La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée…

La ville de Laval expérimente depuis de longues années maintenant l’ensemble des technologies liées à la réalité virtuelle, du simple film en images de synthèse à l’application de visite en réalité augmentée. Facilitées par la création en 1999 du salon Laval Virtual, événement qui fait aujourd’hui référence au niveau international, ces diverses réalisations participent plus particulièrement à la valorisation patrimoniale de cette cité historique labellisée ville d’art et d’histoire. C’est fort de cette expérience que Xavier Villebrun, aujourd’hui directeur du patrimoine de la ville de Laval, a accepté de participer à notre rubrique « Dialogue ». Cet échange est l’occasion pour nous de poursuivre nos réflexions sur le concept de médiation. Il nous autorise aussi à envisager comment les outils et pratiques numériques liés à la réalité virtuelle peuvent être intégrés à une politique patrimoniale globale qui va de l’étude historique à sa restitution1 publique et culturelle. Après les musées et les centres de culture scientifique et technique, nous abordons donc aujourd’hui les médiations patrimoniales menées à l’échelle d’une ville.

1. Avant de devenir directeur du patrimoine de la ville de Laval, vous avez été pendant de nombreuses années « animateur » du patrimoine, titre qui désigne les personnes recrutées dans le cadre du label « Ville et Pays d’Art et d’Histoire » délivré par le Ministère de la Culture et de la Communication. Certains animateurs ont tendance à juger ce terme peu opportun ; comment de votre côté définiriez-vous les missions qui incombent à l’animateur du patrimoine et quelles différences feriez-vous entre l’animation, la médiation et l’interprétation ?

En ce qui concerne le titre d’animateur -que je porte toujours officiellement parallèlement à ma fonction et mon grade de directeur- celui-ci s’est, il est vrai, révélé handicapant au tout départ de ma carrière car il renvoie en définitive à un vocabulaire socio-culturel qui a été dévalorisé, étrangement, avec la professionnalisation des métiers de la culture. Pour le ministère, il s’agissait pourtant de faire référence, faute de termes adéquats à l’époque, à un métier lié à la mise en mouvement du patrimoine et en claire opposition alors aux métiers de la conservation peu engagés dans la logique de projet en milieu urbain. Aujourd’hui le champ de la médiation vient en partie recouper le champ de « l’animation du patrimoine » (visites, actions événementielles, publications, etc.) mais sans pour autant s’y substituer.

A cela plusieurs raisons et d’abord celle, essentielle, qui est directement liée à la posture de « chef de projet » de l’animateur du patrimoine qui valorise un territoire selon une forme hybride de professionnalisme (ingénierie, conseil et action) inconnue des secteurs institutionnels plus traditionnels comme les musées où la segmentation médiation/conservation est encore fondamentale et où les collections muséales ne peuvent être identifiées à la  matière vivante que représente la ville où passé, présent et projet d’avenir s’entremêlent. Soulignons également que les savoirs comme les discours ou les actions sur la ville, son passé, son avenir et sa mémoire, échappent dés le départ à une sorte de monopole centralisant des connaissances ou des légitimités d’actions. Or, l’une des limites de la médiation à « la française » telle qu’elle se pratique souvent dans le champ institutionnel muséal, tient à l’impression des visiteurs de ne pas être, littéralement, chez eux et donc que la légitimité scientifique est du coté de l’institution culturelle et de son représentant « public », le médiateur. Ce dernier est alors perçu comme le détenteur et le diffuseur d’un savoir pré-construit, comme un « sachant ». Si cette posture descendante et savante confère une certaine force aux dispositifs de médiation traditionnels, c’est aussi et souvent aujourd’hui ce qui fait sa faiblesse, comme en témoigne le très relatif élargissement des publics, en dehors des publics captifs que sont les scolaires. Certes, beaucoup d’efforts sont fait désormais pour effacer cette barrière, mais dans le domaine du patrimoine urbain et paysager, du territoire, on ne rencontre pas les mêmes problèmes de légitimité puisque de fait, le public est aussi souvent chez lui (si on ne tient pas compte bien sûr des touristes…). La médiation urbaine est de ce point de vue plus proche de « l’interprétation britannique ». Cette dernière notion fait plus facilement référence au rôle de mise en relation entre différents discours savants et à la capacité de communiquer un ou des points de vue divergents ainsi qu’à les mettre en scène. Dans ma pratique d’animateur et au niveau ministériel, j’ai pu ainsi constater que le terme interprétation était souvent utilisé pour distinguer cette pratique de la médiation, au risque parfois d’ailleurs d’un « tri » un peu abrupt dans ses modes d’actions ; l’interprétation fondée sur la reconstitution historique en costume a, par exemple et pendant longtemps, fait bondir les puristes…

maquettes_internet_laval
Capture écran du site Internet du service  patrimoine de la ville présentant les maquettes et outils pédagogiques proposés aux scolaires. Crédits Ville de Laval, 2016.

2. Lors de notre dernière rencontre, à l’occasion du colloque qui s’est tenu au mois de mai 2016 au Musée d’Aquitaine de Bordeaux, vous avez rapidement signalé que la ville de Laval souhaitait construire une offre patrimoniale décalée par rapport aux pratiques de médiation plus classiques normées par la traditionnelle « visite guidée » ; pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cette orientation ?

Ce point de vue est directement lié à la définition que nous attribuons au concept d’interprétation patrimoniale ; j’essaye ainsi avec mon équipe de tirer toutes les conséquences de notre positionnement sur ce créneau. Le problème selon moi n’est pas forcément de créer des actions nouvelles ou spectaculaires, innovantes comme on dit souvent maintenant, mais bien de changer notre rapport au public en construisant une offre de loisirs culturels qui donne envie de venir par plaisir, de se sentir écouté, considéré et de pouvoir échanger et s’amuser, sans se sentir en permanence dans un rapport professoral. On ne cherche pas pour autant bien sûr à tromper les gens en « faisant l’idiot » mais nous sommes convaincus au sein de mon équipe que le rapport au savoir patrimonial, tout à la fois en ce qui nous concerne urbain, architectural et historique, doit se construire sur l’échange, la curiosité et la surprise sensible.

De la « ronde du veilleur de nuit » qui vous fait partager une nuit de crimes à Laval au « voyage immobile » qui vous fait partager l’histoire de la ville les yeux bandés, de manière sonore, en passant par un « Cluedo géant » dans la ville (plus de 1000 personnes en première édition !), nous cherchons à toucher un public familial et populaire. De même, les actions menées lors de dimanches thématiques sur la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale avec conférences, films et témoignages sur la vie quotidienne ont ainsi attirés plus de 1500 auditeurs à chaque fois et générés énormément d’échanges qui constituent, en conséquence et par irrigation, une masse extraordinaire de connaissances inédites et exploitables en retours lors d’autres actions. Aujourd’hui, en essayant de tirer vers le haut l’expérience des « Greeters »2, amateurs bénévoles qui font découvrir leur ville autrement, on essaye d’instiller l’idée que le savoir et la surprise peuvent venir de l’expérience sensible et personnelle du patrimoine que chacun développe : un avocat, un sportif, un amoureux du rock et des cafés, etc. Etre décalé, cela doit être un véritable état d’esprit pour renouveler son approche de la médiation et ré-orienter le regard des publics sur le patrimoine, et pas simplement un moyen « d’attirer le gogo ».

site_internet_chateaulaval
Capture écran du site Internet du service patrimoine de la ville présentant des propositions de restitution du château de Laval proposées aux publics lors de la découverte du château, Crédits Ville de Laval, 2016.

3. Une des autres spécificités de la ville, c’est son exploitation de la 3D… De par votre expérience, vous avez vu évoluer les pratiques de représentation du passé avec la diversification des offres technologiques liées à la réalité virtuelle ; si l’on a tendance à insister sur les apports scientifiques et épistémologiques de tels outils pour les experts, comme le rappelait par exemple Sophie Madeleine dans un précédent « Dialogue », pourriez-vous nous expliquer comment, selon vous, ces derniers modifient également les rapports entre les guides, les médiateurs, et les publics ?

L’expérience en matière de réalité virtuelle à Laval est un acquis colossal et pas uniquement en matière scientifique. Nous avons eu la chance grâce à François d’Aubert, maire de Laval et ministre de la recherche au pouvoir en 2003, soit dix ans à peine après la création du service, d’accéder aux technologies de la réalité virtuelle pour pouvoir proposer au grand public des simulations en temps réel liés à l’histoire de la ville qui ont elles-mêmes pu régulièrement évoluer : Laval en 1753 restitué sur environ 40 hectares, Laval en 1854 avec la canalisation de la rivière, le film Laval en 1460 présenté dans le cadre d’une exposition puis la restitution du château au XIème, XIIIème et XVIème siècles présentée en préalable aux visites du château, sans compter tout une série de monuments disparus puis de la création d’un circuit de visite complet en réalité augmentée… Dans ce domaine, la ville a été précurseur car nous faisons de cet usage du virtuel une pratique quotidienne.

Cette expérience et ces usages multiples ont fortement contribué à modifier nos pratiques de médiation et notre usage de l’interprétation. Tout d’abord parce que dès les premières présentations publiques, nous avons pu constater que ce que nous montrions établissait un rapport émotif fort et relevait plus, en terme de ressenti chez les publics, de l’expérience que de la monstration. Ce fut notre premier pas dans le tourisme « expérienciel » ! Le rapport à la découverte patrimoniale se trouve en effet fortement impacté par ces technologies, car le médiateur, ou le « guide virtuel », n’est plus perçu comme celui qui va expliquer ce à quoi ressemblait le passé, mais plutôt comme un compagnon de visite avec lequel il est permis d’échanger sur une représentation, non plus mentale et individuelle, mais bien tangible et collective et que l’on décrypte ensemble. Cela déplace notre domaine de compétences et nos apports intellectuels de la seule description à l’interprétation selon des questions qui, sans cesse, se renouvellent. Le médiateur peut dès lors aussi parler de ce que l’on sait et des limites de ces représentations. Par ailleurs, il est fascinant de constater que les visiteurs n’intègrent pas ces artefacts comme des objets extérieurs mais bien comme des représentations/sensations proches de leurs vécus qui se manifestent ensuite en ville lorsque le médiateur se promène avec eux : se développent alors chez eux des phénomènes de « déjà vu », de mémoire fabriquée en quelque sorte… Ce constat troublant s’accompagne d’ailleurs chez le guide, et de façon totalement inconsciente, du recours à un vocabulaire qui renvoie bien à une expérience collective, bien réelle, et non individuelle et virtuelle3 : (« Souvenez vous…« , « Vous avez pu voir à cet endroit…« , etc.) !

De ce point de vue, les apports de la réalité virtuelle exploitée sur des dispositifs avec grand écran et permettant un regard « collégial » demeurent plus importants que ceux de la réalité augmentée qui souffre pour le moment de l’individuation de l’expérience, de l’absence de sensation immersive et de supports adéquats offrant, par exemple, la possibilité d’un moment de repos pour contempler et observer sereinement l’environnement. L’avenir de ces outils ne semble donc pas se dessiner dans un passage de l’immobile au mobile mais bien dans l’adaptation des technologies aux moments et aux attentes des visiteurs en quête d’expérience collective… Dans le domaine pédagogique par exemple, nous avons ainsi pu évaluer l’impact de la réalité virtuelle sur des enfants issus de la culture de l’écran, cette dernière renforçant la concentration et la capacité d’échange avec des classes présentées initialement comme ingérables et très éloignées du patrimoine. Sans compter que la visite d’églises « virtuelles » permet d’échapper aussi parfois à des problèmes liés aux cultures d’origines et donc aux crispations de certains face à ces questions ! On le voit ici, l’usage courant des dispositifs de réalité virtuelle a considérablement fait évoluer les personnels de médiation en les aidant à se repositionner face aux publics dans l’échange et l’interprétation et ce transfert de compétences a bien sûr des effets notables lorsqu’ils reviennent à des visites en réalité réelle.

Une interview de Xavier Villebrun.

Pour citer ce billet : "La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée…", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 28 novembre 2016. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/860.

  1. Nous utilisons à dessein ce terme de restitution puisqu’il s’agit à la fois d’évoquer les multiples outils de médiation créés qui permettent de « rendre » aux publics une certaine vision de l’état passé de la ville en s’appuyant sur la re-construction virtuelle du patrimoine de cette ville. []
  2. Les Greeters sont des bénévoles qui accueillent gratuitement des touristes pour une rencontre authentique avec un habitant lors d’une balade. Ils montreront et parleront de façon insolite, originale et personnelle de « leur » coin, « leur » quartier, « leur » ville, dont ils sont fiers et passionnés… http://fr.wikipedia.org/wiki/Greeters []
  3. Ce qui correspond bien ici à l’étymologie du terme virtuel, qui est en puissance actualisable dans le réel… []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *