Catégories
L'atelier des médiations de "Com'en Histoire" Sébastien Balestrieri

Le patrimoine en pierre sèche en Provence. Enjeux de la patrimonialisation d’un savoir-faire.

Ce nouvel article s’inscrit, comme le précédent billet de Muriel Molinier sur l’inclusion dans les musées, dans la rubrique L’atelier des médiations de ce carnet, rubrique dont l’objectif est de permettre à de jeunes chercheurs et chercheuses de présenter leurs travaux. Sébastien Balestrieri livre ici une synthèse de l’enquête menée tout au long de son mémoire de recherche réalisé dans le cadre master Culture et Communication, parcours Médiations, Musées, Patrimoines de l’université d’Avignon. Entrepris entre 2018 et 2020 sous la direction de Julie Deramond, ce travail avait pour objectif de proposer une réflexion globale sur le patrimoine culturel immatériel à travers une étude de cas sur le patrimoine en pierre sèche en Provence, inscrit très récemment sur les listes du patrimoine mondial immatériel de l’humanité par l’Unesco, en favorisant une approche communicationnelle. Ce mémoire s’appuie pour cela sur une enquête de terrain menée auprès de différents acteurs de ce patrimoine et les constats effectués font largement échos à la dernière publication collective de l’équipe Com’en Histoire qui a récemment dirigé un numéro de la revue Communication & langages intitulé “Le patrimoine culturel immatériel en pratiques. Ecritures, médiations et appropriations”. Retour sur les réflexions soulevées par cette étude…

Le patrimoine en pierre sèche à l’Unesco

Sur le pourtour méditerranéen, les ouvrages en pierre sont nombreux : murs, chemins, voutes, clôtures, ponts, cabanes, etc. Les constructions semblent parfois sorties d’un autre temps, la végétation a pris le dessus, les cabanes ne sont pas toutes entretenues et s’effondrent, rendant l’accès à l’intérieur difficile.

Cabane en pierre sèche à l’état de ruines près du Redortiers (Alpes-de-Haute-Provence) © Sébastien Balestrieri – 2019

Ces édifices, souvent abondants, quelques fois cachés, attirent et intriguent le visiteur qui arpente le territoire provençal.  Quand on s’approche, la technique de construction peut paraître déconcertante… Les pierres, disposées les unes sur les autres, forment une structure résistante, sans liant ou mortier entre elles. Cette technique est connue sous le nom de « pierre sèche ». Les pierres sont récupérées la plupart du temps lors de l’épierrage des champs et sont disposées les unes sur les autres pour former une structure résistante. En Méditerranée, ces constructions sont caractéristiques de certaines régions, comme à Majorque (Espagne), dans les Pouilles (Italie), en Zagori (Grèce), dans la région des Doukkala (Maroc) ou encore en Provence (France). Les études menées ces dernières décennies1 ont montré que cette technique de construction relève d’une réalité complexe. Cette technique est ancestrale et les constructions en pierre sèche ont longtemps été attribuées à l’Antiquité ou au Moyen Âge, mais elles sont pour la plupart plus récentes. En Provence, ces constructions remontent au XIXe siècle et sont le témoignage d’une France rurale.

Les constructions en pierre sèche semblent sortir d’un autre temps : lors de mes randonnées dans le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence, j’ai constaté que la végétation a recouvert de nombreux édifices, certaines cabanes sont peu ou plus entretenues entraînant des effondrements et rendant l’accès à l’intérieur difficile. Ces constructions sont souvent abondantes, quelques fois cachées aujourd’hui. Pourtant, elles témoignent de l’adaptation de l’homme à son environnement. Etudier le patrimoine en pierre sèche en Provence permet donc d’appréhender les enjeux posés par le patrimoine immatériel à une échelle locale et régionale.

C’est en Provence que les premiers relevés architecturaux ont été conduits sur des constructions en pierre sèche, dans la Montagne de Lure, dans les années 1980. Si ces édifices ont suscité l’intérêt d’associations, architectes et autres locaux, ils ont fait l’objet de nombreuses campagnes de restauration, et d’études sur leur technique de construction. Le terrain est donc défini et délimité géographiquement, du Mont-Ventoux à la Réserve géologique de Haute-Provence. Entre ces deux reliefs, les constructions en pierre sèche abondent et constituent un terrain d’étude intéressant, pour les nombreuses constructions connues comme le Mur de la Peste, le village des bories de Gordes, ou encore les Refuges d’Art d’Andy Goldsworthy. Notons également que la Provence a constitué le premier terrain d’étude en France qui a servi de base pour le projet déposé auprès de l’Unesco.

Mur de la peste – © Sébastien Balestrieri – 2018

L’entrée de la technique de construction à l’Unesco en novembre 2018 m’a tout de suite interpelé et j’ai souhaité en savoir plus sur les actions entreprises pour la restauration et la sauvegarde de ce patrimoine. D’autant plus que c’est la technique de construction qui fait l’objet d’une inscription sur la liste du patrimoine immatériel et non les constructions en elles-mêmes. L’inscription d’un savoir-faire sur la liste du patrimoine mondial révèle le caractère protéiforme de ce type de patrimoine. En effet, les traditions, les langues, les arts du spectacle, l’artisanat sont autant d’éléments constitutifs du patrimoine culturel immatériel.

Enquête en territoire provençal, entre le Mont-Ventoux et le Géoparc de Haute-Provence

Pour mon étude, l’approche communicationnelle adoptée dans le cadre de mes recherches est intéressante à plusieurs égards : elle permet d’étudier la production, la réception et l’appropriation d’un patrimoine culturel protéiforme par ceux qui le défendent. En effet, les acteurs du patrimoine en pierre sèche ont un rôle prédominant dans la reconnaissance du patrimoine : ils cherchent à transmettre le savoir-faire qu’ils possèdent.

Etudier la technique de construction en pierre sèche permet d’appréhender le patrimoine culturel immatériel. A partir de la définition de Jean Davallon, le patrimoine est un “processus social par lequel des objets, appartenant à un groupement social (c’est-à-dire une communauté, un groupe, un collectif ou un ensemble sociétal comme une nation), vont changer de statut pour acquérir celui de patrimoine” (Davallon, 2006)2 Pour aborder ce sujet large du patrimoine en pierre sèche, j’ai choisi de me focaliser sur les acteurs, en réfléchissant sur le rôle que jouent les communautés et donc les acteurs de ce patrimoine en pierre sèche. En effet, en amont de cette recherche, j’ai eu l’opportunité de rencontrer des professionnels et des chargés de patrimoine dans le Vaucluse, ce qui a facilité les rencontres.

Ma recherche s’inscrit dans un double-enjeu : d’une part, il s’agit de comprendre cette dichotomie matériel/immatériel du patrimoine en pierre sèche et, d’autre part, d’interroger la perception de la pierre sèche en tant que patrimoine, par le biais de ses acteurs et communautés, à différentes échelles (internationale, nationale puis régionale). De plus, l’étude des acteurs et de leurs formes d’engagement est d’autant plus intéressante que l’inscription à l’Unesco est récente. En d’autres termes, l’étude a posteriori des étapes de patrimonialisation permet d’identifier les premières actions et projets entrepris par ces acteurs, mais surtout quels sont les acteurs impliqués.

D’emblée, l’identification des acteurs permet de mettre en exergue les individus concernés par le patrimoine en pierre sèche qui sont organisés en réseau. Ainsi, différents outils ont été mis en place, d’abord une cartographie des acteurs qui dresse de façon non exhaustive une liste d’acteurs par profession, puis des entretiens semi-directifs pour appréhender l’implication et le rôle joué par les acteurs.

Pour répondre à ces questionnements, une enquête de terrain a été conduite sur un territoire qui comprend de nombreux édifices en pierre sèche, la Provence. Par ailleurs, le choix du terrain s’impose pour la proximité avec l’université et la connaissance des acteurs locaux. En Provence, les ouvrages comme les cabanes en pierre sèche participent à créer ‘une image aujourd’hui pleinement associée à la Provence, bien que cette région n’en détienne pas l’exclusivité”(Dominique, 2008)3.

L’architecture des ouvrages, leur couleur ou encore leur forme, varient d’un territoire à l’autre. Chaque construction répond à des fonctions qui lui sont unique, souvent propre au terrain sur lequel elle est bâtie. Chaque territoire, par son relief et ses spécificités géographiques, que cela soit en termes d’aménagement et d’occupation de l’espace, présente un caractère particulier. Sur le pourtour méditerranéen, les ouvrages en pierre sèche sont ancrés dans les territoires et semblent participer à l’identité de ses paysages. Ils sont aussi le témoignage d’un passé agricole et pastoral, notamment en Provence. Il n’est pas rare de croiser au détour d’une route de campagne ou même d’une nationale des constructions en pierre sèche, dans un état impeccable ou à l’état de ruines.

Notre investigation a été complétée d’une enquête qualitative par entretiens menée auprès d’acteurs du patrimoine en pierre sèche dans les territoires qui nous intéressent. L’objectif principal était de comprendre comment les acteurs de la pierre sèche perçoivent ce patrimoine et comment ils participent au réseau d’acteurs. En effet, nous avons cherché à montrer que le patrimoine en pierre sèche repose à la fois sur la dimension matérielle avec les ouvrages bâtis et sur l’immatériel avec le savoir-faire ; il est intéressant de voir comment les acteurs se positionnent et ce qu’ils considèrent comme patrimoine dans la pierre sèche. Les entretiens ont été menés auprès d’acteurs dont les professions correspondent aux grandes catégories définies préalablement, à l’aide des outils4 mis à disposition par la Fédération Française des Professionnels de la Pierre Sèche :

  • Concepteurs et conseillers, comprenant des architectes, conseillers CAUE ;
  • Praticiens comprenant des artisans-muraillers pratiquant la technique de la pierre sèche ;
  • Formateurs en filière pierre sèche dans des établissements d’enseignement ;
  • Acteurs d’appui comprenant des chargés de protection, de recherche et de valorisation du patrimoine ;

Neuf entretiens ont été conduits, comprenant trois concepteurs et conseillers, trois acteurs d’appui chargés du patrimoine culturel, deux praticiens et formateurs ainsi qu’un client.

Les entretiens auprès des acteurs révèlent que la dimension matérielle et immatérielle du patrimoine est comprise souvent sur le même plan. L’immatériel permet de rompre avec une représentation passéiste du patrimoine et de répondre aux enjeux contemporains de notre société, comme les préoccupations environnementales. Cela révèle donc le caractère évolutif et processuel du patrimoine immatériel pour la pierre sèche. Il s’agit d’un savoir-faire qui n’avait pas de règles définies, détenus par des “paysans” pour répondre à leurs besoins, un patrimoine qui tend à se généraliser et à devenir une forme esthétique.

Attribuer de nouvelles valeurs au Patrimoine culturel immatériel (PCI) ?

L’enquête auprès des acteurs interrogés met tout d’abord l’accent sur l’ambiguïté conceptuelle de ce type de patrimoine. Malgré le classement dans une catégorie, la pierre sèche, comme bien d’autres patrimoines, se situe à l’interstice entre matériel et immatériel. Dans cette mesure, les acteurs sont interrogés sur cet enjeu catégoriel et leur perception du patrimoine en pierre sèche.

Les entretiens ont révélé, comme le rappelle Nicolas Navarro, que : “ce qui caractérise un objet patrimonial est qu’il est porteur d’une valeur patrimoniale” (Navarro, 2015)5. Le PCI a tendance à bouleverser les valeurs patrimoniales. Les entretiens ont montré que pour la pierre sèche, les valeurs étaient redéfinies par les acteurs pour répondre à de nouveaux besoins, souvent utiles et nécessaires pour les réseaux d’acteurs.

La valeur du patrimoine n’est pas nécessairement déterminée à l’aune d’une échelle de valeur universelle, mais par celle que lui assignent les communautés qui identifient tel patrimoine comme leur procurant un sentiment d’identité et de continuité.

BANDARIN Francesco. 2012. Discours de Francesco Bandarin, sous-directeur général pour la culture à l’occasion de l’ouverture du colloque : le patrimoine oui, mais quel patrimoine ? [en ligne]. Unesco [consulté le 18/05/2020].

Ainsi, trois grandes valeurs sont revenues :

  • Valeur écologique : C’est un patrimoine qui va presque à contre-courant des bâtiments de béton (matériau d’ailleurs qui revient souvent comme contre-exemple car polluant) ;
  • Valeur économique : Si la construction en pierre sèche représente un coût financier élevé, les artisans défendent cette dimension écologique et à la différence du béton, la pierre est un matériau recyclable ;
  • Valeur politique : l’enjeu politique est beaucoup plus nuancé : si le sujet est pris au sérieux pour certains élus, d’autres s’y intéressent peu ou pas du tout, au grand regret de certains enquêtés.

Les acteurs jouent donc un rôle central : ils s’approprient l’objet patrimonial – ici la pierre sèche – et participent à lui attribuer de la valeur. Pour asseoir une légitimité dans cette patrimonialisation du savoir-faire et être visible, les acteurs se regroupent et forment un réseau dans lequel différentes échelles géographiques s’imbriquent : du local au mondial, le travail des acteurs est reconnu. Ils tiennent d’ailleurs une place à part entière dans les textes de l’Unesco sous la dénomination de “communauté” (Bortolotto, 2011)((BORTOLOTTO Chiara. 2011. Le trouble du patrimoine culturel immatériel. Terrain. Le patrimoine culturel immatériel [en ligne]. Ministère de la Culture : Maison des sciences de l’homme [consulté le 25/03/2019]. )).

Un savoir-faire construit au sein d’un réseau d’acteurs

Faire vivre un patrimoine passe par une reconnaissance du travail des acteurs qui le portent. De nouveaux enjeux contemporains ont vu le jour avec le PCI. Le patrimoine immatériel “suppose une remise en question des catégories qui fondent (le beau, le rare, l’authentique…) pour s’ouvrir à des catégories moins européanocentrées et moins liées à l’hégémonie culturelle de la classe bourgeoise” (Maguet, 2011)6. Autrement dit, cet élargissement de la notion même de patrimoine voit le paradigme de ses acteurs changer : le patrimoine serait l’affaire de tous, serait le fruit d’une construction sociale au sein de laquelle l’individu occupe une place centrale. Dans le cas de la pierre sèche, il s’agit de se distinguer et de sortir de cette “niche” où seuls quelques individus et familles pratiquent ce savoir-faire pour se fédérer et être visibles, en formant des réseaux multi-acteurs, dans lesquels chaque individu a son rôle à jouer. Ainsi, des organisations en associations, des distinctions territoriales ou institutionnelles amènent les acteurs à se démarquer.

Les acteurs s’organisent en réseau pour porter des projets communs patrimoniaux autour de la pierre sèche. Les entretiens ont permis de montrer que les organisations en association, fédérations, permettent d’assoir la légitimité de ces acteurs et sortir du patrimoine de niche, répondant ainsi à une nouvelle logique territoriale et de gouvernance du patrimoine, du local au mondial.

De l’international au local, les organisations et institutions du patrimoine en pierre sèche © Sébastien Balestrieri – 2020

Une valorisation du savoir-faire par la médiation artistique et culturelle

Le patrimoine en pierre sèche est présenté comme un support d’une éducation au paysage. Il permet de redécouvrir l’histoire des territoires ruraux et comment l’homme a cherché à aménager les paysages pour développer l’agriculture ou l’élevage. D’après mes enquêtes, les acteurs cherchent à rendre accessible au plus grand nombre cette technique de construction en donnant l’occasion de s’investir en groupe à travers des formations, des journées organisées, ou encore en créant des projets de restauration du patrimoine bâti.

La compréhension et la transmission d’un patrimoine passe aussi par la médiation culturelle, et participe de cette dimension communicationnelle du patrimoine (Davallon, 2006)7. La médiation culturelle regroupe l’ensemble des actions qui visent à réduire l’écart entre l’œuvre, l’objet d’art ou de culture, les publics et les populations, c’est donc un processus. La médiation doit avoir une fonction d'”intermédiaire”, selon les termes de Jean Davallon : “l’action de servir d’intermédiaire ou d’être ce qui sert d’intermédiaire” (Davallon, 2004)8. Pour la pierre sèche, cela passe concrètement par la mise en œuvre de :

  • Formations et chantiers : La médiation n’est pas forcément l’affaire de médiateurs. Dans le cadre de mon enquête, cette fonction concerne des acteurs différents. Lors de ces formations et chantiers bénévoles, Le patrimoine en pierre sèche est utilisé pour servir d’outil d’éducation à l’environnement et de compréhension de l’histoire des hommes et des paysages : chantiers d’insertion professionnels, chantiers de bénévoles internationaux portés par des associations comme l’APARE ou Alpes de lumières, conférences thématiques, etc. Les projets sont multiples et l’inscription de la technique au patrimoine mondial de l’Unesco semble avoir encouragé les initiatives locales, comme des interventions dans les établissements scolaires tels que le lycée agricole de Carpentras.
  • Visites, conférences et spectacles : Des actions de médiation culturelle sont proposées à l’échelle de l’agglomération de la CoVe dans le Vaucluse (qui comprend des villes comme Carpentras, Malaucène, Beaumes de Venise…), en lien avec la pierre sèche. On notera d’abord des visites spectacles ‘La vie dans les collines” organisé par le Service Patrimoine de la CoVe, qui aborde les cultures anciennes, le pastoralisme, où la pierre sèche trouve sa place. Une autre visite, appelée “Jean des Pierres” a été mise en place sur plusieurs communes du Vaucluse (Mazan, Beaumes-de-Venise, Roque-sur-Pernes et au Paty). Il s’agit d’une réadaptation d’un conte traditionnel breton par un écrivain-poète de Forcalquier. L’histoire se déroule initialement dans la Montagne de Lure. Retranscrit en chanson provençale par un artisan-murailler, ce conte présente le patrimoine en pierre sèche mais aussi celui de la langue provençale.
  • La création artistique : Le projet artistique d’Andy Goldsworthy révèle avant tout que la création artistique est mise à profit de la médiation culturelle pour faire connaître le patrimoine en pierre sèche. C’est une forme intéressante pour faire parler de la pierre sèche par exemple. Par exemple, le parcours Refuge d’Art créé à cet effet propose aux visiteurs de découvrir, en une dizaine de jours de marche, des œuvres d’art sur le territoire de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence. Les constructions en pierre sèche font partie intégrante de ce parcours et de cette œuvre d’art.
Sentinelle d’Andy Goldsworthy dans le Géoparc de Haute-Provence © Sébastien Balestrieri – 2019

Conclusion

La recherche avait pour objectif de proposer une réflexion globale sur le patrimoine culturel immatériel à travers l’étude de cas du patrimoine en pierre sèche. Ce patrimoine est initialement une filière de “niche” mais le réseau d’acteurs à différentes échelles s’est consolidé et de plus en plus de mesures sont prises pour sa valorisation.

Le patrimoine en pierre sèche se présente comme une technique de construction traditionnelle dont le savoir-faire fait le lien entre passé et futur, à partir du présent. Ainsi, de nombreux projets conçus aujourd’hui s’inscrivent dans cette continuité, que cela soit par la création d’itinéraires, de formations, et d’ajout de nouveaux pays impliqués dans la sauvegarde de ce patrimoine (Unesco). Sans aucun doute, cette recherche s’inscrit dans un sujet d’actualité. Grâce à l’inscription récente sur les listes du Patrimoine Culturel Immatériel, de nouvelles études et recherches sont en cours. Un itinéraire culturel européen est également à l’étude et de nouveaux projets de formation naissent actuellement. La pierre sèche n’a pas fini de faire parler d’elle !

Image à la Une : Chantier international de bénévoles avec l’APARE à Savoillans (Vaucluse) © Sébastien Balestrieri – 2018

J’adresse mes chaleureux remerciements à toutes les personnes qui ont contribué, de près ou de loin, à l’aboutissement de ce travail pendant mes deux années d’études à l’Université d’Avignon, tout particulièrement les acteurs du patrimoine : Didier Respaud-Bouny, Karin Adenauer, Patrick Cohen, Claire Cornu, Yanick Lasica, Patrick Seguin, Olivier Lamarque, Martin Muriot, Stéphanie Collet, Laurie Honoré, Julia Pagnetti, Armonie Segond, Daniel Hermsdorff et les bénévoles des chantiers internationaux de l’association OPUS (ex Union APARE-CME).

Pour citer ce billet : "Le patrimoine en pierre sèche en Provence. Enjeux de la patrimonialisation d’un savoir-faire.", par Sébastien Balestrieri, publié sur Com'en Histoire, le 4 mai 2022. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/4054.
  1. CAGIN Louis, dir. 2017. Pierre sèche. Théorie et pratique d’un système traditionnel de construction. Paris : Eyrolles. []
  2. DAVALLON Jean. 2006. Le Don du patrimoine. Paris : Hermès science publications & Lavoisier, coll. Communication, Médiation et Construits Sociaux. []
  3. DOMINIQUE Florence. 2008. 25 balades sur les chemins de la pierre sèche. Le Bec en l’Air : APARE. Collection Marcher un livre à la main. []
  4. Parmi les outils consultés : L’annuaire en ligne des adhérents à la Fédération Française des Professionnels de la Pierre Sèche ; Etude du marché national de la pierre sèche réalisée par Yanick Lasica et Françoise Naudet. []
  5. NAVARRO Nicolas. 2015. Le patrimoine métamorphe : circulation et médiation du patrimoine urbain dans les villes et pays d’art et d’histoire. Héritage culturel et muséologie [en ligne] . Thèse de doctorat : Sciences de l’Information et de la Communication : Université d’Avignon [consulté le 18/05/2020]. []
  6. MAGUET Frédéric. 2011. L’image des communautés dans l’espace public. Ministère de la Culture. []
  7. DAVALLON Jean. 2006. Le Don du patrimoine. Paris : Hermès science publications & Lavoisier, coll. Communication, Médiation et Construits Sociaux. []
  8. DAVALLON Jean. 2003. La médiation : la communication en procès ? MEI Médiation et Information [en ligne]. N° 19, pp. 37-59 [consulté le 18/05/2020]. []

Par Sébastien Balestrieri

Sébastien Balestrieri est chargé de projets en ingénierie de la culture et des patrimoines. Il s'intéresse plus particulièrement au patrimoine culturel immatériel (PCI) et coordonne l'élément "L'art de la construction en pierre sèche" inscrit sur la liste du PCI de l'Unesco pour le compte de la Fédération française des professionnels de la pierre sèche (FFPPS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search