Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Sophie Madeleine

L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…

Comme nous tentons de l’analyser à travers ce carnet, le contexte médiatique contemporain influence considérablement les activités communicationnelles des sphères historiques, archéologiques et plus globalement patrimoniales. Celles-ci se doivent désormais de diffuser le plus largement possible leurs découvertes pour justifier les investissements économiques effectués par les pouvoirs publics mais aussi pour sauvegarder un patrimoine sans cesse en péril. Sciences historiques et patrimoine semblent se confondre dans l’esprit des publics comme des politiques à l’ère du “tout patrimoine“. Cette confusion est régulièrement renforcée par les discours des médias et autres industries culturelles qui créent une événementialisation des discours scientifiques : Semaine de la Science, Week-end de l’Archéologie ou Journées du Patrimoine convoquent chercheurs et experts venant exposer les avancées des recherches historiques ou expliquer le patrimoine. Dans ces conditions, des réseaux d’acteurs se mettent en place afin de répondre aux exigences de la science mais aussi d’occuper le terrain des médias en répondant à leurs besoins d’images. C’est dans le cadre de ces réflexions que nous souhaitons aujourd’hui donner la parole à Sophie Madeleine, docteur en Études anciennes, ingénieur de recherche à l’Université de Caen et fortement impliquée dans la restitution de la Rome du IVe siècle menée par l’équipe “Plan de Rome“.

Catégories
Gérard Régimbeau Les dialogues de "Com'en Histoire"

La documentation au musée, des documents partagés…

Gérard Régimbeau est aujourd’hui professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paul Valéry de Montpellier. Ces recherches, menées au LERASS-CERIC (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales-Cercle d’étude et de recherche en information et en communication), portent de manière générale sur les notions de document, d’image et de médiation. Ce sont particulièrement les questions relatives aux médiations de l’information spécialisée en art contemporain, aux liens entre image, art et documentation et à la théorie du document qui sont au centre de sa réflexion. Il a par exemple récemment dirigé le numéro 22 (janvier 2014) de la revue Culture et musées qui interrogeait le lien entre documentation et objet muséal ou patrimonial : “Documenter les collections, cataloguer l’exposition. Cette approche documentologique des collections patrimoniales et de musée à l’heure du numérique, permet d’actualiser le statut des objets rassemblés au musée ou dans des listes, que ce soient les expôts présentés ou les dossiers et catalogues qui en font l’inventaire ou en permettent la gestion, quelque soit le médium utilisé. Ces recherches dans le domaine muséal viennent compléter des travaux qu’il mène depuis une quinzaine d’année sur les liens entre documentation et savoirs et sur les processus de médiation dans la culture. Il a, par exemple, dirigé avec Caroline Courbières le numéro 68 (2006) de la revue Sciences de la société  sur les “Dimensions sociales du document et consacré son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2006 au “sens “inter-médiaire” : recherches sur les médiations informationnelles des images et de l’art contemporain”. Faisant suite à un colloque qu’il a organisé avec le CERIC, il a assuré, en prolongement, la direction d’un numéro de Communication et management (n° 1, 2014) sur « Arts et industries créatives : perspectives communicationnelles ».

Catégories
Jean-François Sibers Les dialogues de "Com'en Histoire"

La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources…

Jean-François Sibers est actuellement chef du Service des collections, de l’information et de la communication de la DRAC Aquitaine où il mène avec ses équipes une politique de gestion documentaire numérique originale à plus d’un titre pour une institution culturelle publique. C’est en ce sens que nous avons souhaité l’interroger sur sa pratique de professionnel du “patrimoine numérique”. Son témoignage propose une réflexion générale sur des notions qu’exploitent aussi bien les historiens, historiens de l’Art et experts du patrimoine que les chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, qu’il s’agisse de la médiation, du document ou encore de la réception. Par-là même, il éclaire, nous semble-t-il, le périmètre de ce qui est aujourd’hui nommée la “médiation numérique” tout en permettant de mieux saisir les enjeux contemporains des politiques culturelles de numérisation patrimoniale.

Catégories
Les dialogues de "Com'en Histoire" Philippe Araguas

Du patrimoine aux biens culturels…

Comme nous le présentions lors du premier billet, ce carnet ambitionne d’être à la fois un lieu de mise en valeur de nos recherches personnelles mais aussi un instrument de partage et d’échange pour notre groupe informel de réflexion sur les thématiques du patrimoine et de la patrimonialisation, de la documentation qui entoure ces deux concepts, de leur médiation ou encore de leur réception au sein de l’espace public. Afin d’animer ce réseau de chercheurs, nous inaugurons ici une nouvelle rubrique, intitulée “Dialogue”, dont l’objectif est de publier, au long cours, des entretiens avec des chercheurs, des acteurs et des praticiens du patrimoine pour qu’ils nous livrent leur approche de ses notions complexes. C’est l’ensemble des réponses et les regards différents sur le document et ses déclinaisons (données, sources, archives, information…), sur la médiation (culturelle, documentaire, numérique, technique, scientifique… ou d’autres types de partages : vulgarisation, communication, adaptation…) et sur la réception (publics, usages, cibles, appropriation…) qui enrichissent cet espace virtuel. C’est donc aujourd’hui avec Philippe Araguas, professeur en Histoire de l’Art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne connu pour participer régulièrement à de multiples projets d’étude et de valorisation patrimoniale, que nous ouvrons ce dialogue.