Catégories
Janaïne Golonka L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Les médiations immersives de l’histoire : le cas de la tranchée de 14-18

Après un parcours universitaire spécialisé en médiation culturelle et communication, une carrière de presque 10 ans dans l’ingénierie et la gestion de projets culturels, Janaïne Golonka a repris le chemin de l’université pour continuer à réfléchir sur les enjeux de la médiation culturelle, en particulier quand elle implique des dispositifs numériques, et sur le concept d’immersion qui l’interroge depuis plusieurs années. Formée à l’école d’Avignon, ses travaux s’inscrivent dans la ligne des travaux de Jean Davallon, Daniel Jacobi, Yves Jeanneret ou encore de Patrick Fraysse, son directeur de thèse. Elle nous livre ici un billet dans le cadre de notre rubrique « l’Atelier des médiations » qui lui donne l’occasion de présenter son sujet de thèse.

Quelle immersion dans la Grande Guerre ?

Dans une première recherche qui a donné lieu à un mémoire de master1, j’ai cherché à savoir, à propos de l’expérience immersive, de quelle expérience il s’agissait réellement et si la nature technique du dispositif influait sur la transmission des savoirs? Elle posait la question de savoir comment peut-on passer de la mémoire personnelle de l’usager à qui on fait vivre une expérience immersive à la mémoire collective de l’événement et finalement à l’histoire? Elle a permis de vérifier les hypothèses posées selon lesquelles le fait de faire l’expérience de la mémoire nous permet d’acquérir des connaissances et des savoirs sur l’histoire, en mobilisant notre mémoire cognitive mais aussi corporelle et émotionnelle et nous permet de nous inscrire dans une mémoire collective. Ces reconstitutions, qu’elles soient virtuelles ou tangibles, participent à la circulation de représentations de l’histoire mais aussi à la création de nouvelles représentations.

L’enjeu de ma recherche doctorale, qui entre dans sa 3ème année, est de poursuivre ce travail et de proposer une approche info-communicationnelle des dispositifs de médiation immersive. Le point de départ de mon travail est donc l’immersion, en tant que processus de communication, en particulier dans le cas des médiations de l’histoire des guerres et des conflits armés avec la spécificité d’impliquer la reconstitution tridimensionnelle, où l’on s’engage de tout son corps et de tout son esprit. Ces mémoires, sensibles dans le sens où elles sont souvent traumatiques et sollicitent fortement nos émotions, sont parfois vives et leur manipulation soulève encore parfois de nombreux débats. Leur caractère hautement émotionnel se prête bien à l’immersion mais semble aussi en révéler les limites. Cette volonté d’écarter les autres formes de reconstitutions émane d’un parti pris, celui d’étudier en priorité les dispositifs immersifs numériques, de mettre en avant le rapport au lieu, au site patrimonial et de les considérer comme réactualisant des dispositifs plus anciens, les reconstitutions historiques, de lieux, d’événements et qui sont connus depuis bien plus longtemps, dans la lignée des open air museums américains, des panoramas au 19ème siècle, ou plus récemment des spectacles historiques, pratiques parfois controversées comme au Puy du Fou.

Panorama de la Bataille de Waterloo. Les panoramas créés au 19ème siècle sont souvent considérés comme les ancêtres de nos dispositifs de réalité virtuelle numérique modernes. Ils représentaient soit des paysages soit des évènements historiques, notamment des batailles. Certains étaient accompagnés de petits plans qui offraient aux publics une lecture plus aisée de la scène devant laquelle ils se trouvaient.

Des lectures et des entretiens menées pendant une phase exploratoire avec des historiens2, des professionnels du patrimoine et des concepteurs d’expériences numériques m’ont permis de mieux comprendre comment s’expose la guerre dans les musées, en particulier la Grande Guerre, et quelles sont les représentations qui circulent. Ces recherches révèlent la présence quasi-permanente de dispositifs de reconstitution immersifs, ou l’appel à des procédés immersifs dans la mise en exposition des patrimoines de guerre. Selon Célia Fleury, responsable du développement des musées thématiques à l’Université Lille 3, la tendance de la muséographie immersive serait d’origine anglo-saxonne, ce qu’elle explique notamment par « la microstoria, la distance entre les lieux d’inhumation et les familles, ainsi que la précocité de l’Imperial War Museum de Londres” (Fleury, 2014)3.

