Musée et médiation par le numérique : vers une approche critique

Notre rubrique l’« Ateliers des médiations » accueille aujourd’hui une nouvelle auteure, Eva Sandri, qui a accepté de publier dans Com’en Histoire le compte-rendu de sa thèse en Sciences de l’information et de la communication soutenue en décembre 2016 à l’Université d’Avignon et réalisée en cotutelle avec l’Université du Québec à Montréal, sous la direction de Cécile Tardy et de Catherine Saouter. Intitulée L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie, ce travail est l’occasion de déconstruire la grande majorité des discours d’escorte qui accompagnent encore aujourd’hui l’exploitation des dispositifs numériques par les musées, discours le plus souvent marqués par un surenchérissement permanent et par une fonction thaumaturgique qui vantent la fonction d’interactivité, d’intuitivité et d’immatérialité de ces dispositifs (Jeanneret, 20111 ; Labelle, 2008). Les musées sont largement concernés par ces discours, chaque acquisition d’un dispositif numérique pour la médiation (du CD Rom à la table tactile) s’accompagnant d’un cortège d’attentes et de promesses importantes concernant le futur usage du visiteur (Davallon et Le Marec, 2000).

Ce travail de recherche est né d’une intuition de départ. Je supposais un décalage entre les discours d’escorte sur l’innovation technologique au musée et la façon dont les professionnels de ces institutions culturelles évoquaient ces questions. Je présumais que le caractère révolutionnaire des discours décrivant les technologies (Jeanneret, 2008 ; Labelle, 20012) n’était pas repris stricto sensu par les professionnels des musées mais qu’il était fortement nuancé. Je supposais également que ces professionnels travaillaient dans un contexte de logiques injonctives de réquisition numérique (Labelle, 2001) qui leur laissait peu d’espace pour porter un regard critique sur ces technologies mais n’excluait pas des logiques d’ajustement.

En effet, la présence croissante d’outils numériques dans l’espace d’exposition depuis les années quatre-vingt, sous-tendue par un discours promotionnel technophile de la part des sphères journalistique et politique (Breton, 2002 et 2006) m’a poussée à questionner les réactions des professionnels du musée vis-à-vis de ces discours d’escorte qui décrivent ces technologies comme fortement souhaitables et amalgament parfois innovation et pertinence. Par ailleurs, en questionnant le degré d’autonomie des professionnels dans ces projets numériques, j’ai cherché à comprendre dans quelle mesure ils étaient à l’origine de ces transitions. Disposent-ils d’espace pour porter un regard critique sur la façon dont se mettent en place les dispositifs numériques? Quel degré de liberté et d’expertise ont-ils lors du choix des dispositifs?

Visuel multi-cartel de la salle du costume du XVIIIe siècle du futur Museon Arlaten. Crédit photo : Agence Tetrarc, 2017.

Plus précisément, cette thèse analyse l’imaginaire des dispositifs numériques dans les musées confrontés à la conception de dispositifs technologiques pour la médiation. Je me suis intéressée ici à des supports tels que les tablettes tactiles et les navigateurs de réalité augmentée proposés par les musées d’ethnographie. Contrairement à d’autres recherches davantage centrées sur les usages des publics, le principal apport de ce travail est de se placer dans le temps de la conception des dispositifs. J’ai également fait le choix d’utiliser le concept d’imaginaire en tant que fondement de l’analyse pour étudier les représentations liées au numérique qui tiennent de la promesse.

Le concept d’imaginaire (Wunenburger, 19913), longtemps utilisé comme synonyme d’utopie, d’idéologie, de croyance ou de mythe, est défini comme un ensemble d’attentes, espoirs et craintes vis-à-vis des promesses d’un dispositif. Il s’agit ici d’observer la façon dont les professionnels de musée anticipent les usages de ces dispositifs dans un contexte social précis. Ce contexte social est caractérisé par des logiques de réquisition numérique (Labelle, 2001) qui constituent des injonctions à l’utilisation des outils numériques et par un temps de l’urgence (Rosa, 2010), dans lequel l’innovation et le progrès technologiques sont présentés comme des objectifs inéluctables et bénéfiques.

Dans ce contexte, l’imaginaire du numérique concerne les attentes et craintes vis-à-vis des technologies. Mettre à jour cet imaginaire permet alors de comprendre de quelles façons les acteurs du musée adhérent ou résistent au contexte technophile, à travers des stratégies d’ajustement. Cette analyse de l’imaginaire n’est pas nouveaux mais se place dans la lignée des enquêtes sur les discours sur les technologies, tels les travaux menés par Flichy (2001a, 2001b)4, Breton (2002, 2006)5, Jeanneret (2007, 2014)6, Bouquillion (2013)7 et Levoin (2016)8, à propos des discours technicistes. Ces auteurs ont relevé un imaginaire technophile dans les milieux professionnels liés au web, aux bibliothèques, aux industries culturelles et au milieu des conservatoires de musique. Ainsi, le présent travail de recherche tente de mettre au jour les représentations liées au numérique, dans le milieu muséal.

J’ai donc relevé puis analysé ces imaginaires, en observant comment les professionnels réagissaient face à des projets de conception de dispositifs numériques pour la médiation (cartels numériques, navigateurs de réalité augmentée). J’ai par la suite confronté les résultats obtenus avec d’autres discours d’escorte (politiques, journalistiques) à propos des dispositifs de médiation utilisant des supports numériques. Ainsi, le questionnement s’est construit dans la continuité des travaux menés sur le concept de trivialité (Jeanneret, 2007 ; 2014), à propos de la circulation sociale des discours dans la société.

Dans ce but, je me suis également appuyée sur le concept de discours d’escorte (Jeanneret, 2008). En effet, contrairement aux concepts de discours d’accompagnement et de discours circulant, qui qualifient les discours sur la nature, la fonction et les usages d’une technologie, le discours d’escorte fait apparaître le fait que « l’imaginaire contenu dans les mots et les images fait davantage qu’accompagner les objets » (Jeanneret, 2001 : 28)9 mais qu’il les constitue. Ce concept permet de penser les points de contact entre objets et discours, dans un contexte où le discours ne vient pas de l’extérieur accompagner l’objet, mais où il fait lui-même partie de l’objet et en conditionne la réception.

Du point de vue méthodologique, j’ai mis en place une enquête ethnographique dans deux musées proposant des collections ethnographiques, et qui ont constitué les terrains de la recherche. En tant qu’institution amenée à « mettre en débat les questions liées à l’évolution de la société » (FEMS), le musée d’ethnographie est apparu, comme un choix de terrain propice pour observer des professionnels habitués à un recul réflexif sur leurs pratiques et à un questionnement sur l’histoire des musées et de la médiation.

Le musée Mc Cord (musée d’histoire de la ville Montréal) a servi de pré-terrain. Ce musée m’intéressait particulièrement dans le cadre de cette thèse, car il s’était situé depuis les années quatre-vingt-dix comme un musée pionner offrant des espaces expérimentaux dans le domaine de la médiation par le numérique (collections en ligne, dispositifs numériques dans le musée…). Ensuite, j’ai mis en regard l’imaginaire du musée Mc Cord avec celui du Museon Arlaten, le musée ethnographique d’Arles actuellement en rénovation.

Proposition de dispositif de réalité augmentée dans la cour du futur Museon Arlaten. Crédit photo : Agence Tetrarc, 2016.

Une telle démarche a nécessité une démarche méthodologique en deux temps, mêlant analyse de discours et enquête ethnographique. Dans le cadre d’un travail exploratoire, j’ai d’abord relevé les différents discours d’escorte portant sur les dispositifs numériques au musée (à travers un corpus de textes journalistiques, politiques et professionnels), et sur les injonctions qu’ils véhiculent, afin de comprendre à quelles prescriptions et réquisitions les professionnels étaient exposés. Au cours de cette phase, le musée Mc Cord a constitué un pré-terrain privilégié pour étudier puis analyser ces discours, les dispositifs numériques proposés dans l’exposition ainsi que leurs usages. Des entretiens avec les concepteurs des dispositifs ont permis de relever leur point de vue sur le numérique et de le comparer aux précédents types de discours. Ce terrain exploratoire a alors permis de dégager les grandes thématiques qui caractérisent l’imaginaire contrasté du numérique au musée.

Ce découpage thématique a ensuite été repris, sur le terrain principal de la recherche, au Museon Arlaten. L’enquête ethnographique menée dans ce musée a été constituée d’entretiens semi-directifs et compréhensifs, d’observation participante lors des réunions et de collecte de documents (Boutinet, 2004, 2005)10. J’ai donc pu suivre les réunions visant à décider des dispositifs techniques à acquérir (taille, fonctionnalités, arborescences et contenus).

Trois niveaux de résultats apparaissent après l’analyse de ces données et constituent les principaux apports de cette recherche. Premièrement, la comparaison entre le discours des professionnels et les discours d’escorte médiatiques et politiques donne à voir un fort décalage. Le discours des enquêtés est globalement plus critique que les discours journalistiques et politiques : il remet en question le manque de pertinence de certains dispositifs numériques. En outre, les dispositifs numériques étant déjà utilisés par les enquêtés, ces derniers ne décrivent pas les technologies au musée comme une pratique totalement innovante. Cela n’entraîne pas une modification profonde de leur conception de la médiation culturelle, mais plutôt l’occasion de remettre en question la façon dont sont conçus et utilisés certains dispositifs. Les enquêtés vont par exemple utiliser certaines technologies pour toucher un public plus large (vidéos en langue des signes, traduction des cartels numériques en plusieurs langues…).

En outre, chaque nouveau dispositif de médiation est décrit en faisant référence à son prédécesseur. L’application de visite est par exemple comparée à l’audioguide, la table tactile est renvoyée à la borne interactive et le cartel numérique est conçu à partir du modèle du cartel papier. Le discours des enquêtés relève donc davantage de la volonté de rattraper le retard de leur institution en s’équipant de la même façon que les grands musées, que de la tentative de proposer des changements structurels. Ainsi, l’hypothèse initiale d’un imaginaire du numérique discret et raisonné, qui s’opposerait à des discours d’escorte promotionnels prônant un numérique révolutionnaire, s’observe dans le discours des acteurs. Plus qu’une transformation radicale, on observe des logiques d’imbrications et de complémentarités, comme c’est le cas pour les activités de médiation du musée Mc Cord qui commencent avec une visite guidée et qui finissent en ligne sur le site du musée.

Deuxièmement, j’ai pu observer que les dispositifs numériques opèrent un repositionnement global de l’exposition, qui est l’occasion pour l’institution de renégocier son rapport à la muséographie. En effet, l’aura de l’œuvre originale est questionnée face au substitut numérique. Le support numérique, bien que possédant une forte capacité d’attraction pour les publics technophiles, est également considéré par les enquêtés comme étant plus froid et moins vecteur d’émotion que l’objet de musée. Cela instaure ainsi une situation de concurrence symbolique complexe entre l’objet de musée et le dispositif numérique, dans l’attention du visiteur.

Ensuite, j’ai pu noter une utilisation différente des ressources documentaires des musées. Le futur Museon Arlaten proposera par exemple des « salles d’interprétation » contenant de nombreux documents explicatifs sur supports numériques afin d’offrir un méta-discours sur le musée. Une telle démarche invite à repenser la visite muséale traditionnelle puisque ces salles proposent au visiteur de nombreuses ressources numériques (films, jeux, textes, animations, images d’archives) et moins d’objets de collection.

En outre, je faisais l’hypothèse au début de cette recherche d’un glissement de la fonction documentaire de la photographie des collections à une fonction de médiation culturelle. J’ai observé sur les deux terrains des repositionnements de cette économie documentaire dans des contextes où la muséographie intègre de nombreux contenus venus des collections numérisées en ligne. En effet, au musée Mc Cord, des visites avec les publics sont réalisées à partir d’un jeu qui débute sur le site internet du musée pour présenter les photographies des objets (via le catalogue en ligne). Au Museon Arlaten, des images documentaires viennent parfois se substituer à l’objet lorsque le discours de l’exposition s’intéresse davantage à une connaissance précise qu’à l’aura de l’objet. Ainsi, les professionnels de la médiation et de la documentation sont fréquemment confrontés à un type d’image à part entière que nous appelons image de médiation. Ce sont des images qui viennent d’un fonds documentaire pour alimenter spécifiquement une activité de visite conçue pour le public.

Vitres multitouch de la salle interprétation du futur Museon Arlaten. Crédit photo : Agence Tetrarc, 2016.

Enfin, je me demandais au début de ce travail de recherche, si ce paradigme du musée augmenté par les technologies (Jutant, Guyot, Gentès, 200911 ; Krebs, 201312), en plus de se présenter comme une norme, était susceptible de dévaluer l’image des musées non équipés numériquement. J’ai en effet observé que les discours d’escorte du passage au numérique avaient tendance à déprécier les musées qui n’avaient pas recours à ces dispositifs, à travers un discours techniciste injonctif visant à présenter l’équipement technologique comme relevant de l’évolution naturelle des musées. Ainsi, les discours d’escorte portant sur le musée augmenté ne font pas que valoriser la présence des technologies, ils mènent également en creux, à une dévalorisation des institutions qui, par choix ou par manque de moyens, ne possèdent pas de dispositifs numériques au service de leur médiation culturelle. Cela contribue à donner une image de la technologie foncièrement bénéfique et nécessaire à la médiation. Ce résultat idéologiquement marqué constituera une piste de stimulante pour la suite de mes recherches sur le sujet.

Pour citer ce billet : "Musée et médiation par le numérique : vers une approche critique", par Eva Sandri, publié sur Com'en Histoire, le 4 avril 2018. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/1276.
  1. Jeanneret (Yves). 2011. Y-a-t-il vraiment des technologies de l’information? Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion. []
  2. Labelle (Sarah). 2001. La Société de l’information : à décrypter !, Communication & Langages, n°128, p. 65-79. []
  3. Wunenburger (Jean-Jacques). 1991. L’imaginaire. Paris : PUF. []
  4. Flichy (Patrice). 2001a. L’imaginaire d’internet. Paris : La Découverte.
    Flichy (Patrice). 2001b. « La place de l’imaginaire dans l’action technique : le cas de l’internet ». Réseaux, 109, p. 52-73. []
  5. Breton (Philippe). 2002. Que faut-il entendre par discours d’accompagnement des nouvelles technologies?. Les dossiers de l’audiovisuel, 103, p. 13-20.
    Breton (Philippe). 2006. « Imaginaire technique et pensée du social ». Sociétés, 93, p. 69-76. []
  6. Jeanneret (Yves). 2008b. Penser la trivialité, vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès Science/Lavoisier.
    Jeanneret (Yves). 2014. Critique de la trivialité : la médiation de la communication, enjeu de pouvoir. Paris : Ed. Non Standard. []
  7. Bouquillion (Philippe). 2013. Socio-économie des industries culturelles et pensée critique : le Web collaboratif au prisme des théories des industries culturelles, Les Enjeux de l’Information et de la Communication, supplément, article inédit. En ligne. Consulté le 10 janvier 2015. []
  8. Levoin (Xavier). 2016. Médias et enseignement spécialisé de la musique : un projet communicationnel ? Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris XIII. []
  9. Jeanneret (Yves). 2001. « Autre chose qu’un discours, davantage qu’un accompagnement, mieux qu’une résistance ». Terminal, 85, p. 35-47. []
  10. Boutinet (Jean-Pierre). 2004. Psychologie des conduites à projet. Paris : PUF. [Que sais-je ?]
    Boutinet (Jean-Pierre). 2005. Anthropologie du projet. Paris : PUF. [Quadrige Manuels.] []
  11. Jutant (Camille), Guyot (Aude) et Gentès (Annie). 2009. Visiteur ou joueur? Les multiples facettes de la technologie RFID. Lettre de l’OCIM, n°125, p.12-20. []
  12. Krebs (Anne). 2013. Numérique et institutions culturelles: Quelle création de valeur? in Actes des rencontres: Médiation & numérique dans les équipements culturels, les 21 et 22 octobre 2013, BnF, Paris. Consulté le 2 décembre 2013. []

A propos Eva Sandri

Eva Sandri est maîtresse de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'INALCO (laboratoire PLIDAM, EA 4514). Ses recherches portent sur l'imaginaire des dispositifs numériques au musée. Elle a publié en 2016 : "Les ajustements des professionnels de la médiation au musée face aux enjeux de la culture numérique", dans la revue Etudes de communication, n°46.

Une réflexion au sujet de « Musée et médiation par le numérique : vers une approche critique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.