Catégories
L'atelier des médiations de "Com'en Histoire"

Les jardins comme lieux et dispositifs de médiation


Après un Dialogue avec une professionnelle du numérique dans les musées publié au premier semestre, le carnet reprend vie aujourd’hui grâce à cette réflexion proposée par Pauline Grison et qui vient enrichir l’Atelier des médiations. Ancienne directrice d’un centre de culture scientifique et technique sur le végétal et l’alimentation, aujourd’hui administratrice de l’Ardenome, centre d’art contemporain à Avignon, Pauline Grison est enseignante-chercheuse associée au Centre Norbert Elias. Ses domaines d’expertise portent sur la mise en exposition des questions scientifiques et techniques sensibles ; dans ce cadre elle questionne ici l’usage des jardins comme lieux de médiation.

Les jardins comme lieux de médiation et de vulgarisation

Les jardins sont d’extraordinaires lieux de médiation… tout court ! En tant que professionnelle de musée et chercheuse en muséologie, j’ai tendance à considérer les jardins comme des expositions, et plus précisément des expositions temporaires, évolutives et à ciel ouvert. J’ai assuré pendant plusieurs années la direction d’Epicurium, centre de culture scientifique technique et industrielle portant sur les thématiques de l’alimentation et de l’agriculture durables, anciennement situé à Avignon – Montfavet et qui a aujourd’hui fermé ses portes suite au désengagement d’un financeur public important1. Créé à l’initiative du pôle de compétitivité de la filière fruits et légumes – aujourd’hui nommé Innov’alliance – mais structuré en association loi 1901, Epicurium visait à transmettre des savoirs selon une approche pluridisciplinaire des fruits et légumes, avec comme thématiques centrales l’alimentation, l’environnement, l’agriculture, l’industrie et enfin le patrimoine. Le programme muséographique associait pour cela une forme de mise en exposition traditionnelle – dispositifs scriptovisuels et audiovisuels notamment – à des formes de médiation plus proches de celles des centres d’interprétation, valorisant une approche sensible et centrée sur le visiteur de l’expérience de visite. Le parcours de visite commençait par un espace muséographique de 400m 2 puis se poursuivait à travers des jardins sur environ un hectare : potager, verger, serre, parcelles de collections variétales et ruche pédagogique. L’ensemble était complété d’espaces dédiés à des activités pédagogiques ou évènementielles, et notamment un petit théâtre de verdure et une cuisine entièrement équipée pour l’organisation d’ateliers ou démonstrations.

Exposition permanente de l’Epicurium (2017)

L’originalité de la médiation proposée résidait principalement dans l’articulation et la complémentarité entre l’exposition permanente située dans l’espace muséographique et le parcours proposé dans les jardins, avec en fil rouge une approche sensorielle qui se retrouvait toute au long du parcours. Lorsque nous avions conçu le parcours de visite dans les jardins, en discussion avec l’équipe scénographique et le comité scientifique, nous avions volontairement imaginé celui-ci comme un prolongement naturel de l’exposition permanente, permettant d’illustrer de manière vivante certains propos ou au contraire de développer des thèmes qui n’avaient pu être abordés dans l’espace muséographique intérieur. L’origine géographique des fruits et légumes et leur domestication sur les 5 continents faisait par exemple l’objet à la fois d’une unité d’exposition et d’une parcelle thématique dans le potager. Les techniques de gestion durable des cultures, avec la rotation des cultures, la gestion de l’eau ou encore l’usage de plantes auxiliaires, étaient en revanche abordées uniquement dans les jardins. La médiation sensorielle était le seul élément qui se retrouvait de manière constante dans l’ensemble des espaces : alcôves sensorielles reproduisant l’architecture des laboratoires d’analyse sensorielle, signalétique incitant à toucher ou sentir une plante, parcours pieds-nus dédié aux matériaux de paillage du sol, etc.

Parcours dans les jardins et potagers de l’Epicurium (2017)

Le jardin me parait en effet un espace propice à l’hybridation des domaines de connaissance et des temporalités. Ce n’est d’ailleurs pas spécifique aux jardins historiques car les jardins à vocation pédagogique en revêtent les mêmes caractéristiques. Dans les jardins d’Epicurium, le parcours de visite proposait ainsi différentes approches thématiques, à la croisée de l’histoire et des techniques. La présence d’une haie de cyprès ou d’un canal d’irrigation permettait par exemple de raconter l’histoire du Comtat-Venaissin devenu « jardin de la France » au XIXème siècle, avec l’essor du chemin de fer et le façonnage par l’homme d’un paysage adapté à ses besoins. Ailleurs, une parcelle de légumes originaires d’Amérique – tomates, pommes de terre, maïs, haricots, courges, etc. – permettait d’illustrer la richesse botanique créée par les échanges entre continents suite aux grandes découvertes, tout en montrant une technique agronomique d’origine maya, la Milpa, aujourd’hui très pratiquée en permaculture. L’hybridation va d’ailleurs plus loin car le rapport même au savoir revêt, quand il s’agit de végétaux et en particulier de végétaux comestibles, une dimension sensible. A Epicurium, la cuisine était en effet, avec l’exposition et les jardins, le troisième espace majeur de transmission des savoirs. Et il ne s’agissait pas que de gastronomie ! Quand on apprend, avec l’aide d’un chef, les différents usages d’une plante possibles en fonction de la variété choisie, des propriétés organoleptiques de celle-ci, des techniques de cuisson ou encore des savoir-faire traditionnels associés, il s’agit bien d’une autre forme d’appréhension des savoirs sur un patrimoine vivant, dans sa dimension culturelle et anthropologique, et non plus uniquement scientifique ou technique.

Le patrimoine vivant, une rencontre entre passé et présent

Dès que l’on se confronte à un patrimoine vivant, la médiation s’opère à la croisée ses époques et des savoirs. Ceci tient à la caractéristique même du vivant – le jardin étant le règne du végétal -, qui rappelle deux dimensions du patrimoine, l’une génétique, l’autre culturelle (Bérard et Marchenay, 1998)2. Ainsi, les jardins conservatoires me paraissent être les exemples parfaits de cette dualité, à la fois lieux d’exposition de collections agronomiques anciennes et lieux de construction d’un discours sur les ressources génétiques comme potentiel d’innovation pour des enjeux très contemporains. Et au-delà de la génétique, je constate que l’essor des problématiques liées au développement durable a conduit nombre de jardins, y compris historiques, à s’emparer de questions auparavant cantonnées aux musées de science ou aux centres de culture scientifique, technique et industrielle. Ainsi à l’été 2022, le célèbre potager de La Bourdaisière, connu pour son Conservatoire de la Tomate rassemblant plus de 700 variétés, proposait une exposition sur le thème « Dessine-moi ta planète », présentée comme une forme de récit de l’écologie positive.

Je participe actuellement au projet de recherche européen Olive4all, consacré au patrimoine lié à l’olivier dans trois pays méditerranéens (France, Grèce, Portugal), et plus précisément à la manière dont ce patrimoine peut être caractérisé et valorisé dans une perspective de développement territorial durable. Dans ce cadre, des étudiants de Master 1 Musées, Médiations, Patrimoines de l’Université d’Avignon, ont mené une enquête auprès de bénévoles impliqués dans des associations de sauvegarde et de valorisation de l’oléiculture dans le sud de la France (Promolive et Oléole dans le Gard, les Amis de l’Olive du Pays des Vans en Ardèche, les Amis de l’Olive Pugétoise dans les Alpes-Maritimes, Li Bancau di Lurs dans les Alpes-de-haute-Provence). Or en lisant et analysant les différents entretiens menés, je me suis aperçue que cette notion de patrimoine était pour ces acteurs, largement tournée vers l’avenir. Leur préoccupation n’est pas, comme dans d’autres champs relevant du patrimoine technique ou industriel, de constituer des collections muséales ou de transmettre des pratiques anciennes, mais au contraire de mettre en place des actions permettant la diffusion de savoir-faire plus durables et l’amélioration de la qualité de vie à moyen terme sur le territoire. C’est en cela que le patrimoine vivant se distingue d’autres formes de patrimoine, comme le soulignent Tardy et Rautenberg (2013)3 : c’est avant tout un patrimoine ancré dans l’activité humaine présente, évolutif et tourné vers les générations futures, dans une perspective de développement local.

Médiation à destination des plus jeunes : un parcours pieds nus dans les jardins de l’Epicurium (2017)

Pour en revenir au champ muséal, le développement de la dimension évènementielle me semble être le point d’ancrage particulièrement propice à la rencontre entre passé et présent. A Epicurium, lorsque nous organisions des fêtes thématiques sur une saison ou un végétal en particulier, nous le faisions avant tout dans une optique de sensibilisation et d’éveil à la curiosité, la médiation des savoirs arrivant dans un second temps. Inviter les visiteurs à récolter les olives, à cueillir des tomates pour les cuisiner auprès d’un chef, à expérimenter une technique de greffe, à déguster les yeux fermés des plantes variées, à participer à des projets de science participative tels que l’Observatoire des saisons ou encore à contempler la vie d’une ruche à travers une vitre et en présence d’un apiculteur passionné sont autant de moyen de donner envie de s’intéresser à ce vivant qui nous entoure, pour ensuite avoir envie de mieux le connaitre et éventuellement de le préserver ou le transmettre. Là où les expositions, même temporaires, ou les jardins, même en constante évolution, peuvent transmettre une approche un peu « froide » des savoirs, les évènements festifs et conviviaux introduisent nécessairement une dimension humaine importante, des échanges entre personnes aux compétences variées, des passerelles étroites avec les représentations et savoirs populaires, et ce faisant une certaine forme de « mise en culture
de la science », pour reprendre les mots de Jean-Marie Lévy-Leblond (2004)4.

Exposer un patrimoine en mouvement

L’exposition d’un patrimoine vivant confronte nécessairement le muséographe à des défis inhabituels, avec pour contrainte principale celui de la saisonnalité. Ce que l’on souhaite montrer n’est pas toujours visible, et ce qui qui est visible n’est pas toujours expliqué. Je pense ici à l’Harmas de Jean-Henri Fabre, jardin préservé de toute intervention humaine
pour recréer les conditions qu’avait souhaité le naturaliste, mais dont la richesse entomologique estivale ne se mesure réellement qu’aux premières heures du matin ou aux dernières lueurs du soir… lorsque l’Harmas est fermé aux visiteurs. Cette question relative à l’exposition d’un patrimoine naturel est caractéristique des centres d’interprétation (Jacobi et Chaumier, 2009)5, qui ont été les premiers à mobiliser une approche sensible comme vecteur de médiation entre le visiteur et un ensemble muséographique ne pouvant être exposé. Mais
si l’approche sensible est importante, je crois que la médiation humaine est fondamentale. A Epicurium par exemple, le jardinier était un acteur indispensable de la médiation des savoirs, non seulement parce qu’il était expert en son domaine et pouvait à ce titre conduire des visites ou ateliers bien plus riches que ce que ne l’aurait fait un autre médiateur, mais aussi par le fait de sa simple présence au quotidien dans les jardins. Répondant aux questions spontanées des visiteurs qui l’interrogeaient sur telle plante, tel insecte ou telle technique, il incarnait réellement un rapport direct, concret et vivant au savoir.

Nous sommes actuellement confrontés à cette question de l’exposition d’un patrimoine vivant dans le cadre du projet Olive4all, dont un volet porte sur la conception d’une exposition sur l’olivier en méditerranée, pour le Musée départemental de Salagon dans les Alpes de Haute Provence. A défaut de pouvoir faire toucher des oliviers centenaires, observer l’extraordinaires diversité variétale de l’olivier, illustrer les techniques anciennes et modernes d’extraction d’huile, nous avons pris le parti de développer des dispositifs de médiation sensorielle proposant une autre forme de contact avec ce patrimoine vivant : dispositifs olfactifs consacrés aux arômes des huiles, création d’une œuvre sonore sur le thème de la chaine de production, témoignages sur les savoir-faire et traditions liés à l’olivier dans différents pays ou encore expositions d’objets innovants qui témoignent d’un usage contemporain de cette production emblématique de l’histoire du bassin méditerranéen. Là encore, même dans un musée, l’histoire rejoint le présent pour transmettre la force d’un patrimoine tourné vers l’avenir.

J’aimerais terminer cette réflexion par une incursion du côté de la médiation artistique des savoirs, et en particulier celle proposée par des artistes contemporains. De plus en plus de jardins mais aussi d’expositions historiques ou ethnographiques, recourent à des œuvres d’art pour enrichir, compléter ou décaler leur propos. En tant qu’administratrice du Grenier à sel, lieu d’art contemporain dédié aux relations entre art, science et technologies, j’ai eu l’occasion à maintes reprises de mesurer l’intérêt d’un dialogue art-science pour enrichir la médiation des savoirs. Le vivant est au cœur aujourd’hui d’enjeux sociétaux essentiels, avec la prise de conscience des impacts de l’anthropocène et une réflexion sur les solutions pour revenir à un équilibre durable des relations entre l’homme et la nature. Nous avons accueilli à plusieurs reprises au Grenier à sel des artistes ayant orienté leur travail de création sur ce thème : en 2018, l’exposition « Planète Laboratoire » du duo HeHe présentait, dans un paysage apocalyptique de couleur fluorescente, des œuvres mettant en récit la pollution atmosphérique et interrogeant le potentiel de nuisance engendré par les objets que nous utilisons tous les jours ; en 2020, le réalisateur Mathieu Pradat, expérimentait lors d’une résidence de création ouverte au public, un projet de réalité virtuelle intitulé « Rencontres » et
plaçant le visiteur dans un parcours sensoriel à travers l’espace et le temps, reliant une époque moderne devenue incertaine à son possible avenir ; plus récemment (été 2022) l’installation « The Shape of Things to Come » conçue par Diego Ortiz et Hernan Zambrano, permettait de visualiser au jour le jour et de manière très poétique la qualité de l’air à Avignon en temps de festival. A chaque fois, nous nous sommes aperçus que les différentes médiations proposées autour de ces œuvres, de la simple visite guidée jusqu’à l’organisation de performances participatives ou de tables-rondes, étaient aussi une formidable occasion de transmission d’un savoir scientifique ou technique, au-delà de la sensibilisation à une approche esthétique.

“The Shape of Things to Come”, installation artistique immersive et interactive qui utilise les données de la qualité de l’air au Grenier à sel (2022)

En résumé, quand il s’agit d’exposer un patrimoine vivant, n’oublions donc pas de croiser les approches et les regards, ceux de l’historien et de l’ethnologue bien sûr, mais aussi ceux de l’artiste, du cuisiner ou encore du jardinier…



Citer ce billet
Pauline Grison (2023, 25 janvier). Les jardins comme lieux et dispositifs de médiation. Com'en Histoire. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mibj

  1. On trouve une présentation de cet établissement sur ce site d’informations touristiques : https://www.avignon-et-provence.com/musees/epicurium (page consultée le 12 janvier 2023. []
  2. Bérard, L., Marchenay, P. (1998). « Les procédures de patrimonialisation du vivant et leurs conséquences ». In : Poulot, D. (dir.). Patrimoine et modernité. Paris : L’Harmattan. p. 159-170. []
  3. Tardy, C., et Rautenberg, M. (2013). « Patrimoines culturel et naturel : Analyse des
    patrimonialisations »
    . Culture & musées, Hors-Série, 115-138. []
  4. Lévy-Lebond, J-M. (2004). La science en mal de culture. Paris, éditions Futuribles. []
  5. Chaumier, S., et Jacobi, D. (2009). Exposer des idées : du musée au centre d’interprétation. Paris : éditions Complicités. []

Une réponse sur « Les jardins comme lieux et dispositifs de médiation »

J’ai adoré lire cet article.
Le jardin est ma passion et la médiation sensorielle faisait partie de mon ancien métier (retraitée). Alors je ne peux que dire bravo et merci, car OUI, il est urgent de trouver “des solutions pour revenir à un équilibre durable des relations entre l’homme et la nature”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search