Catégories
Fabienne Henryot Les dialogues de "Com'en Histoire"

Le patrimoine écrit, une médiation qui éloigne le livre…

Après un précédent dialogue avec Elsa Cavalié sur les représentations du passé dans la littérature anglo-saxonne, nous poursuivons aujourd’hui l’exploration des liens unissant l’objet livre et la notion de patrimoine en décortiquant avec Fabienne Henryot les pratiques de reconnaissance et de médiation du patrimoine écrit. Fabienne Henryot est actuellement maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib) où elle enseigne en master et à des futurs conservateurs des bibliothèques les enjeux du patrimoine écrit ainsi que les questions entourant les services, la valorisation et les publics des fonds patrimoniaux. Ces enseignements sont par ailleurs directement liés à ses thèmes de recherche puisqu’elle explore depuis plusieurs années l’histoire du livre et des bibliothèques, ses liens avec les ordres religieux et la théologie, et in fine, le processus de patrimonialisation des patrimoines écrits et graphiques de l’époque moderne et contemporaine. Elle s’apprête à publier L’État bibliophile : collections publiques et quête des incunables au XIXe siècle (Paris, Maisonneuve et Larose) et De l’oratoire privé à la bibliothèque publique : l’autre histoire des livres d’heures (Turnhout, Brepols).

1. Vous avez récemment publié un ouvrage intitulé La fabrique du patrimoine écrit qui tente de définir ce que recouvre cette appellation ambiguë. Pourquoi, selon vous, les objets textuels « rares et précieux » sont-ils si peu reconnus comme relevant du patrimoine ? Cela tient-il à la fragilité de l’objet ou encore à l’absence de politique publique dont la méconnaissance auprès d’un large public du programme “Mémoire du monde” de l’Unesco n’est finalement qu’un symptôme ?

Il y a beaucoup de paradoxes qui entourent le “patrimoine écrit”, et qui ne jouent pas vraiment en faveur des objets qui s’y rapportent. En premier lieu, justement, leur nature textuelle. Comme artéfacts historiques, les objets écrits sont partout et ne sont donc associés à aucun espace institutionnel particulier. Ils représentent une réalité archéologique et épigraphique, s’insèrent dans les collections des musées, constituent la strate la plus massive des dépôts d’archives et des bibliothèques. Ils sont tout à la fois visibles et cachés. L’anthropologie historique a identifié la notion de “monde inscrit”1 comme une réalité majeure de la culture occidentale depuis la fin du Moyen Age. Cet envahissement de l’écrit ne constitue pas seulement une source commode pour les historiens, il est en soi un phénomène historique fondamental et un facteur d’explication de beaucoup de mutations religieuses, politiques, économiques et culturelles. Mais cette omniprésence des objets textuels, paradoxalement, n’en favorise pas la reconnaissance publique. Il y a en effet plusieurs régimes de textes qui brouillent cette reconnaissance : en face des écritures d’autorité, des écrits sacrés ou publics, il existe l’univers touffu des “écritures banales”, privées, domestiques et triviales. Face à cette prolifération des écrits, il est difficile d’accrocher des valeurs symboliques, sinon au prix de relectures, de catégorisations, de sélections et d’élections qui ne font pas l’unanimité. C’est tout à fait visible dans les archives de chercheurs ou d’écrivains qui font l’objet de dépôts dans les bibliothèques publiques. Il se trouve à la Bibliothèque nationale de France les archives personnelles d’une bibliographe spécialiste des incunables, Marie Pellechet (1840-1900). Comme beaucoup d’érudits de son temps, elle utilise des papiers de remploi pour prendre des notes : cartes de visite, prospectus, factures, faire-part, enveloppes usagées… Or, si les brouillons, les notules préparatoires, les transcriptions d’archives sont communément reconnus comme des objets patrimoniaux, l’envers de ces documents l’est beaucoup moins, voire pas du tout. Cet exemple montre bien que le recto et le verso d’un même objet matériel se prête à des évaluations patrimoniales contradictoires.

Le paradoxe tient aussi à l’objet lui-même. Le livre, manuscrit ou imprimé, volumen ou codex, matériel ou numérique, est par nature un objet fermé, dont le déchiffrement n’advient qu’après ouverture, mobilisation de littératies et interprétation individuelle ou collective. En somme, un tableau, une sculpture, un vitrail, un bâtiment sont faits pour être vus, pour se prêter à un spectacle collectif, ce qui n’est pas le cas du livre, hormis dans quelques cas très particuliers d’usages publics de livres insérés dans une théâtralisation de la lecture. Je pense notamment aux grands antiphonaires ou graduels, ces livres liturgiques monumentaux dressés sur des pupitres non moins gigantesques, destinés au chant collectif durant les offices religieux. Dans ce cas, le livre, les chantres et la musique sont les trois composantes du rite qui se “joue”, au sens scénographique du terme, devant les fidèles2. Mais pour la majorité des livres, l’appropriation est silencieuse et singulière. Comment, alors, rendre compte de cette expérience sans la dénaturer ? Certes, bien des livres sont insérés dans les récits collectifs qui fondent la conscience historique, et sont admis comme des jalons de la civilisation occidentale. C’est le cas de l’Encyclopédie, considérée comme la matrice de l’homme des Lumières, mais la concrétisation de ces récits à travers des dispositifs de médiation est très complexe : il faut pouvoir maintenir les livres ouverts, ce qui les fragilise, les exposer à la lumière, écrire des cartels intelligibles, et même quand ces difficultés concrètes et conservatoires sont dépassées, par l’usage de fac-similés ou de dispositifs numériques par exemple, la médiation du texte ne va pas de soi3. À Langres, le Musée dédié à Diderot et à l’Encyclopédie ne fonctionne que grâce à une muséographie qui monumentalise cette entreprise éditoriale, et qui fait de Diderot un héros. À Trévoux, dans l’Ain, le Carré Patrimoines, Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de la ville accorde une grande importance au Dictionnaire universel français et latin publié dans cette ville à partir de 1704 et qui a marqué un jalon important de l’histoire de la lexicographie. La façade du musée est recouverte d’une vitrophanie très spectaculaire : des fac-similés d’articles du Dictionnaire ont été reportés sur une immense façade en verre. Outre que le choix des articles ne doit rien au hasard (“Homme”, “Livre”, “Bibliothèque”, “Bonheur”…), il faut bien souligner que cette monumentalisation revient toujours à dénaturer les objets, à “inscrire” autrement les mots dans l’espace public et donc à éloigner l’objet livre.

Photographie des salles d’exposition de la Maison des Lumières consacré au philosophe et encyclopédiste Denis Diderot (1713-1784) à Langres (52).

Enfin, un troisième paradoxe tient à la vocation “discutablement” patrimoniale des institutions en charge des objets écrits. Certes, cette vocation ne fait aucun doute pour les dépôts d’archives mais ceux-ci, tout en étant un service public, ne sont pas des lieux de médiation ; or, sans médiation, la patrimonialisation est-elle seulement possible ? Peut-elle se limiter à des définitions juridiques et politiques ? Peut-elle aboutir sans convoquer, à un moment ou un autre, l’assentiment de l’opinion commune ? Cette dimension communicationnelle de la patrimonialisation est indiscutable et fait désormais consensus… Quant aux bibliothèques, elles ne sont pas d’abord reconnues comme des espaces de déploiement du patrimoine. En France, la bibliothèque publique est avant tout un lieu dévolu à la lecture publique, c’est-à-dire à la démocratisation de la lecture, au partage d’information, à l’apprentissage de la citoyenneté. La place du patrimoine y est pour ainsi dire accidentelle. Elle est le résultat des politiques publiques hasardeuses et improvisées des années 1791-1803. Dans l’organigramme du ministère de la Culture, les bibliothèques se situent d’ailleurs dans le champ des “médias et des industries culturelles”, et non pas dans celui du “patrimoine”. L’expression “patrimoine écrit” a quant à elle été forgée par l’Inspection générale des bibliothèques et n’est pas antérieure à 19824. C’est donc seulement depuis une vingtaine d’années que les collections anciennes des bibliothèques ont reçu véritablement cette attribution patrimoniale, avec des politiques publiques adaptées et très incitatives, dont les résultats sont aujourd’hui observables. Ce long délai a non seulement fragilisé les collections par l’absence de curation satisfaisante, mais aussi et surtout installé une sorte de soupçon sur ces collections, dont l’usage a longtemps été jugé élitiste et étroit.

Les pages du Dictionnaire de Trévoux monumentalisées sur la façade de l’espace culturel et du Carré Patrimoines de Trévoux (01).

2. En introduction de l’ouvrage cité ci-dessus, vous signalez que le livre met à distance les tentatives de médiation culturelle. Qu’en est-il dès lors des politiques de médiation portées par les différents acteurs en charge de cette mémoire écrite ? Est-il aisé de distinguer ce qui relève d’une stratégie de communication territoriale, par exemple, de véritables actions de monstration et d’appropriation ? Les formations des professionnels de ces objets patrimoniaux vous paraissent-elles à cet égard suffisantes ?

Du fait des difficultés matérielles et conceptuelles de monstration des objets écrits que j’ai évoquées précédemment, et de la difficulté politique pour les bibliothèques de se positionner dans le champ du patrimoine, la médiation de la mémoire écrite reste encore souvent cantonnée à des pratiques inadaptées : livres installés dans des vitrines ou reproduits dans des publications qui n’en donnent pas vraiment la clef5. Les choses sont cependant en train de changer et ce, de deux manières. Premièrement, le renforcement des liens entre les bibliothèques et leurs tutelles par la contractualisation qu’implique la rédaction d’un Projet culturel, scientifique, éducatif et social (PCSES, obligatoire pour les bibliothèques municipales classées, très recommandé pour toutes les autres), invite nécessairement les bibliothèques à entremêler lecture publique, patrimoine, médiation et service aux publics6. Dans les PCSES en vigueur actuellement, le patrimoine fait l’objet d’appréciations diverses qui montrent tout à la fois l’embarras que suscite la présence de documents patrimoniaux dans les collections, et la plasticité de ces collections, qui peuvent soutenir des projets politiques variés. Parmi ceux-ci, on relève la volonté de s’affirmer comme un partenaire scientifique à l’échelle nationale, celle de fabriquer du lien avec les citoyens à l’échelle du territoire, et enfin le désir de faire des collections patrimoniales des bibliothèques un levier touristique. Dans tous les cas, il est indispensable de montrer, de contextualiser, de faire rêver, de tisser des récits cohérents qui impliquent l’objet écrit dans un référentiel plus large.

L’autre manière de procéder est celle des bibliothèques-musées, qui assument, en marge de leur mission de communication de documents, une médiation permanente des objets qu’elles conservent à destination, cette fois, d’un public non expert. C’est le cas à la Bibliothèque humaniste de Sélestat, qui est “visitable” et propose un parcours d’exposition récemment rénové donnant sens aux concepts de “réforme” et d'”humanisme” inscrits dans un espace particulier, la vallée du Rhin. C’est une véritable interprétation de ces concepts qui est proposée au public afin d’en favoriser l’appropriation : l’idée que l’homme moderne est le résultat d’une révolution intellectuelle qui se produit au XVIe siècle grâce à l’émancipation de cadres de pensée contraignants : ceux de l’Église, du clergé, de la Tradition. Tout ce parcours est une invitation très contemporaine à considérer notre rapport actuel aux textes de la manière la plus libre et audacieuse possible et à se reconnaître comme héritiers de cette révolution.

Exposition permanente de livres de la bibliothèque humaniste (vitrines, tables numériques pour feuilleter quelques ouvrages majeurs) par Eymery, 2018.

On le voit, la médiation du patrimoine écrit présente des enjeux variés, la logique scientifique n’étant pas toujours première. Par un retournement des choses, les collections sont mises au service de l’institution, car la fabrique du patrimoine écrit, c’est aussi la fabrique de la notoriété, celle de la bibliothèque et celle de son territoire. Ce n’est pas dérangeant car au fond, le patrimoine est d’abord et toujours au service d’une cause et d’une identité.

En revanche, la formation à ces enjeux me paraît encore très insuffisante. Certes, on ne peut pas demander au bibliothécaire ou au conservateur d’être aussi scénographe, architecte, éditeur et guide touristique, mais il y a encore des efforts à faire pour inviter les agents des bibliothèques à porter un regard critique sur les usages du patrimoine. Ces usages ne sont ni bons, ni mauvais, ils existent et il ne faut pas être dupe des raisons qui les motivent. La patrimonialisation étant par nature une instrumentalisation d’artéfacts du passé au service du présent, ce que Jean Davallon appelle très justement une “filiation inversée”7, la formation des agents des bibliothèques doit porter sur l’identification de ces instrumentalisations. Quand la bibliothèque de l’Assemblée nationale du Québec propose une exposition sur la censure, ce n’est pas anodin, en un temps où la liberté d’expression est jugée fragile et menacée. Une telle programmation positionne les bibliothèques dans le débat et est une manière de proclamer que ces institutions, par leur double dimension citoyenne et patrimoniale, sont des lieux de défense de cette liberté. Il est indispensable que les conservateurs et bibliothécaires aient conscience de l’image qu’ils donnent de la bibliothèque par ces gestes de médiation.

Pensez-vous que la numérisation massive à laquelle nous assistons depuis les années 2000, accélérée par l’émergence du Plan d’action pour le patrimoine écrit (PAPE) peut permettre d’inventer de nouvelles formes d’exposition ou de partage du patrimoine écrit et si oui avez-vous des exemples particuliers à nous présenter?

Le PAPE en effet, et toutes les politiques en faveur d’une société numérique, notamment le Schéma directeur des bibliothèques et sa matérialisation dans le label “Bibliothèque numérique de référence”, ont eu un effet majeur dans la dématérialisation des objets écrits, et ont favorisé l’aboutissement de leur patrimonialisation. Or, la numérisation ne manifeste pas le patrimoine écrit en le mettant en partage ; elle le fabrique8. Des bibliothèques publiques ont profité de la numérisation pour sortir de l’ombre des documents qui, par leur nature redondante ou rébarbative, avaient peu attiré l’attention des historiens. Ainsi, à Clermont-Ferrand, ce sont les factums, ces feuilles juridiques produites dans le cadre des procès sous l’Ancien Régime, qui ont été mis en lumière et identifiés, par ce procédé, comme des objets patrimoniaux. Ailleurs, ce sont les brouillons d’écrivains, auréolés de prestige, certes, mais peu lisibles et appropriables par le plus grand nombre9. La numérisation et la mise à disposition sur des bibliothèques numériques, qui ont longtemps été le seul moyen de dématérialiser et de porter à la connaissance ces documents, n’est clairement pas suffisante pour engager une démarche patrimoniale. En revanche, des expériences de plus en plus nombreuses d’interactions entre les objets écrits ainsi dématérialisés et le public, sans préjuger de son niveau d’expertise, montrent que ces efforts supplémentaires contribuent nettement à la “fabrique du patrimoine écrit”. Par exemple, les factums de Clermont-Ferrand sont mis sous la loupe d’érudits volontaires désireux de participer à l’identification des personnes impliquées dans les procès, les lieux et les procédures. Les plateformes de transcription collaborative ou de correction bénévole des OCRisations [reconnaissance optique de caractères] faites préalablement par les machines sont aussi des lieux communautaires dont les membres se font les relais de cette reconnaissance patrimoniale10.

D’autres bibliothèques ont expérimenté la ludification des collections, en transformant des documents en jeux (puzzles, sept erreurs par exemple), en quizz, en organisant des chasses aux trésors dans les réserves, en permettant au visiteur de fabriquer virtuellement un objet recomposé. Sans parler de la mise à disposition par les bibliothèques de motifs graphiques issus de manuscrits ou de livres à gravures à des tatoueurs11

Capture écran de l’espace jeux proposé par la bibliothèque numérique de Lyon, Numelyo, 2021.

Ainsi, la mise en partage échappe aussi à l’institution initialement productrice des fichiers numériques et c’est bon signe. Tout un chacun peut fabriquer un faire-part de naissance ou une carte de vœux avec une enluminure prélevée sur une bibliothèque numérique, sortie de son contexte, amputée des éléments iconographiques ou textuels adjacents, voire retouchée. Les collections numérisées de manuscrits médiévaux constituent des réserves inépuisables de référentiels calligraphiques et iconographiques pour les enlumineurs du dimanche. Ces pratiques amateurs constituent la manifestation la plus évidente d’une patrimonialisation aboutie, puisqu’elle s’est échappée des institutions et des cadres juridiques et historiques qui ont dans un premier temps validé ce patrimoine…

POUR CITER CE BILLET : Fabienne Henryot, 08 décembre 2021 : “Le patrimoine écrit, une médiation qui éloigne le livre…, Dialogue avec Jessica de Bideran, publié sur COM’EN HISTOIREhttps://cehistoire.hypotheses.org/3339
  1. Martyn Lyons et Rita Marquilhas (ed.). Approaches to the History of Written Culture: A World Inscribed, New York, Springer, 2017. []
  2. On pense aussi à la spectaculaire Description de l’Égypte en 22 volumes, publiée à partir de 1809 autour de l’expédition d’Égypte des armées napoléoniennes. L’Imprimerie nationale commanda un meuble spécial à un ébéniste, pour disposer les volumes, et qui pouvait être fabriqué pour tout souscripteur qui en ferait la demande. Il reste six exemplaires de ce meuble. Cette armoire affecte un décor égyptien. Voir Paul-Marie Grinevald, “La Description de l’Égypte, un monument éditorial”, in Patrice Bret (dir.), L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières 1798-1801, Paris, Académie des sciences, 1999, p. 297-305 et sur le lien entre monument et document, Patrick Fraysse et Gérard Régimbeau, “Le patrimoine architectural entre monuments phares et documents monumentaires”, in La transmission des connaissances, des savoirs et des cultures, Actes du colloque, 12 au 15 mars 2006 à Alexandrie. (n.p.), 2006 (en ligne). []
  3. L’exposition du littéraire fait l’objet de nombreuses réflexions en muséologie comme en littérature ; voir par exemple cet ouvrage dédié à cette question : Bessière Jérôme, Payen Emmanuèle, Exposer la littérature. Éditions du Cercle de la Librairie, « Bibliothèques », 2015. On pourra également consulter la plateforme du groupe de recherche Rimell : https://www.litteraturesmodesdemploi.org/ []
  4. Louis Desgraves et al., Le patrimoine des bibliothèques : rapport à Monsieur le Directeur du livre et de la lecture, Paris, Ministère de la Culture, 1982. []
  5. Voir le bilan du colloque “Livre exposé : enjeux et méthodes d’une muséographie de l’écrit”, compte-rendu dans le Bulletin des bibliothèques de France (en ligne) et plus récemment, Francesca Marini, “Exhibitions in special collections, rare book libraries and archives : Questions to ask ourselves”, Alexandria, 29 (2019), p. 8-29. []
  6. Fabienne Henryot, “Les collections, nouvel atout des bibliothèques”Culture & Musées, n°37, (en ligne). []
  7. Jean Davallon, “Le patrimoine : “une filiation inversée” ?”, Espaces Temps, n°74-75, p. 6-16, 2000, (en ligne). []
  8. Jessica de Bideran, “Numérisation et extension du patrimoine littéraire. Réflexions à propos de Mauriac en ligne”, in Fabienne Henryot (dir.), La fabrique du patrimoine écrit : Objets, acteurs, usages sociaux. Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2019, p. 115-126 (en ligne). []
  9. C’est particulièrement vrai, par exemple, des manuscrits de Stendhal actuellement conservés et numérisés par la Bibliothèque municipale de Grenoble. Voir Julia Bonaccorsi, “Quelle réflexivité médiatique pour les Humanités Numériques ? La numérisation des manuscrits littéraires”, Les Enjeux de l’information et de la communication, 2015, n° 2, p. 83-97, (en ligne). []
  10. En septembre 2021, ainsi, à l’occasion des journées du patrimoine, la bibliothèque municipale de Bordeaux et Wikimedia France ont organisé un editathon autour de la transcription des Lettres persanes de Montesquieu, permettant au public d’expérimenter la culture scientifique collaborative. []
  11. Voir par exemple ce billet de Claude Venault sur le blog de Gallica : “Le tatouage : Gallica à fleur de peau”, 1er mars 2018, (en ligne). []

Par Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est maîtresse de conférences à l'université Bordeaux Montaigne. Chercheuse au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

4 réponses sur « Le patrimoine écrit, une médiation qui éloigne le livre… »

Passionnant ..en ce qui concerne la dématérialisation j’ajouterais qu’un des écueils rarement évoqué est la mise de côté du support , vélin ou papier , qui est pourtant un des éléments clé de la nature de l’écrit . Il y a par exemple entre un calendrier de psautier ,écrit sur papier ou sur vélin une différence qui informe non seulement sur la fonction du calendrier mais aussi sur son origine , la nature de son destinataire etc.. il en va de même pour un brouillon , une lettre de secrétaire , une grosse ou un billet à ordre qui détiennent dans leurs matérialités autant d’indices immédiats que gomme la dématérialisation . Accompagner une expo par la possibilité restituer la dimension tactile de l’écrit me paraît être une base plus tôt qu’un aspect accessoire . Se resituer en quelque sorte dans le rapport foncier de l’écrit nécessairement intime , afin de ne pas passer à coté de la singularité de l’écrit par rapport à d’autres médias

Merci pour votre commentaire ! Cette dimension sensible et tactile, nous avons pu l’observer autour du livre médiéval en décortiquant par exemple des ateliers de médiation mis en place par des bibliothèques autour des manuscrits médiévaux. Ce travail a fait l’objet d’un article… malheureusement toujours pas publié. Mais trop souvent ces ateliers ne sont destinés qu’aux seuls publics scolaires et c’est en effet dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.