Le documentaliste au musée : quelle contribution à la conception des expositions ?

En cette période de rentrée universitaire, la recherche reprend sur Com’en Histoire avec une nouvelle contribution à « l’Atelier des médiations ». Ce billet présente les résultats de l’enquête menée dans le cadre de son mémoire par Emeline Thouveny, étudiante du master Stratégie du développement culturel –  Médiations de la Culture et des Patrimoines (aujourd’hui master Culture et Communication – Médiations, Musées, Patrimoine) de l’université d’Avignon. Entrepris entre 2016 et 2018 sous la direction de Julie Deramond, ce travail avait pour objectif d’analyser la participation des documentalistes à la conception des expositions muséales. Il s’appuie pour cela sur une enquête menée auprès des documentalistes du musée du Louvre. Retour sur les réflexions soulevées par cette étude…

Quelle place pour le documentaliste en musée ?

À l’heure où l’étude des pratiques muséales par le document (Régimbeau, 2014)1 semble susciter davantage d’intérêt, j’ai souhaité (ré)interroger les spécificités de la profession de documentaliste au musée en m’intéressant plus spécifiquement à la construction de l’exposition. Une approche relativement peu investie par la recherche, pourtant révélatrice des modes d’organisation interne des institutions muséales et des représentations associées aux pratiques et au métier de documentaliste (Fabre, 2012)2.

Ma première année de Master a été consacrée à l’élaboration d’un état de l’art sur la question, reconstituant ainsi l’émergence et l’institutionnalisation de la fonction documentaire au musée durant le XXème siècle, le développement des centres de documentation spécialisés qui s’en est suivi et enfin l’évolution du profil et des missions des documentalistes jusqu’à aujourd’hui. Dans ce contexte, plusieurs problématiques d’identification, de reconnaissance du métier de documentaliste et de son domaine de compétences se sont présentées en regard de professions muséales préexistantes, notamment celle de conservateur du patrimoine.

En effet, dès lors que les documentalistes ont intégré les équipes scientifiques du musée, les collections n’ont plus été le domaine exclusif du conservateur. Des stratégies de pouvoir, la porosité apparente de leurs activités et une délimitation incertaine de leurs responsabilités respectives ont brouillé l’identité du documentaliste au musée et rendu moins évidente sa reconnaissance (Jouys-Barbelin, 2008)3. Il faut attendre les années 2000 pour qu’un domaine d’exercice propre à la documentation muséale émerge, poussé par le besoin de documenter davantage les œuvres pour une meilleure valorisation auprès du public, par l’apparition des bases de données spécialisées et le caractère nouvellement stratégique de l’information pour les institutions à l’aube du XXIème siècle (Accart et Réthy, 2015)4.

Le documentaliste devient alors, pour les équipes de conservation ou encore de régie, un collaborateur essentiel, attaché à la valeur informative de l’objet (Rizza, 2014)5. La documentation scientifique qu’il produit et alimente au quotidien est centrale pour la conservation et la médiation des œuvres mais aussi et surtout pour la conception des expositions du musée. Elle est la base matérielle et intellectuelle à partir de laquelle l’exposition sera mise en espace et en discours.

En raison de la compétence clé qu’il apporte, aussi bien en termes de recherches documentaires que pour la conception d’outils de communication scientifiques ou de médiation (catalogues d’expositions, cartels, panneaux, etc.), le recours au documentaliste lors des projets d’exposition se fait récurent (Després-Lonnet, 2014)6.

Au vu de cet ensemble d’éléments historiques, j’ai souhaité réfléchir aux modalités que pouvait revêtir la collaboration entre documentalistes et conservateurs dans le contexte spécifique de la conception d’exposition : je me suis alors interrogée sur les temps et formes que pouvait prendre la participation du documentaliste à la conception des expositions, et me suis demandée quels facteurs pouvaient favoriser ou entraver cette participation. C’est à travers une enquête qualitative menée auprès du personnel chargé de la documentation du musée du Louvre que j’ai choisi de répondre à ces questionnements.  

Enquête au musée du Louvre

La documentation s’inscrit de manière étroite dans le projet de recherche scientifique du musée du Louvre. La place de choix qui lui est accordée se traduit notamment par l’existence d’une dizaine de centres de documentation7 : huit sont rattachés aux départements des collections du Louvre (antiquités grecques étrusques et romaines, antiquités égyptiennes, antiquités orientales, peintures, sculptures, arts graphiques, objets d’art et arts de l’Islam) tandis que deux autres, l’un au fonds généraliste et l’autre patrimonial, sont consacrés à l’histoire du musée lui-même.

En prenant pour terrain d’étude l’ensemble de ces centres, l’occasion m’a été donnée d’observer, d’analyser et de mettre en regard différents modèles d’organisation et pratiques professionnelles au travers d’entretiens semi-directifs individuels et collectifs avec des documentalistes ayant participé ou non à la conception d’exposition.

Service d’étude et de documentation du département des sculptures
© Antoine Mongodin – 2018.

Deux profils de documentalistes au sein des départements des collections se sont alors dessinés :

  • celui de documentaliste « scientifique », chargé de collecter des informations sur une technique, un mouvement artistique, une aire géographique ou une ère historique ;
  • celui de documentaliste « technicien », administrateur de la base de données du département et chargé de la couverture photographique des œuvres.

Déterminée par leur niveau de spécialisation sur les domaines liés aux collections ou leur maîtrise en termes de numérique et de gestion des images, cette dominante scientifique ou technique va influer sur le degré de participation du documentaliste à la conception des expositions. En effet, le discours des interrogés indique que les documentalistes « techniciens » vont participer de manière ponctuelle à la conception de l’exposition, par l’accomplissement d’une tâche documentaire spécifique à un moment donné dans le processus de conception, comme l’exprime cette documentaliste :

Dans le cadre de la conception d’exposition, je me considère utile pour ce qui concerne le catalogue et éventuellement les panneaux ou l’affiche si elle présente nos images. J’ai un rôle ponctuel pour la couverture photographique des œuvres mais plutôt réduit pour tout ce qui est extérieur à cela, comme l’aspect muséographique… Je n’ai pas de visibilité sur le reste du projet et je ne me considère pas comme partie intégrante de l’équipe projet ou du commissariat comme peuvent l’être certains documentalistes spécialisés dans un domaine scientifique.

Entretien avec une documentaliste du service d’études et de documentation du département des Arts Graphiques du musée du Louvre, le 02 août 2017.

À l’inverse, les documentalistes « scientifiques » sont davantage sollicités pour une collaboration sur le long terme qui peut prendre plusieurs temps et formes :

  • À la genèse du projet : production de dossiers documentaires sur le sujet de l’exposition envisagé, mise à disposition de l’iconographie et de la documentation existante sur les œuvres pressenties ;
  • Pour le choix des œuvres : mise à jour de la documentation existante au travers d’une veille scientifique et de recherches documentaires, suivi des restaurations des œuvres et proposition d’œuvres de remplacement si nécessaire ;
  • Pour la conception muséographique : réflexion sur la présentation des œuvres et proposition de rassemblements d’œuvres, rédaction de cartels et panneaux, aide à la conception des dispositifs de médiation ;
  • Pour la conception du catalogue d’exposition : recherches bibliographiques, rédaction de notices d’œuvres, d’essais ou encore d’articles.

Au-delà du profil et des compétences, la réalisation d’une ou plusieurs de ces tâches et la participation du documentaliste sur l’ensemble du processus de conception d’exposition dépend essentiellement de l’étroitesse des relations qu’il entretient avec le commissaire d’exposition, un rôle presque exclusivement dévolu aux conservateurs dans le cas du Louvre. La fluidité de la communication en interne et la porosité entre les services de conservation et de documentation sont alors décisives pour qu’une collaboration de qualité s’établisse entre ces deux corps de métier sous la forme d’un assistanat ou, plus rarement, d’un co-commissariat.

C’est acté qu’un conservateur travaille en binôme avec une documentaliste, on pourrait presque toutes se nommer assistantes de conservateur. En tout cas, je me considère comme telle… La conservatrice avec laquelle je travaille n’est pas ma supérieure mais c’est bien elle qui a la gestion et la responsabilité des collections, de leur mise en exposition. Nous sommes complémentaires, je lui dégage du temps en faisant des recherches pour elle. En cela, dans la conception d’exposition, je me sens plus assistante même si nous travaillons parfois d’égale à égale dans d’autres contextes…

Entretien avec une documentaliste du service d’études et de documentation des Sculptures du musée du Louvre, le 21 août 2017.

Il y a une vision très hiérarchique des choses qui s’est instaurée avec le temps : en fonction du partenariat établi entre documentation et conservation, le documentaliste aura plus ou moins de marge d’implication. Il existe quelques cas de co-commissariat mais le plus souvent, la relation s’établit dans le sens d’une subordination du documentaliste au conservateur. On aura donc un rôle moins important bien qu’on fasse peut-être tout autant de travail. Enfin, dans les départements où les services sont plus séparés, les documentalistes répondront de manière ponctuelle à des demandes des conservateurs sans être amenés à travailler quotidiennement avec ces derniers.

Entretien avec une documentaliste du centre de documentation de l’Histoire du Louvre, le 7 juillet 2017.

Cette typologie des collaborations à la conception des expositions témoigne d’une forte hétérogénéité dans le fonctionnement des départements du musée où les liens entre les services peuvent être plus ou moins étroits selon l’histoire, l’organisation et la culture interne des départements8. Les documentalistes semblent donc devoir faire face non seulement à l’héritage historique de l’institution, mais également aux représentations des conservateurs sur leur métier qui conditionnent leur recours au documentaliste pour les projets d’exposition.

Il est souvent vécu de la part de certains conservateurs qu’on empiète sur leurs prérogatives […] C’est une question de peur, de tolérance, de positionnement par rapport au pouvoir qui se ressent dans le quotidien, mais encore davantage pour des projets d’expositions. Notre implication dans ces projets dépend complètement de la personnalité des conservateurs, de leur bonne volonté, de leur mentalité, de leur ouverture vis-à-vis de la fonction de documentaliste.

Entretien avec une documentaliste du service d’études et de documentation des Peintures du musée du Louvre, le 16 août 2017.

Enfin, les documentalistes du Louvre ne sont pas tous sollicités pour les mêmes ressources et services, ni à la même phase de conception de l’exposition selon leur poste, leurs missions et leur expertise dans un domaine scientifique lié aux collections. Leur participation à la conception des expositions dépend non seulement du département dans lequel ils évoluent, de la relation qu’ils ont instauré avec les conservateurs, mais aussi de la nature du projet d’exposition pour lequel ils sont amenés à travailler (le type de sujet traité, la portée médiatique ou politique de l’exposition, l’effectif et la constitution de l’équipe-projet, la nature des expôts, etc.).

L’étude des métiers, pour une évolution de l’institution muséale

Service d’étude et de documentation du département des arts graphiques
© Antoine Mongodin – 2018.

C’est convaincue de l’enjeu majeur que représente l’étude des professions muséales pour la définition et l’expérimentation des musées de demain (Eidelman, 2017)9, que j’ai entrepris de questionner l’évolution de la place du documentaliste au musée. Sans pouvoir rendre compte de manière exhaustive du fruit de ces deux années de recherche, ce rapide billet permet de mettre en lumière les principaux facteurs influençant la participation du documentaliste à la conception des expositions.

Bien loin des représentations stéréotypées associées à cette profession « de l’ombre », l’objectif de ce mémoire était de montrer comment ce dernier se positionne en tant qu’acteur essentiel dans le processus de conception des expositions, aussi bien que dans l’accomplissement des autres missions originelles du musée (conservation, recherche, médiation) (Desvallées et Mairesse, 2011)10 en donnant accès de manière rationalisée, organisée et hiérarchisée au savoir et à la connaissance sur les œuvres.

Pour citer ce billet : "Le documentaliste au musée : quelle contribution à la conception des expositions ?", par Emeline Thouveny, publié sur Com'en Histoire, le 30 septembre 2019. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/2176.
  1. Régimbeau (Gérard). 2014. Documenter les collections, cataloguer l’exposition. Culture et Musées, n°22. []
  2. Fabre (Isabelle). 2012. Médiation documentaire et culturelle dans le musée. Communication & langages, n° 51. []
  3. Jouys-Barbelin (Corine). 2006. L’incidence de l’objet documentaire sur l’identité professionnelle – Le cas des agents des grands musées nationaux chargés de la documentation scientifique des collections. Mémoire INTD, Paris. []
  4. Accart (Jean-Philippe), Réthy (Marie-Pierre). 2015. Le métier de documentaliste. Éditions du cercle de la librairie, Paris. []
  5. Rizza (Maryse). 2014. Document et musée : du discours sur l’œuvre à la médiation culturelle. Documentaliste-Sciences de l’Information, n° 51. []
  6. Després-Lonnet (Marie). 2014. L’écriture du patrimoine, de la documentation à la médiation. Documentaliste-Sciences de l’Information, n° 51. []
  7. Services d’études et de documentation in Louvre.fr. []
  8. Martinez (Jean-Luc). 2016. Projet scientifique et culturel du musée du Louvre. Éditions du musée du Louvre, Paris. []
  9. Eidelman (Jacqueline). 2017. Inventer des musées pour demain – Rapport de la mission Musées du XXIème siècle. La documentation française, Paris. []
  10. Desvallées (André), Mairesse (François). 2011. Dictionnaire encyclopédique de muséologie. Armand Colin, Paris. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.