Le Museon Arlaten : Quand la médiation sort d’un lieu de mémoire provençal…

En ce mois de septembre, le carnet Com’en Histoire reprend du service avec un nouveaux « Dialogue » qui continue d’interroger cette notion de médiation culturelle, au cœur de nos  différents travaux et de ce carnet. Nous avons ici soumis à la question Céline Salvetat, responsable du service des publics du Museon Arlaten, pour qu’elle évoque les actions menées dans ce musée pas tout à fait comme les autres. C’est en effet l’un des premiers musées français d’ethnographie qui conserve la mémoire provençale depuis 1899, date de sa création par Frédéric Mistral, et qui est fermé depuis presque dix ans…

Céline Salvetat est donc responsable du service des publics du Museon Arlaten depuis 2006, peu avant que le chantier de rénovation ne commence, après avoir travaillé au domaine départemental du château d’Avignon en Carmague. Elle a suivi une formation en tourisme, puis en histoire de l’art et archéologie : son premier domaine d’expertise est ainsi le patrimoine architectural médiéval. Mais ça, c’était avant d’arriver au Museon Arlaten, musée de société créé à la fin du XIXe siècle pour conserver les traces de la culture provençale. La perspective d’accompagner le musée dans sa rénovation, avec un tel projet scientifique et culturel, dans les conditions expérimentales du hors-les-murs a constitué rapidement pour Céline Salvetat un challenge enthousiasmant. Elle raconte ici à  quel point le fait de croiser dans sa profession les enjeux d’un musée de société au jour le jour s’avère passionnant. Ce dialogue fait d’ailleurs échos au dernier « Atelier des médiations » publié par Eva Sandri en avril dernier, billet durant lequel cette dernière revenait sur son exploration des imaginaires associés au numérique au sein de ce même musée.

1. Le Museon Arlaten est un musée dédié au patrimoine provençal, d’abord issu des collections réunies à partir du XIXe par Frédéric Mistral, accordant une belle place tant aux objets ethnographiques, qu’aux œuvres d’art et aux objets scientifiques. Le musée est défini sur son site Internet comme une « fabrique à mémoires ». Pouvez-vous expliciter cette définition, par rapport au contexte particulier du Museon Arlaten?

La terminologie de « fabrique à mémoires » fait référence à plusieurs choses. D’abord à la question des lieux de mémoires, tels que définis par Pierre Nora. L’objet, qui peut être un lieu physique, mais aussi une personne, un événement, une institution, un symbole, ne passe pas dans l’oubli, mais la collectivité le réinvestit de son affect et de ses émotions. A ce titre-là, on peut vraiment dire que le Museon Arlaten est un lieu de mémoires de la société provençale. En fait, c’est un endroit où sont montrés des objets, physiques ou immatériels, des œuvres, où sont racontés à la fois des pratiques collectives, des savoir-faire et des usages constituant des éléments de l’identité provençale : celle du passé bien sûr, mais aussi les identités contemporaines, qui vont puiser, en partie, dans ce passé mis en récit muséographique.

En effet, au cours du temps, le Museon Arlaten a eu plusieurs missions, dont celle de faire vivre et célébrer les traditions, par l’organisation de fêtes par exemple, comme la Festo Vierginenco au début du XXe siècle. Plus tard, il a servi plutôt de « conservatoire » de pratiques et de savoir-faire, comme celle du costume folklorisé. En effet, le musée, dans les années 1930-1940, est chargé de transmettre les bonnes pratiques en matière de port du costume, comme on peut le voir sur les panneaux didactiques installés en 1941 dans les salles dédiées. Sur ces panneaux est décrite la façon correcte ou incorrecte de porter sa jupe ou d’accrocher son fichu, selon les traditions locales. Les textes de l’exposition révèlent ainsi que la façon de porter le costume féminin traditionnel ne se transmet alors presque plus, ou beaucoup moins qu’auparavant, dans les familles, de mère en fille, et que c’est désormais la tâche du musée que de transmettre ces us et coutumes. De la même façon, et je l’ai encore vu dans les années 2000, le public cherchait parfois à mieux connaitre ces rituels oubliés afin de les remettre au goût du jour. C’est le cas des cadeaux au nouveau-né présentés dans le diorama de la Visite à l’accouchée, qui étaient ensuite réinterprétés et revitalisés.

Journées Européennes du Patrimoine, septembre 2018. Coll. Museon Arlaten – CD13 © S.Normand.

Par ailleurs, un concept anthropologique – discipline à laquelle se rattache principalement le Museon Arlaten – s’avère particulièrement important pour comprendre la façon dont nous regardons les objets, au musée : c’est la notion d’invention de la tradition. Grossièrement, on pourrait dire que l’on va montrer, lorsque le musée réouvrira ses portes en 2019, après dix ans de fermeture pour rénovation, comment les Provençaux d’aujourd’hui vont piocher dans la mémoire du territoire et dans les pratiques des gens qui y ont vécus, pour répondre à leurs besoins. Ainsi, le musée collecte le contemporain, ici, en Provence. Et pour ne citer que Dominique Séréna-Allier, directrice du musée jusqu’à peu et conceptrice du projet de rénovation pour le « nouveau » Museon Arlaten :

Cette grille d’analyse permettra d’intégrer au propos contemporain du musée l’approche des comportements sociaux, les représentations mentales des gens de cette région dès lors qu’ils réinterprètent leur histoire, réinventent des traditions dont les origines sont souvent à rechercher au sein même des premières collections du musée. Elle permettra tour à tour d’aborder les nouveaux aspects d’une agriculture régionale, d’établir des comparaisons, toujours fécondes, entre les nouveaux rituels festifs qui renvoient à une certaine représentation de la Provence. Elle autorisera des enquêtes approfondies sur les variations toutes contemporaines de vêtures, qui redéfinissent au présent une mode régionale, adoptée pour perpétuer, pour soi et sous le regard des autres, un « paraître provençal ». Enfin, cette grille contribuera à dresser un inventaire raisonné des formes renouvelées d’expressions : celles dont se réclament les artisans d’art (santonnier, ferronnier, faïencier, ébéniste…) ou les professionnels du tourisme ; celles qui s’esquissent dans les créations musicales contemporaines qui élaborent de nouveaux répertoires pour des instruments d’autrefois, ou métissent musique traditionnelle et musique d’ailleurs, celles qui se construisent sur la Provence, dans l’imaginaire collectif, entre discours et images publicitaires.

Enfin, la grande originalité du projet repose également sur la mise en abîme qu’opère le Museon Arlaten sur ses présentations muséographiques. En effet, avec ses vitrines du XIXe siècle, les réaménagements des années 1940 ou avec les apports de la nouvelle muséologie et du travail de Georges-Henri Rivière, le Museon Arlaten peut témoigner de la façon dont la société provençale s’est mise en scène au musée, comment elle s’est présentée au public, avec, en transparence, l’évolution de la science ethnologique et de ses représentations. C’est une véritable histoire muséale qui sera donnée à voir. Les cartels, les vitrines, les mannequins sont donc devenus des objets de musée, et ils permettront de faire comprendre au public qu’un musée n’est pas une image fidèle, une « vérité vraie », du passé, mais une mise en scène volontaire et construite des objets, au service d’un propos muséographique soigneusement défini.Le public pourra ainsi observer que le musée est un objet patrimonial en soi, complexe, stratifié mais à appréhender dans toutes ses facettes, dans toute sa profondeur historique et en embrassant son caractère rhizomatique.

Nous pouvons ainsi dire qu’avec nos collections archéologiques, artistiques, historiques, techniques, vernaculaires ou même immatérielles, anciennes, récentes ou contemporaines, c’est bien une « fabrique à mémoires », une monstration du processus de création et de vie d’expressions culturelles, à laquelle nous travaillons, et ce pour le public d’aujourd’hui et de demain.

2. Vous êtes responsable du service des publics du Museon Arlaten, mais depuis 2009, le Museon Arlaten est fermé pour travaux. Comment pourriez-vous définir la médiation culturelle et plus spécifiquement la médiation « hors-les-murs » que vous mettez en œuvre? 

Selon moi, la mission de la médiation culturelle est de créer des ponts entre le musée – ses collections, ses thématiques et ses activités – et les gens- qu’ils fassent déjà partie du public du musée, ou qu’ils ne le soient pas encore. L’expertise du médiateur repose donc sur une bonne connaissance des publics, ses besoins et ses spécificités, et sur le discours proposé par le musée. Il créé alors l’outil, l’action ou l’événement qui permettra au public d’avoir accès au musée, bien sûr, autant physiquement qu’intellectuellement, et d’avoir plaisir ou intérêt à le fréquenter.

La médiation hors-les-murs a comme caractéristique première d’être plus active du côté de l’institution, tout du moins dans le cas d’un musée fermé – pour rénovation – comme le Museon Arlaten. Il n’y a aucun public qui vient à nous, puisque nous ne sommes nulle part, et c’est à nous d’aller le chercher et le rencontrer.

A titre d’exemples d’actions différentes que nous menons, je pourrais évoquer d’abord le Voyage des 10. C’est un projet de Guylaine Renaud, une ethno-artiste, qui se propose de donner à entendre dix objetsparmi les collections du musée par des créations musicales, à défaut de pouvoir les voir. Le processus de chaque création – au rythme d’à peu près une création par an – est toujours le même : Guylaine Renaud et l’artiste invité sont placés en résidence pendant une semaine, avec une documentation rigoureuse sur l’objet choisi pour la création : des rapports de restauration, des photos, des livres, des contacts… A l’issue de la semaine, un spectacle est présenté au public. Ensuite, l’une de ces pièces musicales, originale et créée pour l’objet, est enregistrée et déposée au musée. Chaque création se fait dans un lieu différent, choisi au sein du département des Bouches-du-Rhône, avec un partenaire différent également. Les objectifs sont donc de faire connaître le musée à un public éloigné géographiquement, de rendre accessible un objet par d’autres sens que la vue et ce, de façon plus poétique et plus onirique, et enfin, de disposer d’une œuvre sonore originale qui entre dans les collections et fait parler les objets du musée.

Voyage des 10 sur le Vélo de Jeanne Calment avec Frédéric Nevchehirlian et Guylaine Renaud © Coll.

Un autre exemple est une action très expérimentale, que nous avons mise en œuvre à l’occasion de l’événement Marseille, Capitale européenne de la culture en 2013 : Vol sans effraction. C’est un serious game conçu collectivement avec des universités, des entreprises et des institutions, grâce au portage du Pôle Culture et Patrimoines à Arles et de la labellisation « Service culturel numérique innovant ».

Anne-Lise dans le forum pour Vol sans effraction. Coll. Museon Arlaten – CD13 © S.Normand.

 L’idée de départ était simple : en raison des travaux, il était impossible de visiter le musée. Qu’à cela ne tienne. Depuis la rue, et une véritable cabine de pilotage, pendant 6 mois, le public a pu piloter un drone qui volait dans la cour du musée fermé. Chaque pilote avait pour mission de « dégommer » – en réalité augmentée bien sûr – une par une les 8 cibles qui symbolisaient autant d’idées reçues largement partagées sur le musée. Chaque cible détruite était alors suivie par une vidéo de quelques minutes, revenant de manière humoristique sur ces clichés. Cela nous a permis de tester la capacité de notre public à nous suivre dans un projet numérique et celle que nous avions – ou pas – à mobiliser un public plutôt jeune et gamer.

Parfois, la médiation hors-les-murs, ce sont aussi des petites choses simples, mais incontournables. Les classes ne peuvent plus venir au musée : nous nous rendons alors nous-mêmes dans les classes. Nous ciblons même les classes qui ne viennent jamais au musée. Ainsi allons-nous à l’école de l’hôpital de la Timone, à Marseille, faire des ateliers, en apportant de vrais objets du musée, pour les enfants malades qui sont aussi des élèves devant bénéficier de l’éducation artistique et culturelle aujourd’hui obligatoire pour tous.

En fait, ce type de médiation « hors-les-murs » offre une grande liberté, surtout dès lors que l’on essaye de jouer avec ses handicaps. L’idée n’est pas de faire hors du musée ce qu’on faisait dedans, mais d’aborder la médiation complètement différemment, avec d’autres sens et d’autres méthodes. Le champ est tellement large que l’on aurait pu s’y perdre. Or tout l’intérêt repose aussi sur le fait que l’équipe du service des publics est par ailleurs très investie dans la rénovation. Cela permet donc d’avoir un hors-les-murs qui procède complètement du projet du musée. Du coup, nous nous sommes donnés trois objectifs principaux qui nous servent de règles préliminaires à tout nouveau projet.

  • Le premier est de toucher de nouveaux publics, ceux qui jusque-là ne venaient pas, mais que nous espérons toucher à l’ouverture, et qu’il nous faut donc apprendre à connaître.
  • Le second est de travailler sur les nouvelles thématiques du futur musée, celles qui n’étaient pas présentées avant la fermeture. Il s’agit essentiellement de sujets d’enquêtes ethnologiques contemporains, comme la mémoire ouvrière des cheminots d’Arles par exemple.
  • Le troisième est de trouver de nouvelles façons de faire médiation, en utilisant le numérique, en faisant contribuer les publics ou en les faisant jouer, comme en jouant sur leurs sens (son, toucher…).

Dans tous les cas, comme nous le disons souvent maintenant, à l’aube de la rentrée dans les murs, avec ce « hors-les-murs », plus jamais nous ne ferons notre métier de la même façon !

3. Vous avez engagé plusieurs actions de médiation que l’on peut qualifier de « participatives ». Pouvez-vous revenir sur ces actions et détailler ce qu’elles peuvent apporter selon vous à un musée de société tel que le Museon Arlaten?

Avec ces projets, nous souhaitions adapter la posture de l’institution vis-à-vis des publics, en tâchant d’impulser davantage de réflexion et de discussion avec le public, en étant également davantage à l’écoute des demandes, attentes ou compétences des publics. Nous l’avons fait de manière assez radicale avec le projet « Partage de mémoires gitanes ».  En effet, l’idée était, non pas de faire une enquête ethnologique sur les populations gitanes, mais de partager les méthodologies propres à l’ethnologie avec ces publics du musée – scolaires et femmes de la communauté – afin qu’ils se les approprient et collectent eux-mêmes de nouveaux matériaux. Tout cela a été accompagné d’une méthodologie participative apportée par les acteurs du champ social. A été ainsi mis en œuvre un comité de consultation, qui permettait de discuter et de négocier les différentes actions du projet, chacun devenant acteur au sein du projet au titre de sa propre expertise. La réalisation au bout de trois ans, a été particulièrement riche et instructive, permettant à toute l’équipe d’expérimenter les méthodes de participation, avec ses apports et ses limites. Il a donné lieu à des restitutions diverses comme par exemple le webdocumentaire www.femmesgitanes.fr ou l’exposition A la gitane, à Arles et au J1 à Marseille, pour l’événement Marseille, capitale européenne de la culture en 2013.

Nous avons lancé également un Museomix, c’est-à-dire un hackathon culturel, – un événement très court dans le temps – 3 jours et 2 nuits – issu des communautés museogeeks -, qui permet à des professionnels et des amateurs de se retrouver dans un musée pour construire, ensemble et en open source, des prototypes d’outils de médiation. Ainsi, en 2014, nous avons, avec et au Musée départemental de l’Arles Antique, réuni huit équipes pluridisciplinaires réunissant experts de contenus, développeurs, graphistes, professionnels de la communication, médiateurs et bricoleurs, pour essayer de rendre le musée plus vivant, plus ludique et plus interactif. Une des équipes a  par exemple proposé un dispositif scénographique immersif, Voyage en eaux troubles, qui se proposait de mettre les visiteurs dans la peau d’une personne ayant subi les inondations de 2003.

Museon Arlaten hors les murs. Participation à Museomix au Musée Départemental de l’Arles antique. Coll. Museon Arlaten – CD13 © R.Benali.

Ce dispositif apportait nettement plus de créativité que ce que nous aurions pu projeter, nous, équipe du musée. Par exemple, très techniquement, nous ne connaissions pas les capteurs qui permettaient une meilleure immersion du public, dans tous les sens du terme. En effet, avec ce dispositif, l’eau montait, mettant en scène aux yeux du public l’angoisse de plus en plus profonde ressentie par les habitants alors. Seuls, nous ne serions pas allés aussi si loin dans la mise en œuvre d’un tel dispositif et nous n’aurions pas pensé que le public accepterait de mettre des bottes en plastique pour visiter l’espace scénographique concocté pour le présenter.

Aujourd’hui, nous continuons toujours à expérimenter, quitte à échouer, et convions de plus en plus les publics à participer à nos projets, en mettant en place des journées de la contribution. Elles ont été lancées au début du mois de juin 2018. Nous sommes en effet partis du constat que souvent, les participants à nos activités exprimaient le souhait d’être encore davantage associés aux actions du musée. Ces journées de contribution prennent la forme de différents ateliers, faisant chacune d’elle appel à différents types de compétences. Le public peut être ainsi amené à géolocaliser sur une carte en ligne des images, vidéos, prises de sons ou textes qu’ils auront produits lors d’une ethno-balade effectuée dans le quartier de la Roquette à Arles. Une autre permet aux amateurs éclairés de documenter les collections judéo-comtadines, tandis qu’une autre invite les musiciens à interpréter des partitions au tambourin ou au chant pour mieux faire entendre aux visiteurs d’anciennes mélodies provençales conservées seulement, sous format papier, dans les réserves du musée. Les notices d’inventaire de ces partitions sont ainsi liées à un fichier son, dans la base de données de gestion des collections. Certains ateliers de ces journées s’adressent ainsi à des participants experts dans leur domaine. Cela nous permet d’associer nos publics à l’amélioration de nos connaissances sur les collections ainsi que surles thématiques étudiées par les équipes scientifiques du musée.

Dans tous les cas, ce type d’actions participatives est fondamental pour nous, tant dans un esprit d’expérimentation, pour renouveler nos pratiques, que tout simplement parce que nous ne pouvons pas faire autrement. Le Museon Arlaten est un musée de société qui reste, d’abord et avant tout un lieu de questionnement sur la société, son histoire, les mémoires qu’elle véhicule, construit ou réinterprète :  : ce qui importe le plus finalement, qu’on le visite ou qu’on y travaille, c’est d’en sortir avec plus de questionnements que de réponses. Le projet de rénovation assorti de ses médiations hors-les-murs nous a fait réaliser, en allant vers le public, à quel point la société était riche de connaissances, d’expériences, de parcours de vie qui l’embellissent et l’inspirent. Bien au-delà d’une posture de connaisseurs ou de « sachant », les actions participatives nous permettent de nous ouvrir à d’autres points de vue, en étant plus modestes, et en ayant en tête que le public est aussi le sujet du musée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.