’en Histoire pour mieux comprendre comment le roman s’emparait de l’histoire et comment, peut-être, la fiction pouvait enrichir notre connaissance du passé.

Catégories
Janaïne Golonka L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Les médiations immersives de l’histoire : le cas de la tranchée de 14-18

Après un parcours universitaire spécialisé en médiation culturelle et communication, une carrière de presque 10 ans dans l’ingénierie et la gestion de projets culturels, Janaïne Golonka a repris le chemin de l’université pour continuer à réfléchir sur les enjeux de la médiation culturelle, en particulier quand elle implique des dispositifs numériques, et sur le concept d’immersion qui l’interroge depuis plusieurs années. Formée à l’école d’Avignon, ses travaux s’inscrivent dans la ligne des travaux de Jean Davallon, Daniel Jacobi, Yves Jeanneret ou encore de Patrick Fraysse, son directeur de thèse. Elle nous livre ici un billet dans le cadre de notre rubrique « l’Atelier des médiations » qui lui donne l’occasion de présenter son sujet de thèse.

Catégories
Aurélie Albaret L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Mise en abîme du patrimoine archéologique maritime

En ce début d’année 2021, la recherche reprend sur Com’en Histoire avec une nouvelle contribution à « l’Atelier des médiations ». Après un cursus scolaire fondé sur l’art, son histoire et ses pratiques, une forte implication dans le secteur associatif de l’archéologie sous-marine et plus de dix ans de carrière indépendante en réalisation audiovisuelle, Aurélie Albaret entreprend une conversion à la recherche au sein du CRESEM (Centre de Recherches sur les Sociétés et Environnements en Méditerranées) auprès d’Esteban Castner-Munoz et Virginie Soulier. Fortement influencée par les travaux de Patrick Fraysse au Lerass (Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales), son projet de thèse interroge le document archéologique maritime dans ses valeurs documentaire et symbolique.

Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Simone Balossino

Le pont qui ne dansait pas rond…

Notre troisième publication, éditée par les Editions Universitaires d’Avignon sort actuellement en librairie et s’intitule Scénographies Numériques du Patrimoine. Pour l’occasion, nous interrogeons un historien qui a lui aussi participé à un projet de scénographie numérique du patrimoine : la reconstitution numérique du Pont d’Avignon. L’objectif à l’initiative de ce projet était en effet d’offrir la possibilité de « re-visiter un site patrimonial de première importance pour comprendre, faire comprendre et rétablir virtuellement le lien entre les deux rives » (voir la présentation du projet ici). Nous revenons donc sur ce projet avec Simone Balossino, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université d’Avignon, chercheur au CIHAM1

  1. Simone Balossino, Maître de conférences en histoire médiévale à Avignon Université, est spécialiste d’histoire politique et urbaine ainsi que de l’histoire de la Provence entre les XIIe et XVe siècles. Il a notamment publié « I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli XII e XIII« , Italia communale e signorile, 7, Roma, Viella, 2015 ; avec R. Rao (dir.), « Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée », Storie di Paesaggi Medievali 3, 2020. []
Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Rémy Cazals

Entrer dans la Grande Guerre un siècle après…

En ce mois d’octobre 2020 nous poursuivons notre cycle d’entretiens autour des formes de communication de l’histoire. Ainsi, dans la lignée des précédents dialogues parus sur Com’en Histoire quant aux usages et à la vulgarisation de l’histoire, nous interrogeons aujourd’hui Rémy Cazals, historien spécialiste de la Grande Guerre, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès. Rémy Cazals a consacré une partie de sa carrière à la Première Guerre mondiale1. Il a notamment travaillé sur la question des témoignages comme porte d’entrée dans l’histoire de la Grande Guerre et en a publié plusieurs, tels Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier 1914-1918, et a dirigé le livre collectif 500 témoins de la Grande Guerre.

  1. Il a notamment publié : 1. Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Maspero, 1978 ; puis Éditions La Découverte, 1997 et 2003. Avec une présentation et notes de Nicolas Offenstadt, 2. « Si je reviens comme je l’espère » : Lettres du front et de l’arrière, 1914-1918, Grasset, 2003. 3. Lettres de réfugiées. Le Réseau Borieblanque : des étrangères dans la France de Vichy, Tallandier, 2004. 4. La Grande Guerre : Pratiques et expériences par R. Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland, et Collectif Privat, 2005. 5. Frères de tranchées (Malcolm Brown, Rémy Cazals, Olaf Mueller, Marc Ferro, dir.), Perrin, Paris, 2005. 6. 14-18 Vivre et mourir dans les tranchées, par R. Cazals et André Loez, Ed. Taillandier, 2012. 7. 500 témoins de la Grande Guerre. Ouvrage collectif dirigé par Rémy Cazals. Éditions midi-pyrénéennes, Edhisto, 2013. []
Catégories
Laurent Macé Les dialogues de "Com'en Histoire"

La médiation de l’histoire médiévale, une question de sens …

Alors que notre dernier dialogue remonte à décembre 2019 et malgré une année plus que chaotique, l’année 2020 a été studieuse pour l’équipe de Com’en Histoire qui a planché sur le troisième opus de nos journées d’étude Sic&Histoire#3 avec la publication très prochaine aux Editions Universitaires d’Avignon d’un ouvrage collectif portant sur les scénographies numériques des patrimoines. La sortie de cette publication fera bien sûr l’objet d’une présentation sur notre carnet mais en cette rentrée universitaire, c’est avec un dialogue que nous redonnons vie à cet espace de partage et de réflexion à distance… Laurent Macé1 est actuellement professeur en Histoire médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès (UT2J). Spécialiste de l’histoire du Midi de la France, il étudie plus particulièrement les comtes de Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles et s’intéresse aux modes de représentation du pouvoir à travers l’héraldique et la sigillographie. Ce dialogue est l’occasion de revenir sur la distinction délicate entre ces deux notions de médiation et de vulgarisation mais aussi de s’interroger sur le concept de médiévalisme que nous travaillons à travers différents projets personnels.

  1. Il a plus récemment publié : 1. Les comtes de Toulouse et leur entourage (XIIe-XIIIe siècles). Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, Privat, 2000. 2. Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange (IXe-XIIIe siècles). Hommage à Claudie Amado, Toulouse, CNRS-Université Toulouse-Le Mirail, collection Méridiennes, 2006. 3. Catalogues raimondins (1112-1229). Actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence, Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008. 4. La majesté et la croix : Les sceaux de la maison des comtes de Toulouse (XIIe-XIIIe siècle), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2018. 5. Simon de Montfort (c. 1170- 1218). Le croisé, son lignage et son temps, Turnhout, Brepols, 2020 (en collaboration avec M. Aurell et G. Lippiatt). []
Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Marion Fontaine

De nouvelles formes d’écriture de l’histoire ou l’art de peindre le gris…

Après avoir interrogé en mai dernier Claire Judde de Larivière sur les rapports complexes entre l’histoire et l’espace public, c’est aujourd’hui au tour de Marion Fontaine, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Avignon, d’être soumise à la question. Marion Fontaine s’est en effet essayée à de « nouvelles » formes d’écriture de la recherche qui nous intéressent à plus d’un titre au sein de Com’en Histoire, notamment parce que celles-ci sortent de l’écrit traditionnel. En plus d’avoir publié ouvrages et articles, elle a ainsi été commissaire d’exposition pour une exposition dédiée à Jean Jaurès et auteure d’un documentaire audiovisuel, Sous l’oeil des houillères, co-écrit avec Richard Berthollet. Après l’avoir interrogée sur ses méthodologies de recherche en histoire, nous essaierons de voir à partir de ses propos, comment l’historien peut s’adapter à ces nouvelles formes d’écriture de la recherche, en suppléant largement l’image au texte.

Catégories
Emeline Thouveny L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Le documentaliste au musée : quelle contribution à la conception des expositions ?

En cette période de rentrée universitaire, la recherche reprend sur Com’en Histoire avec une nouvelle contribution à « l’Atelier des médiations ». Ce billet présente les résultats de l’enquête menée dans le cadre de son mémoire par Emeline Thouveny, étudiante du master Stratégie du développement culturel –  Médiations de la Culture et des Patrimoines (aujourd’hui master Culture et Communication – Médiations, Musées, Patrimoine) de l’université d’Avignon. Entrepris entre 2016 et 2018 sous la direction de Julie Deramond, ce travail avait pour objectif d’analyser la participation des documentalistes à la conception des expositions muséales. Il s’appuie pour cela sur une enquête menée auprès des documentalistes du musée du Louvre. Retour sur les réflexions soulevées par cette étude…

Catégories
Claire Judde de Larivière Les dialogues de "Com'en Histoire"

Objectiver les usages publics de l’Histoire…

En écho au précédent dialogue du mois de janvier 2019 où Daniel Jacobi, chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication, proposait de définir la vulgarisation et l’interprétation de l’Histoire, une historienne toulousaine, Claire Judde de Larivière, nous fait partager, en ce printemps 2019, son expérience de l’enseignement et sa pratique concrète de ce qu’on appelle aujourd’hui « l’Histoire publique ». Car derrière cette expression se cache en réalité plusieurs choses : d’une part les nombreux usages – politiques, idéologiques ou mercantiles – de l’Histoire et d’autre part les diverses modalités de diffusion et de médiatisation de l’histoire qui se renouvellent désormais sans cesse dans l’édition comme à la télévision, sur Internet ou dans les festivals…

Catégories
L'atelier des médiations de "Com'en Histoire" Paul Karpp

L’histoire à venir, le retour

En cette période de fin d’année universitaire pour les master, Com’en Histoire accueille aujourd’hui un nouveau billet écrit à plusieurs mains dans le cadre d’une initiation au blogging scientifique assurée par Jessica de Bideran aux étudiants du parcours histoire numérique du « Master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines » de l’Université Jean Jaurès de Toulouse. Organisé par Nicolas Marqué et Sébastien Poublanc,  ce cycle de séminaire a pour objectif d’étudier les transformations induites par le numérique dans les différents aspects du métier d’historien, de la production du savoir historique, de sa diffusion et de son enseignement.