Exposer le patrimoine, entre innovations d’usage et temporalités multiples

Le 26 mai dernier, j’ai été invitée à animer une table-ronde au côté de Sophie Fontan, chargée de la stratégie numérique et de l’événementiel au sein du Musée d’Aquitaine de Bordeaux. Ce dialogue s’est tenu dans le cadre d’un colloque de doctorants et jeunes docteurs organisé par Rime Fetnan et Nina Mansion, doctorantes à l’Université Bordeaux Montaigne, sous le titre « Expositions et médias : enjeux d’une dialectique actuelle ».

Étaient réunis autour de la table Alexandra Dromard, responsable des projets de médiation numérique du Centre des Monuments Nationaux, Jean-Alain Pigearias, en charge de l’ingénierie culturelle de Cap Sciences, Aurélien Vigouroux, muséographe et gérant d’AVE Culture, et enfin Xavier Villebrun, directeur du patrimoine de la ville de Laval. Il s’agissait plus précisément de s’interroger sur les formes de valorisation du patrimoine monumental permises par les médias numériques. Les discussions ont été particulièrement riches et nous ont ainsi donné l’occasion de faire le point sur un certain nombre de sujets. Je me propose de résumer rapidement ici ces échanges afin de garder une trace des thèmes abordés ainsi que des constats formulés. 

Plus de projets muséographiques sans dispositifs numériques…

Face aux multiples possibilités, comment choisir une technologie qui réponde à l’intention muséographique, et non l’inverse comme cela peut arriver quand une entreprise ou une institution désire tester un nouvel outil et contraint donc la logique expographique à la technologie choisie ? Une partie des réponses apportées à cette question semble passer aujourd’hui par la ré-intégration de la médiation humaine au sein de ces projets de production multimédia.

Ainsi le Centre des Monuments Nationaux tente d’associer à chaque projet multimédia les personnels d’accueil des sites. Il s’agit là d’éviter le risque d’enfermement – d’aucun parleraient d’absorbement – au sein du dispositif tout en redonnant une place centrale à ces médiateurs qui représentent bien souvent les premiers et seuls contacts des publics avec l’institution. Ce principe est appliqué aussi bien dans la conception des applications mobiles de visite que dans celui des cartels numériques ou encore lors de l’intégration d’outils de réalité augmentée1 sur des sites tels que le château de Vincennes ou la Villa Cavrois.

Quelques exemples de médias exploités dans différents sites gérés par le Centre des Monuments Nationaux. © Alexandra Dromard pour le CMN, 2016.
Quelques exemples de médias exploités dans différents sites gérés par le Centre des Monuments Nationaux – © Alexandra Dromard pour le CMN, 2016.

Xavier Villebrun a pour sa part rappelé que la ville de Laval a su profiter depuis plusieurs années de l’organisation du salon Laval Virtual pour expérimenter des médias, des technologies et des dispositifs sans nécessairement connaître leur destination finale. Ainsi, la modélisation tridimensionnelle de Laval 1753 a, grâce à sa plasticité, d’ores-et-déjà connu plusieurs vies. Réalisé sans usage pré-établi2 car conçu à l’époque héroïque ou les institutions pouvaient investir sans réellement savoir ce qu’elles feraient de ces réalisations multimédias, ce modèle tridimensionnel a évolué en même temps que les technologies et les pratiques de visite. Il est aujourd’hui exploité au travers de nombreux dispositifs aux multiples usages et temporalités (vidéo en ligne, film diffusé in situ, application de visite avec réalité augmentée, etc.).

La complexe réception de ces dispositifs par les publics…

L’idée d’une démocratisation culturelle a largement était mise à mal par les différents interlocuteurs qui, du fait de leurs nombreuses expériences, ne sont pas dupes face aux discours souvent véhiculés par quelques entreprises ou politiques encore persuadés que la seule exploitation de dispositifs numériques suffit à attirer les visiteurs, et notamment les plus jeunes.

Comme le rappelait ainsi Aurélien Vigouroux, dans une exposition, même « traditionnelle », les panneaux explicatifs et autres cartels sont finalement assez peu lus par les publics ; et il en est bien sûr de même pour les dispositifs numériques qui, concrètement, ne sont souvent consultés que de façon extrêmement sommaire par les visiteurs. L’innovation ne doit donc pas se situer dans l’outil proposé, qui doit rester aisément compréhensible et exploitable par des personnes aux cultures et compétences diverses, mais bien dans l’usage proposé. Il en est ainsi de l’Archéoscope, outil présenté par Aurélien Vigouroux et exploité dans le cadre de l’exposition « Barbares en Gaule du Sud » conçue par le musée d’Ardouin à Mazères (Ariège), celui-ci permet d’observer l’intérieur de fibules archéologiques enfermées dans leurs gangues de métal. Or, par sa référence à une technologie aujourd’hui connue de tous, la radiographie, cet outil, très sommaire d’un point de vue technologique, s’avère extrêmement simple d’utilisation pour les visiteurs qui en comprennent de fait facilement l’objectif informationnel.

L'Archéoscope, un dispositif à l'usage innovant présenté par Aurélien Vigouroux dans le cadre d'AVE Culture Cliché © AVE Culture.
L’Archéoscope, un dispositif technique simple à l’usage innovant présenté par Aurélien Vigouroux dans le cadre d’AVE Culture – Cliché © AVE Culture.

Les différents interlocuteurs se sont par ailleurs largement entendus sur le difficile équilibre entre contenus informationnels et pratiques communicationnelles. Comment ne pas « noyer » les visiteurs sous un trop plein d’informations ? Comment proposer d’autres expériences ? Trouver cet équilibre, c’est aussi accepter de ne pas tout dire ou tout dévoiler au sein des dispositifs numériques pour replacer, encore une fois, les médiateurs au centre du lien qui unit les visiteurs et les connaissances et savoirs que ces derniers sont venus chercher. Il convient donc d’élaborer des scénarios d’usages précis, qui vont parfois à l’encontre des notions traditionnellement associées au numériques (rapidité, interactivité, exhaustivité, etc.), pour intégrer ces outils au sein d’un écosystème, celui de la visite patrimoniale, déjà bien ancrée dans les pratiques culturelles contemporaines et donc dans l’attente des publics.

Laval en 1460 constitue à cet égard un exemple intéressant ; court film en images de synthèse pensé, non pas pour être interactif, mais pour proposer un bref moment de repos et de délectation au sein d’une exposition muséographique réunissant une série de tableaux illustrant l’histoire fluviale de la Mayenne, cette proposition multimédia renverse l’idée communément admise selon laquelle les publics manifesteraient une préférence pour l’interactivité technologique et la mobilité en opposition au temps immobile et peu interactif d’observation d’une oeuvre artistique ou d’un tableau. Les contenus informationnels sont de fait délivrés par un médiateur qui s’adapte ainsi aux questions de ces publics « observants ».

Au-delà du temps de l’exposition, les nouvelles temporalités de la visite…

Ce dernier exemple nous a permis de nous interroger sur les nouvelles temporalités de la visite et de l’exposition. Au sein même de l’espace scénographique, les médias numériques permettent en effet de construire plusieurs temps de visite.

Jean-Alain Pigearias a ainsi explicité les choix scénographiques du futur Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux (CIAPML), établissement couplant une réplique de la cavité à une exposition portant sur l’art pariétal. Cet espace est en effet construit autour de deux temps de visite : celui de l’immersion au sein de la réplique où les visiteurs sont invités à vivre l’émotion qui fut celle des jeunes inventeurs de Lascaux en limitant au maximum le recours à l’interaction, et celui de l’interprétation, où ces mêmes visiteurs ont entre leurs mains un « compagnon de visite », dispositif numérique et mobile les accompagnant pendant toute leur découverte du centre d’interprétation3… Et même au-delà puisqu’un continuum de visite sera ensuite proposé sur le web à toute personne ayant renseigné un profil individuel. Les données numériques recueillies, lors du temps de visite puis lors du temps de navigation sur le réseau, permettront alors d’analyser la réception de ces pratiques non plus seulement en termes statistiques ou en comptabilisant le nombre de visiteurs et d’internautes mais plutôt en recueillant les temps de consultation et les types de contenus examinés pendant et après l’exposition.

Si avec le réseau Internet, la visite peut donc non seulement commencer mais aussi se poursuivre sur le web, sa temporalité se voit également modifiée par la cohabitation de plusieurs flux informationnels. Pendant le temps de l’exposition, les publics ne sont en effet plus nécessairement isolés dans un autre temps et dans un autre espace comme cela pouvait être le cas auparavant car, comme l’a précisé Alexandra Dromard, avec les smartphones et les divers équipements numériques personnels, les visiteurs n’hésitent plus désormais à vérifier sur Internet les informations délivrées par les guides ou les objets médiateurs…

Ces échanges ont été si riches qu’il est bien difficile en quelques mots d’en résumer la complexité. Mais parce qu’il me faut bien conclure ici ce rapide compte-rendu, il faut souligner à cet égard qu’il a été à plusieurs reprises rappelé que les dialogues avec les publics sont aujourd’hui de plus en plus riches et variés. Les médiations patrimoniales n’évoluent donc pas seulement grâce aux nouveaux outils mais aussi du fait des habitudes et des demandes des publics qui ont changé en même temps que des pratiques numériques telles que le crowdsourcing ou l’écriture collaborative se sont répandues. Faisant échos aux « expériences partagées » évoquées précédemment par Jean-Alain Pigearias, Xavier Villebrun a ainsi évoqué la plus grande capacité aujourd’hui des publics à discuter les propositions faites par les scientifiques, notamment lorsque ceux-ci se trouvent face à un écran dont la consultation suppose une certaine concentration favorisant a priori la réflexion.

Vos pouvez retrouver l’ensemble de cette discussion grâce aux captations vidéos de la première journée4 et notamment de la table-ronde.

Pour citer ce billet : "Exposer le patrimoine, entre innovations d’usage et temporalités multiples", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 9 juin 2016. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/784.
  1. A cet égard, on pourra consulter cet article que Patrick Fraysse et moi-même avions rédigé en 2014 suite à une présentation publique lors du colloque de 2012, « Patrimoine et Humanités numériques« , organisé aux Archives Nationales. []
  2. Si l’on exclut bien sur celui de la communication politique qui constitue toutefois un usage particulier auquel le monde du patrimoine est finalement largement habitué. []
  3. Soulignons que l’attente de la part des différents professionnels présents autour de cette table sur les futurs retours des publics sur ce « compagnon de visite » a été assez forte… Affaire à suivre donc ! []
  4. Voici également le lien vers le site de France Culture : http://plus.franceculture.fr/partenaires/bordeaux-montaigne/colloque-expositions-et-medias-enjeux-d-une-dialectique-actuelle-0 []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *