La médiation numérique au musée d’Histoire, entre efficacité cognitive et saturation attentionnelle…

Marie-Sylvie Poli est professeur émérite à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, membre du Centre Norbert Elias depuis 2009. Elle a co-dirigé la structure fédérative de recherche Agorantic « Culture, Patrimoines, Sociétés numériques » entre 2011 et 2017. Après s’être intéressée, au cours de sa thèse en linguistique, aux discours de la critique d’art, elle a mené des travaux en muséologie, s’attachant notamment à l’étude des textes dans l’exposition. A plusieurs reprises, elle s’est intéressée plus spécifiquement aux expositions d’histoire contemporaine, menant l’enquête avec Pascale Ancel, sur l’exposition Spoliés ! au musée de la résistance et de la déportation de l’Isère à Grenoble, ou, avec Linda Idjeraoui-Ravez, sur les représentations de l’immigration à partir des expositions D’Isère et du Maghreb : Mémoires d’immigrés au Musée dauphinois de Grenoble en 1999 et Repères, exposition permanente de la cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris. L’entretien qu’elle nous a accordée permet de revenir plus spécifiquement sur le musée d’histoire en tant que dispositif de communication, s’intéressant plus particulièrement à la réception des publics lorsque les expositions ont trait à des questions sensibles. Elle met ainsi en valeur les enjeux qui sont liés à l’exposition d’objets d’histoire dans la société contemporaine.

1. Vous êtes chercheuse en Sciences de l’Information et de la Communication et spécialiste dans le domaine de la muséologie. Vous avez beaucoup travaillé en collaboration avec le musée Dauphinois, avec le musée de la Résistance et de la déportation de l’Isère, ou avec le musée de l’Arles antique. Dès lors, comment pourriez-vous définir, en tant que chercheur, un musée d’histoire, entre sciences, art et société ? Qu’est-ce pour vous qu’exposer des matériaux historiques (documents, sources, traces, etc.) : quels sont les spécificités et les enjeux liés à ce type d’expositions ?

Voilà en effet plus de vingt ans que j’ai pris le musée comme objet de recherche. Pas seulement le musée d’Art ou le musée de Science ou le musée d’Histoire ou de Société mais tout type de musée… Car ce qui m’intéresse toujours en tant que chercheur c’est la capacité du musée à inventer en permanence des formes culturelles de transmission des savoirs, tout en restant en phase avec les enjeux politiques de la société. J’ai débuté dans les années 1990 par des recherches centrées sur les registres des écrits informatifs et les textes signalétiques destinés aux visiteurs, ce qui m’a amenée à établir des passerelles entre la sociolinguistique, la pragmatique, l’analyse de discours et le champ muséal.

Ainsi je pourrais dire que je suis devenue chercheur en muséologie à partir d’un double questionnement : comment le musée exprime-t-il par le texte les savoirs et les valeurs qu’il veut partager avec ses visiteurs ? Quels sont les points communs et les différences entre les textes qui transmettent de la connaissance au musée et les textes qui transmettent de la connaissance dans d’autres champs de la culture et de l’éducation ?

Comme les musées d’Histoire et les musées de Société sont très bavards en textes et qu’ils développent quantité de projets en lien avec l’éducation, le monde associatif et leurs territoires, ces musées se sont comme imposés à moi comme terrain de recherche privilégié. D’autant que, travaillant alors à l’Université de Grenoble, j’ai pu instaurer des collaborations régulières avec le musée Dauphinois et le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère – Maison des droits de l’Homme.

Puis il m’est apparu que la lecture de textes par le visiteur in situ n’est qu’un aspect partiel de la diversité des situations de communication entre un musée d’Histoire et la société contemporaine. Dès lors c’est dans une perspective de chercheur en communication que j’ai travaillé : observer et analyser le musée en tant que dispositif global de communication dans une époque modelée par de profondes mutations induites par les médias de masse, le numérique, les soubresauts du monde éducatif, l’avènement d’une société de la consommation du loisir et de la culture.

Par ailleurs, être sollicitée en tant que muséologue par des musées m’a permis, outre de faire de la méthodologie d’enquête un objet de recherche interdisciplinaire en soi, d’édifier ma propre approche de l’analyse de l’expérience de visite au musée. Une approche marquée par l’anthropologie de la communication, la linguistique de l’énonciation et la sociologie de la culture.

J’en viens après ce détour sur mon parcours, à répondre à votre question sur un musée historique / un musée d’Histoire, entre sciences, art et société… Ce qui caractérise selon moi le musée d’Histoire, c’est la dimension inter discursive obligée de ses réécritures de savoirs historiques (validés ou en cours de validation) pour passer de la forme académique à la forme expographique. Je considère donc le musée d’Histoire avant tout comme une archive (selon le point de vue de Foucault) c’est-à-dire comme un point de vue sur la culture, en constante réappropriation des énoncés qui circulent, des procédés de réécriture, des procédés d’organisation documentaire aussi.

Aussi je défends la vision du musée d’Histoire par nature subjectif, politique, pédagogique et dialectique. Plus que tout autre, le musée d’Histoire est selon moi une institution paradoxale, car son discours est à la fois scientifique et narratif, archétypal et unique, à la fois redite et création. C’est donc aussi un musée de société.

De plus, si on peut effectivement constater qu’il existe des modèles stabilisés du musée d’Histoire, selon les époques et les pays, chaque musée d’Histoire s’échappe d’un moule muséographique auquel on pourrait pourtant le croire assujetti. Pour concrétiser sa propre rhétorique sur les épisodes et les traces de l’Histoire, chaque musée compose avec des éléments factuels aussi divers que son bâtiment, son territoire, ses collections et ses documents d’archives. D’un autre côté, il a toute liberté pour traiter à sa manière le design graphique, la scénographie, les registres sémiotiques divers, la façon dont il aura recours aux témoignages d’acteurs, à leurs mémoires.

Enfin, le musée d’Histoire mérite selon moi d’être analysé en contexte, c’est-à-dire dans une approche comparative qui questionne aussi les manières dont les médias (dont internet et les réseaux sociaux numériques), le politique, l’école, le monde académique et la société civile traitent d’un même sujet que lui. On voit bien par exemple combien le cinéma, les jeux vidéo et les multimédia influencent les scénographies contemporaines et les médiations du savoir au musée d’Histoire. Qu’il s’agisse de l’histoire de la Gaule, de la Grande guerre, du débarquement, ou de la vie d’un illustre… Je constate également que les musées d’Histoire ont de plus en plus recours à une rhétorique dramaturgique pour susciter l’émotion du visiteur.

2. Vous avez également beaucoup travaillé sur l’expérience de visite des publics de musée et publié en collaboration avec Pascale Ancel une ouvrage relatif à une enquête menée lors de l’exposition « Spoliés ! l’Aryanisation économique en France (1940-1944) » organisée par le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, en 2010. Pouvez-vous rendre compte de cette enquête de publics, en précisant le type de méthodologie que vous avez utilisée ainsi que les apports de votre recherche, permettant de mettre en valeur la portée sociale d’une exposition historique ?

Cette recherche sur la réception de l’exposition Spoliés ! L’aryanisation économique en France 1940-1944 a été engagée à la demande du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère à Grenoble1. Le musée avait pu dégager un budget pour un volet évaluation de la réception car l’exposition avait obtenu le label « Exposition d’intérêt national ». Pour mener le projet j’ai constitué une petite équipe composée de Pascale Ancel2, de Florence Andreacola3, d’une dizaine d’étudiants de licence de Sociologie de l’université de Grenoble (passation des questionnaires) et de deux étudiantes du master Médiation de la culture et des patrimoines de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (entretien avec les concepteurs et enquête par entretien semi-directif).

Ce type de recherche relève pour moi d’une approche compréhensive (au sens de la sociologie compréhensive de Max Weber) de la pluralité des effets que suscite l’exposition sur le territoire dans lequel elle prend vie. D’où la nécessité de ne pas se limiter à interroger des personnes qui visitent l’exposition, mais de recueillir également des témoignages des concepteurs (commissaire, scénographe, scientifiques, responsable, des publics). Et si possible, comme ce fut le cas  pour Spoliés ! d’interroger des visiteurs potentiels, à savoir des personnes qui vivent à proximité de l’exposition mais ne l’ont pas visitée. Il s’agit donc avant tout d’une méthodologie d’enquête qualitative, même si l’analyse de discours des médias et l’enquête par entretien semi-directif ne dispense pas, bien au contraire, de conduire en amont des enquêtes par questionnaires (questions à choix multiples) auprès d’échantillons représentatifs des personnes ayant visité l’exposition4.

Je formulerais ainsi, de manière très succincte le postulat de muséologie de la réception qui a guidé la recherche sur Spoliés ! en précisant qu’il est pertinent pour toute exposition d’histoire : 1) chaque exposition se caractérise par le point de vue scientifique qu’elle défend, le territoire sur lequel elle agit, sa relation au politique, sa médiation et son design expographique ; 2) chaque exposition est commentée dans les médias qui sont une forme de réception qui intéresse le chercheur en communication; 3) chaque exposition touche de manière différente (parfois surprenante pour ses concepteurs) les publics pour lesquels elle est conçue. Chaque composante de cette écologie muséographique doit être prise en considération dans le cahier des charges de la recherche.

J’ajoute que ce type de recherche permet aussi de qualifier l’attrait des publics réels et potentiels pour l’histoire, le patrimoine et le thème exposés ; de connaître l’âge, le niveau de formation, le lieu de vie des visiteurs ; et plus largement de saisir leur intérêt pour la culture et le musée. Ce qui intéresse au plus haut point le musée commanditaire.

En termes de méthodologie de traitement des données recueillies nous avons réalisé des analyses de discours de corpus constitués des paroles des différents acteurs engagés dans le processus de réception. C’est un parti pris méthodologique fort, qui s’appuie sur le postulat théorique selon lequel le réel ne se laisse pas atteindre directement, mais par l’intermédiaire du langage.

Je vais avoir du mal à synthétiser les nombreux résultats de cette recherche dont certains furent assez déroutants pour le musée5. Je vais m’en tenir aux plus marquants pour un musée d’histoire.

Tout d’abord les personnes interrogées (les acteurs, les visiteurs, les visiteurs potentiels) ont considéré que l’exposition est une forme culturelle très appropriée pour permettre aux citoyens et aux institutions de faire un travail de mémoire collectif nécessaire sur des sujets sensibles comme l’antisémitisme de certains Français durant cette sombre période de notre histoire. Les jeunes particulièrement, ont attribué au musée d’histoire un rôle politique de premier plan. Mais cette vision ne fut pas partagée par tous car les entretiens avec les visiteurs potentiels ont exprimé une forme de saturation pour le sujet des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale selon eux trop traité à l’école, par les médias et par le cinéma.

Puis il est apparu que c’est le goût pour l’histoire en général et pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en particulier qui a déclenché la visite. Les visiteurs ont déclaré avoir acquis des connaissances sur ce sujet à l’école, au cinéma, dans la littérature. Très rares furent ceux qui dirent être venus pour des raisons liées à leur appartenance à la communauté juive. Les résultats nous ont appris que certains sont des curieux passionnés par la Seconde Guerre mondiale, qu’ils visitent tous les musées, tous les mémoriaux qui traitent de cette période.

Ensuite, nous avons constaté que Spoliés ! était perçu comme un projet de la ville de Grenoble pour affirmer l’image d’une ville résistante… Une image d’Épinal que l’exposition met à mal, au point que des visiteurs ont exprimé leur refus d’adhérer à la position de l’exposition qui montrait que des Grenoblois avaient activement participé à la dénonciation et à la spoliation des Juifs. Ainsi les documents d’archives d’études notariales locales et les documents d’archives de dénonciation par des Grenoblois ont suscité débat et émotion. Autre résultat à propos de la présentation des archives : les visiteurs ont accordé une confiance aveugle aux textes numérisés retouchés, affichés sur les panneaux de la mise en scène. Aucun n’a remis en question la véracité de ces représentations d’archives, pourtant retravaillées sur ordinateur et imprimées sur les longs voiles de tissu pour orienter le regard, pour persuader en quelques sortes. Plus de 75 % ont ainsi estimé que c’était là la meilleure partie de l’exposition parce que, justement, la plus objective, la plus pédagogique. La confiance dans le musée s’est donc avérée sans réserve!

Les archives exposées dans le cadre de l’exposition « Spoliés ! ». 2010.

Par contre la scénographie sous la forme d’une partie d’appartement abandonné ou de pièce sans porte ni fenêtre, conçues à dessein sans textes, sans mots, a dérouté les visiteurs qui ont considéré que ces installations seraient plus adaptées dans un musée d’art contemporain que dans une exposition d’histoire. Certains ont toutefois bien saisi le message du scénographe et apprécié l’originalité de la démarche.

La pièce suspendue dans le cadre de l’exposition « Spoliés! ». 2010.

Au final, l’étude a débouché sur deux résultats contradictoires. D’une part, elle a démontré qu’une exposition sur ce thème fascine et passionne toujours une partie des publics. D’autre part, elle a prouvé que malgré le travail récurrent des musées sur l’antisémitisme, la question de la responsabilité individuelle pour lutter contre cette forme violente de xénophobie collective n’est pas  encore résolue, loin de là.

3. Vous avez également beaucoup travaillé sur le numérique et le musée. Quel peut-être, selon vous, l’apport des « médiations numériques » à ces expositions historiques ? Le numérique apporte-t-il toujours une dimension « innovante » à la médiation culturelle ?

C’est un sujet sur lequel je travaille actuellement, surtout depuis qu’à l’université d’Avignon j’ai co-dirigé l’Agorantic avec Marc El Bèze6, une structure fédérative de recherche interdisciplinaire CNRS à la croisée des sciences humaines et sociales, et des sciences de l’informatique.

Du point de vue de l’apport des « médiations numériques » aux expositions historiques, il me semble évident que le multimédia qui permet d’insérer le son dans les scénographies et dans les documents d’archives se révèle d’une grande efficacité cognitive. Par contre la facilité que le numérique apporte aux muséographes pour accroître – jusqu’à saturation – la présentation de documents d’archives (textes, photos, etc. ) et de témoignages audio risque, me semble-t-il, de devenir à terme contre productive pour le visiteur. Gardons en tête que le temps moyen passé dans une exposition, à composante numérique ou pas, n’excède que très rarement deux heures. À trop ressembler à une consultation ouverte sur internet avec des heures de consultation passées à lire à l’écran, l’exposition historique court le risque d’y perdre son identité culturelle, sa force aussi : présenter une vision historique assumée, un point de vue engagé du musée afin de stimuler la réaction et la critique.

Si par « médiation numérique » on entend également les sites des musées, les blogs et les réseaux sociaux numériques (RSN), il est indéniable que les musées d’Histoire sont plus visibles et font plus parler d’eux qu’auparavant. Par ailleurs, les RSN constituent un support intéressant pour évaluer en live, si je puis dire, les réactions suscitées par une exposition, par des conférences ou autres événements proposés par le musée d’Histoire. Pour les chercheurs c’est un plus indéniable, un terrain d’étude supplémentaire. Encore faut-il mettre au point les méthodologies interdisciplinaires qui permettent aux muséologues de récupérer les réactions des internautes pour les analyser à l’aune de leurs problématiques et de leurs cadres épistémologiques.

Le numérique a surtout permis de renouveler les pratiques muséographiques et donc les expériences de visite au musée d’Histoire : photographier et poster ses photos de l’exposition, collaborer à des collectes numériques d’archives familiales, participer soi-même à un projet d’exposition en répondant à des appels à témoignage, et bien d’autres choses encore. Pour autant, toutes ces pratiques n’ont pas encore fait l’objet d’assez de recherches pour pouvoir en parler objectivement…

Quant à savoir si de manière plus générale, le numérique apporte une dimension « innovante » à la médiation culturelle, la réponse est là encore ambiguë. Certes, le numérique et surtout Internet permettent aux professionnels de travailler en réseau, d’accéder à toutes sortes de plateformes sociales et de banques de données, ce qui facilite sans aucun doute le montage et la création de supports de médiation aussi riches que très actualisés. Mais la contrepartie est que l’expérience de visite en demande trop au visiteur, l’oblige à une attention multi-tâches, rapprochant là encore trop le musée d’un poste de travail informatique.

Si l’on se place du côté de la conception, on voit bien que le numérique fait évoluer rapidement les métiers du musée : collection, conservation, recherche, communication, conception d’exposition, muséographie, design graphique, relations avec les publics. Et donc par voie de conséquence, les métiers de la médiation évoluent aussi, d’autant que les nouvelles générations de médiateurs, formées à l’université, rivalisent de talent et d’ingéniosité pour créer des dispositifs de médiation en phase avec les modes du numérique (jeux vidéo, mini séries, réalité virtuelle ou augmentée, jeux collaboratifs, exposition dont vous êtes le commissaire, etc.). Sans oublier les moteurs de recommandation de sites commerciaux (ou non) qui (même si on le regrette) influencent le travail des médiateurs et les choix de programmation culturelle des musées… Reste aux historiens de valider scientifiquement les contenus de toutes ces nouvelles médiations.

Enfin, et c’est ce qui m’intéresse le plus, le numérique permet de nouvelles écritures sensibles multimédia qui couplent l’image, le texte en traduction simultanée, le son, l’olfactif et le déplacement dans l’espace, partagés sur des plateformes sociales. C’est une culture émergente de la médiation muséale à laquelle les chercheurs se sont encore peu intéressée. À faire, donc.

  1. Exposition présentée dans l’ancien palais du parlement du Dauphiné  à Grenoble du 31 mai 2010 au 26 février 2011. []
  2. Pascale Ancel est Maître de conférences en Sociologie à l’Université de Grenoble Alpes Université. []
  3. Florence Andreacola, alors en stage post-master de Muséologie de l’université de Liège, est actuellement Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Grenoble Alpes Université. []
  4. Pour Spoliés !, nous avons ainsi recueilli 366 questionnaires. []
  5. Pour une vision complète des résultats, voir :  POLI (Marie-Sylvie) & ANCEL (Pascale). 2014. Exposer l’histoire contemporaine. Évaluation muséologique d’une exposition: « Spoliés ! L' »aryanisation » économique en France 1940-1944″. Paris : Éd. La documentation Française. (Musées-Mondes). []
  6. Professeur en Informatique à l’Université d’Avignon. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *