Categories
Laurent Macé Les dialogues de "Com'en Histoire"

La médiation de l’histoire médiévale, une question de sens …

Alors que notre dernier dialogue remonte à décembre 2019 et malgré une année plus que chaotique, l’année 2020 a été studieuse pour l’équipe de Com’en Histoire qui a planché sur le troisième opus de nos journées d’étude Sic&Histoire#3 avec la publication très prochaine aux Editions Universitaires d’Avignon d’un ouvrage collectif portant sur les scénographies numériques des patrimoines. La sortie de cette publication fera bien sûr l’objet d’une présentation sur notre carnet mais en cette rentrée universitaire, c’est avec un dialogue que nous redonnons vie à cet espace de partage et de réflexion à distance… Laurent Macé1 est actuellement professeur en Histoire médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès (UT2J). Spécialiste de l’histoire du Midi de la France, il étudie plus particulièrement les comtes de Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles et s’intéresse aux modes de représentation du pouvoir à travers l’héraldique et la sigillographie. Ce dialogue est l’occasion de revenir sur la distinction délicate entre ces deux notions de médiation et de vulgarisation mais aussi de s’interroger sur le concept de médiévalisme que nous travaillons à travers différents projets personnels.

  1. Il a plus récemment publié : 1. Les comtes de Toulouse et leur entourage (XIIe-XIIIe siècles). Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, Privat, 2000. 2. Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange (IXe-XIIIe siècles). Hommage à Claudie Amado, Toulouse, CNRS-Université Toulouse-Le Mirail, collection Méridiennes, 2006. 3. Catalogues raimondins (1112-1229). Actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence, Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008. 4. La majesté et la croix : Les sceaux de la maison des comtes de Toulouse (XIIe-XIIIe siècle), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2018. 5. Simon de Montfort (c. 1170- 1218). Le croisé, son lignage et son temps, Turnhout, Brepols, 2020 (en collaboration avec M. Aurell et G. Lippiatt). []
Categories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Marion Fontaine

De nouvelles formes d’écriture de l’histoire ou l’art de peindre le gris…

Après avoir interrogé en mai dernier Claire Judde de Larivière sur les rapports complexes entre l’histoire et l’espace public, c’est aujourd’hui au tour de Marion Fontaine, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Avignon, d’être soumise à la question. Marion Fontaine s’est en effet essayée à de « nouvelles » formes d’écriture de la recherche qui nous intéressent à plus d’un titre au sein de Com’en Histoire, notamment parce que celles-ci sortent de l’écrit traditionnel. En plus d’avoir publié ouvrages et articles, elle a ainsi été commissaire d’exposition pour une exposition dédiée à Jean Jaurès et auteure d’un documentaire audiovisuel, Sous l’oeil des houillères, co-écrit avec Richard Berthollet. Après l’avoir interrogée sur ses méthodologies de recherche en histoire, nous essaierons de voir à partir de ses propos, comment l’historien peut s’adapter à ces nouvelles formes d’écriture de la recherche, en suppléant largement l’image au texte.

Categories
Claire Judde de Larivière Les dialogues de "Com'en Histoire"

Objectiver les usages publics de l’Histoire…

En écho au précédent dialogue du mois de janvier 2019 où Daniel Jacobi, chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication, proposait de définir la vulgarisation et l’interprétation de l’Histoire, une historienne toulousaine, Claire Judde de Larivière, nous fait partager, en ce printemps 2019, son expérience de l’enseignement et sa pratique concrète de ce qu’on appelle aujourd’hui « l’Histoire publique ». Car derrière cette expression se cache en réalité plusieurs choses : d’une part les nombreux usages – politiques, idéologiques ou mercantiles – de l’Histoire et d’autre part les diverses modalités de diffusion et de médiatisation de l’histoire qui se renouvellent désormais sans cesse dans l’édition comme à la télévision, sur Internet ou dans les festivals…

Categories
Daniel Jacobi Les dialogues de "Com'en Histoire"

De la vulgarisation à l’interprétation de l’histoire…

Pour entamer cette nouvelle année, nous avons le plaisir de publier un nouveau billet signé de la plume de Daniel Jacobi, professeur émérite en muséologie à l’université d’Avignon. Daniel Jacobi s’est en effet fait une place de choix dans le champ de la muséologie en travaillant sur les discours et l’imagerie scientifiques, les dispositifs d’interprétation des musées et l’éducation non formelle1. Il a accepté de revenir sur quelques notions-clés qu’il a étudiées au cours de sa carrière, afin de nourrir nos réflexions. Ce nouveau dialogue aborde donc la question de la vulgarisation des sciences historiques et de l’interprétation de l’histoire. Il rend ainsi compte de l’inscription de l’histoire dans les nouveaux « équipements patrimoniaux » que constituent les centres d’interprétation.

  1. Voir par exemple : Jacobi, Daniel, 2005, « Les faces cachées du point de vue dans le discours d’exposition », La Lettre de l’OCIM, 100. Et Jacobi, Daniel et Meunier, Anik, 1999, « Au service du projet éducatif de l’exposition : l’interprétation », La Lettre de l’OCIM, 61, p. 3-7. []
Categories
Céline Salvetat Les dialogues de "Com'en Histoire"

Le Museon Arlaten : Quand la médiation sort d’un lieu de mémoire provençal…

En ce mois de septembre, le carnet Com’en Histoire reprend du service avec un nouveaux « Dialogue » qui continue d’interroger cette notion de médiation culturelle, au cœur de nos  différents travaux et de ce carnet. Nous avons ici soumis à la question Céline Salvetat, responsable du service des publics du Museon Arlaten, pour qu’elle évoque les actions menées dans ce musée pas tout à fait comme les autres. C’est en effet l’un des premiers musées français d’ethnographie qui conserve la mémoire provençale depuis 1899, date de sa création par Frédéric Mistral, et qui est fermé depuis presque dix ans…

Categories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Marie-Sylvie Poli

La médiation numérique au musée d’Histoire, entre efficacité cognitive et saturation attentionnelle…

Marie-Sylvie Poli est professeur émérite à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, membre du Centre Norbert Elias depuis 2009. Elle a co-dirigé la structure fédérative de recherche Agorantic « Culture, Patrimoines, Sociétés numériques » entre 2011 et 2017. Après s’être intéressée, au cours de sa thèse en linguistique, aux discours de la critique d’art, elle a mené des travaux en muséologie, s’attachant notamment à l’étude des textes dans l’exposition. A plusieurs reprises, elle s’est intéressée plus spécifiquement aux expositions d’histoire contemporaine, menant l’enquête avec Pascale Ancel, sur l’exposition Spoliés ! au musée de la résistance et de la déportation de l’Isère à Grenoble, ou, avec Linda Idjeraoui-Ravez, sur les représentations de l’immigration à partir des expositions D’Isère et du Maghreb : Mémoires d’immigrés au Musée dauphinois de Grenoble en 1999 et Repères, exposition permanente de la cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris. L’entretien qu’elle nous a accordée permet de revenir plus spécifiquement sur le musée d’histoire en tant que dispositif de communication, s’intéressant plus particulièrement à la réception des publics lorsque les expositions ont trait à des questions sensibles. Elle met ainsi en valeur les enjeux qui sont liés à l’exposition d’objets d’histoire dans la société contemporaine.

Categories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Thibault Le Hégarat

Le patrimoine à la télévision, une médiatisation par l’image qui néglige les savoirs…

Après la tenue de la dernière Journée Sic&Histoire#3, dont les réflexions sur les scénographies numériques des patrimoines devraient être prochainement publiées, nous poursuivons aujourd’hui le dialogue entamé depuis plusieurs années maintenant sur les médiations contemporaines du passé auprès de chercheurs et de professionnels en entamant avec ce nouvel échange une réflexion sur les usages télévisuels de l’Histoire1. Et c’est avec Thibault Le Hégarat, que nous introduisons cette réflexion. Docteur en Histoire contemporaine et rédacteur sur le carnet Patrimoine et télévision, Thibault Le Hégarat a consacré sa thèse aux représentations du patrimoine à la télévision. Cette thèse a donné lieu, dans le cadre d’un contrat post-doctoral, à la réalisation d’un dispositif de valorisation de ces travaux en ligne à travers une base de données éditorialisée présentant certaines vidéos du corpus d’émissions étudiées. Son activité d’enseignement est également perceptible au sein des différents discours de contextualisation élaborés… La Patrimathèque, puisque c’est le nom donné à ce dispositif éditorial, est donc l’objet de ce dialogue qui nous permet de commencer à réfléchir au rapport qu’entretiennent les médias « traditionnels », et plus particulièrement la télévision, au patrimoine.

  1. A ce sujet on pourra d’ailleurs aller relire sur ce carnet le témoignage de Julie Deramond qui avait participé en 2015 au tournage d’un numéro de la célèbre émission de Stéphane Bern,
    Secrets d’Histoire, sur Jeanne d’Arc : Jeanne d’Arc à l’heure médiatique. []
Categories
Christine Saillard Les dialogues de "Com'en Histoire"

Sentir pour ressentir, la médiation olfactive au service des œuvres d’art…

Poursuivant notre réflexion sur le concept de médiation, ce nouveau « Dialogue » qui ouvre l’année universitaire nous amène à questionner la médiation olfactive à travers les pratiques élaborées par les musées de Grasse. Sous cette appellation sont regroupés le Musée International de la Parfumerie (MIP), les Jardins du Musée International de la Parfumerie (JMIP), le Musée d’Art et d’Histoire de Provence (MAHP) et la Villa Jean-Honoré Fragonard (Villa). Nous remercions ici pour ses réponses Christine Saillard, actuellement Responsable du Service des Publics des musées de Grasse. Après un cursus en Médiation culturelle, patrimoine et spectacle vivant à l’université d’Aix-Marseille, celle-ci a en effet acquis plusieurs années d’expérience sur le terrain, principalement dans les musées de Grasse et au MIP : elle nous livre ici quelques clés de compréhension de ces nouvelles médiations…

Categories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Mélanie Bourdaa

Patrimoine et transmedia storytelling, vers une médiation augmentée…

Raconter une histoire, telle est la mission assignée depuis plusieurs années à la valorisation patrimoniale. Pour répondre à cette injonction, institutions et acteurs culturels expérimentent désormais de nouvelles formes de mise en récit de l’histoire en exploitant, par exemple, les multiples plateformes disponibles en ligne tout en les combinant à des dispositifs de médiation in situ plus traditionnels (visite guidée, application numérique, dispositifs interactifs, etc.). S’élaborent ainsi progressivement des stratégies de valorisation du patrimoine qui s’inscrivent dans une logique de convergence technologique et culturelle. Peut-on dès lors parler de transmedia storytelling1 pour définir ce type de processus de dissémination de contenus ? Ce concept, élaboré à partir des industries culturelles qui disposent de moyens financiers conséquents, ne subit-il pas quelques distorsions lorsqu’on l’applique à l’univers du patrimoine ? Cette question étant au cœur de MédiaNum2, programme de recherche action qui vise à interroger les pratiques de valorisation du patrimoine exploitant le transmedia storrytelling auquel je participe maintenant depuis plusieurs mois, j’ai souhaité associer Mélanie Bourdaa3, directrice de ce projet, à Com’en Histoire afin de l’interroger sur ces nouvelles pratiques.

  1. Pour mieux comprendre ce concept, on pourra lire par exemple : Bourdaa Mélanie, 2012: « Le Transmedia : entre narration augmentée et logiques immersives », InaGlobal. []
  2. Pour en savoir plus, on pourra consulter le carnet de recherche dédié MédiaNum []
  3. Mélanie Bourdaa est actuellement Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Bordeaux Montaigne au sein du MICA. []
Categories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Xavier Villebrun

La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée…

La ville de Laval expérimente depuis de longues années maintenant l’ensemble des technologies liées à la réalité virtuelle, du simple film en images de synthèse à l’application de visite en réalité augmentée. Facilitées par la création en 1999 du salon Laval Virtual, événement qui fait aujourd’hui référence au niveau international, ces diverses réalisations participent plus particulièrement à la valorisation patrimoniale de cette cité historique labellisée ville d’art et d’histoire. C’est fort de cette expérience que Xavier Villebrun, aujourd’hui directeur du patrimoine de la ville de Laval, a accepté de participer à notre rubrique « Dialogue ». Cet échange est l’occasion pour nous de poursuivre nos réflexions sur le concept de médiation. Il nous autorise aussi à envisager comment les outils et pratiques numériques liés à la réalité virtuelle peuvent être intégrés à une politique patrimoniale globale qui va de l’étude historique à sa restitution1 publique et culturelle. Après les musées et les centres de culture scientifique et technique, nous abordons donc aujourd’hui les médiations patrimoniales menées à l’échelle d’une ville.

  1. Nous utilisons à dessein ce terme de restitution puisqu’il s’agit à la fois d’évoquer les multiples outils de médiation créés qui permettent de « rendre » aux publics une certaine vision de l’état passé de la ville en s’appuyant sur la re-construction virtuelle du patrimoine de cette ville. []