Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Simone Balossino

Le pont qui ne dansait pas rond…

Notre troisième publication, éditée par les Editions Universitaires d’Avignon sort actuellement en librairie et s’intitule Scénographies Numériques du Patrimoine. Pour l’occasion, nous interrogeons un historien qui a lui aussi participé à un projet de scénographie numérique du patrimoine : la reconstitution numérique du Pont d’Avignon. L’objectif à l’initiative de ce projet était en effet d’offrir la possibilité de « re-visiter un site patrimonial de première importance pour comprendre, faire comprendre et rétablir virtuellement le lien entre les deux rives » (voir la présentation du projet ici). Nous revenons donc sur ce projet avec Simone Balossino, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université d’Avignon, chercheur au CIHAM1

1. Pouvez-vous nous expliquer les détails de ce projet de reconstitution numérique du Pont Saint-Bénezet ? Quelle en est la spécificité ? Quel a été votre rôle dans ce projet ?

Le projet de reconstitution du Pont d’Avignon est un double projet, fondé sur un double objectif de recherche et de valorisation.

Le programme scientifique a été surnommé « Pavage ». Il a été coordonné par Michel Berthelot, chercheur au CNRS, au sein du laboratoire MAP (modèles et simulations pour l’architecture et le patrimoine). Les chercheurs du MAP ont contacté des partenaires d’autres disciplines pour aborder les différentes dimensions du projet scientifique. Une bonne année a été nécessaire pour choisir les équipes. Les premiers contactés ont été leurs collaborateurs du CEREGE (Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement), laboratoire de géomorphologie. Ils voulaient mettre l’accent sur l’histoire du Rhône et l’environnement fluvial du pont. Il faut préciser que l’un des premiers partenaires socio-économiques à soutenir le projet scientifique était en effet la Compagnie Nationale du Rhône. Architectes et géomorphologues ont ensuite décidé d’équilibrer les approches en faisant appel dans un deuxième temps à deux laboratoires :  un laboratoire d’archéologie, le LA3M (Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée, à Aix en Provence), et un laboratoire d’histoire, le CIHAM (Histoire, archéologie, littérature des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) dont je fais partie. J’ai donc été contacté pour participer à ce projet, parce qu’il s’inscrivait dans les périodes de recherche qui sont les miennes.

Pont Saint Bénézet avec vue sur le Mont Ventoux par Véronique Pagnier
CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Nous avons donc défini les contours d’un projet que nous avons soumis à l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et qui a duré quatre ans, entre 2011 et 2014. Dans ce cadre, nous avons conjointement mené un certain nombre de recherches qui ont permis d’en apprendre davantage sur le pont Saint-Bénézet :

  • Fouilles réalisées au bas de la tour Philippe le Bel (révélant l’emplacement du pont, côté Villeneuve-Lès-Avignon)
  • Etude du bâti de la tour Philippe Le Bel
  • Relevés archéologiques de la chapelle Saint-Bénézet (située sur le pont)
  • Mesures géophysiques sur la plaine de l’Abbaye et l’ile de la Barthelasse, pour comprendre l’évolution du fleuve et ses incidences sur le pont
  • Histoire de la construction du pont, grâce à l’étude des sources documentaires et iconographiques
  • Relevé 3 D des quatre arches restantes du pont, vectorisation et modélisation numérique du pont

L’ensemble des recherches a permis ainsi de créer une maquette numérique2.

A ce moment-là je n’étais pas au courant du projet de valorisation qui était pourtant déjà en cours. J’ai appris rapidement en effet qu’un deuxième volet du projet était consacré à la valorisation du programme scientifique résultant de l’ANR : « Le pont Saint-Bénézet, d’une rive à l’autre« . Ce projet  a été financé par une multitude d’acteurs, de l’échelle locale à l’échelle européenne. Comme il s’agissait de reconstituer un monument d’importance, qui avait une visibilité internationale, une série de partenaires se sont impliqués : la mairie d’Avignon, la mairie de Villeneuve-Lès-Avignon, dans le cadre de la communauté de communes, la Chartreuse de Villeneuve les Avignon mais aussi le FEDER, le Conseil Régional de PACA et la Compagnie Nationale du Rhône.

