Catégories
Aurélie Albaret L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Mise en abîme du patrimoine archéologique maritime

En ce début d’année 2021, la recherche reprend sur Com’en Histoire avec une nouvelle contribution à « l’Atelier des médiations ». Après un cursus scolaire fondé sur l’art, son histoire et ses pratiques, une forte implication dans le secteur associatif de l’archéologie sous-marine et plus de dix ans de carrière indépendante en réalisation audiovisuelle, Aurélie Albaret entreprend une conversion à la recherche au sein du CRESEM (Centre de Recherches sur les Sociétés et Environnements en Méditerranées) auprès d’Esteban Castner-Munoz et Virginie Soulier. Fortement influencée par les travaux de Patrick Fraysse au Lerass (Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales), son projet de thèse interroge le document archéologique maritime dans ses valeurs documentaire et symbolique.

Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Simone Balossino

Le pont qui ne dansait pas rond…

Notre troisième publication, éditée par les Editions Universitaires d’Avignon sort actuellement en librairie et s’intitule Scénographies Numériques du Patrimoine. Pour l’occasion, nous interrogeons un historien qui a lui aussi participé à un projet de scénographie numérique du patrimoine : la reconstitution numérique du Pont d’Avignon. L’objectif à l’initiative de ce projet était en effet d’offrir la possibilité de « re-visiter un site patrimonial de première importance pour comprendre, faire comprendre et rétablir virtuellement le lien entre les deux rives » (voir la présentation du projet ici). Nous revenons donc sur ce projet avec Simone Balossino, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université d’Avignon, chercheur au CIHAM1

  1. Simone Balossino, Maître de conférences en histoire médiévale à Avignon Université, est spécialiste d’histoire politique et urbaine ainsi que de l’histoire de la Provence entre les XIIe et XVe siècles. Il a notamment publié « I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli XII e XIII« , Italia communale e signorile, 7, Roma, Viella, 2015 ; avec R. Rao (dir.), « Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée », Storie di Paesaggi Medievali 3, 2020. []
Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Sophie Madeleine

L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…

Comme nous tentons de l’analyser à travers ce carnet, le contexte médiatique contemporain influence considérablement les activités communicationnelles des sphères historiques, archéologiques et plus globalement patrimoniales. Celles-ci se doivent désormais de diffuser le plus largement possible leurs découvertes pour justifier les investissements économiques effectués par les pouvoirs publics mais aussi pour sauvegarder un patrimoine sans cesse en péril. Sciences historiques et patrimoine semblent se confondre dans l’esprit des publics comme des politiques à l’ère du « tout patrimoine« . Cette confusion est régulièrement renforcée par les discours des médias et autres industries culturelles qui créent une événementialisation des discours scientifiques : Semaine de la Science, Week-end de l’Archéologie ou Journées du Patrimoine convoquent chercheurs et experts venant exposer les avancées des recherches historiques ou expliquer le patrimoine. Dans ces conditions, des réseaux d’acteurs se mettent en place afin de répondre aux exigences de la science mais aussi d’occuper le terrain des médias en répondant à leurs besoins d’images. C’est dans le cadre de ces réflexions que nous souhaitons aujourd’hui donner la parole à Sophie Madeleine, docteur en Études anciennes, ingénieur de recherche à l’Université de Caen et fortement impliquée dans la restitution de la Rome du IVe siècle menée par l’équipe « Plan de Rome« .

Catégories
Journées d'études La recherche de "Com'en Histoire"

Sic&Histoire #1 – Journée scientifique du 8 novembre 2013

Le vendredi 8 novembre, la première journée scientifique du réseau Sic&Histoire aura lieu à Toulouse et proposera de débattre sur la notion de document et ses dérivés (donnée, archive, source, matériaux de travail…). Cette approche documentologique de l’histoire permettra  d’interroger le concept de document, concept commun aux SIC et à l’Histoire, mais pourtant utilisé ou pensé différemment.Aujourd’hui l’écrit (volumen, codex, écrit d’écran) n’est plus la seule source documentaire pour l’histoire. Les historiens, les historiens de l’art, les archéologues considèrent depuis longtemps comme document tout ce qui a été légué par le passé. Des tableaux, des images, des monuments, des objets, etc… sont des sources documentaires tout aussi fructueuses que les livres ou les actes officiels manuscrits ou imprimés. Ces derniers sont par ailleurs réinterrogés avec des grilles d’analyse nouvelles qui font la part belle au numérique et croisent les préoccupations des sociologues, des informaticiens et des gestionnaires de l’information. Les programmes de numérisation des données historiques (archives) et iconographiques (musées) obligent par ailleurs les professionnels du passé et des documents à renouveler leurs approches théoriques et méthodologiques. Qu’appelle-t-on document aujourd’hui en histoire et en sic ?