L’immersion est toujours très présente dans les politiques de valorisation des sites de guerre car musées et expositions oscillent entre exposition pédagogique et reconstitutions historiques. Comme le montre Dominique Trouche, « les modes de transmission du passé valorisent désormais la perception et l’expérience d’un visiteur qui n’a pas connu cette période historique, pour mieux organiser sa rencontre avec l’histoire ». Ce faisant, ils modifient le rapport à l’histoire qui est alors simplifié, condensé et complexifié (Trouche, 2015)4. L’expérience de visite dans un musée ou un site historique autour de la grande guerre aujourd’hui est avant tout en expérience dont l’objectif est de faire vivre, ressentir, éprouver des lieux, des histoires, des événements. On trouve donc fréquemment des mises en situation et des reconstitutions qui reproduisent pour les donner à voir, les conditions dans lesquelles s’est déroulée la guerre. Elles permettent aux visiteurs contemporains de se projeter cent ans en arrière. Les vestiges des tranchées comme d’autres lieux liés à d’autres guerres sont aménagées, les tranchées sont reconstituées dans les musées, de manière à proposer aux visiteurs « une expérience de visite singulière » (Trouche, 2015).

L’éloignement temporel induit l’idée que les discours et les médiations autour de la guerre méritent un traitement particulier dans lesquelles la fiction à son importance. La fiction, si elle peut être questionnée car « productrice de représentations parfois éloignées et stéréotypées des événements », a pourtant bien des atouts et permet au médiateur de combler les trous manquants de l’histoire ; elle est porteuse de savoirs (Trouche, 2015, Flon, 2012)5. Les visites touristiques désormais proposées produisent à la fois une confrontation esthétique et un accès au passé à travers une expérience sensible. Elles sollicitent corporellement le visiteur invité à expérimenter des événements historiques et le passé. Ces dispositifs communicationnels se retrouvent dans tous les espaces de médiation de la guerre, aussi bien dans les expositions permanentes que lors de la découverte des ruines et des traces laissées par la Grande Guerre (Trouche, 2015). 

Eléments sur le processus de patrimonialisation du champ de bataille de la Grande Guerre

A la lumière de ces éléments, qu’en est-il des tranchées et de leurs reconstitutions? La Première Guerre mondiale offre un corpus particulièrement varié de dispositifs de reconstitution immersifs, en particulier de tranchées, dont beaucoup ont émergé à l’occasion du Centenaire. La tranchée est l’un des symboles emblématiques de cette guerre avec la baïonnette et le coquelicot. Dans son image, se cristallisent à la fois toute la violence de la guerre, son absurdité, la terrible condition des soldats et de leurs familles mais aussi, le drame de toute une nation. Largement représentée dans les nombreux documents médiatiques diffusés pendant et après la guerre, la tranchée a fortement marqué les imaginaires et c’est encore le cas aujourd’hui. De la tranchée originelle, celle dans laquelle les soldats ont réellement combattu à la tranchée entièrement virtuelle et expérimentée loin du champ de bataille, en passant par l’escape game, la borne virtuelle sur site ou le spectacle immersif, on observe un corpus particulièrement varié de dispositifs de reconstitution immersifs. Ces dispositifs s’inscrivent dans un ensemble varié de lieux (musées, sites historiques, parcs et espaces de divertissement, etc.). Ils sont destinés à des usages diversifiés (identitaire, politique, culturel, social), attirant des publics variés aux attentes parfois très différentes.

Plusieurs raisons expliquent cette configuration. Déjà, dès le début de la guerre, les destructions engendrent une forte émotion nationale et émerge la volonté de protéger un patrimoine nouveau constitué de vestiges produits par la guerre et notamment des éléments d’architecture militaire, des tranchées, des cratères de mines, des abris bétonnés, des postes d’observation, etc. Ce processus avait essentiellement une fonction sociale, celle de faire perdurer la mémoire et le souvenir pour ne pas oublier, ce qui s’explique par un traumatisme national fort mais aussi de soutenir l’effort et les victimes de la guerre. Il avait également une fonction politique qui visait la conservation de l’histoire militaire et son utilisation à des fins pédagogiques mais aussi à des fins parfois de propagande politique (Viltart, 2014)6. Les champs de bataille en particulier ceux classés comme zone rouge et présentant un important danger notamment à cause des obus n’ayant pas éclaté et des systèmes de défenses installés par les armées des deux-côtés. Ces zones ont été reboisées pour être protégées et préservées, avec l’objectif de les transmettre aux générations futures. Aujourd’hui ce sont des centaines de milliers d’hectares de forêts qui recouvrent des centaines de kilomètres de tranchées et que l’on commence à peine à redécouvrir. 

La forêt de Verdun, lieu de mémoire, où l’on a localement gardé les traces de la Première Guerre mondiale (polémosylvofacies) – Photographie prise en 2005 près de l’ossuaire de Douaumont, Wikimedia Commons.

Les opérateurs du tourisme et le grand public ont également joué un rôle non négligeable dans la patrimonialisation de la Grande guerre et des champs de bataille. Les guides touristiques ont contribué à rendre « immortels » les sites de guerre et le développement massif de l’automobile et des transports après-guerre a permis d’augmenter le nombre de visiteurs, accélérant ainsi la sanctification des champs de bataille (Connolly et Godden, 2019)7. Avant même la fin de la guerre, des voyages touristiques étaient organisés pour des familles, des anciens combattants et quelques curieux ayant besoin de rendre réelles les images terribles du front qui inondent alors les médias. Ce tourisme connaîtra un véritable essor à partir des années 1920. Pendant ces années, émergent des images symboliques, des représentations et des mythes dont certains sont vrais et d’autres en partie ou totalement faux, telles que la baïonnette comme premier instrument de guerre ou la tranchée comme le lieu de toutes les horreurs. Des questions et des réflexions émergent quant au positionnement et à l’attitude à adopter pendant la visite de ces lieux chargés émotionnellement et quant aux dispositifs de médiation, d’exposition de la guerre. La volonté de protéger les vestiges de la guerre entraîne également des questionnements par rapport à la conservation de bâtiments historiques ayant survécu aux bombardements et qui sont devenus les rares témoins d’une identité locale. Les mesures prises pour protéger ces bâtiments pittoresques se situant parfois dans des villes, conduisent à l’émergence des notions de « patrimoine urbain et de patrimoine contemporain » (Montillet, 2015)8.

L’arrivée de la seconde guerre mondiale stoppe le tourisme et l’intérêt porté à la mémoire de la 1ère Guerre mondiale. Cet engouement reprendra seulement au début des années 1990 et avec lui, le processus de patrimonialisation de lieux de mémoire (Marchal, 2014)9. Les années 90 marquent un véritable tournant dans la représentation de la guerre dans l’imaginaire collectif, ainsi les « lieux de la mort » deviennent des espaces de commémoration et « destinations touristiques » (Hertzog, 2012)10. Le Centenaire de la Grande Guerre entre 2014 et 2018 crée une nouvelle dynamique fortement poussée par l’Etat français qui crée dès 2012 la Commission du Centenaire, un groupement d’intérêt public chargé de mettre en œuvre le programme commémoratif du Centenaire. Les budgets alloués à ce programme, entre 5 et 11 millions d’euros par an en fonction des événements prévus, témoignent de l’importance donnée à cet anniversaire. Le succès de la Grande collecte lancée par les Archives nationales à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre et en collaboration avec la Mission du Centenaire et le portail Europeana 14-18, en 2013 témoigne également de l’intérêt national. Mais à cet engouement, semble s’opposer autre chose. Peut-on dire à la lumière de ces éléments que la Première guerre en particulier les tranchées sont patrimonialisées? Il semble y avoir encore de nombreuses zones d’ombre à explorer. Qu’en est-il des centaines de kilomètres de tranchées enterrées sous plusieurs centaines de milliers d’hectares de forêts au nord de la France avec l’intention originelle de les conserver pour les transmettre? Sont-elles vraiment transmises? Ces forêts sont en grande partie gérées par l’ONF qui a pour mission de les entretenir, de les préserver et font l’objet de peu d’actions de valorisation. Que dire également de l’accès contrôlé aux archives et qui freinent les historiens dans leurs recherches. De nombreux éléments manquent mais on peut facilement émettre l’hypothèse selon laquelle cette configuration a un impact sur la recherche et la valorisation et donc, sur le processus de patrimonialisation des tranchées et de la Grande Guerre.