J’ai été consultant pour ce projet de valorisation. Il a commencé quelques mois seulement après le début du programme scientifique et s’est matérialisé par l’application réalisée à partir de la maquette scientifique 3D, par l’entreprise Art Graphique et Patrimoine (AGP), et par la réalisation d’un film documentaire qui rendait compte de l’ensemble du projet.

Dès le départ du projet de recherche, Michel Berthelot a en effet associé à notre équipe un réalisateur, Henri-Louis Poirier de la société de production Py Films, qui a suivi pas à pas notre travail. Ce documentaire avait un double objectif :  permettre d’obtenir le financement des institutions qui nous manquaient, par exemple l’appui de la mairie d’Avignon qui n’était pas encore impliquée dans le projet, mais aussi documenter le projet de recherche.

Ce documentaire a été réalisée en une petite année et dure 50 mn. Dès le départ, Henri-Louis Poirier a été présent, avec sa caméra lors de toutes les réunions, y compris lors des réunions préliminaires. Il a choisi de rendre compte des différentes étapes du projet de façon un peu romancée – avec toujours dans l’idée de résoudre les mystères du pont d’Avignon. Il propose en effet une mise en récit du projet, qui répond aux canons actuels de la réalisation de ce type de produits. L’avantage de cette façon de faire est de mettre en avant le travail de recherche, qui pourrait sembler un peu ennuyeux pour des spectateurs sinon.

Henri-Louis Poirier a donc utilisé tout le matériel qui provenait de nos échanges formels et informels : réunions de travail, réunions semi-publiques avec le consortium, séminaires publics, etc. On nous voit régulièrement dans le documentaire, en plein travail. Cela donne vraiment une bonne idée des échanges très concrets qui ont formé la base de nos travaux. On y voit donc la recherche en train de se constituer.

Malgré la richesse de cette production et le résultat final qui en effet de très bonne qualité, le documentaire présente cependant deux inconvénients. Le premier est de présenter l’enquête scientifique, comme un vrai travail d’investigation, comme une enquête policière. Mais cela est dû, je pense, aux exigences du format documentaire actuel. Pour moi, il n’y a aucun mystère, aucune énigme cachée derrière le Pont d’Avignon. Nous avons simplement eu de nouvelles questions à traiter. Par exemple, tout le monde cherchait à savoir qui avait construit le pont d’Avignon. Pour ma part, ce n’était pas le plus important. Je préférais aborder les choses sous un nouvel angle et essayer de poser des nouvelles questions. Cela permettait de changer de perspective sur le pont d’Avignon.

Pont Saint-Bénézet, par Vmenkov – CC BY-SA 3.0

Deuxième inconvénient lié à la présentation de l’enquête dans ce documentaire : donner l’impression que nous savions tout, avec certitude. Je pense que, pour répondre aux exigences de ce travail, nous avons voulu donner trop d’informations dès le départ, alors que nous n’étions pas encore prêts à communiquer l’ensemble de nos résultats. Ce documentaire donne ainsi l’idée que la reconstitution du pont s’est faite avec certitude. Nous ne voulions pas donner d’impressions aussi tranchées, mais cela nous est arrivé parfois parce qu’il fallait faire une interview, avant d’avoir suffisamment discuté et travaillé une question. Mais bien sûr, je suis conscient qu’Henri-Louis Poirier devait lui aussi répondre à un certain nombre de contraintes.

2. Quel a été votre positionnement de chercheur dans ce double projet scientifique et de valorisation ? Quelles ont été les contraintes principales liées à ce double objectif ?

Dans le cadre du projet de valorisation, dès le départ, il a été prévu de construire un espace muséographique dédié au projet, aujourd’hui intitulé « Le pont Retrouvé ». Pour ce faire, il a fallu tout de suite produire de la matière scientifique. Or, la matière qu’on avait à notre disposition était un travail de recherche déjà ancien, qui s’est révélé parfois daté. Notre principale difficulté a donc été de gérer ces contraintes dans l’urgence : de répondre rapidement aux besoins liés à la création de cet espace muséographique et plus largement à la valorisation, tout en respectant la temporalité scientifique. Cela d’autant plus que, pour ma part, je n’étais pas employé à plein temps dans ce projet. J’y consacrais peut-être 10% de mon temps, alors qu’il y avait un grand nombre de chartes et de documents anciens à dépouiller.

On peut considérer que ce projet de valorisation a d’abord été caractérisé par la rapidité. Très vite, il a fallu répondre aux questionnements posés à la fois par le réalisateur, auteur du documentaire, et par l’équipe d’AGP en charge de la création de l’application. Nous avons dû donner des réponses concrètes la dernière année. La difficulté résidait également dans l’avancée du projet. Nous avons en effet commencé le projet avec l’idée que nous allions faire une reconstitution du pont en 3D. Mais à partir de la troisième ou de la quatrième année, nous nous sommes rendus compte que c’était la chose la moins intéressante à faire. Nous avions en effet entre temps travaillé sur d’autres questions historiques : le chantier, les enjeux politiques liés à la création de l’ouvrage, les questions territoriales avec la création d’une frontière au milieu du Rhône, etc. Mais tout cela intéressait moins les développeurs et infographistes d’AGP qui avaient besoin de réponses pour créer l’image du pont façon « carte postale ». Nous étions donc un peu en retard sur les réponses à apporter à AGP pour la réalisation de l’application.

En tant qu’équipe du projet ANR nous avons travaillé à la maquette du pont : l’un de nos résultats était donc ce que l’on appelle désormais « Traversées – D’une rive à l’autre sur le pont Saint-Bénézet », et qui prend la forme d’une vidéo. Tandis que dans l’application, il y a cette traversée, mais aussi le paysage du pont à travers le temps.

L’ensemble de l’équipe de recherche ayant participé à l’ANR a été consulté pour le projet de valorisation, mais la plupart du temps par l’intermédiaire du réalisateur du documentaire. Nous travaillions essentiellement entre nous. Nous n’avons donc presque jamais rencontré les professionnels d’AGP. Au début, parfois, le porteur du projet Michel Berthelot nous envoyait un message pour vérifier un détail ou confirmer la qualité d’une image. Sa disparition soudaine a laissé un grand vide, qui a été comblé par le réalisateur Henri-Louis Poirier, dont le rôle a encore été renforcé à partir de ce moment-là. Son travail et son implication ont été d’une grande utilité. Il a en effet servi d’intermédiaire entre l’équipe scientifique et AGP : il nous suivait, nous posait des questions et nous faisait relire les textes qu’il rédigeait. La matière scientifique liée à l’application a donc été conçue d’abord pour le documentaire.

3. Quelles problématiques posent ce type de « reconstitution » historique selon votre perspective d’historien ?

La difficulté que nous avons rencontrée, qui dépasse largement la reconstitution du pont d’Avignon3 est que nous avons voulu rendre visible, ce qui n’est, à la base, pas du tout visible dans les sources. Il faut savoir que les documents médiévaux ont un but extrêmement pratique. On n’avait pas besoin au XVe siècle de l’image du pont. On se contentait de dire : « On a dépensé telle somme pour réparer une pile du pont ». Cela suffisait. Dès lors, même lorsqu’on évoque la question des images, les images anciennes ne sont jamais « utiles » pour nous, même si elles le sont pour les membres de la société de cette époque. Ce sont des images qui ne sont pas directement utilisables pour ce type de projets.

Pont Saint-Bénézet – Gravure de Mamigoz

Les premières images qu’on peut avoir font donc totalement abstraction de la réalité. C’est toute la difficulté pour nous de reconstituer des monuments à une période qui ne nous donne pas les moyens de les reconstituer correctement. Entre la donnée brute retrouvée dans les sources et mon interprétation, il y a tout un travail. Si cela n’avait tenu qu’à moi, j’aurais donné à voir sur l’image reconstituée du pont, de très nombreuses zones grises, avec des points d’interrogation partout… Parce que je ne suis pas sûr des réponses à apporter. Or, la reconstitution veut qu’à un moment donné on fasse des choix : il faut qu’on décide quel nombre de piles avait le pont, alors que ce n’est pas une question historique. 21, 22 ou 23 piles ne changent pas l’idée que j’ai du pont, contrairement à d’autres questions intéressantes pour un historien, telles que : à quoi servait le pont ? Pourquoi a-t-il été construit à cet endroit précisément ? Etc. C’est toute la difficulté d’un projet qui combine à la fois recherche et valorisation scientifique. Les archéologues du bâti se sont posé cette même question du nombre de piles du pont, comme d’autres chercheurs du projet. Pourtant, ce ne sont pas des techniciens du « pierre à pierre » ou ils ne devraient pas l’être. A un moment, nous avons même abandonné la question. On avait fait un dossier pour tenter de savoir combien de piles comptait le pont, avec toutes les images et les textes dont on disposait. On s’était même amusé à compter. Mais en travaillant sur quatre siècles, cela allait de 19 piles à 22 piles… Avoir un chiffre exact n’était pas vraiment le but de notre recherche. Evidemment, cette question n’est pas sans intérêt puisque chaque pile était posée sur un ilot. Le nombre et l’emplacement des piles peut donc nous donner des explications sur l’environnement fluvial du pont. Mais nous n’avons pas eu non plus tous les moyens dont nous aurions eu besoin, pour pouvoir faire des fouilles. Pour répondre à de telles questions, il aurait notamment fallu faire d’énormes fouilles sur l’ile de la Barthelasse, mais cela n’a pas été possible. Nous n’avons pas pu entreprendre toutes les actions que nous aurions souhaité mener dans le cadre de ce projet. Et donc, cette question du nombre de piles a été particulièrement délicate à trancher.

Caristie – Plant du Pont Saint-Bénézet, 1825. Archives départementales du Vaucluse. L’histoire par l’Image.

AGP nous a également posé d’autres types de questions : comment était le paysage avignonnais ? Comment étaient les maisons, les murs par exemple ? Il s’agissait de questions auxquelles il nous était particulièrement difficile de répondre dans le détail. Nous avons essayé de définir une typologie de maisons, de murs, de toitures, en nous inspirant de ce que l’on connaissait ailleurs. La reconstitution implique donc une marge très importante d’erreurs.

Selon moi, le principal problème de la reconstitution – et qui explique mon hostilité à la reconstitution du pont à partir d’un certain moment – c’est qu’elle fige les choses. Il faut en effet considérer le pont d’Avignon comme un objet « vivant » : un pont qui a eu plusieurs apparences, plusieurs formes, plusieurs « vies » si l’on peut dire au cours du temps. A un moment donné, j’ai même parlé « des ponts » d’Avignon, au pluriel, pour rendre compte de ces multiples facettes. Je craignais que le fait de proposer une reconstitution statique ne réduise le pont à une figure de carte postale. Si l’on veut être précis, le pont d’Avignon au Moyen Âge n’était pas comme on nous le présente dans la traversée d’une rive à l’autre. Là, c’est le pont, tel qu’on pense qu’il était en 1550. Le problème, c’est que tout le monde oublie rapidement la date que l’on a choisie pour la reconstitution. On fait un raccourci : le pont était comme ça, de manière « intemporelle ». Mais c’est oublier que la plupart du temps, il était en travaux, en chantier et en partie inaccessible.

Donc le principal risque de la reconstitution selon moi, c’est de ne proposer qu’un état du pont, en supprimant dans cette proposition toute la profondeur historique. Alors que nous travaillons sur les continuités et les ruptures historiques, cela obscurcit tout. On donne à voir une image, qui n’est finalement qu’une partie d’un tout : cette image n’est pas représentative de l’ensemble de ce qu’on connait du pont. Ce sont des questions qui sont posées d’emblée par le processus reconstitution. Si on avait fait la reconstitution du pont d’Avignon en 1740, face à un pont tout abîmé, le rêve aurait disparu complètement. Là, « bien bâti », soigné, dans un beau paysage, le pont fait rêver. Alors qu’il ne faisait pas vraiment rêver à mon avis entre le XIVe et le XVe siècles. Cette image reconstituée repose davantage sur le principe de construction du « mythe » du pont, plutôt que sur l’idée de donner à voir la réalité du pont, alors même que cette reconstitution est proposée partout comme la réalité.

Le conseil scientifique qui a présidé à cette reconstitution joue un rôle important, puisqu’il vient valider, authentifier cette version. En tant que membre du conseil scientifique, de l’équipe ANR, on est pris dans un processus qui nous dépasse et qui nous oblige à être partie prenante de la production de ce type de produits médiatiques. Je me suis attiré les foudres du milieu local parce que j’émettais un certain nombre de réserves : quand je touchais à l’histoire de Bénezet, quand je rappelais que le pont n’avait peut-être pas été achevé aussi rapidement qu’on le pensait au préalable… Je ne sais pas si c’est vrai, mais il me semble important de poser des questions. Mais là, c’était toucher à l’image mythique du pont d’Avignon. Peut-être a-t-on été trop directs pour soulever ce type d’interrogations ? En tant qu’historiens nous servons souvent de caution pour ce type de projets. Lorsqu’il s’agit de lancer une application, les décideurs pensent également à l’aspect financier, aux bénéfices qui peuvent en être retirés. On pourrait même dire qu’à partir du moment où l’historien a été engagé pour son implication, peu importe finalement, ce qu’il en pense.

A mon avis, ce qui intéresse d’abord les collectivités et les opérateurs touristiques, c’est de proposer une image relativement abordable, consensuelle du patrimoine ancien, au risque de lui enlever une partie de sa complexité. C’est une question que nous avons notamment abordée avec le réalisateur du documentaire : comment rendre compte de cette complexité ? Selon moi, il est important d’aborder l’ensemble des problématiques auxquelles nous avons été confrontés. Si l’on commence à supprimer des détails les uns après les autres, cela n’a plus d’intérêt, et surtout, cela vire au faux. Au bout d’un moment, à force de simplifier et de forcer le trait, on en vient à proposer une image qui est proche du faux. Le problème, c’est que nous produisons des ouvrages et des articles scientifiques qui sont lus par nos pairs et qui sont difficiles d’accès pour d’autres : quand on simplifie à outrance, les produits proposés deviennent incompréhensibles pour les uns et faux pour les autres.

Espace d’interprétation ouvert à proximité du pont – Pont Saint Bénezet

Lorsqu’on regarde l’application créée par Art Graphique et Patrimoine, on ne voit tout simplement pas toute la complexité qui se cache derrière : les multiples recherches que nous avons menées, les questionnements préalables… Tout cela disparaît un peu. On se rend déjà un peu mieux compte du travail opéré grâce au documentaire. Il met en valeur notre difficulté à répondre à certaines questions, à opérer des choix sur tel ou tel point. Le discours est dès lors un peu mieux articulé avec la réalité de notre travail. Mais en regardant l’application donc, le visiteur voit une image et ne sait en aucun cas si le travail préliminaire à la création de l’image a duré un mois, deux mois, deux ans… Pour aborder les différentes façons de voir le pont, il faudrait selon moi, ajouter de nombreux points sur l’image, permettant d’ouvrir des fichiers, façon pop-up. Cela pourrait ainsi donner une idée des questions scientifiques auxquelles nous avons été confrontés à propos de tel ou tel détail et ainsi, de connaître par exemple les questions qui ont taraudé l’équipe lors des travaux de reconstitution. Il faudrait ainsi compléter l’image par des petits dossiers à ouvrir renfermant des informations supplémentaires, que l’on peut inscrire sous le terme générique de vulgarisation scientifique4, parce qu’ils rendent compte du processus de l’enquête scientifique. Mais cela devient un produit moins « vendeur », plus compliqué d’utilisation… Cela rejoint l’une de nos premières intentions. En effet, au départ, nous avions décidé de produire des images « des ponts », à différentes périodes. Mais nous nous sommes rendu compte rapidement que cela coûterait trop cher.

Pour conclure, il n’y a pas d’erreurs dans la reconstitution du pont. L’erreur est de penser que le pont était uniquement celui-là. L’erreur est de penser qu’il n’a jamais pris d’autres formes. Certes, le pont a eu cette apparence, mais il en a eu bien d’autres également. Le pont tel qu’il est présenté dans la reconstitution a existé, mais il a aussi existé dans de nombreuses autres formes…

Pour en savoir plus sur le projet :

Pour aller plus loin sur Com’en Histoire sur ces questions de reconstitutions infographiques :

  • Sophie Madeleine, 2015 : « L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée… », Dialogue avec Jessica de Bideran, publié sur Com’en Histoirehttps://cehistoire.hypotheses.org/463
  • Xavier Villebrun, 2016 : « La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée… », Dialogue avec Jessica de Bideran, publié sur Com’en Histoirehttps://cehistoire.hypotheses.org/860.
Pour citer ce billet : Simone Balossino, 2020 : « Le pont qui ne dansait pas rond… », Dialogue avec Julie Deramond, publié sur Com’en Histoirehttps://cehistoire.hypotheses.org/3190.
  1. Simone Balossino, Maître de conférences en histoire médiévale à Avignon Université, est spécialiste d’histoire politique et urbaine ainsi que de l’histoire de la Provence entre les XIIe et XVe siècles. Il a notamment publié « I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli XII e XIII« , Italia communale e signorile, 7, Roma, Viella, 2015 ; avec R. Rao (dir.), « Ai margini del mondo comunale. Sedi del potere collettivo e palazzi pubblici dalle Alpi al Mediterraneo / Aux marges du monde communal. Lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée », Storie di Paesaggi Medievali 3, 2020. []
  2. Un certain nombre d’articles et ouvrages ont également été publiés à la suite de ces travaux, parmi lesquels : 1) Balossino S. et Hartmann Virnich A., « Le pont d’Avignon : enquêtes archéologique et historique sur les débuts d’un monument énigmatique », in In situ: Zeitschrift für Architekturgeschichte, 7/2, 2015, p. 179-212. 2) « Le pont d’Avignon, dix siècles d’histoire », Dossiers d’Archéologie, Hors-série n° 30, 2016. 3) Berthelot M., Nony N., Gugi L., Bishop A., et De Luca L., « The Avignon Bridge: a 3d Reconstruction Project Integrating Archaeological, Historical and Gemorphological Issues »ISPRS – International Archives of the Photogrammetry, Remote Sensing and Spatial Information Sciences, n°5, p. 223-227. 4) Blaise J.-Y., Dudek I., et Néroulidis A., « De l’indice à la restitution architecturale : Retour d’expérience sur le projet PAVAGE (Pont d’Avignon) et quelques réflexions pratiques (et critiques) », JE Relire et re-produire les musiques anciennes dans notre monde contemporain – Opus 2, Musiques – Espaces patrimoniaux et nouvelles technologies, 2017, Avignon, France. 5) Vella M.-A., Ghilardi M., Diouf O., Parisot J. -C., Hermitte D., Provansal M., Fleury J., Dussouillez P., Delanghe-Sabatier D., Demory F., Quesnel Y., Hartmann-Virnich A., Delpey Y., Berthelot M., Bicket A., « Géoarchéologie du Rhône dans le secteur du pont Saint-Bénézet (Avignon, Provence, France) au cours de la seconde moitié du deuxième millénaire apr. J.-C. : étude croisée de géographie historique et des paléoenvironnements », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 19 – n° 3, 2013 []
  3. Pour aller plus loin sur ces questions, on pourra se référer à la thèse de notre collègue, Jessica de Bideran : Infographie, images de synthèse et patrimoine monumental : espace de représentation, espace de médiation, Université Bordeaux Montaigne, 2012. ainsi qu’à certains de ces articles consultables sur Hal dont : « Restituer le Moyen Âge et ses monuments en images de synthèse, le palais de l’Ombrière comme objet médiateur », In Daniel Jacobi et Fabrice Denise (dir.) Les médiations de l’ArchéologieEditions universitaires de Dijon, p.79-90, 2017, OCIM. []
  4. Sur cette notion, le lecteur pourra se rapporter ici à un précédent dialogue réalisé avec Daniel Jacobi. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.