Catégories
Audrey Tuaillon Demésy Les dialogues de "Com'en Histoire"

L’histoire mise en vie ou l’apprentissage “par corps”…

En cette période où l’année universitaire arrive à sa fin, nous repartons, avec ce nouveau Dialogue, du côté de l’histoire vivante et de la reconstitution historique tant prisée durant la période estivale, avec une nouvelle discussion engagée avec Audrey Tuaillon Demésy, docteure en sociologie et Maître de Conférences en STAPS à l’Université de Franche-Comté (laboratoire C3S, EA 4660). Sa thèse soutenue en 2011 portait sur l’histoire vivante médiévale et ses travaux de recherche actuels portent sur les activités de loisirs dites “alternatives” (telles que la reconstitution historique, le quidditch, les concerts punk, etc.). Elle est responsable du programme ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), qui cherche à délimiter la notion d’imaginaire pour mieux comprendre le fonctionnement de ces loisirs “non traditionnels”. Ce dialogue nous permet de revenir sur les différentes façons d’interpréter et  de vivre l’histoire au quotidien, à partir de pratiques aujourd’hui largement partagées. Le regard socio-anthropologique d’Audrey Tuaillon Demésy donne à voir une histoire incarnée par des gestes et des techniques, fortement ancrée dans le contemporain. 

1. A partir des enquêtes que vous avez menées pendant votre thèse notamment, pourriez-vous nous expliquer ce qu’est l’histoire vivante ? Comment l’histoire vivante entretient-elle un double rapport au passé d’une part et au présent d’autre part ? Pour le dire autrement, quel rapport à l’histoire permet-elle de développer pour ses pratiquants aujourd’hui ?

L’histoire vivante est principalement une activité de loisir, même si certains acteurs de cette pratique sont aussi des professionnels (artistes, artisans, formateurs…). Elle consiste à exposer des réactivations du passé dans le présent, sous l’angle d’activités corporelles. L’objectif des pratiquants est de re-créer ou de mettre en vie des événements ou des manières de faire appartenant à un passé révolu.

Plus précisément, l’histoire vivante peut être divisée en trois grandes activités.

  •  La reconstitution historique vise à mettre en vie, notamment grâce à la fabrication et au port de costumes, des situations de la vie quotidienne du passé (artisanats, marches militaires, tentatives culinaires, etc.).
  • Les Arts martiaux historiques européens (AMHE) sont l’étude et la mise en mouvement de gestes techniques martiaux. Ils mettent l’accent sur la démarche mise en œuvre pour retrouver des techniques disparues, des sources primaires à l’expérimentation corporelle.
  • Enfin, un ensemble d’autres activités entrent dans le cadre de l’histoire vivante, car elles ont pour but de transmettre des connaissances historiques en mobilisant les sens et diverses modalités de création : construction de parcs archéologiques, médiation culturelle historique (visites guidées en costumes, par exemple)…

Les pratiquants d’histoire vivante (reconstituteurs comme pratiquants des arts martiaux historiques (AMHeurs) cherchent à transmettre l’histoire en dehors des conventions habituellement retenues. De fait, leur objectif est de montrer que d’autres manières d’apprendre l’histoire existent, au-delà des vitrines figées des musées ou des livres d’histoire. Pour cette raison, les pratiquants accordent de l’importance à la re-création des objets, et la culture matérielle ainsi que le “petit patrimoine” – comme l’évoque Laurent Sébastien Fournier1 – qui forment des outils à partir desquels s’exprime l’histoire vivante. Celle-ci est ainsi matérielle et, par extension, corporelle. En effet, les objets sont re-créés pour être utilisés. Par exemple, les costumes des reconstituteurs sont souvent réajustés lorsque ceux-ci viennent à se déchirer parce qu’ils n’étaient pas adaptés à une situation de la vie quotidienne. De la même manière, c’est en se servant de leur vaisselle en céramique que les reconstituteurs expérimentent le goût d’une cuisson en oule2… Ainsi témoigne Jean, un reconstiteur, à propos des façons de manger au cours des rassemblements :

On refait des recettes comme celles du Mesnagier de Paris, par exemple, donc la composition est très différente de ce que l’on a habituellement dans l’assiette quotidienne du XXIème siècle.

Jean, reconstituteur
Un campement de reconstitution historique médiévale. 2015.
Cliché A. Tuaillon Demésy.

Concernant les Arts Martiaux Historiques Européens (AMHE), les épées tranchantes (reproductions à l’identique d’armes médiévales) permettent la mise en œuvre de “tests de coupe”, servant à valider des gestes techniques (ajustement de l’angle de taille, etc.).

D’autre part, mettre en vie l’histoire semble aussi traduire des conceptions particulières du temps, que les pratiquants mobilisent symboliquement. Ainsi, reconstituer le passé, et notamment le Moyen Âge, évoque aussi le temps de l’enfance. Un lien peut être fait avec l’imaginaire médiéval : de nombreux pratiquants évoquent leur arrivée dans l’histoire vivante en écho à leurs jeux et rêves d’enfants (combattre avec une épée, devenir chevalier, s’évader au Moyen Âge, etc.). Avec plusieurs collègues, nous sommes en train de travailler sur ces questions d’imaginaire du temps grâce au programme de recherche ANR Aiôn.

En termes méthodologiques, ma démarche est essentiellement ethnographique : observations participantes lors d’événements d’AMHE ou de reconstitutions, entretiens semi-directifs et questionnaires ethnographiques. Depuis le début de mes recherches sur ce sujet en 2009, l’histoire vivante s’est beaucoup transformée : la reconstitution historique est désormais  mieux connue du grand public et les AMHE s’institutionnalisent peu à peu (grâce à des fédérations nationales et internationales notamment). De même, je me réjouis de voir que de jeunes chercheurs en Master ou en Doctorat (en histoire, archéologie, anthropologie ou sciences de l’information et de la communication) s’intéressent désormais à ces questions et initient des terrains d’étude sur ces objets3.

2. Comme vous l’avez précisé plus haut, vous avez travaillé plus précisément sur les Arts martiaux historiques européens. Pouvez-vous préciser de quoi il s’agit, entre pratiques sportives et culturelles? Peut-on considérer qu’une recherche documentaire est associée à ce type de pratique et comment? Pourrait-on parler à cet égard d’un patrimoine immatériel à transmettre et donc, de médiation culturelle?

Les AMHE sont effectivement des loisirs “alternatifs” en partie car ils se situent à mi-chemin entre une activité sportive et une pratique culturelle. Avant toute expérimentation gestuelle et corporelle, la pratique des AMHE requiert la compréhension des sources primaires. C’est-à-dire qu’une phase de la démarche consiste à connaître les sources historiques et/ou archéologiques. Il peut s’agir de traités d’escrime ancienne, de manuels de défense à la lutte du XVIIème siècle, etc. Les AMHeurs utilisent souvent des traductions : les écrits en vieil allemand ou en vieil italien étant difficilement accessibles à tous. À partir des travaux de chercheurs en histoire ou en archéologie, les pratiquants s’approprient donc la source pour tenter de la reproduire corporellement. Ainsi, la recherche documentaire est inhérente à la pratique des AMHE et les AMHeurs utilisent aussi bien les supports numériques que les publications en version papier. Les événements d’AMHE et les “ateliers” (workshops) sont aussi des moments forts d’apprentissage entre pairs. Par la suite, une fois les techniques maîtrisées, une étape de sparring, c’est-à-dire d’affrontement à vitesse réelle, est possible. La dimension sportive et compétitive des AMHE concerne essentiellement cette dernière partie de la démarche.

Un atelier de combat à la faucille. HEMAC. 2018. Cliché A. Tuaillon Demésy.

Si la culture matérielle est omniprésente en histoire vivante (notamment à travers les armes : épée, dussack (épée à un seul tranchant, type sabre), bâton, faucille, dague…), le patrimoine immatériel est également défendu par une part des AMHeurs en tant qu’élément constitutif de la pratique. En effet, les AMHE impliquent nécessairement une rupture dans la transmission des connaissances martiales. Ainsi, pour qu’une technique entre dans le champ des AMHE, il faut que la transmission écrite se soit arrêtée entre le passé et aujourd’hui. La mise en mouvements des traditions européennes martiales est alors un patrimoine immatériel à sauvegarder. Plusieurs chercheurs ont travaillé sur ces questions en histoire ou archéologie, notamment Daniel Jaquet, Fabrice Cognot, ou encore, Pierre-Alexandre Chaize.

3. Lors des enquêtes que vous avez menées sur la cuisine ou le port du costume dans les reconstitutions historiques, vous vous intéressez à l’appropriation du passé par le biais de l’expérimentation amateure plutôt que par le discours. La pratique d’une activité sportive ou ludique, dans le cadre des loisirs, permettrait-elle selon vous d’apprendre autrement et pourrait-elle constituer une piste intéressante pour permettre aux professionnels de renouveler les formes de valorisation et de médiation patrimoniales? 

L’histoire vivante est une pratique qui mobilise le principe du Do it yourself (faire soi-même) et l’apprentissage “par corps”. Ainsi, les costumes sont les premiers éléments que les reconstituteurs fabriquent eux-mêmes. L’histoire mise en vie s’incarne dans les corps et l’expérimentation est aussi une manière de mobiliser les sens. Par exemple, l’odeur de fumée sur un campement de reconstitution est souvent évoquée par les pratiquants comme un élément caractéristique de ces week-ends et l’usage du Do it yourself se retrouve aussi en dehors du cadre des événements :

J’ai la chance d’habiter un village, j’ai pas mal de terrain et outre le potager “moderne”, on s’essaye aussi aux légumes anciens, courges, panais etc. Ma femme fait pousser ses plantes aromatiques à partir du Capitulaire De Villis de Charlemagne…

Lucas, reconstituteur

De même, dans le cadre des AMHE, effectuer (ou subir) avec succès une clé de bras, telle que présentée dans un traité de combat à la dague, permet aux AMHeurs de valider la technique. Dès lors, effectivement, le passé devient physique et ressenti : il est présent, proche et “vivant”.

Faire soi-même : monter un galon, rassemblement Off. 2015. Cliché A. Tuaillon Demésy.

Pour ce qui est de la médiation culturelle, cette conception de l’histoire “vivante” peut être partagée avec le grand public. Ainsi, les animations historiques valorisent le patrimoine en le rendant accessible par les sens. En arts du spectacle, Aénor est, par exemple, un personnage fictif représentant une femme du XIIème siècle joué par une guide professionnelle (Les Temps d’Aénor) qui propose des “visites théâtralisées” de lieux historiques. À travers une présentation en costume et grâce à la cuisine, les saveurs et les odeurs, Aénor fait découvrir l’Histoire par le biais des objets et invite le public à un dépaysement historique. La mise en valeur du patrimoine par des visites insolites est aussi présente dans les parcs archéologiques (Le Théâtre des 7 lieues à Marle, par exemple), afin de proposer une découverte accompagnée des lieux. Les prestations scéniques de reconstitution sont un autre moyen de donner à voir l’Histoire en costume. La compagnie Eutrapelia crée des spectacles historiques (saynètes, fabliaux, contes, etc.) entièrement construits d’après les sources primaires, mais dans l’optique d’une démarche de médiation culturelle contemporaine.

Concernant les AMHE, des tournois mêlant fiction et histoire ont pu être organisés par l’association De Taille et d’Estoc : le projet “Arena”. Le but était que chaque combattant incarne un personnage et soit doté de caractéristiques (armes, armures, etc.), à la manière d’un jeu de rôle ; le public choisissait ensuite parmi ces “personnages” lesquels il souhaitait voir s’affronter. Ici, la dimension ludique rejoint l’Histoire, traduite dans les techniques martiales mobilisées dans “l’arène”. Les AMHE sont aussi parfois le support à des présentations pour les enfants : c’est le cas de l’association Graine de chevalier qui propose des ateliers de découverte des arts du combat pour les plus jeunes. De façon globale, les médiations proposées dans le cadre des AMHE visent à mieux faire connaître des systèmes de combat oubliés, comme le rappelle Mel, un pratiquant : pour lui, les AMHE mêlent sport et histoire mais comprennent aussi

une action didactique vers le grand public permettant de faire revivre et démythifier un art oublié.

Mel, pratiquant

Mais l’une des principales motivations des pratiquants d’histoire vivante est de “retrouver les copains“. Si l’intérêt pour le passé est l’une des raisons qui incitent à s’initier à la reconstitution ou aux AMHE, c’est la communauté qui fait rester dans l’histoire vivante. La transmission aux autres (qu’ils soient reconstituteurs, AMHeurs ou grand public) est fondamentale car la découverte de l’Histoire passe par les échanges. La communauté des pratiquants d’histoire vivante produit et véhicule des normes et des valeurs (nécessité de consulter des sources primaires, valorisation du patrimoine, entraide, etc.), transmises d’événement en événement. Des intérêts communs sont alors partagés, retranscrits en savoirs et savoir-faire…

Pour aller plus loin sur ce sujet dans Com’en Histoire

POUR CITER CE BILLET : AUDREY TUAILLON DEMESY, 15 JUIN 2022 : L’HISTOIRE MISE EN VIE OU L’APPRENTISSAGE “PAR CORPS”…, DIALOGUE AVEC JULIE DERAMOND, PUBLIÉ SUR COM’EN HISTOIRE, HTTPS://CEHISTOIRE.HYPOTHESES/4219

  1. Laurent-Sébastien Fournier (dir.), Le « petit patrimoine » des Européens : objets et valeurs du quotidien, Paris, L’Harmattan, 2008. []
  2. Une oule est un contenant alimentaire en céramique. Un four à oules, notamment en torchis, permet alors de cuire ces poteries au feu de bois []
  3. Voir en particulier : Martin, Bostal, L’Histoire face à l’histoire vivante. Expérimentation, médiation et représentations à travers la pratique de la reconstitution historique du Moyen Âge, Thèse d’Archéologie médiévale, Université de Caen Normandie, 2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search