La médiation culturelle, une expérience partagée avec les publics…

Afin de poursuivre nos réflexions sur les mises en scène et mises en représentation du patrimoine, nous proposons aujourd’hui un nouveau dialogue avec un professionnel aguerri à ces pratiques communicationnelles au sein d’une institution quelque peu différente de celles à qui nous avons pour l’instant donné la parole puisqu’il s’agit d’un centre de culture scientifique et technique. Si pour les bordelais, Cap Sciences représente avant tout un vaste espace muséographique installé sur les quais de la Garonne depuis 1995, beaucoup ignorent que cette structure pilote également le réseau aquitain des acteurs de la culture scientifique tout en assurant des missions de conseils auprès d’autres institutions culturelles.

Jean-Alain Pigearias, qui nous accorde aujourd’hui cet entretien, est un des co-fondateurs de Cap Sciences où il est actuellement en charge de l’ingénierie des projets innovants. Cette mission implique notamment de repenser la relation aux publics en cherchant à augmenter leur niveau de connaissance et de compréhension de sujets parfois complexes tels que l’espace ou l’économie. À la suite des réflexions stimulantes de Yannick Lintz sur la médiation et ses mutations au Musée du Louvre, l’expérience de Jean-Alain Pigearias nous permet de poursuivre cette réflexion à partir d’exemples concrets comme le futur Centre International de l’Art Pariétal de Montignac-Lascaux.

1. Depuis 1995, vous avez suivi l’évolution des pratiques de communication et d’exposition de la culture scientifique et technique, pratiques qui se sont accompagnées d’une évolution terminologique qui À vu disparaître le terme vulgarisation pour une notion toujours plus polysémique, celle de médiation. La médiation semble en effet aujourd’hui fondamentale pour les structures culturelles qui cherchent à tisser de nouveaux liens avec les publics. Comment de votre côté définiriez-vous cette notion ?

Il y a un double glissement sémantique, qui concerne les pratiques d’une part, les praticiens d’autre part…

D’un côté les Centres de sciences ont réorienté leur fonction, passant de la vulgarisation à la médiation (médiation des sciences envers les publics mais aussi des publics vers les scientifiques, avec la mise en relation Sciences / Société puis Science citoyenne, accompagnant les besoins de légitimation de la communauté scientifique et les demandes de la société sur la responsabilité de la recherche.

D’un autre côté, les « praticiens » des centres de sciences qui avaient l’habitude de se poser en « vulgarisateurs », « traducteurs », « passeurs » de sciences, maillon indispensable entre la communauté scientifique et le grand public, en termes de postures, de vocabulaire et d’écriture, se définissent plus volontiers comme des « médiateurs »; toujours concepteurs et animateurs de séquences d’animations, mais médiateurs au sens d’intermédiaires entre des connaissances et des publics en quête de savoirs.

Cette fonction d’intermédiation rejoint des notions comme celle de courtiers de connaissances1, à la fois facilitateurs des relations entre sachants, chercheurs et publics, valorisateurs des connaissances, et instigateurs de savoirs co-produits avec les publics, dans une relation plus équilibrée, voire plus démocratique, entre les scientifiques et la société.

De mon point de vue, je dirais que la médiation n’est plus seulement l’affaire des médiateurs, qu’il s’agit plutôt d’une fonction partagée avec les publics2 qui ne sont plus de simples réceptacles d’une parole descendante, mais qui sont capables de passer des « commandes sociales » aux chercheurs, de publier des commentaires, de partager des pratiques d’observation et de recherche, et aussi de publier des articles ou de réaliser des supports de… vulgarisation.

La médiation serait ainsi le résultat d’une opération mettant en relation des Médias, des Médiateurs et des Publics, dans une relation triangulaire :
Schéma1JAPDans cette vision, il n’y a pas de médiateur sans média, mais le médiateur n’est plus le seul auteur du média, comme dans une relation verticale descendante traditionnelle Connaissance -> Vulgarisation -> Public.

Dans certains cas, on parlera même de « curation » pour désigner son rôle : le médiateur devient curateur, au sens où il est capable de sélectionner des médias, de les valider et de les inscrire dans une démarche de développement des connaissances qui peut faire du public un coproducteur de média. La médiation culturelle n’échappe pas aux évolutions sociétales. La plupart du temps, le public n’arrive pas seul, il est précédé ou accompagné de ses propres collectes d’informations qu’il vient confronter, valider auprès d’un médiateur qui peut l’accompagner dans la constitution de son savoir.

À Cap Sciences, en réécrivant le Projet Scientifique et Culturel, nous avons proposé la formule « l’expérience est le préalable du savoir ». Autrement dit, le rôle de la médiation est de proposer au public des situations d’expériences lui permettant de constituer son savoir, avant, pendant et après la visite d’une exposition ou la participation à un atelier.Comme nous avons délibérément opté pour une médiation humaine, celle-ci passe par une relation humaine, une mise en relation qui doit produire de la médiation, et l’entretien de cette relation qui doit produire un enrichissement des savoirs. Car nous pensons que lors d’une visite, c’est le visiteur qui produit son propre savoir issu de ses expériences d’interactions. La production d’une exposition (« ce qu’elle produit ») n’est pas le fait de ses concepteurs ou de ses médiateurs, elle est le fait des visiteurs qui n’en ressortent pas indifférents… et prêts à échanger sur leurs découvertes. Mais là nous n’inventons rien; depuis toujours, c’est le spectateur qui fabrique le sens du film…

2. Au sein de Cap Sciences, vous développez une activité d’ingénierie culturelle et d’innovation ; or, la volonté de mettre en place des formes de « médiations innovantes » se limite semble-t-il trop souvent au seul usage d’outils numériques dont les formes de discours ne s’avèrent pas toujours inédites. Selon-vous, en quoi une médiation peut-elle être considérée comme innovante (formes d’adresse aux publics ? nouveaux regards portés sur les objets ? Etc.) ?

Depuis 2008, Cap Sciences innove dans ses présentations et dans ses formes de relation aux publics, en particulier via le numérique. L’innovation ne peut se limiter à des évolutions dans les médias, du print au numérique par exemple. Les « nouvelles technologies de l’information et de la communication » ne sont plus guère nouvelles ! Le changement de paradigme vient de l’universalité du numérique, du langage informatique universel.

À chaque média son langage : nombre de signes, style, choix du vocabulaire, place de l’image… Certaines formes de discours « dans l’exposition » ne tiennent plus, ou plutôt ne retiennent plus l’attention des visiteurs. La place des textes s’est considérablement réduite, à la mesure de la chute vertigineuse du temps d’attention3. La forme vidéo / infographie s’impose comme le premier média d’accès à l’information, le plus souvent pour des durées de 45″ à 90″.

Nous n’oublions jamais que nous opérons dans le domaine du loisir culturel ou du loisir éducatif, c’est-à-dire que nous nous adressons à des visiteurs qui ont délibérément choisi de consacrer de leur temps libre à se cultiver, à développer leur curiosité, à expérimenter, à satisfaire leur soif de connaissances et à partager leurs découvertes. Aucun média n’a encore remplacé un média précédent, mais chaque média a un canal de diffusion privilégié, qui peut le destiner à un type d’audience. C’est pourquoi la médiation doit aujourd’hui se concevoir comme « multicanal » et les programmes de culture scientifique se décliner selon les règles du « transmédia »4.

D’autres questions ont émergé plus récemment :
– la question des formats : entre une diffusion in situ sur grand écran et en mobilité sur un Smartphone, ni la durée ni l’écriture ne sont comparables : à chaque canal son format;
– la question de l’interaction : les médias intègrent des principes d’interaction, par exemple
à la façon des webdocumentaires dont le scénario de navigation s’adapte aux choix du « lecteur » ou introduisent des moments de « sérendipité »;
– la question de la continuité de la relation : non pas « à côté » ni « en plus », mais « à propos »…

On a l’habitude de proposer plusieurs discours autour d’une exposition. Celui du commissaire ou du conservateur constitue le premier discours « autorisé » et peut se décliner en deux formats, un premier format court adapté aux cartels et aux bornes in situ, et un format long généralement destiné aux catalogues, aux « en savoir plus » des fiches de salles, aux commentaires enregistrés dans des audio-vidéo-guides ou encore à la partie documentaire du site internet de l’institution culturelle.

Le public, quant à lui, s’intéresse à deux autres sources d’informations:
-les critiques, les documents en ligne, blogs, Wikipédia, etc.;
-les avis des visiteurs, particulièrement sur les réseaux sociaux ou sur des sites de recommandation comme Tripadvisor…

La pratique est aujourd’hui bien établie chez le public de pratiquer une recherche à rebours, c’est-à-dire bottom up, partant des avis du public (communication horizontale), pour se diriger vers les commentaires d’autorité (communication verticale).
La question n’est donc plus seulement de multiplier les canaux de diffusion (communication descendante, de l’émetteur vers l’audience), mais d’entrer en relation avec le visiteur, depuis sa première manifestation d’intérêt jusqu’au prolongement de sa visite…

Plus que de diffusion, il est question aujourd’hui, pour un Centre de culture, d’entretenir une quadruple relation:
– avec les savoirs et les scientifiques;
– entre les savoirs et les visiteurs;
– entre les visiteurs;
– entre les visiteurs et le lieu culturel.

Parce qu’il permet une mise en relation « anywhere« , « anytime« , « anymedia« , le numérique associé au web bouleverse les modes opératoires des institutions culturelles, en même temps qu’il permet de démultiplier les points de contact avec les médias culturels.
Cela nécessite des compétences particulières et nouvelles, des formes de médiation –intermédiation- à inventer, d’associer les publics à la réalisation de médias, et même de considérer le public comme un média à part entière (big data). Pour cela il convient de définir des stratégies numériques globales, d’organiser les contenus comme des parcours, en travaillant le triptyque de la production des savoirs en loisirs culturels : Cap Sciences tend ainsi à composer son offre culturelle à l’aide du triptyque Plaisir / Echange / Connaissance, dans une circularité qui permet de proposer des portes d’entrées plus ludiques ou plus sociales ou plus documentaires…

Schéma2JAP

La production des savoirs est une activité sociale, fondée sur l’échange, la rencontre, dans un processus d’expérimentation fondé sur le plaisir de la découverte. Le rôle des médias produits par le centre de culture est alors de « publier les journaux de ces découvertes », de façon personnelle (l’avant/pendant/après la visite sur un compte personnel du visiteur) et de façon sociale et collective (partage sur les réseaux sociaux, communautés des visiteurs, big data des résultats des visites).

On a beaucoup dit qu’il fallait replacer le visiteur au centre de l’expérience, il s’agit plutôt de replacer la relation visiteur – savoirs au centre de la mission des centres de culture. À Cap Sciences, nous parlons ainsi de « visite connectée » ou de « visiteur connecté », et nous avons développé un écosystème de médias autour de C-YOU5 : la sélection des médias en ligne via C-Your mag, la communauté des visiteurs via C-YOU One, le compte personnel C-YOU qui s’enrichit en mémoire d’expériences et permet d’acquérir des « points d’expérience » à réinvestir dans d’autres expériences culturelles ou même dans des projets de médias de culture scientifique ou des activités comme les FabLab…

IMG_20150209_145318
Bracelets RFID de connexion C-YOU utilisés par les visiteurs lors de leur visite au sein de Cap Sciences afin de mémoriser et agréger leurs expériences. Crédit Cap Sciences, 2016.

3. Cap sciences est actuellement associé à un projet très attendu, celui du futur Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux (CIAPML), dispositif hybride entre la réplique de la cavité telle qu’elle fut réalisée pour la grotte Chauvet à la Caverne du Pont d’Arc et le centre d’interprétation de l’art pariétal tel que l’on peut le visiter au Roc-aux-Sorciers à Angle-sur-Anglin par exemple. L’outil numérique, et notamment le modèle tridimensionnel de la grotte, est ici exploité selon un continuum scientifique et médiatique particulièrement intéressant ; pourriez-vous nous expliquer comment la scénographie exploite cet outil documentaire unique ?

C’est le studio londonien Casson Mann6 qui a remporté le concours pour la scénographie du  CAPML, avec l’agence norvégienne Snohetta7 pour l’architecture du bâtiment. Pour sa part, Cap Sciences assure une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour le département de la Dordogne, en particulier en ce qui concerne l’expérience-visiteur.
Ici une innovation est au cœur du dispositif, la mise à disposition pour chaque visiteur d’un « compagnon de visite » qui l’accompagne du début à la fin de sa visite.

Tout part d’un relevé laser réalisé par l’entreprise Perazio8 pour le compte de l’Etat. Ce relevé permet de disposer d’un « clone numérique » de la grotte originale, sous forme de nuages de points d’une précision quasi millimétrique, à partir duquel des images 3D peuvent être constituées.

On dispose ainsi d’un modèle de la paroi, qui va connaître plusieurs déclinaisons.

  • La fabrication de moules, contre-moules et parois reconstituées, aux matériaux près : la couche de calcaire sur laquelle les œuvres –peintures et gravures– vont pouvoir être reconstituées. C’est le travail des « fac-similés »9. À Lascaux, ce procédé a été utilisé à la fois pour réaliser les fragments de l’exposition internationale dite « Lascaux 3 », pour la reconstitution de la quasi-intégralité de la grotte originale échelle 1 qui constitue un moment fort de la visite du CIAPML, mais aussi pour des fragments dupliqués dans une salle d’interprétation, bénéficiant des technologies de réalité augmentée pour faire entrer le visiteur dans les intentions et techniques des artistes de la Préhistoire.
  • La réalisation d’une maquette physique en 3D, reconstituant le volume intérieur de la grotte originale, à partir de laquelle une application de réalité augmentée va permettre aux visiteurs de faire apparaître les espaces et scènes, et aussi les différents niveaux de sols au fil du temps, etc.
  • La réalisation d’un film 3D spectaculaire, qui permettra une visite en caméra subjective, remontant aux origines de l’art pariétal et mettant en relation les œuvres de Lascaux avec l’art pariétal du monde entier.
  • La mise au point d’une bibliothèque de séquences 3D permettant une projection et un commentaire en temps réel par un guide qui aura la possibilité de se déplacer à son gré et de zoomer sur telle ou telle œuvre, apportant une proximité qu’aucun visiteur ne pourrait bénéficier « à vue d’œil ».
  • La production d’un modèle 3D permettant une navigation en temps réel pour des voyages individuels, via des casques de réalité virtuelle.

Ainsi le vecteur commun entre toutes les représentations de Lascaux et de ses œuvres dans la scénographie est bien le « clone numérique ». Ce parti pris est particulièrement intéressant, en ce qu’il ne se limite pas à une expérience « virtuelle » ; au contraire, le numérique est mis au service d’une mise en relation physique avec les œuvres de Lascaux.

Le choix de doter chaque visiteur d’un compagnon de visite n’a pas pour simple conséquence d’offrir des compléments à la scénographie. Le compagnon de visite est en effet doublement connecté :
– à la scénographie avec laquelle il interagit en temps réel : géolocalisation avec déclenchement automatique dans chaque zone, déclenchement volontaire permettant au visiteur de choisir des contenus ou l’ordre dans lequel il souhaite les consulter, réalité augmentée d’éléments scénographique, mise en mémoire de chaque parcours, etc.;
– au compte du visiteur qui s’enrichit au fil de la visite, par l’historique de son parcours, par les médias qu’il peut mettre en mémoire, par les captations ou productions qu’il a réalisé (activités, scores, photos…), sous forme d’un carnet de visite. A noter que le compte de visite est disponible dès la réservation, ce qui permet de gérer l’avant/pendant/après visite.

Pierre-BAUDIER_2014_04_08-09-53-15-4000pix
L’accueil numérique à Cap Sciences : chaque visiteur « badge » avec une carte ou un bracelet RFID. En créant son compte C-YOU ou en s’identifiant, il peut mémoriser et agréger son expérience de visite. Crédit Cap Sciences, 2016.

Sans rappeler les fonctions de base :
– les diffusion dans la langue du visiteur (12 langues), synchronisation avec les médias;
– le choix d’un parcours de visite (4-6 ans, 7-12 ans, adultes);
– la diffusion de la voix du guide accompagnateur en direct dans les casques des membres de son groupe;
– la diffusion de messages en temps réel par l’exploitant / médiation du site;
– la prise en charge des handicaps (versions pour malvoyants, malentendants, etc.).

Ce dispositif est une première mondiale, quant à son ampleur : il touche 100 % des visiteurs et 100 % des espaces scénographiques, il met en relation les différentes fonctions du CIAPML : communication, commercialisation, médiation, observatoire des publics, etc. C’est pourquoi il est possible de parler du « système CDV » comme de la pierre angulaire du « continuum de visite » proposé par le CIAPML et que gérera la SEMITOUR10, l’exploitant retenu pour la délégation de service public.

La relation au visiteur connecté est ainsi inscrite dans le dispositif scénographique, quelle que soit l’environnement dans lequel il est successivement immergé : accueil et découverte, visite silencieuse de la grotte en fac-similé, espace d’interprétation, théâtre de l’art pariétal, cinéma 3D, mise en relation des œuvres d’art préhistorique et d’art contemporain, et même exposition temporaire d’artistes « en résidence à Lascaux », etc. Cela a nécessité un travail important pour faire converger les approches de l’ensemble des contributeurs et réalisateurs, au service de cette expérience intégrée, avec le choix de protocoles de communication entre les différents systèmes techniques : régies médias audiovisuels, réseaux Wifi et Bluetooth, etc.

Le modèle numérique de la grotte originelle n’est pas le seul modèle numérique « documentaire » utilisé dans la scénographie. Une autre réalisation mérite une mention particulière, celle de la « caverne numérique », véritable galerie d’art numérique. Une structure portant, parois et plafond, plusieurs dizaines d’écrans vidéo de différentes tailles, permet au visiteur, via un écran tactile, de sélectionner des œuvres d’artistes préhistoriques et d’artistes modernes ou contemporains, à  partir des relations / inspirations / références. Le visiteur est ainsi placé en position de commissaire d’exposition préparant un accrochage… Techniquement, cela consiste, via des algorithmes à mettre en relation une base de données d’images avec une base de donnée de notices, pour accompagner le visiteur dans sa sélection. Une fois cette collection constituée, elle est publiée et mise en mémoire, pour permettre au visiteur de la revoir en post-visite.

Parallèlement, un modèle 3D de la « galerie d’art » traite les informations de géolocalisation 3D des œuvres publiées et affichées, de telle sorte que le visiteur spectateur puisse lui aussi bénéficier des informations liées aux œuvres et à leurs auteurs. Ces opérations ont lieu en temps réel, un autre exemple de gestion dynamique des interfaces contenus / interactions avec les visiteurs / publications d’un média produit. On rejoint ainsi les différentes expérimentations de musées virtuels à partir de catalogues d’œuvres, mais dans un dispositif de mise en abîme visiteur acteur / visiteur spectateur / données mémorisées / données publiées…

Dans sa mission, Cap Sciences est très attentif à la qualité et à la fluidité des communications entre les différents systèmes techniques, et à l’interopérabilité entre les données issues de la scénographie, de l’exploitation, de la fréquentation et de la relation au visiteur, pour que le projet scientifique et culturel de Lascaux puisse continuer de s’écrire, avec les visiteurs, in situ et à travers le monde.

Pour citer ce billet : "La médiation culturelle, une expérience partagée avec les publics…", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 11 avril 2016. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/756.

  1. Sur cette notion de courtage de connaissance et sur les différents rôles que peuvent y jouer les courtiers, voir par exemple, dans un autre secteur, celui de la santé, mais avec des fonctions d’intermédiation comparables : Le courtage en connaissances, définition et mise en œuvre : une revue de la littérature. []
  2. Sur cette dimension de partage, on pourra consulter le précédent dialogue de Gérard Régimbeau où ce dernier évoque la documentation partagée au musée. []
  3. Sur la notion de capacité d’attention, voir l’étude de Microsoft qui constate qu’en 2013, la capacité d’attention d’un humain devant une page internet est inférieure à celle d’un… poisson rouge (8 sec contre 9 sec) ! Mais surtout : « Nous passons d’un monde où le pouvoir informatique était limité à un autre où il est presque sans limites, et où la véritable rareté est maintenant l’attention humaine. » Satya Nadella []
  4. Sur les principes de narration transmédia, cf. par exemple cette définition. []
  5. Voir en ligne : http://www.c-yourmag.net/user et  http://www.c-yourmag.net/ []
  6. http://www.projet-lascaux.com/fr/casson-mann-sc%C3%A9nographe. []
  7. http://www.projet-lascaux.com/fr/sn%C3%B8hetta-architecte-mandataire-et-paysagiste. []
  8. http://www.perazio.com/pdf/Fiche%20patrimoine%2001-2014%20[FR].pdf []
  9. http://www.projet-lascaux.com/fr/reproduction. Sur l’entreprise en charge de la réalisation, voir : http://www.afsp-perigord.fr/. Sur le procédé de fabrication voir :  http://www.afsp-perigord.fr/invention/ []
  10. http://www.semitour.com/ []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *