Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante…

En ce mois de juillet 2015, au moment où les musées sont envahis par les touristes de toutes nationalités, Com’ en Histoire vous propose de lever le voile sur un aspect bien souvent ignoré des visiteurs, le « laboratoire des médiations » d’un musée. Nous nous interrogeons tous sur la meilleure façon d’accueillir les publics, de donner envie de pousser la porte d’entrée et surtout de revenir. Quels dispositifs inventer pour rapprocher les publics des œuvres, quel sens leur donner, comment vulgariser l’histoire de l’art ? Etc. Pour répondre à ces questions sur la médiation culturelle, nous avons choisi d’observer ce qui se passe dans les coulisses du « plus grand musée du monde », le musée du Louvre à Paris où nous supposons que la réflexion sur la médiation culturelle est une préoccupation permanente pour accueillir plus de 9 millions de visiteurs par an.
C’est donc Marina-Pia Vitali, sous-directrice de la médiation dans les salles, à la Direction de la Médiation et de la programmation culturelle au musée du Louvre qui répond à nos trois questions. Elle occupe depuis 2014 ce poste qui rassemble, dans ce qu’on pourrait appeler un « schéma général de la médiation », la conception, la production et la programmation de la signalétique, de la médiation humaine et des outils d’interprétation et d’aide à la visite. Autant d’opérations, d’outils, de dispositifs qui s’interposent entre les œuvres et le public pour créer du lien, la plupart du temps de manière transparente.
Au Louvre depuis 2009, Marina-Pia Vitali décline, avec ses équipes, une trilogie de médiations, écrite, numérique et humaine et déploie une réflexion sur la notion de médiation à partir d’une pratique et d’une expérience acquises dans différentes institutions en tant que mannequineuse (soclage et conservation préventive textile), puis dans la médiation culturelle à la Ville de Paris et au Centre des monuments nationaux où elle a eu la charge du service éducatif de la Conciergerie, de la Sainte-Chapelle et des Tours de la cathédrale Notre-Dame de Paris. C’est cette expérience de terrain et cette pratique empirique de la médiation – après des études en Histoire de l’Art (spécialité antiquité grecque et indienne) à l’université François Rabelais de Tours et au CREOPS à Paris – qui font du témoignage de Marina-Pia Vitali, un témoignage précieux dans notre dialogue avec les praticiens du patrimoine et les chercheurs en histoire et sciences de l’information et de la communication.

1. Le musée du Louvre a récemment réorganisé son organigramme et créé une Direction de la Médiation et de la programmation culturelle au sein de laquelle vous avez la responsabilité de « la médiation dans les salles ». Pouvez-vous nous expliquer comment le « plus grand musée du monde », qui accueille plus de 9 millions de visiteurs par an, envisage d’accompagner cet afflux à partir d’une politique ou d’une stratégie de médiation ?

En tant que sous-directrice de la médiation dans les salles, j’encadre trois services d’une trentaine de permanents et près de 70 médiateurs face public. Ces services régissent la conception, la réalisation, la production des outils d’aide à la visite et la programmation avec médiateur c’est-à-dire tous les dispositifs de transmission des savoirs sur le musée, ses collections et le palais. Le palais est un sujet à part entière car les collections sont abritées dans un « château » ayant traversé l’Histoire de France. Et ce sujet interpelle nos visiteurs car ils expriment eux-mêmes à 67% leur souhait de le découvrir. Ce chiffre peut paraître étonnant. Les publics ne viennent pas uniquement pour les chefs-d’œuvre mais aussi pour visiter un lieu patrimonial. Cette donnée provient du Baromètre des publics du Louvre réalisé chaque année par le service Etudes et Recherches (Direction de la Recherche et des Collections au musée du Louvre). Cet outil assez unique rassemble toutes les données quantitatives d’identification des publics (fréquentation, origine géographique, genre et âge, expérience de visite, situation professionnelle, parcours de visite, lien avec le musée, etc.).

Au sein de ma sous-direction, nous avons la charge de concevoir et mettre en œuvre des programmes pédagogiques et culturels à partir du projet scientifique et culturel du musée et des projets commandités par la direction générale et les départements. La nouvelle organisation du musée nous permet de maîtriser toute la chaîne de fabrication de la médiation : les conservateurs ou commissaires posent leurs intentions scientifiques et nous identifions avec eux les quelques fils rouges qui nous semblent opportuns à transmettre à des publics ciblés. Ensuite, vient le choix du bon outil. Notre force se trouve dans la complémentarité des profils de notre équipe : historien d’art, graphiste, planificateur, médiateur, muséologue, plasticien, signaléticien, anthropologue forment trois équipes : le service des Programmes de médiation, le service Graphisme et Signalétique et le service des Activités et Visites-conférences.

Nous pourrions présenter nos champs d’action ainsi. D’abord, la médiation écrite a pour objectif d’être repensée (fond et forme) pour répondre aux besoins des visiteurs au plus près des œuvres.  Le cartel, les textes de salle, le titrage des collections, la cartographie et la chronologie sont des outils travaillés dans le cadre du projet de refonte de l’écrit dans les salles. Ce projet inclut par ailleurs la question de la numérotation des espaces et de l’orientation des publics dans le musée.

De plus, pour compléter les besoins des publics qui souhaitent visiter en toute autonomie, nous proposons des outils de médiation numérique in situ. Des dispositifs fixes de contextualisation (par exemple, très utile pour retracer la création d’une cité disparue) et l’audioguide, très utilisé par nos primo-visiteurs dans les collections. C’est à la fois un outil de visite autonome et un outil de guidage comme son illustre cousin, le parcours papier.
Enfin, la médiation humaine offre une autre posture. Les intervenants d’ateliers et les conférenciers de la Réunion des musées nationaux accueillent à travers une programmation variée (visites, ateliers de création plastique, contes et cycles de conférences) des groupes scolaires, familles, personnes en situation d’handicap, adultes en découverte, etc. Le facteur intéressant dans la médiation humaine, qui est valable dans toute institution culturelle et encore plus dans un musée de notre dimension, c’est le facteur d’adaptation. Nous avons plusieurs publics ayant un lien au musée et un souhait d’expérience de visite hétérogènes. Notre intention est de mieux servir les visiteurs du musée afin de leur offrir une belle expérience de visite. C’est pourquoi, parallèlement à l’exécution de tous ces programmes, nous rédigeons un schéma général de médiation dans les salles.

Médiation présentielle devant les oeuvres. © 2011 Musée du Louvre / Florence Brochoire.
Médiation présentielle devant les oeuvres. © 2011 Musée du Louvre / Florence Brochoire.

Pour s’assurer du bien fondé de notre démarche, nous travaillons étroitement avec le service Etudes et Recherche. C’est une chance d’avoir une ressource telle au sein de notre établissement. Le Baromètre des publics nous donne la clef. L’organisation de focus groups, d’études de réception, d’analyse de prototypes ou la présentation de l’état de la recherche sur les politiques des publics nous donnent des éléments de réflexion. Ces études de publics nous permettent en effet de vérifier la pertinence de nos objectifs et de nos démarches voire  de déplacer le curseur si besoin. Par ailleurs, pour des publics plus spécifiques, nous faisons appel aux partenariats associatifs ou d’état du musée pour mettre en place des groupes d’usagers.

Notre chance en tant que professionnels de la médiation est que nous sommes consultés et associés dès le début d’un projet. Au Louvre, quand on conçoit des dispositifs de médiation ou un projet, tout le monde est autour de la table. Tout le monde est là dès le début de l’écriture du programme.

2. Pour définir la médiation, on se pose parfois la question en termes de fonction, de mission ou de domaine professionnel ? Est-ce que c’est vraiment un métier ?

Pour montrer toute la chaîne de médiation, j’ai cité des médiations écrite, numérique et humaine car le Louvre en l’espèce est un cas à part. Les missions que nous assumons par métier d’expertise sont la plupart du temps générées et réalisées par une personne faisant appel à de multiples compétences. La dimension de notre musée nous oblige à nous spécialiser dans chaque domaine de la médiation. Mes collègues d’autres institutions assument souvent seuls, l’ensemble de ses missions.

On pourrait définir la fonction de la médiation comme le troisième homme. C’est une courroie de transmission, un émissaire entre le discours scientifique du musée centré sur les œuvres et le public. Etre présent ne signifie pas être ostentatoire mais signifiant. Nous devons faire tomber les barrières et non pas en créer de nouvelles. Entendons-nous bien : notre rôle est d’aider le visiteur à profiter pleinement de sa visite et partir à la découverte d’un monde plus ou moins connu. Nous sommes donc des messagers de l’ombre qui donnons habilement du sens à des choses qui peuvent paraître obscure au plus grand nombre.

On est donc une aide à la transmission. Ça, c’est la mission. Et cette transmission ce n’est pas que du savoir. C’est aussi comprendre que ce patrimoine est partagé et à partager. Donner seulement des clés de compréhension et d’analyse d’une œuvre n’est pas suffisant. Le musée doit aussi donner du plaisir aux gens, donner des clés de lectures variées et assumer son rôle social dans la cité.

Vous me demandez si la médiation est vraiment un métier ? Poser ainsi, c’est accrocheur et un peu provocateur. La médiation culturelle a fêté ses 30 ans. Bien souvent, quand on parle de médiation culturelle, on pense aux actions menées par une personne face public. C’est logique, puisque l’origine de la médiation culturelle vient de l’éducation populaire et du spectacle vivant qui ont produit des dispositifs de médiation bien avant les musées.
Mais avoir comme profession la médiation, c’est beaucoup d’autres choses qui sont souvent minimisées par les établissements employeurs, voire par la profession elle-même.
Nous rentrons dans un débat délicat ayant la chance aujourd’hui d’avoir une reconnaissance de ma profession dans mon institution ; ce qui est rare dans notre domaine de compétence. La difficulté dans bon nombre d’établissements culturels est la légitimité qu’ils donnent à la médiation.

Quand on parle du métier de médiateur, on l’associe directement à la personne qui accueille et anime une activité face public ; c’est la partie la plus visible de la médiation aussi bien par les personnels de musée que le public. On s’attend dorénavant dans  toute institution culturelle à pouvoir suivre une visite ou un atelier. Quand on passe à d’autres champs d’action que peuvent recouvrir le métier de médiateur (conception d’outil multimédia, de parcours papier ou de contenus éditoriaux), ils sont ignorés.

Valoriser les compétences des équipes de médiation ne passe pas uniquement à la programmation présentielle. Le métier de médiateur (face public) n’est pas l’unique métier de la médiation. Si l’on prend le cas atypique du musée du Louvre, nous avons aujourd’hui l’opportunité de jouer sur cette pluralité de champs d’action. La légitimité des métiers de la médiation ne se joue pas uniquement sur la parole mais sur la complémentarité des outils conçus, élaborés et suivis par une équipe pluridisciplinaire. Entendre aujourd’hui comme définition du métier de médiateur est l’animation d’activités pour les enfants ne suffit pas (et n’a jamais suffi). La professionnalisation de la médiation (et le travail sur les statuts des personnels) a permis d’intégrer de nouveaux acteurs dans la médiation (en plus du couple traditionnel conservateur / guide-conférencier). Le domaine professionnel de la médiation a donc beaucoup évolué et c’est tant mieux !

Valoriser l’ensemble des missions d’un service des publics (programmation, scénarisation, planification, animation, gestion des budgets, administration –contrats, session de droits, etc.-, achat et gestion de matériel, etc.) est capital pour prouver sa plus-value dans une institution culturelle. Après, les choix opérés par l’établissement sur les modalités de recrutement ou des délégations de service public ne sont pas anodines mais pas insurmontables tant que nous tenons le discours, la ligne. Si les personnes en charge de la médiation sont associées dès le début du projet et dégagent les orientations souhaitées pour les publics dès la phase de conception, c’est gagné.

Donnons un exemple concret d’externalisation d’une partie de notre activité. Les visites-conférences du musée du Louvre sont assurées par des conférenciers de la Réunion des musées nationaux. Une convention lie nos deux établissements. La RMN a la plus-value de nous proposer des intervenants de qualité, ayant une belle maîtrise de la variété de nos collections. Le musée du Louvre pose les objectifs attendus pour les publics, les démarches attenantes et les souhaits de sujets. Les conférenciers travaillent en étroite collaboration avec son manager et le service des Activités et Visites-conférences, qui est le seul décideur de la finalité de la programmation, le seul garant du discours que souhaite porter le musée du Louvre vers ses publics.

Retenons de tout cela que le chemin est encore long pour les métiers de la médiation soient reconnus pleinement. D’ailleurs, votre question le démontre. La reconnaissance que nous apporte le « face public » est indéniable (et c’est parfois la seule). Mais le musée ne doit pas négliger les contributions complémentaires à tout niveau qu’amène la médiation.

3. Médiation, vulgarisation, interprétation ? On utilise souvent ces mots comme des synonymes de manière un peu intuitive voire comme une évidence. En prenant l’exemple du chantier actuel de refonte générale de l’ensemble des cartels du musée ou le projet de centre d’interprétation du palais, pouvez-vous nous donner votre avis sur ces notions ?

Le discours scientifique est tenu par les conservateurs et notre équipe est garante d’une vulgarisation exigeante de ce discours. « Vulgarisation » car notre travail est de permettre à tout un chacun de rentrer dans le « monde merveilleux » de l’Histoire de l’Art et du musée. « Exigeante » car nous souhaitons bien démontrer qu’il est possible d’être compréhensible sans tout niveler par le bas comme on l’entend parfois et que l’on souhaite conserver un propos pointu mais défini. Ouvrir le domaine du spécialiste tire les gens vers le haut en donnant peut-être l’envie à certains d’aller plus loin.

Pour illustrer ce que je viens de dire, je vais prendre l’exemple du « chantier des cartels » que nous avons lancé pour l’ensemble du musée. Dans les années 1980, le projet Grand Louvre a totalement repensé le musée et commencé à poser des principes sur la fréquentation du musée et ses publics. De là est né son premier service culturel qui avait eu pour consigne de répondre aux attentes du public d’amateur, fréquentant régulièrement les musées et familier du vocabulaire de l’histoire de l’art. Une génération plus tard, le musée du Louvre est toujours un lieu aimé par les amateurs mais aussi fréquenté par des non-initiés. Jean-Luc Martinez, notre président-directeur a lancé dès sa nomination le vaste chantier de réécriture des cartels du musée. Les projets des salles de la Vénus de Milo, du département des Arts de l’Islam et du musée du Louvre-Lens nous ont offerts des terrains d’expérimentation formidable. Un cadre éditorial, proposé au président-directeur et travaillé avec les directeurs de département, fait cohabiter un vocabulaire scientifique (nous sommes un musée de recherche et un domaine de spécialités) associant le mot juste aidant à définir, expliquer, compléter l’information sur l’objet. Si l’exercice est réussi, tout le monde s’y retrouve, l’amateur, l’étudiant, le touriste…

Oiseau fleur (station tactile du département des Arts de l’Islam) : © Marina-Pia Vitali.
Médiation pour tous les publics. Le dispositif « Oiseau fleur » (station tactile du département des Arts de l’Islam) : © 2013 Musée du Louvre / Marina-Pia Vitali.

