Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine

Parmi le très grand nombre de manuscrits qui furent produits au Moyen Age en Aquitaine ou qui y parvinrent depuis cette époque – la nuance est d’importance pour le chercheur – une part importante est aujourd’hui conservée au sein des collections publiques de cette région1. Une sélection des plus remarquables d’entre eux sont désormais consultables en ligne à partir d’une édition numérique intitulée « Manuscrits médiévaux d’Aquitaine » et produite par l’agence Écla et la Banque numérique du savoir d’Aquitaine, grâce notamment à l’aide financière de l’Etat (DRAC Aquitaine), des villes et départements qui assurent la conservation de ces fonds, du soutien intellectuel des chercheurs de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS) et de l’Université Bordeaux Montaigne.

Ce site se présente comme un lieu hybride, entre bibliothèque numérique permettant à l’internaute expert, ou si l’on préfère à un public averti2, de rechercher au sein d’une sélection pré-établie les manuscrits susceptibles de l’intéresser, et exposition virtuelle remettant ces œuvres dans leur contexte en développant des thématiques telle que la production intellectuelle, les diversités linguistiques au Moyen Age ou encore le style, l’art du livre et l’histoire des collections. Elli Doulkaridou a proposé en 2012 un premier chantier critique et pratique interrogeant ces déjà nombreux projets d’éditions numériques d’ouvrages anciens (manuscrits, estampes, etc.) avec une approche plutôt centrée sur la valeur heuristique de ces dispositifs pour le chercheur en histoire et histoire de l’art.

Sans faire une véritable analyse experte de ces « écrits d’écran » ou « corpus outillés« , selon l’angle d’étude que l’on choisit, nous proposons ici d’interroger la notion de médiation numérique considérant celle-ci comme un processus permettant l’appropriation d’une représentation et dévoilant, in fine, ici une certaine image du Moyen Age circulant sur le réseau Internet. Ainsi nous proposons de poser quelques remarques qui questionnent d’une manière générale ces médiations numériques, si tant est que cette expression soit réellement pertinente, remarques qui ont pour véritable vocation de susciter un débat loin d’être clos3.

On notera tout d’abord la présence, sur le cartel d’accueil – restons dans le registre de l’exposition – de deux « marques » fortes pour la région Aquitaine et qui forgent l’identité du dispositif numérique. « Un programme BnsA sur les pas d’Aliénor« , voilà comment se définit le projet. Ce rappel de la BnsA participe ici de la construction d’une identité locale à travers la circulation sur les réseaux médiatiques d’une documentation numérique, partie intégrante d’une politique de communication des territoires. Quant à la présence d’Aliénor, elle apporte indéniablement, comme le soulignait récemment Patrick Fraysse au sujet de certaines pratiques touristiques et patrimoniales, ces « signifiés de médiévalités (comme Roland Barthes parle d’italiannité)« , alors même que relativement peu de ces manuscrits appartiennent véritablement à l’ère chronologique de cette célèbre reine (ca. 1122-1204)… Qu’importe, l’image de l’Aquitaine médiévale est là, ses troubadours, son amour courtois et ses banquets, tout cela convoqué à la seule énonciation de ce nom, Aliénor.

On soulignera ensuite ce vertige du grand nombre caractéristique de cette re-documentarisation numérique : ainsi la BnsA nous donne accès, via son portail, à quelques 483 943 textes, images, sons, vidéos4 ; de même Europeana propose à l’usager d’explorer plusieurs millions de documents, au risque de perdre celui-ci au sein de ce dédale numérique organisant cette masse documentaire. Sur le site des Manuscrits médiévaux d’Aquitaine, l’internaute trouvera pour sa part « un florilège des œuvres de l’esprit médiévales conservées en Aquitaine« , c’est-à-dire, sur les 484 manuscrits recensés, « toutes les enluminures, décors, lettrines, dessins, notes reproduites, soit… 6500 images« !

Manuscrits_médiévaux d'Aquitaine_Marcadé
Mise en avant d’une lettrine extraite d’un manuscrit et accompagnée de sa notice iconographique. Crédits Cobalt pour Ecla – BnsA – Drac Aquitaine, 2014.

Et c’est ici peut-être que le site atteint ces limites pour le chercheur qui tente de reconstituer des réseaux de manuscrits… tout en devenant extrêmement révélateur des pratiques documentaires et numériques actuelles, puisque, au-delà de cette mise en avant du nombre et de la qualité d’images disponibles, numérisées en haute définition, seuls 81 manuscrits sont ici présentés dans leur intégralité, les choix ayant été faits selon « leur beauté formelle ou leur intérêt historique ». L’énonciation éditoriale est ainsi complexe à saisir puisque ce site ne vise l’exhaustivité, malgré son nom particulièrement large, mais offre tout au contraire une vitrine de ressources numériques susceptibles, nous apprend encore le site, d’être exploitées dans le cadre de l’Education artistique et culturelle. La diversité de ces images extraites de l’ensemble du corpus (lettrines, ex-libris, notes de marges, etc.) compose un parcours esthétique dense, touffu, et construit une sorte de déambulation où prime la délectation distanciée de ces objets artistiques. Par certains choix éditoriaux, comme présenter 6500 images provenant de 484 manuscrits différents dont seuls 81 sont entièrement consultables in extenso5, ce que révèle cette expérience n’est-ce pas finalement le degrés de maturité de ces médiations numériques puisqu’il s’agit là de faire exposition de lettrines ou d’enluminures, en un mot « de belles images », déconnectées de leur contexte d’édition tout comme au XIXe siècle les restaurateurs et historiens de l’architecture faisaient du « façadisme » en ne relevant et ne conservant que l’extérieur, la surface en quelque sorte, des monuments jugés intéressants ? Il est en tout cas évident que, comme la photographie il y a maintenant plus d’un siècle permis la re-découverte des monuments historiques, les techniques numériques autorisent une ré-appropriation de ce patrimoine autrefois difficile d’accès, et donc d’étude.

Bien sûr, ce site n’est qu’une expérience éditoriale parmi tant d’autres, aux objectifs et contours bien différents, mais son signalement ici participe d’une réflexion générale portée par les Sciences de l’Information et de la Communication sur des concepts aussi important que le patrimoine et la mémoire en tentant notamment de mieux cerner l’imbrication entre patrimonialisation et documentation numérique. Alors même que le patrimoine et sa médiatisation sont désormais les lieux d’existence privilégiés au sein de l’espace public des disciplines historiques, on ne peut que s’interroger sur le fait que ces sujets soient malheureusement encore trop délaissés par les chercheurs en Histoire ou Histoire de l’Art.

Pour citer ce billet : "Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 4 juillet 2014. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/98.
  1. Je remercie tout particulièrement Pascal Ricarrère, qui a participé à la réalisation de l’exposition virtuelle de ces manuscrits, pour les différentes discussions que nous avons eues sur ce projets et qui transparaissent largement dans ce billet []
  2. Sur ces questions de publics des collections numériques de manuscrits, on pourra consulter cette étude de Philippe Chevallier, Laure Rioust et Laurent Bouvier-Ajam, La consultation de
    manuscrits en ligne, une étude qualitative auprès de trois catégories d’utilisateurs potentiels
    , publiée sur le site de l’Enssib. []
  3. Ces réflexions interviennent dans le cadre du contrat de recherche post-doctoral que j’entame à l’Université Bordeaux Montaigne intitulé « Mauriac en ligne« . Ce programme qui se positionne au sein des Humanités Digitales et interroge la re-documentarisation numérique contemporaine, me donne l’occasion de poursuivre les réflexions entamées au cours de ma thèse sur le patrimoine virtuel en élargissant le propos des monuments aux documents. Il s’agit donc pour moi d’analyser plus amplement les liens entre Sciences de l’Information et de la Communication et Humanités classiques dans ce contexte de numérisation généralisée des connaissances et de l’accès aux savoirs. J’espère pouvoir présenter régulièrement l’état de mes recherches au sein de ce carnet qui rejoint parfaitement les problématiques du centre Mauriac sur les vies successives des textes de presse du célèbre écrivain []
  4. Or ce chiffre est erroné puisque près de 300 000 items correspondent en fait à des notices textuelles moissonnées via le site Gael 33 des Archives départementales de la Gironde. []
  5. Soulignons que l’ensemble des textes sont consultables en noir et blanc sur le site de l’IRHT après numérisation des microformes. Le lien est cependant difficile à établir pour l’internaute. []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *