Catégories
L'atelier des médiations de "Com'en Histoire" Muriel Molinier

Ma thèse sur l’inclusion dans les musées résumée en facile à lire et à comprendre

Logo "facile à lire et à comprendre". Une personne lit un livre avec un pouce levé sur la couverture.

Le facile à lire et à comprendre ou FALC

Le FALC est une méthode d’écriture simple
associée à des images.

En 2009,
l’association UNAPEI écrit un document
sur les règles du FALC.
Logo de l'Unapei. 2 personnes schématisées en vert et vert clair sont côte à côte
Son titre est :
L’information pour tous :
règles européennes pour une information
facile à lire et à comprendre.

On peut trouver ce document sur internet
en cliquant sur l’image.
Je suis chercheuse en muséologie.
La muséologie est l’étude des musées.
Je suis chercheuse car j’ai écrit une thèse.

Une thèse est un long travail de lecture,
d’observation et d’écriture.
Ce travail de thèse dure au moins 3 ans.

Le sujet de ma thèse est : l’inclusion dans les musées.
L’inclusion veut dire que la société doit s’adapter à tous.
Personne ne doit être exclu.

L’inclusion rassemble tout le monde.
Inclure veut dire que tout doit être est accessible
à toutes les personnes.

La loi importante pour l’inclusion date de 2005.
C’est la loi « pour l’égalité des droits et des chances,
la participation et la citoyenneté
des personnes handicapées ».

Le contraire de l’inclusion, c’est l’exclusion.
L’exclusion sépare les personnes.
Dans le schéma de l'exclusion, les personnes fragilisées sont placées à l'extérieur du cercle contenant les personnes sans fragilité. Dans le schéma de l'inclusion, toutes les personnes sont rassemblées à l'intérieur du cercle.
Schémas de l’exclusion et de l’inclusion ©www.senat.fr
Pour créer l’inclusion,
la méthode est la conception universelle.

La conception universelle,
c’est créer un objet que tout le monde peut utiliser.

La conception universelle évite les situations de handicap
en pensant aux difficultés de chaque déficience :
  • la déficience motrice
  • la déficience mentale
  • la déficience visuelle
  • la déficience auditive

Grâce à la conception universelle,
l’accessibilité est obligatoire,
il n’est plus nécessaire d’adapter.

Par exemple cet escalier :
Escalier réalisé en conception universelle avec un plan incliné qui zigzague à travers les marches.
Escalier situé à Robson Square
dans la ville de Vancouver
au Canada ©thinkinclusive
Cet escalier est accessible à toutes les personnes :
  • les personnes en fauteuil roulant
  • les personnes qui ont besoin d’une rampe
  • les personnes qui marchent facilement

Il n’y a pas besoin d’adaptation.
Il n’y a pas besoin d’un accès spécial, à l’écart.

En utilisant tous le même objet,
nous pouvons plus facilement nous rencontrer
car nous sommes tous au même endroit.


Au musée,
Voici le seul exemple complet que j’ai vu
en conception universelle :
Dispositif de médiation en conception universelle réalisé autour de l'instrument de la viole.
Module consacré à l’instrument de la viole
dans le parcours Touchez la musique
du Musée de la musique à Paris ©Molinier, 2018
La viole est un instrument à cordes proche du violon
En conception universelle, les explications sont données :
  • à hauteur de fauteuil roulant
  • avec des mots simples associés à des images
  • avec du braille
  • avec un audioguide
  • avec des objets à toucher et à sentir
  • avec un film en langue des signes

La conception universelle améliore aussi la vie
des personnes qui n’ont pas de difficulté.
J’ai appelé ce phénomène, l’optimisation sociale.


Aujourd’hui dans les musées,
j’ai observé que la conception universelle est peu utilisée.

A la place, les personnes en situation de handicap
sont souvent regroupées entre elles.
Le musée leur propose des visites spéciales.

Mais des personnes avec d’autres difficultés,
comme des difficultés sociales ou médicales,
sont aussi souvent mises à l’écart.

Des exemples de personnes en difficulté :
  • les jeunes habitant des quartiers pauvres
  • les personnes vivant dans la rue
  • les personnes avec des difficultés à parler le français
  • les personnes qui ont la maladie d’Alzheimer

Le musée leur propose d’autres visites spéciales.
Ce n’est pas de l’inclusion, c’est de l’intégration.
Les personnes sont à part.
Dans le schéma de l'intégration, les personnes fragilisées sont regroupées entre elles dans un petit cercle qui se trouve à l'intérieur du cercle contenant les personnes sans fragilité. 
Dans le schéma de l'inclusion, toutes les personnes sont rassemblées à l'intérieur d'un seul cercle.
Schémas de l’intégration et de l’inclusion ©www.senat.fr
L’inclusion est encore difficile à atteindre
car les besoins des personnes ne sont pas assez connus.

Et inclure, c’est mélanger tous les besoins ensemble :
  • les besoins des personnes en situation de handicap
  • les besoins des personnes avec d’autres difficultés

J’ai appelé ce mélange des besoins, la transversalité.
La transversalité permet de penser à plus de difficultés.

Le FALC est un exemple de transversalité,
il s’adresse à toutes les personnes en difficulté
pour lire ou pour comprendre.

Mais le FALC n’est pas proposé à tout le monde,
il est réservé aux personnes déficientes intellectuelles.
La transversalité est bloquée.

Inclure tout le monde,
c’est être tous réunis,
et avoir accès aux mêmes choses.


Pour rendre l’inclusion plus facile,
j’ai créé l’idée de public universel.

Les publics du musée sont les visiteurs.
Le public universel rassemble tous les visiteurs :
  • les visiteurs en situation de handicap
  • les visiteurs avec des difficultés
  • les visiteurs sans difficulté
Dans le schéma de l'inclusion, toutes les personnes sont rassemblées à l'intérieur d'un seul cercle.
Schéma de l’inclusion @www.senat.fr
Le public universel inclut tout le monde.
Ce n’est plus la peine de faire des catégories.
Tous les besoins sont pris en compte.

Pour le public universel,
le musée devrait créer des objets
en conception universelle transversale.

J’ai créé l’idée de conception universelle transversale
pour inclure encore plus de personnes,
pour inclure encore plus de difficultés.

La conception universelle
c’est créer un seul objet pour tous
qui évite toutes les situations de handicap.

La conception universelle transversale
c’est créer un seul objet pour tous
qui évite toutes les difficultés.


Une autre de mes idées pour l’inclusion
c’est de créer un nouveau métier au musée.
J’ai appelé ce nouveau métier, le remédiateur.

Le remédiateur réunirait 2 métiers :
  • le métier de médiateur qui fait visiter le musée
  • le métier d’éducateur spécialisé qui accompagne
     des personnes fragilisées

Avec ces 2 formations professionnelles,
le remédiateur connaîtrait le musée
et toutes les difficultés des personnes.

Le remédiateur pourrait accueillir tout le monde
pour visiter le musée ensemble,
sans rendez-vous spécial.


Conclusion
L’inclusion existera si le musée s’adresse à tout le monde
et en même temps.

Le musée inclusif permet de réfléchir à la société inclusive.
POUR EN SAVOIR PLUS :

Pour lire toute la thèse, cliquer sur l’image :
Page de couverture de la thèse de Muriel Molinier intitulée "La voie de l'inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel"
Pour vous aider à écrire en facile à lire et à comprendre,
des ateliers de transcription sont spécialisés
dans l’écriture et la relecture de vos documents FALC.

Ces ateliers sont composés
de travailleurs déficients intellectuels :
  • qui traduisent vos documents en FALC
  • qui autorisent le logo FALC sur vos documents

Ces ateliers de transcription
sont situés dans des établissements
ou services d’aide par le travail, ou ESAT.

Cliquez sur l’image
pour en connaître la liste :
Logo des ESAT, les établissements ou services d'aide par le travail. 
Une main orange s'ouvre pour tenir une plante dont 2 gouttes d'eau s'échappent.
Moi, j’ai demandé une relecture
à l’ESAT l’Envol de Castelnau-le-Lez situé en Occitanie.
Je leur dis un grand MERCI !

Par Muriel Molinier

Docteure en Sciences de l'Information et de la Communication au LERASS, j'enseigne la Muséologie à l'IUT Information-Communication de l'Université Paul Sabatier, Toulouse 3.

Mes recherches portent sur l'inclusion dans les musées.

Dans ma thèse "La voie de l’inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel", j'ai étudié le musée comme lieu privilégié d'inclusion pour les publics fragilisés (par des problématiques médicales et/ou sociales) : je questionne l'universalité (médiation universelle transversale, public universel) et l'hybridation des pratiques de co-construction musée-santé à travers un nouvel acteur (remédiateur).

2 réponses sur « Ma thèse sur l’inclusion dans les musées résumée en facile à lire et à comprendre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search