Corpus, analyse et méthodologie

Le corpus sélectionné pour mener à bien cette recherche est large, car comme nous l’avons déjà évoqué, il existe une multitude de reconstitutions de tranchées. La sélection s’est faite avec l’intention de représenter la diversité des formes et des modalités de reconstitutions et des procédés d’immersion.

War remain, expérience de réalité virtuelle, USA – Crédit photo : War remain

Des entretiens complémentaires restent à faire, tout comme l’analyse approfondie d’une sélection ciblée de dispositifs avec un accent sur les dispositifs numériques qui réactualisent les dispositifs de médiation immersive de la Grande guerre. A la lumière de ce corpus et dans la perspective d’une approche info-communicationnelle, cette analyse envisage la tranchée comme un être culturel au sens d’Yves Jeanneret, qui circule dans la société et qu’il apparaît intéressant et inédit, d’étudier comme un « complexe » constitué  « d’objets, de textes et de représentations qui vont se diffuser à travers la société et évoluer avec le temps, les milieux dans lesquels ils naissent, se développent ou s’intègrent » (Jeanneret, 2008)11.

La diversité de ces dispositifs questionne le processus de patrimonialisation de la 1ère Guerre Mondiale, celui des tranchées et des liens qu’ils entretiennent. Si on interroge ces dispositifs selon l’approche de Jean Davallon12 force est de constater qu’il existe un flou dans le positionnement de ces tranchées reconstituées. Relèvent-elles des processus de mise en mémoire ou de patrimonialisation ou peut-être d’autre chose  ? L’hypothèse est posée que le processus de patrimonialisation des tranchées est en cours et que ces reconstitutions relèvent d’une mise en mémoire ou d’une mise en patrimonialisation semblent coexister. Enfin, il faut également se demander quel rôle jouent ces reconstitutions virtuelles de tranchées, est-ce qu’on ne peut y voir une tentative de pallier à un manque, celui du lieu originel, d’informations et de recherches historiques, de visibilité ou encore de pallier à un manque dans l’identité collective?

Pour citer ce billet : "Les médiations immersives de l’histoire : le cas de la tranchée de 14-18", par Janaïne Golonka, publié sur Com'en Histoire, le 17 mars 2021. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/3265.
  1. M2 Communication & territoires de l’Université Toulouse 3 – IUT Paul Sabatier ; voir mon 1er billet dans cette rubrique. []
  2. On pourra à cet égard consulter le « Dialogue » publié avec Rémy Cazals sur ce carnet. []
  3. Fleury Célia, « Muséographie(s) comparée(s) de la Grande Guerre en 2013. Allemagne – Belgique – France – Royaume-Uni », In Situ, n°23, 2014. []
  4. Trouche Dominique, « La Guerre de 14-18 racontée aux touristes », Mondes Sociaux, 2015. []
  5. Flon Émilie, Les mises en scène du patrimoine. Savoir, fiction et médiation, Paris, éd. Cachan – Hermès science/Lavoisier, 2012. []
  6. Franck Viltart, « Naissance d’un patrimoine : les projets de classement des ruines, vestiges et souvenirs de guerre (1915-1918) », In Situ, n°23, 2014. []
  7. Connolly, M. and Godden, T., “Writing the War : battlefield guidebooks and the establishing of an “essential” touring narrative”, in Evanno, Y-M. et Vincent, J., (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Éditions Codex, 2019, p. 225-235. []
  8. Montillet Philippe, « Les formes complexes de patrimonialisation : la patrimonialisation de la Grande guerre », Memoloi (carnet de recherche en ligne), 2016. []
  9. Marchal, Eric. « Patrimonialisation d’un secteur militaire », Corps, vol. 12, n°1, 2014, p. 69-75. []
  10. Hertzog Anne, « Tourisme de mémoire et imaginaire touristique des champs de bataille », Via, n°1, 2012. []
  11. Jeanneret Yves, Penser la trivialité. Volume 1 : la vie triviale des êtres culturels, Paris, éd. Hermès-Lavoisier, 2008. []
  12. Voir par exemple : Davallon Jean : « Penser le patrimoine selon une perspective communicationnelle », Sciences de la société, n°99, 2016. Et Davallon Jean : « Mémoire et patrimoine : pour une approche des régimes de patrimonialisation », in Tardy Cécile, Dodebei Vera, dir., Mémoire et Nouveaux Patrimoines, p. 21-42 [Nelle éd. en ligne, 2015, Marseille, Open Edition Press]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.