Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Rémy Cazals

Entrer dans la Grande Guerre un siècle après…

En ce mois d’octobre 2020 nous poursuivons notre cycle d’entretiens autour des formes de communication de l’histoire. Ainsi, dans la lignée des précédents dialogues parus sur Com’en Histoire quant aux usages et à la vulgarisation de l’histoire, nous interrogeons aujourd’hui Rémy Cazals, historien spécialiste de la Grande Guerre, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Jean-Jaurès. Rémy Cazals a consacré une partie de sa carrière à la Première Guerre mondiale1. Il a notamment travaillé sur la question des témoignages comme porte d’entrée dans l’histoire de la Grande Guerre et en a publié plusieurs, tels Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier 1914-1918, et a dirigé le livre collectif 500 témoins de la Grande Guerre.

1. Nous avons récemment commémoré le centenaire de la Grande Guerre et à cette occasion vous avez parcouru la France et même un peu le monde où vous avez participé à nombre d’événements… Que pourriez-vous dire de cette manière de vulgariser l’Histoire ? Est-ce que le centenaire a changé quelque chose, attiré de nouveaux publics, proposé de nouvelles manières de parler et de transmettre l’histoire ? 

Effectivement le centenaire a été l’occasion d’avancées dans la diffusion de l’histoire. En ce qui me concerne, comme j’étais à la retraite, j’avais du temps ce qui m’a permis d’aller un peu dans toute la France. Pendant les quatre ou cinq ans, j’ai fait environ 60 conférences, je suis également allé à l’étranger, Madrid, Aberdeen, Oslo, et jusqu’à Shanghai. C’était vraiment un travail presque à temps plein. Les thèmes étaient à peu près les mêmes qu’avant le centenaire, simplement les moyens étaient plus importants et le public plus motivé. 

La différence peut-être la plus marquante selon moi, c’est que j’étais habitué en tant qu’enseignant à l’Université à un public d’étudiants qui avaient au moins déjà fait un pas dans l’histoire, pas tout à fait des professionnels mais des gens qui avançaient dans cette voie. Et là, avec ces conférences, on avait affaire à un public beaucoup plus large. Beaucoup de retraités avaient entendu raconter la guerre par leurs ascendants, mais n’étaient pas allés plus loin. Il y avait beaucoup à faire, apporter des informations, mais aussi un regard critique. J’ai entendu aussi des conférences faites par des gens incompétents qui s’étaient proclamés historiens, discours pleins d’aberrations. 

Par exemple, un intervenant lançait la phrase : « On dit qu’un canon a tiré de très loin sur Paris. » Or on ne peut pas s’exprimer ainsi. Si on n’est pas sûr de quelque chose, on se renseigne. En fait, l’événement a bien eu lieu et on peut le raconter en faisant le bilan des victimes et en montrant la surprise des Parisiens qui croyaient qu’il s’agissait d’un bombardement aérien. J’ai entendu une autre personne dire que l’Allemagne a déclaré la guerre à la France le 3 août et que la France a déclaré la guerre à l’Allemagne le 11 août. Qu’est-ce que ça veut dire ? Je me suis aperçu qu’il y avait vraiment beaucoup à faire. J’ai parfois assisté à de petites altercations dans le public lorsque les souvenirs apportés par les grands-pères étaient contradictoires : « Mon grand-père m’avait dit que… » Il peut exister des interprétations diverses sur l’histoire, mais il faut respecter les faits. Bien sûr, aujourd’hui, de grands personnages mélangent allègrement le vrai et le faux, et ne donnent pas le bon exemple.

Ceci dit, la mémoire des grands-pères peut être très juste et apporter aussi un complément à la grande histoire nationale en transmettant le vécu des individus. C’est aussi extrêmement intéressant et utile. Je me rappelle d’un montage power-point qui montrait le portrait du général Nivelle. Ce général est connu pour avoir déclenché en avril 1917 une offensive qui a été un désastre, avec beaucoup de pertes. Dès qu’il a vu le portrait de Nivelle, un monsieur très respectable s’est écrié : « Le boucher ! ». Cela veut dire que dans la tradition familiale, le grand père qui avait fait la guerre de 14 avait parlé du général Nivelle qui n’était pas économe de la vie des soldats et qui était en effet surnommé « le boucher ». Ce souvenir était vraiment intéressant.

Il est clair qu’en France et dans tous les pays qui ont fait la guerre de 14-18, la mémoire n’est pas si éloignée, elle vient des grands-parents ou des arrière-grands-parents. Le centenaire a été l’occasion de faire ressortir tout cela. Il y a eu pendant le centenaire, ce qu’on a appelé la Grande Collecte. Elle a été lancée par les Archives nationales qui ont diffusé un appel pour inciter les gens à sortir de leurs tiroirs et de leurs greniers les documents qu’ils possèdent sur cette guerre, comme des photos ou des lettres, et à les apporter dans les dépôts d’archives publiques. Les gens pouvaient soit les déposer définitivement, soit les faire numériser et les récupérer. Des milliers de personnes sont venues dans toute la France et ce succès considérable montre que les gens avaient été préparés par le fait que la télé et les médias avaient beaucoup parlé de la guerre ou diffusé des films sur la guerre, des émissions sur les manifestations du centenaire. Ce qu’il va rester à faire maintenant après cette grande collecte, parce qu’il ne suffit pas de ramasser des documents, c’est de digérer tout ça. Le document d’histoire, il faut comprendre d’où il vient. Un témoignage brut, si on ne sait pas qui l’a écrit, un combattant ou un non combattant, un officier ou un simple soldat, si on ne connaît pas le contexte du document, cela ne sert pas à grand-chose de l’entreposer sur un rayonnage.

La Grande Collecte : lancée en 2013, la première récolte totalise plus d’une centaine d’institutions partenaires – services d’archives, bibliothèques, musées d’histoire – réparties sur tout le territoire national. Entre novembre 2013 et novembre 2014, plus de 20 000 personnes se sont rendues dans les 150 services d’archives participants, 1 600 fonds d’archives ont ainsi été déposés ou donnés, et quelque 325 000 documents ont été numérisés. Source : https://francearchives.fr/fr/article/26287559

2. Cette grande collecte a permis de récolter de nombreux témoignages sous la forme de documents divers et variés.  Vous avez vous-même beaucoup travaillé sur la question du témoignage, est-ce une manière “d’entrer dans la guerre” ? 

Il y a plusieurs façons de s’intéresser à l’histoire de 14-18. Mon approche est passée essentiellement par les témoignages. Le premier témoignage que j’ai trouvé, c’était en 1977. Je l’ai publié, les gens l’ont su, ils m’ont envoyé d’autres documents et j’ai travaillé avec ça. J’ai compris que si on voulait utiliser valablement ces documents, il fallait établir leur contexte. Par exemple, la guerre d’un artilleur n’est pas la même que celle d’un fantassin. Le fantassin est en première ligne, il a un fusil à la main, il reçoit des obus qui viennent de 5 ou 10 kilomètres, il ne peut pas se défendre. L’artilleur lui, est plus tranquille car sa position est plus en arrière, il est donc moins exposé. Il y a d’autres éléments à prendre en compte pour une bonne contextualisation : le grade, l’âge, les convictions politiques et religieuses, la dangerosité des secteurs. Par exemple le secteur de Verdun était « pépère » en 1915 comme disaient les poilus, mais infernal en 1916. J’ai publié beaucoup de témoignages, j’ai organisé des colloques universitaires sur la question, j’ai dirigé un dictionnaire collectif comprenant 500 témoins, livre qui a été publié ici, près de Toulouse, aux Éditions midi-pyrénéennes. 

Ces témoignages, il faut les publier en respectant l’auteur. Il ne s’agit pas de dire : ici il a fait une faute d’orthographe et je le signale en ajoutant un (sic). Certains le font mais je m’y refuse parce que ce serait péjoratif, cela aurait l’air de dire : ce type-là écrivait mal, il n’a pas bien profité de l’école… Je pense que ce qu’il faut faire, c’est annoncer dès le début que le témoignage est intact, publié tel quel, sauf correction des fautes d’orthographe. Il faut aussi respecter le lecteur car un texte qui est bourré de fautes, c’est insupportable. Il faut respecter à la fois l’auteur et le lecteur. Certains témoignages sont parfaits.

Le premier que j’ai publié, c’est celui d’un tonnelier (Louis Barthas), un simple artisan de village, titulaire du certificat d’études primaires et qui n’était pas allé au-delà. Mais son texte est impeccable, sans fautes, bien écrit (avec les imparfaits du subjonctif). D’un autre côté, quelques-uns font de nombreuses fautes. Certains ont pu se faire aider pour rédiger : c’est bien connu en Italie mais en France c’était rare. Pratiquement tout le monde savait écrire en 1914 sauf peut-être les très vieux. Ceux qui sont en âge d’être soldats à cette époque, savent écrire presque à 100%. Un Breton qui manie mal le français peut demander à un camarade d’écrire des lettres à la famille. En Italie où il y avait davantage d’illettrés, on connaît des cas où le soldat demandait à son sergent de rédiger pour lui. Dans une publication, il faut respecter le style du texte original, et, pour l’orthographe, avertir : « Ce témoin écrit un français très correct avec de rares fautes qui ont été corrigées », ou bien : « Celui-ci a une mauvaise orthographe qui a été corrigée pour le confort du lecteur ». Il suffit de le dire une fois pour toutes, ce n’est pas considérer les témoins avec mépris. 

Il y a d’autres manières d’entrer dans la guerre, autres que le témoignage. Pendant très longtemps en France, on a eu ce qu’on appelait l’histoire-bataille. On ne s’intéressait qu’aux aspects militaires, comment le général X a réussi à percer l’armée ennemie, comment on a gagné la bataille de la Marne, etc. Personnellement, plutôt que de parler des grands mouvements, des généraux et autres grands personnages, je préfère écouter les gens ordinaires dire ce qu’ils ont vécu, ce qu’ils ont ressenti. Quelquefois la façon d’écrire est très significative. Pourquoi telle page du carnet de Victorin Bès fait-elle contraste avec les autres pages ? Pourquoi cette écriture de plus en plus heurtée, ces adieux répétés à sa famille ? C’est que le combattant est dans la tranchée et il sait qu’il va falloir en sortir pour passer à l’attaque… Quand on sort de la tranchée pour attaquer en terrain découvert, on est exposé et on sait que sur les 300 qui vont sortir, il y en a peut-être 150 qui vont mourir. La différence d’écriture traduit l’angoisse. Victorin a survécu, et les pages suivantes du carnet retrouvent une écriture posée. Cela me conduit à une remarque sur une faiblesse des reconstitutions. On peut ressusciter les images, les bruits, les odeurs (même si on n’y tient pas vraiment), mais on ne peut pas ressusciter l’angoisse. La personne éventuellement déguisée en soldat qui est assise dans un espace « immersif » plein d’images et de bruits est quand même tranquillement assise ; il n’y a pas de balles qui volent au dessus de sa tête, il n’y a pas l’obus qui vient de déchiqueter les camarades, il n’y a pas l’angoisse. L’immersion sera toujours très limitée. Elle ne peut pas être la réalité ; on peut inventer de nombreuses techniques audio-visuelles mais pas la réalité, la vision du camarade qui vient d’être tué juste à côté, l’idée que dans trois minutes ce sera moi.

Visite guidée d’un groupe dans la reconstitution de la tranchée de Chattancourt (Verdun) en 2017 – Photographie de Jacques BASTIENCC BY-SA.

3. Il y a des symboles de la guerre qui sont toujours bien présents aujourd’hui. Pouvez-vous me parler de ces objets médiateurs que sont devenus la tranchée et la baïonnette par exemple ? De quelle manière ont-ils circulé pour arriver jusqu’à nous ? Comment est reconstituée la tranchée aujourd’hui dans les musées ou autres centres d’interprétation ? Comment la baïonnette s’est elle imposée dans les images de la Grande Guerre ?

En ce qui concerne les tranchées, la première chose à dire c’est qu’elles n’étaient pas prévues. En 1914, on pensait que la guerre serait courte, et la guerre se faisait à découvert, face à face, comme à l’époque de Napoléon, avec de grands mouvements de troupes. La théorie militaire disait qu’on ne creusait des tranchées que pour s’abriter et passer la nuit avant de repartir le lendemain matin. Mais, à partir du mois d’octobre 1914, on s’aperçoit de deux choses : premièrement, la guerre va durer, le rythme va ralentir pendant l’hiver mais elle va repartir au printemps, et deuxièmement, les armées sont épuisées. Elles sont épuisées dans tous les sens du terme, à la fois physiquement, puisqu’on se bat depuis le 15 août. Une armée épuisée c’est d’abord à cause de ses pertes, des morts, des blessés, des prisonniers, et il faut donc trouver des renforts. C’est aussi le problème des munitions dont les stocks sont également épuisés, en particulier les obus. On avait prévu une production qui devait suffire pour un mois et demi de guerre… 

À ce moment là, on commence à creuser d’une façon un peu sommaire une première ligne, puis on creuse des boyaux pour aller vers une seconde ligne qui sera plus solide parce que peut-être il y aura des outils plus perfectionnés pour l’établir.  Et puis, petit à petit, se développe un vrai réseau. À partir du moment où ces réseaux sont constitués, ils sont tellement solides qu’ils sont pratiquement imprenables. À partir du mois de mars 1915, il y a eu des attaques, les Français arrivaient à prendre la première ligne ennemie assez facilement, mais après il restait la deuxième ligne, et la troisième et on ne pouvait aller plus loin. Quinze jours plus tard, les Allemands attaquaient à leur tour et ramenaient les Français en arrière et ainsi de suite. Aucune offensive n’a réussi à percer, c’est à dire à passer à travers, jusqu’en 1918 où l’économie et l’armée allemandes se sont effondrées.

Dans les tranchées, les conditions de vie étaient abominables. On vivait dans la terre, dans des abris que les combattants comparaient à des terriers. Les soldats qui étaient agriculteurs ou éleveurs, écrivent dans leurs lettres ou carnets que les animaux de la ferme étaient mieux traités qu’eux, au moins ils étaient protégés du froid, de la pluie, du mauvais temps. Peu à peu on a essayé d’apporter un confort minimum, quelques planches, un brasero… Mais à tout moment un obus peut arriver et tout détruire. On doit monter la garde en plein air, même la nuit, surveiller si l’ennemi n’attaque pas ; il pleut, il neige, il fait froid, ou il fait au contraire très chaud, il y a les mouches, les rats et toute sorte de vermine. Et puis il y a deux moments terribles, au point de vue danger. Ce sont d’abord les bombardements. Un obus qui tombe sur une escouade de 15 soldats, peut faire 15 morts. Et le fantassin ne peut pas se défendre avec ses deux armes dérisoires. Il a un fusil et une baïonnette que l’on met au bout du fusil mais quand le fantassin reçoit un obus il ne peut pas se défendre. Cela a contribué à faire émerger l’idée que c’est le hasard qui décide (ou la providence, disent certains). D’où l’expression de “chair à canon” qu’on employait en français mais qui existe aussi dans les autres langues. L’autre moment terrible, c’est celui où il faut sortir de la tranchée, attaquer en courant, dans la boue, dans les trous d’obus, dans les barbelés  avec les mitrailleuses ennemies qui vous attendent en face. C’est le moment d’écrire à la famille et de faire ses adieux, comme je l’ai signalé plus tôt à propos de Victorin Bès. Ce sont les deux moments terribles, subir le bombardement et se préparer à sortir pour aller à l’attaque. La plupart des simples soldats français ont vécu dans les tranchées, dans les conditions inhumaines que j’ai sommairement décrites. C’est pourquoi les tranchées sont devenues un symbole particulièrement fort.

Un deuxième symbole de la guerre, c’est la baïonnette. Et là, c’est une falsification parce que la baïonnette a très peu servi. La guerre de 14-18 a été une guerre industrielle : des obus, des mitrailleuses surtout. Il suffit de regarder les statistiques des blessés réalisées à l’époque dans les hôpitaux. On a compté que les deux tiers des blessures étaient provoquées par l’artillerie, un tiers par les balles des fusils et des mitrailleuses. Il reste donc peu de place pour la baïonnette. Mais cette arme est restée comme un symbole. À ce sujet, je vous signale un très bon livre sur l’histoire vraie de la baïonnette, celui de Cédric Marty à partir d’une thèse de doctorat soutenue à Toulouse. Il est évident que la photo de couverture choisie par l’éditeur ne représente pas un véritable assaut. C’est une photo prise pendant les manœuvres et c’est dit dans le livre.

Couverture de l’ouvrage de Cédric Marty publié en 2018 – Edition Vendemiaire.

Par contre, les falsifications existent… Voici, un exemple avec Le Nouvel Observateur qui a proposé en couverture cette photo en précisant qu’elle a été prise sur le terrain. Elle a dû être faite pendant la guerre mais loin du front. Le photographe n’aurait pas pu se tenir là si cela avait été une vraie bataille avec les mitrailleuses tirant depuis les positions allemandes.

Couverture du Nouvel Observateur, 1998 – Photographie de Rémy Cazals.

On peut remarquer le chef, qui fait le geste traditionnel qu’on lui a demandé de faire, face à l’appareil photo. On a demandé aussi à deux ou trois soldats de jouer le rôle des morts. Enfin, un des assaillants regarde l’appareil photo en rigolant. C’est une reconstitution. Le problème n’est pas que ce soit une reconstitution mais c’est de dire qu’il s’agit d’une photo prise dans le combat. Il s’agit d’une photo de propagande qui s’inspire de la grande peinture militaire. Les autorités françaises comme allemandes d’ailleurs faisaient beaucoup de propagande pour convaincre les soldats et les civils du bien fondé de la guerre, de la force de l’armée nationale. 

Dans la même idée de propagande, voyez cette illustration tirée d’un journal allemand. Elle représente le brave soldat allemand qui combat contre cet animal, une sorte d’araignée qui représente les Anglais. Ce soldat tient son fusil comme une massue qui va assommer l’animal qui menace le monde entier. En France on trouverait exactement l’inverse, le brave soldat français en train de lutter contre un animal dangereux qui représente cette fois l’Allemand : exactement le même thème mais inversé.

Affiche de propagande Allemande de 1914 – Photographie de Rémy Cazals.

Aujourd’hui, grâce aux progrès de la construction européenne, on a créé des mémoriaux franco-allemands, comme celui d’Hartmannswillerkopf. Il a été inauguré par le président français et la chancelière, et le discours a évoqué les témoins, les soldats ordinaires, pas les grandes batailles, pas les grands États, pas la gloire, mais la vraie vie quotidienne. Autrefois, c’était plutôt les classes dirigeantes qui produisaient le discours historique, d’où les grandes batailles, la diplomatie, les chefs d’État, les ministres, les généraux. Puis le temps a passé et les historiens ont découvert que ce n’était pas suffisant. Une tendance très forte, depuis déjà peut-être 50 ans, conduit les historiens de 14-18 vers la guerre des gens ordinaires. Comment ils ont vécu, ce qu’ils ont fait, leurs souffrances… Les hommes sur le front, les femmes à l’arrière aussi. On s’intéresse beaucoup à ces questions-là. Cela tient à une certaine démocratisation, à la fois démocratisation de la culture, de la vie politique. Il n’y en a plus seulement pour les grands personnages mais on s’intéresse de plus en plus aux gens ordinaires. 

Le fait que les témoins aient disparu en laissant leur témoignage a peut-être contribué à créer une sorte de culte de l’ancêtre. Les gens se disent : “Mon grand père a fait cela, il a écrit des lettres, un carnet, est-ce qu’on pourrait le publier ? » Au lendemain de la guerre et pendant longtemps encore, ces témoignages d’origine populaire n’ont pas été publiés. Il était impensable pour un paysan ou pour un tonnelier comme Barthas de se rendre chez un éditeur parce qu’on croyait que la publication était exclusivement le domaine des écrivains professionnels.

Pour citer ce billet : Rémy Cazals, 2020 : « Entrer dans la Grande Guerre un siècle après… », Dialogue avec Janaïne Golonka, publié sur Com’En Histoire : https://cehistoire.hypotheses.org/3162
  1. Il a notamment publié : 1. Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Maspero, 1978 ; puis Éditions La Découverte, 1997 et 2003. Avec une présentation et notes de Nicolas Offenstadt, 2. « Si je reviens comme je l’espère » : Lettres du front et de l’arrière, 1914-1918, Grasset, 2003. 3. Lettres de réfugiées. Le Réseau Borieblanque : des étrangères dans la France de Vichy, Tallandier, 2004. 4. La Grande Guerre : Pratiques et expériences par R. Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland, et Collectif Privat, 2005. 5. Frères de tranchées (Malcolm Brown, Rémy Cazals, Olaf Mueller, Marc Ferro, dir.), Perrin, Paris, 2005. 6. 14-18 Vivre et mourir dans les tranchées, par R. Cazals et André Loez, Ed. Taillandier, 2012. 7. 500 témoins de la Grande Guerre. Ouvrage collectif dirigé par Rémy Cazals. Éditions midi-pyrénéennes, Edhisto, 2013. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.