C’est donc un travail fin et de longue haleine que conservateurs, médiateurs et traducteurs ont engagé pour trois années (40 000 cartels et 410 salles). Trois années durant lesquelles, nous allons remettre le visiteur au cœur de notre démarche afin de satisfaire leur curiosité tout au long de leur visite. 86% de nos publics visitent le musée en autonomie. 75% sont étrangers et pour beaucoup primo-visiteurs de nos collections. On voit bien la nécessité en tant que service public de répondre à des attentes légitimes d’informations complémentaires, disponibles au moins en anglais sur le contexte historique, les techniques, les usages et les créateurs.

Travailler la transcription des dates en chiffre arabe (et non plus en chiffre romain) sur les supports didactiques dans les salles favorise la compréhension du plus grand nombre. Compléter le titre d’une œuvre, replacer un site archéologique historique également dans sa situation géographique actuelle, donner en plus du terme scientifique sa définition est l’étape par laquelle nous devons passer pour offrir une entrée dans ce patrimoine universel. Des textes courts accompagnant les œuvres incontournables, répondent à une question forte en fonction de l’œuvre : la valeur créatrice, d’usage, historique, matérielle, etc.

Par exemple, indiquer systématique auprès du nom d’Athéna « déesse de la guerre et de la sagesse » confirme ou donne une information sur l’identité. Cela est tout à fait valable pour les personnages célèbres réels. Ce dernier point nous permet aussi de remettre parfois dans un contexte historique souvent mal connu de nos visiteurs étrangers (voire de nos concitoyens). Nos collections couvrant un large territoire géographique et chronologique, il est rare de pouvoir dire que l’on maîtrise l’ensemble des collections du musée. Nous sommes donc, même amateurs et visiteurs avertis, à un moment donné confronté à un domaine méconnu.

A partir de ce cadre éditorial et de recommandations d’écritures, un binôme est constitué : les rédacteurs d’un département travaillent avec un chargé de projet de médiation. Un premier travail de réflexion est réalisé en salle en amont pour choisir les œuvres et les sujets à aborder sur ces œuvres. Ensuite, à partir de l’existant, le rédacteur propose son texte que l’on amende si nécessaire au regard de la ligne et des objectifs posés. Après de nombreux mois d’acculturation, le chantier est bien lancé ! Les premiers résultats sont visibles dans les salles de Peintures françaises 18e-19e.

En ce qui concerne la notion d’interprétation, je crois pouvoir dire que nos outils sont aussi des outils d’interprétation dans la mesure où on donne un avis, on propose un point de vue. Il y a aussi dans « interprétation » l’idée d’action. On fait quelque chose. Le centre d’interprétation permet de recontextualiser. Le musée décontextualise par définition. L’interprétation redonne du sens par l’évocation du contexte et propose aux gens d’être acteurs. Le but du futur centre d’interprétation de l’Histoire du Louvre sera d’expliquer le musée, le palais et l’histoire des collections au cœur même du musée puisque le projet va s’implanter dans le pavillon Sully sur trois niveaux. Le discours sera tourné autour de l’histoire du palais, de son architecture, de ses habitants. Une part belle sera également consacrée à l’histoire et la constitution de ses collections. Enfin, une salle présentera les missions du musée, son rôle dans la société et ses projets. Le centre d’interprétation ouvrira en juin 2016. Néguine Mathieux, chef du Service Histoire du Louvre, en charge de ce projet, coordonne tout le propos scientifique en collaboration avec ma sous-direction qui met en œuvre le programme de médiation (écrite, numérique et humaine). Ce service Histoire du Louvre est récent. Il a pour mission de conserver et valoriser les collections issues des fouilles archéologiques au Louvre. Il doit également mettre en valeur l’histoire du palais-musée dans les collections permanentes et dans le cadre de recherches.

Pour citer ce billet : "Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante…", par Patrick Fraysse, publié sur Com'en Histoire, le 17 juillet 2015. Lien : http://cehistoire.hypotheses.org/498.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *