La médiation ou le choc des représentations…

Après avoir donné la parole à des chercheurs en Histoire de l’Art, en Archéologie et en Sciences de l’Information et de la Communication, mais aussi à des institutionnels du monde des bibliothèques et des musées, Com’ en Histoire déplace aujourd’hui son regard et tente d’observer plus finement le processus de fabrication des dispositifs de « médiations culturelles » en interrogeant un des concepteurs de ces systèmes de médiation.

Aurélien Vigouroux est aujourd’hui muséographe, spécialiste des « médiations innovantes », de l’archéologie et de la muséographie interactive. Après un parcours universitaire couronné d’un DEA en « Archéologie médiévale » à l’Université de Toulouse et complété par un Master 2 professionnel en « Culture et Communication » à l’Université d’Avignon, il travaille quelques années comme chef de projet au sein d’une société de production et d’installation d’équipements muséographiques interactifs et multimédias. En 2011 il crée AVE Culture, bureau d’ingénierie qui accompagne la mise en œuvre de projets culturels depuis leur écriture initiale (intentions cadres, avant-projets, scénarios, etc.) à leur formalisation en pièces techniques (fiches dispositifs, cahiers des charges, annexes, etc.). Lorsque ces projets font l’objet d’un appel d’offres auprès de prestataires concepteurs, AVE Culture assume aussi l’évaluation des offres reçues et, au titre d’Assistant à Maîtrise d’Ouvrage, le suivi de réalisation des dispositifs jusqu’à leur parfait achèvement. Au sein d’AVE Culture, outre sa fonction de gérant, le rôle de Aurélien Vigouroux est donc de proposer une expertise en muséographie à l’interface des problématiques techniques liées à l’innovation (celles des prestataires) et conceptuelles (celles des instances décisionnaires et scientifiques).

Au-delà de cette expertise professionnelle en muséographie, le profil d’Aurélien Vigouroux présente une originalité, celle d’intervenir dans une association de reconstitution historique et d’animation centrée sur la période du bas Moyen Age, la compagnie du Petit Meschin. Cet autre aspect de la médiation est intéressant dans la mesure où il offre la possibilité d’une relation directe avec les publics et d’un échange autour d’ateliers d’animation, une médiation humaine directe qui alimente une réflexion singulière sur cette notion aujourd’hui polysémique.

1. Comment selon vous définir cette notion de médiation ?

Ma perception de la médiation est très conditionnée par mon activité professionnelle. Je suis sollicité pour concevoir des solutions selon des contextes variés, j’ai donc besoin de penser la médiation en fonction de paramètres qui cadreront une méthodologie de conception. Selon cette approche empirique, 3 principes essentiels conditionnent la notion de médiation : les enjeux, les contenus et les moyens.

Chacun de ces principes relèvent de dynamiques qui leurs sont propres. Ces différentes dynamiques ne peuvent se départir de la notion même des publics. Cette dernière est englobante : elle ne peut être isolée en un principe distinct, mais constitue un paramètre intégré à chacun des 3 principes essentiels.

Le premier de ces principes de la notion de médiation est donc « les enjeux« .
Lorsqu’une solution de médiation est à trouver, au titre des enjeux de cette solution, je constate souvent 3 dynamiques : les enjeux stratégiques, les enjeux politiques, les enjeux pédagogiques et culturels.

Stratégiquement, une solution de médiation peut s’inscrire en effet dans une logique de conquête ou reconquête de publics spécifiques (les publics jeunes typiquement, mais aussi des typologies de publics spécifiques aux problématiques de sites, comme la conquête de publics de bord de mer par exemple). Toujours selon une approche stratégique, une solution de médiation peut également tenter de répondre prioritairement à des problématiques de contexte, propres à un site (rendre accessible des lieux impossibles, valoriser spécifiquement un type de document pour appuyer une démarche plus globale de positionnement d’image, etc.).

En ce sens, ce que je qualifie d' »enjeux stratégiques » rejoint parfois les « enjeux pédagogiques et culturels ». En effet, si stratégiquement il importe de concevoir un outil de médiation pour valoriser une image de site (par exemple : venez redécouvrir notre chef-d’oeuvre d’art roman grâce aux toutes nouvelles bornes en réalité augmentée) c’est bien que, dans la plupart des cas, le site en question peut se prévaloir d’un patrimoine spécifique qui gagne à bénéficier d’une médiation particulière. Il est donc aussi question d’enjeux pédagogiques.

La solution de médiation est en outre tributaire du fait « politique », car la culture est communication, et que le prescripteur est bien souvent le politique. Logiquement donc, une solution de médiation peut être conditionnée par l’expression d’un besoin de visibilité pure ou de bénéfice d’image (c’est très fréquemment le cas avant des échéances électorales). Mais en tant que prescripteur, le politique propose aussi souvent une vision, une conviction, qui se traduit parfois en attente de dispositifs spécifiques. Il n’est pas rare d’avoir un prescripteur qui demande, par exemple, une solution de médiation numérique et qui répond à la question « mais pourquoi une médiation de ce type ? » par « parce que je pense que c’est l’avenir, que c’est ce qu’il y a de mieux pour mon site ». Ce qui est, il faut bien l’admettre, une posture a priori.

Outre les enjeux qui lui sont affectés, la notion de médiation est aussi tributaire des contenus qu’elle doit mobiliser. Ces enjeux de contenus relèvent bien évidemment de dynamiques liées aux thématiques à traiter. Ces thématiques varient selon les sites, mais doivent toujours être hiérarchisées en « messages à transmettre » pour pouvoir être convenablement reçues par les publics.

Les enjeux de contenus relèvent aussi des « documents » qui pourront être mobilisés pour appuyer ces thématiques. Par « documents », il convient de comprendre ici « items » ou « objets ». En somme, les enjeux de contenus sont tributaires de la qualité des archives, œuvres, éléments architecturaux, etc. qui sont en la possession du prescripteur de la solution de médiation pour aborder les thématiques du site. Par exemple, vouloir aborder la thématique de l’art roman sur un site légitime parce qu’il a été un grand centre d’art roman, mais dont il ne reste aujourd’hui plus aucun vestige en élévation, aura obligatoirement une incidence forte sur la solution de médiation à trouver.

Les enjeux de contenus ne sont pas seulement tributaires des dynamiques liées aux thématiques ou aux documents. La conception d’une solution de médiation relève aussi très concrètement de l' »expertise ». Il s’agit bien là d’une problématique de contenus : la solution de médiation ne peut émerger que si le prescripteur dispose de la capacité à traiter la thématique et les documents, que s’il est en mesure de faire évoluer un propos scientifique en propos de médiation. On touche là aux enjeux de formation à la médiation, aux nécessaires métiers de la médiation. Les qualités requises pour être un bon conservateur ne sont pas les mêmes que celles nécessaires pour être un bon médiateur. Pour autant, conservation et médiation demeurent indissociables et complémentaires.

Dernier des trois enjeux conditionnant la conception d’une médiation : les moyens. Le déploiement d’une médiation dépend des moyens financiers. La nature du financement ouvre ou ferme des possibilités en autorisant ou pas l’intervention de spécialistes ou l’acquisition de matériels. Les moyens d’une médiation, ce sont aussi les médias et les technologies. Les médias à disposition pour l’action de médiation, qu’il s’agisse d’iconographies, d’audiovisuels, d’infographies, de fac-similés, ou autres, conditionnent cette dernière. Au-delà de l’objet lui-même ou de la capacité à traiter cet objet en un discours intelligible, la nature des médias affectés au dispositif de médiation est un paramètre important. Ce paramètre est d’ailleurs intiment lié au choix des technologies : solutions tactiles, solutions multimédia embarquées, interfaces « no-hands »… La technologie permet l’interface et l’accès aux médias, vecteurs du propos.

In fine, la médiation doit se situer à l’équilibre de ces 3 principes essentiels d’enjeux, de contenus et de moyens. Lorsque des déséquilibres sont constatés, l’action de médiation n’est pas optimale : elle est inadaptée à son contexte de déploiement.

Voir la Victoire de Samothrace en 3D... Quand on l'a face à soi ! Nintendo 3DS© au Louvre - Cliché © AVE Culture, 2012.
Voir la Victoire de Samothrace en 3D… Quand on l’a face à soi ! Nintendo 3DS© au Louvre – Cliché © AVE Culture, 2012.

Un bon exemple est celui de la mise en place de la Nintendo 3DS au Louvre. A mon sens, initialement, l’enjeu principal résidait moins dans des objectifs de médiation in situ que dans un positionnement visant une augmentation des locations des dispositifs d’aide à la visite et un bénéfice d’image. Ce dispositif satisfait probablement les objectifs initiaux mais, vu la logique d’enfermement des visiteurs sur les écrans du dispositif, sans aucun rapport au réel, il ne paraît pas optimal en terme de médiation sur site. Tous les boutons de la Nintendo 3DS sont nécessaires pour utiliser l’application, ce qui en rend l’usage très complexe, voire impossible pour un néophyte. Majoritairement plus familiarisés avec la console, les publics jeunes ont une bonne capacité d’utilisation de la console mais risquent fort de n’être que peu sensibles aux très riches mais trop nombreuses heures de contenus proposées. Certains partis pris sont aussi assez étranges : que penser de cette possibilité de voir en 3D, sur l’écran de la console, la Victoire de Samothrace alors même que le visiteur a la sculpture sous les yeux ! Personnellement, j’utiliserais cette application plutôt chez moi qu’au Louvre. D’ailleurs, ce guide interactif est désormais ouvert au téléchargement pour les détenteurs de cette console en dehors de l’enceinte du musée. Et c’est une très bonne chose car, malgré les écueils ici évoqués pour une utilisation sur site, il s’agit là tout de même d’une réalisation exceptionnelle si l’on se focalise sur la qualité des contenus et de la production. Par contre, en raison de la prévalence des enjeux stratégiques, l’usage sur site est incohérent. Le bénéfice d’image est réel, le taux de prise augmenté, mais l’obligation d’utiliser la Nintendo 3DS pour acter le partenariat ne permet pas une simplicité d’usage pourtant indispensable en contexte de visite et crée les conditions d’un enfermement des visiteurs dans l’interface (donc, paradoxalement, une distanciation vis-à-vis des œuvres).

2. Tous ces outils ou dispositifs dits de médiation que l’on range plutôt du côté de l’offre, de l’objet, du discours descendant, est-ce vraiment de la médiation ? Ne doit-on pas parler plutôt de valorisation ou de vulgarisation ? N’oublie-t-on pas le public ?Finalement ne propose-t-on pas une vision trop statique de la médiation, en partant des outils ? Ne pourrait-on pas intégrer du mouvement dans la réflexion sur la médiation en considérant à la fois le point de départ (d’où part la médiation, de l’objet, du dispositif ou du public ?) mais aussi ce qui se passe entre les trois ?

Ces outils sont forcément à ranger du côté de la médiation puisque le public les reçoit en tant que tels : il y trouve un propos sur les œuvres exposées ou le site visité, et c’est bien là un des enjeux essentiels de sa visite.

Reste qu’une médiation est plus ou moins satisfaisante. C’est pour cela qu’il faut produire une réflexion initiale lors de la conception : la solution proposée doit être la résultante des 3 notions que j’ai évoquées (enjeux, moyens, contenus). L’usage va être conditionné par les enjeux (à qui je m’adresse ? pour quelles raisons ?), les moyens choisis (selon quelle interface ? avec quels médias ?) et le contenu (pour dire quoi ? selon quelle logique ?).

En somme, le public n’est pas oublié : il sous-tend la réflexion menée sur chaque notion, il constitue un paramètre qui englobe les différentes variables de conception. Ne pas définir les publics comme une des variables de conception, c’est acter un double constat.

D’une part, les usagers sont assez passifs en contexte muséal. Ils attendent un contenu et, quand ils sont acteurs, ils sont acteurs de ce qu’on leur propose. On a trop souvent négligé le plaisir qu’ont les publics à voir et à écouter plutôt qu’à invariablement agir. Les technologies permettent l’interaction, mais les publics n’en veulent pas toujours.

D’autre part, il me semble que les typologies très fines et a priori de publics ne sont pas réellement efficientes pour ce qui est de la définition des dispositifs. Dans la plupart des configurations, le propos culturel à vocation à être universel. En cette qualité, il s’adresse souvent à la plus large audience possible. Par ailleurs, jamais les visiteurs ne se comportent strictement comme on le projette initialement. Ces acteurs là ne suivent que rarement la mise en scène : ils s’adaptent, improvisent, détournent. S’il est possible de constater les usages, de les analyser et de les modifier en fonction d’adaptations menées sur un dispositif de médiation au cours de sa vie muséale, il est en revanche très difficile d’anticiper convenablement les expériences que les usagers vont avoir avec le dispositif.

C’est pour cela qu’il est préférable d’ouvrir des possibles que de contraindre des usages. Le plus efficace est de permettre l’arbitrage des visiteurs dans leur pratique : hiérarchiser les informations, être très clair sur les potentialités du dispositif et sur les différentes clés de lecture offertes.

L’exposition documentaire, où l’on met en regard l’œuvre au travers d’une information neutre, cognitive, factuelle, ne marche pas ou plus vraiment. Enfin, tout du moins, cette seule démarche cognitive est très fortement concurrencée par l’accès démultiplié aux données numériques. Il est donc plus complexe de positionner le seul accès au savoir comme motif de déplacement sur site et d’usage pour un dispositif. En effet, pourquoi m’embêter à lire un long panneau debout dans une exposition alors que ce je peux me documenter sur le sujet assis confortablement devant mon ordinateur en sirotant ma boisson préférée, mon chat sur les genoux ?

L’élément entre l’objet et le visiteur, qui est à l’origine de la médiation, c’est le médiateur lui-même, c’est-à-dire celui qui revendique cette place. Le dénominateur le plus large de la médiation est donc l’élément d’intercession entre l’objet et la personne.

Production de feu – atelier « Vie Quotidienne ». Cliché © Patrick Fraysse, 2015.

Cette définition est très large, et ouvre quelques paradoxes. Dans ces conditions, en effet, même l’absence physique de médiation peut créer une rencontre. Un objet, par sa seule présence dans le musée, propose du sens, reçu ou pas, interprété ou pas par le visiteur. Cette variable de la présence de l’objet ne peut pas être évacuée dans la mesure où le contexte (le musée) signifie déjà que l’objet a quelque chose à raconter et que le visiteur par sa démarche de visite vient chercher quelque chose.

C’est là, je crois, que le parti pris est important. A partir de cette situation on peut raconter une histoire mais il faut faire le choix d’un angle d’attaque, d’une narration. Il me semble en effet que, de nos jours, les visiteurs recherchent le regard des spécialistes, une histoire. Ils recherchent des clés de lecture mais à partir d’un angle d’attaque singulier, original voire surprenant. Leur posture initiale n’est pas forcément offensive et active, mais ils apprécient les partis pris audacieux qui savent les convaincre.

Je pense que le parti pris dans la médiation permet une vraie rencontre entre l’objet et le visiteur. Un angle d’attaque très fort est à même de surprendre les visiteurs, de les saisir là où ils ne s’y attendent pas. Il ne s’agit pas de produire du sensationnalisme mais bien du sentiment. L’approche sensible est celle qui est la plus efficace, car l’émotion est le meilleur vecteur de l’apprentissage. Associez un sentiment à une information et cette information sera retenue, intégrée, démultipliée.

Ce qui est efficace, c’est donc de produire un choc entre ce que porte l’objet, sa signification propre dans la culture dans laquelle il est placé et ce que porte le visiteur et sa posture de visite. Finalement c’est ce choc entre deux représentations qui permet une rencontre.

3. Avec La compagnie du Petit Meschin justement vous proposez une expérience de médiation qui vous permet aussi de prendre en compte les représentations du public, in situ, au moment de la confrontation du récit que vous proposez et de ses connaissances souvent partielles ou fragiles. Comment qualifier cette approche ludique de l’histoire ? Peut-on la aussi parler de médiation ?

La narration est essentielle dans la médiation, et c’est ce que nous essayons de proposer avec notre association, la Compagnie du Petit Meschin.

De nombreux « bons » dispositifs multimédia, dans leurs approches sensibles et immersives, relèvent de cette logique narrative. La seule approche documentaire, donc cognitive, ne constitue pas une médiation puisqu’il n’y a pas de rencontre entre le propos et le visiteur. C’est donc un défaut de médiation ou, tout du moins, une médiation inadaptée aux usages majoritaires.

Il est important, lorsqu’on met en œuvre un dispositif de médiation, d’être dans une posture empathique : capable de se projeter dans les contextes, les états d’esprit et les multiples usages potentiels des publics. Être empathique tout au long du processus de conception n’est pas chose aisée, notamment parce que cela implique de sacrifier du contenu sur l’autel du bon usage espéré. Pour autant, bien des concepteurs d’expositions ou de dispositifs, en travaillant assis et en conscience du sujet, me semblent avoir une tendance naturelle à privilégier le fond et la complexité en oubliant quelque peu que les visiteurs sont debout et souvent pressés.

Si l’interface d’un dispositif de médiation nécessite un effort d’apprentissage pour être comprise, on atteint très vite les limites pour le visiteur car sa capacité cognitive est rapidement saturée en contexte de visite. De même, si le propos offert par le dispositif est un développé complexe, même bien documenté et bien mené, la probabilité est forte de perdre l’utilisateur en cours d’usage, car il saturera au plan cognitif.

En contexte de visite de site ou d’exposition, j’ai le sentiment qu’un travail de médiation par « touches » est plus adapté : varier les points de vue, basculer d’un propos cognitif vers un propos plus sensible et inversement, diversifier les moyens d’accès aux contenus tout en maintenant une même logique de cheminement, etc. Et toujours permettre les approfondissements lorsqu’une « touche » fait mouche, pour permettre au visiteur de satisfaire sa curiosité et de prolonger sa découverte.

Lorsqu’il s’agit de médiation humaine, la narration est plus aisée à mettre en œuvre. Avec la Compagnie du Petit Meschin, le ressort narratif est d’autant plus renforcé que nous nous appuyons sur le décorum de nos ateliers ou de nos spectacles, des costumes historiques et une logique scénaristique qui lie les personnages entre eux.

Le Petit Meschin est un personnage réel, historique. Ça veut dire le petit gars ou le jeune homme. C’est un mercenaire, un capitaine, qui a œuvré lors de la deuxième moitié XIVe siècle dans le contexte trouble de la Guerre de Cent Ans. On connaît finalement peu de choses sur lui. Il a plutôt travaillé pour les anglais, et a été écartelé à Toulouse.

Nous sommes 4 membres actifs dans l’association, et nous renforçons nos effectifs avec d’autres intervenant pour des besoins ou des ateliers spécifiques. Aymeric joue un rôle essentiel dans l’association, car il est à la fois intervenant et gérant de l’activité. Il est menuisier de formation, à un parcours professionnel qui l’a amené à travailler dans l’humanitaire. Aujourd’hui, il vit de son travail au sein de l’association. Ce que je trouve remarquable, c’est qu’il s’agit d’un autodidacte en histoire : par ses lectures et son seul intérêt, il a su se spécialiser sur cette période complexe et fascinante qu’est le bas Moyen Age.

La Compagnie du Petit Meschin est pour moi la possibilité de directement côtoyer les publics dans une action de médiation. Notre approche sensible, ludique et immersive me permet de comprendre les niveaux de questionnement des publics. C’est lors de mes interventions dans le cadre de l’association que je prends conscience à quel point l’histoire est une construction permanente.

Actuellement, l’histoire médiévale souffre énormément de sa médiation. Elle est majoritairement portée par des animateurs et des troupes de piètres reconstitueurs qui négligent l’effort de recherche et de documentation, qui ne sont pas assez exigeants dans leur approche de la médiation. Cette médiation là est une caricature permanente et complètement fossilisée. Les archétypes hérités de la vision romantique du XIXe siècle y demeurent : le bas Moyen Age n’est alors qu’un agglomérat informe ponctué de quelques dates phares et constitué de troubadours, de cracheurs de feu, de chevaliers braillards, de catins ou de princesses, de voleurs vivant dans les bois, de paysans harassés de travail et complètement soumis à des seigneurs tout puissants. Resurgissent alors invariablement les croisades, les templiers et les cathares, pèle-mêle, avec en toile de fond un château fort ou une cathédrale.

Le visiteur, qui a besoin de prises pour accrocher sa représentation de la période, s’appuie sur la force de ces images romantiques. Ces repères faciles de prime abord sont déceptifs dès lors qu’en approfondissant le sujet avec un minimum de sérieux, n’importe qui s’aperçoit que l’image proposée est non pas seulement caricaturale, mais bien absolument fausse.

La relation de confiance est centrale dans l’action de médiation. Si un médiateur se positionne en tant que tel, c’est qu’il revendique être un spécialiste. Non pas un scientifique absolument docte du sujet, mais un sachant qui met en œuvre ses connaissances pour les transmettre au mieux. S’il s’avère que la proposition n’est qu’artifice ou spectacle alors que la promesse d’une médiation comporte aussi la transmission d’un propos fondamental sur une thématique donnée, alors il s’agit d’un profond manque de respect vis-à-vis des publics. Or les publics apprécient qu’on les respecte en leur proposant un propos étayé et honnête. Ils préfèrent qu’on leur transmette un état de la recherche et des questionnements plutôt que de fausses certitudes.

A la Compagnie du Petit Meschin, on essaye de proposer une visite équilibrée entre ateliers statiques très documentés et interventions plus spectaculaire. Par exemple, à partir d’un atelier de forge ou d’haubergier (ndla : fabricant du haubert, la fameuse « cotte de mailles »), on évoque un artisanat, puis l’équipement issu de cet artisanat, pour évoquer enfin les batailles qui interviennent dans un contexte donné… On dépeint alors peu à peu la richesse et la complexité de la société médiévale du XIVe siècle.

Initiation à la forge - atelier
Initiation à la forge – atelier « Forge ». Cliché © Nicomphoto, 2014.

On s’appuie aussi sur les images fortes, archétypales, du bas Moyen Age. Mais plutôt que de les subir, on les manipule à bon escient. Par exemple, à heures régulières, on produit un spectacle : des combats. Ici, l’image du milites combattant est mobilisée.

Dans Lou Ceucle (ndla « Le Cercle ») j’arrive avec une bannière et je me présente comme Louis de Catalo, capitaine de route, au service d’un seigneur dont voici l’emblème. Et je décris l’emblème du Prince Noir, Edouard de Woodstock, la fleur de Lys, le lion léopardé anglais et le crénelage. C’est alors que Martel, en armes et armure, arrive et lit un extrait du traité de Brétigny. Ce traité, en vieux français, acte la somme que doit verser le royaume de France pour la capture du Roi Jean à la bataille de Poitiers, et liste tous les territoires qui reviennent à la couronne d’Angleterre suite aux défaites successives des Valois. Aymeric explique qu’ils sont des mercenaires anglo-gascons et qu’ils viennent s’assurer de la bonne application du traité par le peuple de France. Désormais les publics et le site sont sous domination anglaise. Pour prouver la suprématie des armées anglo-gasconnes, Aymeric et Martel opèrent un combat courtois, plutôt impressionnant par sa vélocité et sa force. Dès le début du combat, notamment en raison des quolibets que les deux mercenaires lancent à l’endroit des spectateurs, ces « maudits françois« , le public devient « hostile », et siffle copieusement l’un ou l’autre des combattants, et par la même le roi d’Angleterre.

Cette approche participative, très spectaculaire, où deux gros costauds se mettent des grands coups d’épées est distrayante. Elle prête à sourire et est parfois un peu déroutante pour les spectateurs. L’intérêt tient en ce que l’essence même du combat à un fondement historique solide, et que ces mêmes protagonistes se retrouvent à disposition du public sur les ateliers pour fournir toutes les réponses aux questionnements qui ont pu émerger, ou pour amener des éléments de compréhension complémentaires. En étant honnête dans sa démarche de médiation, on peut donc satisfaire le besoin naturel de spectacle et d’imagerie forte sans sacrifier la qualité du propos ou les références historiques.

Beaucoup de la qualité de l’échange dans la médiation dépend du contexte : en terme de perceptions et d’attentes des publics, on perçoit une réelle différence entre les interventions au sein de sites patrimoniaux, comme le château de Foix par exemple, et les interventions lors des « fêtes médiévales », manifestations estivales qui animent villes et villages.

Dans les sites patrimoniaux, les visiteurs s’acquittent d’un droit d’entrée et s’attendent à un propos culturel étoffé. Nos interventions sont une des prestations de la médiation globale du site, elles surprennent parfois mais ne déroutent pas vraiment. Les visiteurs sont attentifs à la solidité du propos de la médiation, et sans rechigner sur les aspects spectaculaires, aiment plus prendre le temps d’écouter et d’approfondir.

Les fêtes médiévales estivales offrent un contexte complètement différent. J’ai le sentiment que notre démarche d’exigence du propos et, autant qu’on le peut, de médiation qualitative, est sacrément malmenée par un contexte défavorable. Il m’est souvent arrivé de subir la proximité de compagnies à la médiation catastrophique. Tel cet artisan qui explique, sans sourciller, qu’au Moyen Age les casques pesaient 8 kg et les épées 10 kg ! Lui-même, chaudronnier de profession, fabriquait en dépit de toute recherche typologique et archéologique, des simili-épées dans des lames d’acier. On est très souvent confronté à ces « anti-médiations », très néfastes car à même de durablement corrompre la perception des publics.

A côté de tels énergumènes, je me sens parfois un peu seul avec mon atelier pédagogique, costumé avec un habit civil mi-XIVe, très sourcé, assez pointu. Incarnant dans la mesure du raisonnable mon personnage, j’accueille les publics avec des gestes de la vie quotidienne. Je développe alors un propos sur la culture matérielle, l’hygiène, le costume, etc. Ce faisant, je montre comment et avec quoi l’on produisait du feu ou l’on se lavait au bas Moyen Age, quels éléments de costumes étaient portés et comment, ce que cela signifiait, etc. J’essaie de proposer une approche analogique avec le quotidien contemporain : la lumière, la propreté, la nourriture, le costume, etc. Je montre comment le costume médiéval nous renseigne autant sur les gens que le costume aujourd’hui.

Si les stéréotypes et l’anti-médiation circulent encore dans bien des fêtes médiévales, au-delà de la paresse intellectuelle de certaines troupes, c’est peut-être parce que le Moyen Age est une période imparfaite. 1000 ans d’histoire ne couvre pas une société unique et invariable. Il n’existe pas un Moyen Age mais bien des Moyens Ages.

C’est la première notion que j’essaie de transmettre aux visiteurs : « le Moyen Age, ça n’existe pas ». Il y a différentes périodes. Une personne du début du Moyen Age ne pense pas, ne mange pas, ne vit pas, ne perçoit pas le monde de la même manière qu’au milieu ou à la fin de la période. Il n’y a pas plus de similitudes entre Charlemagne et Jeanne d’Arc qu’entre Jeanne d’Arc et Louis XIV. J’essaye de leur faire comprendre ce défaut de temporalité. Or, dans l’enseignement primaire par exemple, où on regroupe ces 1000 ans en 2 ou 3 leçons : mérovingiens, carolingiens et capétiens se côtoient en quelques heures. Les écoliers demeurent donc bloqués sur cette temporalité très longue et la force des clichés l’emporte sur la précision.

Mais ce travers de l’enseignement peut être une force pour la médiation. Lors de mes interventions, j’apprécie d’entrer par le cliché en le démontant immédiatement : je demande par exemple « à votre avis est-ce que je suis sale ? Est-ce qu’à une époque où l’on peut mourir d’une rage de dents qui se sur-infecte on se laisse pourrir les dents sans se les laver, comme le tristement célèbre Jacquouille la fripouille ? ». L’évidence de la réponse, « non, bien sûr, on se lave au Moyen Age comme avant ou après cette période d’ailleurs » permet d’ouvrir un propos intéressant, sur la mixité et l’omniprésence des bains publics au XIVe siècle, par exemple, ou sur la fonction sociale de la propreté.

Notre travail est très bien reçu par les visiteurs, qui sentent et apprécient le travail de fond et l’approche originale. Sans même expliquer toute notre démarche, le simple fait de porter un costume historique dénote. Sa seule qualité historique et archéologique est perçue, presque naturellement. Il n’est pas comme celui de la plupart des autres compagnies, à savoir la résultante d’un assemblage de pièces de costumes issues de périodes hétéroclites et sans significations réelles. Il propose une cohérence, s’appuie sur une réalité sociale passée, est porteur de sens jusque dans ses moindres détails, dans la mesure de nos connaissances et de nos capacités de, bien sûr. Les visiteurs comprennent cet effort. Ce faisant, ils nous témoignent aussi bien souvent d’un sentiment de déficit d’enseignement de l’histoire en général, et de la période médiévale en particulier. Les publics opposent le travail de l’Education Nationale à notre démarche. On voit bien que, dans la transmission des savoirs, l’approche cognitive prime là encore moins que l’approche sensible. C’est-à-dire qu’enseigner le Moyen Age avec un manuel dans un contexte scolaire a apparemment moins de portée auprès des publics actuels que d’expérimenter le Moyen Age avec quelqu’un en costume. Les gens sont plus ouverts à cette expérimentation de l’histoire.

Il ne faut pour autant pas être manichéen : les dérives de l’expérimentation sont nombreuses, notamment en raison d’un déficit de formation et d’encadrement de cette pratique. Et, une fois de plus, il me semble important de rappeler que reconstituer sans le bénéfice de la recherche et l’appui d’une réflexion ponctuée de repères est vain. Il s’agit, ici encore, de proposer une médiation à l’équilibre du sensible et du cognitif.

Pour citer ce billet : "La médiation ou le choc des représentations…", par Patrick Fraysse, publié sur Com'en Histoire, le 3 septembre 2015. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/519.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *