Objectiver les usages publics de l’Histoire…

En écho au précédent dialogue du mois de janvier 2019 où Daniel Jacobi, chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication, proposait de définir la vulgarisation et l’interprétation de l’Histoire, une historienne toulousaine, Claire Judde de Larivière, nous fait partager, en ce printemps 2019, son expérience de l’enseignement et sa pratique concrète de ce qu’on appelle aujourd’hui “l’Histoire publique”. Car derrière cette expression se cache en réalité plusieurs choses : d’une part les nombreux usages – politiques, idéologiques ou mercantiles – de l’Histoire et d’autre part les diverses modalités de diffusion et de médiatisation de l’histoire qui se renouvellent désormais sans cesse dans l’édition comme à la télévision, sur Internet ou dans les festivals…

Actuellement Maître de conférences en Histoire à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès (UT2J), Claire Judde de Larivière est spécialiste de l’Histoire sociale et politique de Venise aux XVe et XVIe siècles. Elle étudie plus particulièrement l’histoire des groupes populaires et de la notion de “peuple” et a notamment publié Naviguer, commercer, gouverner. Économie maritime et pouvoirs à Venise (XVe – XVIe siècles) (Brill, 2008) et La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511 (Fayard, 2014).

Engagée depuis 2017 dans l’organisation du festival L’histoire à venir qu’elle a co-fondé et qui aura lieu en 2019 du 23 au 26 mai, elle est particulièrement bien placée pour discuter de ces notions de vulgarisation, de médiatisation, voire de médiation, de l’Histoire… C’est en ce sens que nous avons souhaité recueillir son témoignage qui aborde plus spécifiquement la questions des usages publics de l’Histoire et des pratiques contemporaines de médiatisation (mises en récit) et de médiation (mise en public) du passé.

Une partie de l’équipe organisatrice du festival – Crédit Charles Schneider – 2019.

A partir de votre pratique professionnelle d’enseignant-chercheur en Histoire mais aussi comme citoyenne engagée dans le débat public, vous questionnez les usages publics – et parfois des mésusages – du passé. Cette question des usages publics de l’Histoire vous semble-t-elle caractéristique de cette passion française pour l’Histoire ou assiste-t-on aujourd’hui à des réappropriations médiatiques, pour ne pas dire mercantiles, de l’Histoire, peut-être accélérée d’ailleurs par ce nouvel espace public qu’est le web, puisque tout le monde peut désormais prendre la parole sur tous les sujets ?

C’est l’un des points que j’essaie d’aborder avec mes étudiants, en particulier dans un enseignement de Licence 1 consacré aux usages publics de l’Histoire, qui renvoient aux usages politiques, mais dans leurs résonances avec les usages idéologiques, mercantiles, médiatiques, etc. Dans l’enseignement que je consacre à ce thème, j’essaie d’explorer plusieurs pistes possibles, en particulier en comparant les cas de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis car c’est un cours que je fais dans le cadre de la Licence d’Histoire bilingue français-anglais de l’UT2J où nous enseignons en anglais le cursus d’Histoire. Ce cours est donc l’occasion de puiser des exemples dans des pays anglophones et d’adopter une démarche comparatiste pour objectiver les usages en France. C’est aussi l’occasion d’aborder la façon dont la public history, l’Histoire publique, s’est développée de façon distincte dans ces différents pays.

Ce qui est intéressant pour moi, en tant qu’enseignant-chercheur, c’est de voir comment l’Histoire publique nous impose un certain nombre de présupposés sur nos objets d’étude. Les usages publics produisent ainsi des stéréotypes, des poncifs, des idées reçues sur telle période, tel objet, tel concept, tel événement, dont on est toujours plus ou moins dépendants, en tout cas au début d’un enseignement, ou lorsqu’on entame une recherche. En les étudiant en cours, cela permet d’objectiver ces usages et de prendre de la distance.

En tant que chercheurs, nous devons nous aussi analyser nos usages. Par exemple, j’étudie le peuple à Venise à la fin du Moyen Age, et dans le livre que je suis en train d’écrire, il est nécessaire de mettre en perspective le “peuple”, avec ses usages publics contemporains, mais aussi plus anciens ; la mémoire qu’il véhicule, les concepts qu’il présuppose. Les usages publics sont des filtres qui contribuent à construire nos objets d’étude. C’est donc parce qu’on dépend de ces usages publics qu’il faut apprendre à les mettre à distance.

Par “objectiver”, j’entends identifier les usages et mesurer comment ils ont façonné l’objet, au fil des ans. Pour reprendre l’exemple du peuple, il est intéressant de constater combien, en France, le terme est associé depuis la fin du XVIIIe siècle à la Révolution française. Mais le “popolo”en Italie ou “the people” en Angleterre ne recouvrent évidemment pas cette même dimension. Il faut donc essayer de comprendre comment différents usages, à différentes époques, dans différents espaces politiques, ont formé la notion de peuple, aussi dans sa dimension publique. Si l’on écrit en français et qu’on s’inscrit dans un espace historiographique français, ces usages contemporains de la notion doivent être intégrés, même pour faire l’histoire du peuple à Venise à la fin du Moyen Age.

Il y a évidemment des objets plus ou moins froids, qui ont peu d’usages ou de mésusages publics. Certains sont idéologiquement ou politiquement moins chargés que d’autres. Mais mon but est de faire comprendre aux étudiants qu’on est toujours pris dans une généalogie et qu’on ne choisit jamais des concepts “propres”, neutres, sans histoire et sans usages.

Présentation publique du festival avec de gauche à droite Pascal 
Alquier, Jacky Ohayon, Emmanuelle Perez-Tisserant, Christian Thorel et  
Claire Judde de Larivière – Crédit Charles Schneider – 2019.

2. Cela nous amène à évoquer la médiatisation et la mise en circulation dans l’espace public de ces objets d’Histoire plus ou moins idéologiquement marqués. Comment passer de la sphère académique à la sphère publique et toucher un public autre que celui de ses pairs et de ses étudiants ? Quels supports médiatiques sont-ils les plus pertinents et qui peut se charger de ce travail de transposition d’une sphère à une autre ? Et finalement est-ce que ce que nous appelons aujourd’hui “médiation” entre en résonance avec vos pratiques ? Qui sont pour vous les passeurs ou les médiateurs de l’Histoire ?

Le plus important à mon sens est de faire comprendre aux étudiants que l’Histoire n’est pas le passé mais un récit du passé, que les historiens construisent à partir d’un présent et au moyen d’archives. Eux-mêmes participent de la production de ce récit lorsqu’il intègre la sphère publique. Cette déconstruction des représentations et des imaginaires permet alors de mieux comprendre le métier d’historien.

Par exemple, on réfléchit beaucoup aux usages que les jeux vidéo comme Assassin’s Creed font de l’Histoire et aux représentations qu’ils en produisent. L’idée n’est pas tant de distinguer ce qui est vrai et vraisemblable des erreurs et des incohérences. C’est plutôt de déplier le sens des images, les choix narratifs, de montrer quelles idées – et souvent pas immédiatement identifiables – sont ainsi véhiculées.

Travailler sur les représentations du passé ce n’est pas dire qu’elles sont justes ou erronées. Ce n’est pas très intéressant de savoir que dans Assassin’s Creed, Florence est plutôt correctement représentée alors que Venise l’est de façon plus fantaisiste. Ce qu’il faut analyser en revanche, c’est l’image des femmes dans ce décor urbain par exemple, qui semblent toutes être des courtisanes ou des domestiques. On peut alors travailler sur le discours du jeu, sur les récits complexes que portent les images sans qu’on en soit nécessairement conscients.

Les relations entre la sphère “académique” et l’Histoire publique pourraient ainsi évoluer. Ce qui manque peut-être en France, ce sont des figures de passeurs et de traducteurs des recherches académiques. Dans le monde anglophone, il y a des journalistes scientifiques qui font ça très bien. Ils écrivent de bons livres qui se vendent très bien, écrits pour un large public, fondés sur des recherches d’universitaires mais qui sont pensés de façon moins académique. Je pense par exemple aux deux ouvrages de Charles C. Mann, 1491 et 1493 (Albin Michel, 2007 et 2013), qui fait une synthèse passionnante de l’histoire de l’Amérique avant et après l’arrivée des Européens, et plus généralement des conséquences globales de la conquête.

Sans doute cela manque-t-il encore en France. Mais c’est aussi la conséquence d’un élément très positif de notre système éditorial, et de l’existence de maisons d’édition de grande diffusion qui soutiennent le travail des universitaires en publiant des recherches de qualité. Nous avons la chance de pouvoir publier et lire des ouvrages qui sont le fruit de travaux de recherche excellents !

Mais la forme intermédiaire pourrait-elle être plus diffuse : des ouvrages qui sans être des recherches de première main, respectent un certain nombre de règles de démonstration et de méthode, et se fondent sur des recherches en cours. Il en existe de formidables exemples dans le monde anglophone. Je pense par exemple au livre de Timothy Brook, professeur d’Histoire à l’Université de Colombie-Britannique, Le chapeau de Vermeer (Payot, 2012), à propos de la mondialisation au XVIIe siècle. C’est également le cas de l’ouvrage récent de Mary Beard, professeure à l’Université de Cambridge : S.P.Q.R. Histoire de l’ancienne Rome (Perrin, 2016). L’ouvrage reflète ses propres travaux, mais aussi ceux de ses collègues qu’elle met systématiquement en perspective avec les sources et documents utilisés. Elle est ainsi devenue, en Angleterre, une figure publique, apparaissant dans de nombreuses émissions à la BBC ou en étant très présente sur twitter (@wmarybeard). Mais reconnaissons qu’il n’est pas toujours aisé de trouver le temps et l’espace académique pour écrire ce genre d’ouvrages, pas vraiment reconnus par les pairs…

Pour définir la question de la médiation, je pense donc qu’il faut réfléchir à la question des médiateurs. La médiation suppose-t-elle en effet forcément une professionnalisation des médiateurs ? Dans le cadre du festival de Toulouse par exemple, nous n’avons pas de figures intermédiaires. C’est-à-dire que c’est nous, universitaires, chercheurs, auteurs et artistes, qui assurons ce travail de médiation, en mettant en valeur nos travaux mais aussi ceux des autres !

Etudiants et bénévoles –Crédit Charles Schneider – 2019.

3. La nécessité que vous évoquez de déconstruire les représentations, d’objectiver les usages, le constat qu’il manque des passeurs, des moments ou des lieux de partage de l’Histoire vous ont amenée à créer le festival L’histoire à venir. Pouvez-vous nous raconter ce qui vous a poussé à vous lancer dans cette aventure ?

Oui c’est vraiment ça, c’est un festival qui est né de la collaboration de plusieurs partenaires, à commencer par Christian Thorel, le directeur de la librairie Ombres blanches, qui avait envie d’organiser un événement autour de l’Histoire. Nous avons donc commencé à en discuter, avec Charles-Henri Lavielle des éditions Anacharsis de Toulouse et Jacky Ohayon du Théâtre Garonne. Puis plusieurs historien.ne.s de Toulouse ont rejoint l’équipe…

De mon côté, la collaboration avec Le Monde des livres m’a rendue sensible à cette question du passage vers le public, du partage des savoirs. C’est pour cela que l’aventure m’intéressait : trouver un lieu différent et largement ouvert où montrer que les chercheurs font aujourd’hui un travail stimulant, exigeant, intelligent, intéressant, et permettre au public de découvrir leurs conclusions, mais aussi leurs méthodes. De la même façon, chacun des partenaires poursuit avec ses propres moyens et méthodes cette envie de transmettre : la librairie Ombres blanches dans l’offre qu’elle propose au public toulousain d’ouvrages, mais aussi de rencontres publiques quotidiennes ; les éditions Anacharsis publie un riche catalogue d’Histoire qui montre en particulier combien les sources que les historiens utilisent sont passionnantes à lire ; Le théâtre Garonne enfin a également une démarche de mise en accès et d’exploration des voies nouvelles de la création artistique. Chacun d’entre nous avait des préoccupations différentes, mais des objectifs qui se rejoignaient et qui ont convergé vers cette idée qu’il fallait créer un autre espace de restitution des recherches.

Pour moi, le festival est d’abord un lieu de mise en partage et en commun des recherches en cours. Partant du constat qu’à la télévision, les émissions du type d’Apostrophe de Bernard Pivot ou Droit de réponse de Michel Pollac ont disparu ou perdu leur place centrale, il faut créer de nouveaux espaces. Ces émissions étaient des lieux de production de notoriété, qui accueillaient de grands historiens (et beaucoup plus rarement des historiennes !) qui parvenaient ainsi à gagner une notoriété médiatique, essentielle pour la diffusion de leurs ouvrages. Or, la plupart de ceux qui accèdent aujourd’hui aux espaces médiatiques ne sont plus historiens mais le plus souvent de mauvais vulgarisateurs. Il faut donc donner au public l’occasion de rencontrer et connaître les historiennes et les historiens d’aujourd’hui, découvrir leurs œuvres, en cessant de considérer a priori qu’elles sont ennuyeuses parce que sérieuses. Le festival a pour objectif de créer un espace où le public peut venir entendre des chercheurs, et découvrir qu’au-delà des réputations et des “gens connus”, il y a aussi des chercheuses et chercheurs formidables qui ont beaucoup à dire et dont les livres sont passionnants.

Au-delà de cet espace de reconnaissance, on a aussi beaucoup réfléchi à ce qu’on voulait faire passer, et comment. Pour nous, l’important était de montrer nos méthodes et nos sources. Pour contrer les “fake news” et les théories du complot, il faut comprendre ce qu’est la méthode de l’administration de la preuve. Comment savons-nous ce que nous savons ? Sur quelle base documentaire nous fondons-nous pour affirmer ce que nous affirmons ? D’où viennent nos sources et pourquoi sont-elles fiables ? C’est le fondement même de la méthode de l’Histoire et des autres sciences sociales. Nous avons besoin de sources fiables pour construire nos analyses et pour savoir des choses. Nous savons tous que nos propos sont situés, qu’ils s’inscrivent dans un présent, le nôtre comme celui de la société à laquelle nous appartenons. Il est illusoire et naïf de prétendre que les opinions n’existent pas. Mais l’analyse, en particulier historique, est un propos nourri de preuves, de documents, d’archives. Et donc le festival se doit de montrer au public comment l’historien.ne produit sa recherche, en mettant en avant les sources qu’il/elle utilise, et comment il/elle construit sa démonstration. L’Histoire aujourd’hui est une démarche scientifique qui s’appuie sur des données : on va donc vous montrer quelles sont nos données, avant de vous dire ce que nous en faisons. Et on va également explorer les débats qui animent la recherche, car nous ne sommes pas toujours d’accord sur l’interprétation à faire de ces données. C’est le plus important : créer le débat.

Donc au départ, effectivement, dans l’équipe du festival, on ne parlait pas de médiation mais de transmission, de mise en public, de mise en récit et de formats. La forme est en effet essentielle, et il faut travailler pour produire des interactions originales et fertiles avec le public. On a été accompagnés par des journalistes, par exemple Anaïs Kien et Emmanuel Laurentin de La fabrique de l’histoire sur France Culture, ou Julie Clarini, journaliste au Monde, qui sont d’une grande générosité dans leurs rapports à ces lieux de mise en public de l’Histoire. Ils ont partagé avec nous leur expérience d’autres manifestations et rencontres.

Nous espérons donc que le public apprendra des choses nouvelles, mais aussi trouvera des outils pour penser, débattre, trouver des arguments, défendre des analyses, des points de vue, des hypothèses. L’idée c’est d’apprendre quelque chose pour en faire autre chose. D’avoir la curiosité d’aller vers des domaines de connaissances nouveaux, des sujets inédits. L’Histoire est un outil et c’est pour ça que la démarche et la méthode historienne est importante. Nous voulons proposer des outils pour penser ce qui nous préoccupe aujourd’hui, et ce qui s’annonce comme le monde à venir, en écoutant les chercheurs parler d’espaces et de périodes autres que notre présent. C’est aussi l’origine du nom de notre festival : L’histoire à venir, car l’Histoire est un formidable outil pour penser le monde qui vient, pour se demander comment en tant que citoyen.ne.s impliqué.e.s dans le débat démocratique nous pouvons intervenir dans les débats en cours sur la gestion des données personnelles et des big data, sur l’intelligence artificielle, sur les technologies de surveillance, sur Internet. Du coup la notion de médiation devient intéressante à mon avis si ce n’est pas seulement pour rendre compte d’un savoir et de connaissances, mais plutôt de manières de faire, de boites à outils. Il n’y a pas beaucoup d’historiens qui travaillent sur les robots, mais ils sont très nombreux à avoir travaillé sur les machines et la technologie. De la même façon, on sait que toutes les recherches sur l’histoire de l’imprimerie aide à penser la façon dont Internet est en train de changer notre rapport au savoir, à la connaissance, à l’information et aux données.

Comment alors toucher des publics qui ne sont pas nos publics habituels ? Comment faire sortir les étudiants de l’Université pour aller découvrir d’autres modalités et formes de partage de savoir ? Comment attirer des publics plus jeunes ou des publics qui n’ont pas l’habitude de fréquenter les théâtres ou les librairies ? Autant de questions qui continuent de nous animer, et expliquent comment nous essayons de travailler, en investissant des lieux différents dans la ville. On veut s’adresser aux jeunes enseignants d’histoire qui ont envie de puiser à la source de la recherche. Et nous voulons aussi conquérir de nouveaux publics, parmi tous ces gens passionnés par l’Histoire. C’est aussi une des missions de l’Université, de sortir du campus, pour aller à la rencontre du public. Alors bien sûr c’est difficile de concurrencer ces émissions de télévision qui s’adressent à un grand public, mais avec ce type de manifestations scientifiques, comme avec les plateformes et réseaux sur internet, sont également en train de se développer des formes de transmission et de médiation autres, qu’il faudra intégrer d’une façon ou d’une autre.

pour citer ce billet : Judde de Larivière Claire, 2019. Objectiver les usages publics de l’histoire… dialogue avec Patrick Fraysse [en ligne] https://cehistoire.hypotheses.org/2136


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.