Categories
Laurent Macé Les dialogues de "Com'en Histoire"

La médiation de l’histoire médiévale, une question de sens …

Alors que notre dernier dialogue remonte à décembre 2019 et malgré une année plus que chaotique, l’année 2020 a été studieuse pour l’équipe de Com’en Histoire qui a planché sur le troisième opus de nos journées d’étude Sic&Histoire#3 avec la publication très prochaine aux Editions Universitaires d’Avignon d’un ouvrage collectif portant sur les scénographies numériques des patrimoines. La sortie de cette publication fera bien sûr l’objet d’une présentation sur notre carnet mais en cette rentrée universitaire, c’est avec un dialogue que nous redonnons vie à cet espace de partage et de réflexion à distance… Laurent Macé1 est actuellement professeur en Histoire médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès (UT2J). Spécialiste de l’histoire du Midi de la France, il étudie plus particulièrement les comtes de Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles et s’intéresse aux modes de représentation du pouvoir à travers l’héraldique et la sigillographie. Ce dialogue est l’occasion de revenir sur la distinction délicate entre ces deux notions de médiation et de vulgarisation mais aussi de s’interroger sur le concept de médiévalisme que nous travaillons à travers différents projets personnels.

1. Que pensez-vous du terme de médiation ? Quels mots utilisez-vous pour qualifier la manière dont vous allez à la rencontre des publics ?  Comment se fait ce lien entre le présent et le passé ?

Vivant l’histoire comme une véritable passion, j’ai vraiment à cœur de la partager avec les étudiants, à l’université, mais aussi avec des publics qui souhaitent découvrir le Moyen Âge ou approfondir leurs connaissances dans ce domaine. Il me plaît d’avoir à satisfaire une libido sciendi bien naturelle, c’est le rôle élémentaire du pédagogue. Dans ce sens, j’explore de plus en plus les invitations à collaborer avec les musées ; elles me permettent d’accentuer ma mission dans la diffusion des savoirs en tentant de toucher diverses classes d’âge.

Le terme de médiation me convient donc très bien, il est très noble. Il renvoie à l’idée d’intermédiaire. Et l’historien peut et doit se considérer comme un passeur. Il a pour objectif de transmettre une recherche scientifique à un large public qui ne fréquente pas les bancs de l’université. En cela, il est un medium, au sens premier du terme ; il aide à passer au milieu du gué. Il s’évertue à restituer à divers publics les fruits de son travail de recherche et de réflexion.

Mais le savoir ne circule pas que dans un sens. Lorsque je vais à la rencontre d’un public de non-spécialistes, par les questions qui me sont posées ou par les réactions que je perçois (commentaires avec le voisin, sourires ou manifestations de surprise), il m’amène à m’interroger sur tel ou tel aspect qui me paraît pourtant évident parce que c’est mon univers quotidien. Ainsi, lorsque j’interviens en milieu rural, des personnes vont m’interpeller sur la chasse, sur l’agriculture, sur les sols ou la terre, autant d’éléments dont j’ai une connaissance certes livresque mais pas toujours empirique. Alors, quand je réponds à mon interlocuteur : « J’ignorais ce détail, maintenant je comprends mieux les problèmes techniques que cela pose », il est vraiment heureux d’avoir pu me transmettre une connaissance tirée de son expérience personnelle. Nous sommes alors dans un dialogue où l’enrichissement est réciproque. Il n’y a plus ce côté pyramidal, entre d’un côté un « sachant » sorti de sa tour d’ivoire et de l’autre un public passif qui vient écouter la bonne parole. Cet échange permet de rétablir une relation horizontale autour de la question du passé ; c’est un écho du temps dont les ondes résonnent encore dans la plupart des esprits.

Ces discussions me permettent aussi de mieux comprendre certains documents médiévaux, ou plutôt d’utiliser le bon vocabulaire. Par exemple, une fois, il m’est arrivé d’évoquer le travail des bouchers au Moyen Âge et j’ai employé le terme d’équarrissage. Une personne qui avait travaillé dans les services vétérinaires m’a fait remarquer que je ne l’utilisais pas à bon escient. Ce retour me permet d’être plus précis sur des termes techniques mais aussi sur des pratiques, sur des gestes, des postures. Une autre fois, j’ai pu échanger avec quelqu’un qui fabrique des arcs médiévaux et qui les utilise pour chasser. Il m’a fait part de sa propre expérience de la chasse à l’arc. Il m’a expliqué comment il se met à l’affût, comment il se positionne par rapport au vent, comment il observe les animaux, à quelle distance il doit se trouver pour atteindre sa cible. Désormais, je considère les enluminures avec un autre regard, je feuillette différemment Le livre de la chasse de Gaston Fébus. C’est ce qui fait le sel de ces conversations et de ces rencontres avec le grand public. Quand on tend de telles perches, les auditeurs aiment les saisir. Ils viennent souvent me voir à la fin de la conférence, pour établir une relation directe ; elle est souvent plus détendue et permet une circulation, un échange d’individu à individu.

Ce tireur à l’arc, rencontré aux Médiévales de Baziège, a été un sportif professionnel de haut niveau ; il a donc une expérience « académique » de son sport. Maintenant, il s’intéresse à la reconstitution et il a tenu à m’expliquer comment on utilisait l’arc de guerre et comment il le fabrique, quels matériaux il utilise, quels outils il a dû concevoir. À mon tour, je me sers de ses connaissances pour raconter aux étudiants comment on manipule un arc durant la guerre de Cent ans. Je tente de faire revivre une gestuelle oubliée. Cela circule dans plusieurs sens.

Cet échange, qui permet d’aborder la notion de mémoire peut devenir un sujet délicat à appréhender… Ici, à Toulouse, il y a des enjeux mémoriels particulièrement sensibles. Bien sûr, avec la question du catharisme par exemple, mais aussi avec celle de la croisade contre les Albigeois (qui induit parfois la réductrice opposition nord/sud), sujets qui sont avant tout pour moi des objets d’études. Mais en ce domaine, je suis de plus en plus amené à avoir un côté militant, tel que Tommaso di Carpegna Falconieri l’a présenté dans Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge (2015). Militant dans le sens où je veux restaurer, non pas la vérité – ce serait prétentieux et ce ne serait là que ma vérité –, mais en tout cas je souhaite déconstruire des idées reçues que je trouve particulièrement tenaces, si ce n’est toxiques.

Il en est notamment ainsi de la croix de Toulouse. Je tente d’en parler régulièrement afin de rappeler qu’il s’agit de l’emblème des comtes de Toulouse, une armoirie qu’ils ont inventée au XIIe siècle. C’est une marque d’identité dynastique, un objet de communication qui prend la forme d’une croix et qui signifie que ces princes ont choisi de se placer sous la protection de ce signe qui était capital pour les hommes du Moyen Âge car il indiquait qu’ils avaient le christianisme en partage. Quand on explique ce qu’est cette croix, conçue et adoptée par la dynastie des Raimond de Toulouse, le public réagit plutôt bien mais découvre qu’il est confronté à un autre discours. Il s’interroge : « Mais alors pourquoi trouve-t-on les signes du zodiaque place du Capitole ? ». Quand il apprend que l’œuvre de Raimond Moretti est aussi une commande qui s’inscrit dans un contexte politique précis, les réactions sont souvent spectaculaires. Amener les personnes qui écoutent le propos de l’historien à faire le trajet par eux-mêmes pour parvenir à des conclusions objectives, cela rejoint également ma démarche de scientifique qui doit pointer du doigt certains usages idéologiques de l’histoire. Sans dénigrer pour autant l’intention de l’artiste.

La croix de Toulouse de Raimond Moretti sur la place du Capitole
Frédéric Neupont – CC BY-SA.

2. Vulgariser ou simplifier l’histoire : quels détournements constatez-vous ? Les détournements de la médiation ne sont pas tous forcément politiques ou idéologiques ; on peut aussi constater des détournements inconscients ou la création de stéréotypes, y compris dans les musées au moment d’un atelier pédagogique ou lors d’une visite guidée, par le médiateur ou l’historien lui-même. Quelle est alors la place de l’historien dans les mises en place de politiques territoriales ou dans les projets de mise en valeur de l’histoire, au musée ou dans d’autres manifestations festives ?

Ce sont des domaines d’intervention qui restent assez cloisonnés. C’est plutôt décevant car souvent on vient chercher un spécialiste pour injecter du contenu dans un projet : on doit livrer les ingrédients pour fabriquer un bon produit mais à l’arrivée, on n’a pas un droit de regard sur l’emballage alors qu’entre-temps des choix délibérés ont été effectués sans que ledit expert ait été consulté. C’est dans l’air du temps, l’historien tend à devenir un prestataire de service comme un autre, sa matière grise est bienvenue, mais pas son avis sur le produit final car l’objectif recherché est de satisfaire les attentes d’un public de plus en plus perçu comme un consommateur de la culture. Maintenant, quand on me sollicite pour un projet, je souhaite y participer du début jusqu’à la fin, c’est la condition sine qua non. L’historien se trouve face à un réel problème de communication : il lui est difficile de faire comprendre que l’expert ne campe pas sur des positions académiques et qu’il ne privatise pas ses connaissances scientifiques. Mais puisqu’à travers lui on vient chercher une caution scientifique qui doit servir de label, il faut admettre en retour que l’historien engage une sorte de responsabilité morale. Ses avis, ses mots, ses connaissances ne doivent pas être détournés ou soumis de force au cadre imposé par l’emporte-pièce d’un quelconque marketing.

C’est parfois le problème de la simplification à outrance. Il y a une différence entre la simplification et la vulgarisation. La vulgarisation, c’est rendre accessible au plus grand nombre des connaissances complexes qui exigent d’avoir recours à l’art de la nuance. Le principal souci des médiateurs œuvrant dans les musées, c’est de rendre explicite, sans rentrer dans les détails, quelque chose qui peut apparaître complexe. Il faut capter en un temps record l’attention d’un public qui vit de plus en plus dans l’immédiateté. Or l’histoire exige un temps long, c’est inhérent à cette discipline ; notre matière première est l’analyse d’un temps ancien et révolu. Le travers de la simplification est difficile à éviter en médiation, surtout dans le contact direct avec les interlocuteurs quand il s’agit d’une visite, car l’intervenant se trouve tributaire de la disponibilité de son public. Il faut être efficace rapidement pour saisir le regard et l’oreille du plus grand nombre sans pour autant tomber dans la facilité ou la flagornerie. C’est un des enjeux de la médiation, surtout quand elle se passe de l’homme qui parle physiquement pour utiliser de nouveaux outils (bornes interactives, tablettes, audioguides, réalité augmentée). Il faut apporter de la qualité, humaine et technologique à la fois, sans lasser le public afin qu’il ne se précipite pas trop vite dans les rayons de la boutique ! Donc se débarrasser du superflu et éviter la caricature en mettant l’humain au cœur du propos. Il faut dire aux visiteurs : « Vous faites l’effort de venir dans un musée, dans une exposition, je vais être votre guide. N’ayez pas peur, vous allez sortir de là un peu plus riche et ça ne va pas être douloureux ». Il faut miser sur l’intelligence du public qui a fait le pas de pousser les portes d’un lieu qui lui est aussi étranger qu’un temple. Les médiateurs sont sensibles à cela et souhaitent échanger avec les spécialistes pour apporter du contenu tout en demeurant accessibles à l’auditoire qui est le leur. C’est aux historiens de faire preuve, une fois de plus, de pédagogie et de transmettre le fruit de leurs réflexions, de façon ludique et respectueuse du public. De tous les publics…

La déception que j’éprouve face à certaines reconstitutions de batailles qui n’en sont pas vient aussi de cette question du sens. Une reconstitution suppose une démarche scientifique. Reconstituer une bataille, c’est complexe. La rendre visible est encore plus difficile, c’est un sacré tour de force. Quand on convoque une trentaine de cavaliers et une cinquantaine de fantassins, ce n’est ni une reconstitution ni un semblant de bataille (laquelle est vraiment rare au Moyen Âge et a une définition très précise à cette époque ; le terme de bataille est bien trop galvaudé par nos contemporains). Lors de l’anniversaire de la « bataille » de Baziège, en septembre 2019, j’aurais préféré qu’on utilise le mot évocation, ce que cela fut réellement dans les faits. Mais à la fin de cette représentation, cela a eu tendance à virer en spectacle ou en divertissement. L’effet recherché n’était pas le bon, l’épisode militaire qui s’inscrit dans un contexte bien précis, en 1219, perdait sa connexion avec l’histoire, il se vidait de sa substance. On peut toujours tenter d’imaginer ce qui s’est passé mais pas sur-interpréter les événements pour faire de la contrefaçon qui fleure bon comme « au temps jadis ». Ainsi, la scène de la pendaison du traître, qui s’est déroulée en interpellant le public, lequel s’est empressé de participer en stigmatisant le fourbe qui devait être logiquement puni, a fait basculer ce moment dans la caricature et l’histoire spectacle. Mais a-t-on permis aux spectateurs de comprendre ce qui s’était déroulé à cet endroit 800 ans plus tôt ?

Il vaut mieux donc parler d’évocation, chacun peut y mettre ce qu’il veut. Le terme de reconstitution implique une démarche complexe qui prétend dire au public ce qu’est la guerre ou une bataille à l’époque médiévale. Le public peut comprendre la nuance entre reconstitution et évocation ; il est capable de faire la différence entre la qualité d’une démarche sérieuse et le propos pseudo-savant présenté sous forme de clichés. Il ne faut pas avoir peur de délivrer un message qui fait appel au sens de la nuance et à la complexité du passé. Heureusement, cela a pu être abordé après, quand le public a ensuite visité le campement des chevaliers et a pu s’entretenir avec les reconstituteurs….

Équipement d’un reconstituteur présent lors de la « bataille de Baziège », en septembre 2019 – Laurent Macé – CC BY-SA.

3. Partager le Moyen Âge avec le public, est-ce possible finalement ? Et le médiévalisme, à quoi ça sert ? Est-ce qu’un historien peut accepter qu’on parle de Moyen Âge autrement ?

Le colloque organisé à Carcassonne en juin 2019 sur le médiévalisme a été salutaire pour moi. J’ai découvert qu’il n’y avait pas qu’un Moyen Âge, à savoir le mien ou celui de la communauté internationale des médiévistes ! Il y a aussi celui des autres disciplines et des passionnés d’histoire (reconstituteurs, communicants, muséographes, simples curieux). Dans un premier temps, cette manifestation scientifique a provoqué en moi une sorte de vertige, un sentiment de dépossession. Cela en disait long sur la façon dont on a tendance à s’emparer d’une période, à en faire un domaine exclusif. Je me suis aperçu que je reproduisais un comportement assez possessif et que j’avais été académiquement formaté. J’ai finalement beaucoup apprécié d’être confronté à des collègues de disciplines différentes et de voir que le Moyen Âge est un objet de médiation et de communication. Cette immersion dans le médiévalisme m’a beaucoup fait réfléchir, notamment sur la pédagogie à prodiguer dans les salles de cours quand des étudiants m’interrogent sur un jeu vidéo comme Assassin Creed ou sur des séries telles que Vikings ou Game of throne. Il ne faut pas nier les liens, les passerelles que l’on doit établir avec ce Moyen Âge de divertissement. De même que les interactions avec l’économie via le développement touristique ou la valorisation des produits locaux (je pense notamment au vin) ne sont pas à négliger. Producteurs et consommateurs sont sensibles aux terroirs ; le passé médiéval d’un pays ou d’une région est encore très prégnant dans les esprits. Le discours du médiéviste peut donc profiter à tout le monde lorsque les conditions de l’échange sont réunies. Et le dialogue ou la correspondance avec l’art contemporain permet également de belles rencontres. Il ne faut pas oublier que le médiéviste le plus connu de la fin du XXe siècle, Georges Duby, était un grand amateur d’art ; cela l’aidait à nourrir sa réflexion.

Par ailleurs, je pense qu’il faut être franc et honnête lorsqu’on se propose de faire de la médiation du passé. Une fois de plus, c’est une affaire de sens. Lors des Médiévales de Baziège, alors qu’il s’agissait de commémorer les 800 ans d’un épisode militaire, je me suis demandé si je devais dire au public présent dans la salle que la bataille de Baziège n’en était pas une. Les habitants du lieu et des communes environnantes étaient venus pour écouter le récit d’une bataille qui, de surcroît, se termine par une victoire. Mais en tant qu’historien, en préambule, je me devais d’expliquer ce qu’était une bataille à l’époque médiévale, notamment au début du XIIIe siècle. Il fallait remettre cet épisode dans son contexte. À la fin de mon intervention, mes conclusions furent plus que nuancées sur la qualification de bataille pour cet épisode de la croisade contre les Albigeois. Je m’attendais à des questions embarrassantes ou à des réflexions plus ou moins réprobatrices, comme cela arrive fréquemment sur des sujets sensibles, surtout lorsqu’ils font appel à une forme de fierté locale. Mais ce ne fut pas le cas. Si on est honnête, le public apprécie le propos de celui qui explique en toute franchise le sens de sa démarche.

En retour, même si à mes yeux Baziège ne fut pas une bataille, je peux comprendre pourquoi les organisateurs de cet événement utilisent cependant le mot bataille pour illustrer leur affiche et rassembler du public autour de cet événement. Pour eux, il faut procéder à une communication efficace et immédiate. Dans la médiation, il me semble que c’est l’intention de départ qui compte. Sur un sujet aussi sensible que le catharisme, on ne peut pas se présenter avec une moue de dédain parce que le sujet entraîne avec lui d’inévitables clichés. On méprise le public si on suppose qu’il n’est pas doté d’un esprit critique. Il est préférable d’annoncer que l’on va aborder une dissidence religieuse sur laquelle il est nécessaire, en tant qu’historien des sociétés des XIIe et XIIIe siècles, d’énoncer quelques éléments de réflexion. Quand on balise ainsi le terrain, l’auditoire prête une oreille attentive aux propos, même s’il les discute ensuite. C’est tout l’objet de l’échange qui doit suivre. Bien sûr, il y aura toujours quelques irréductibles qui partiront du présupposé qu’un universitaire est un intellectuel à la botte de je ne sais quelle chapelle révisionniste. Mais si une large majorité du public a été amenée à réfléchir ou à développer un esprit critique, alors l’essentiel est atteint. C’est l’une des plus nobles missions de l’historien en tant que médiateur d’une période révolue, laquelle est complexe et fascinante mais dont il faut bien retenir que des pans entiers nous resteront à jamais méconnus. Ce qui n’empêche pas de rêver …

Affiche de communication pour la reconstitution de la bataille de Baziège – 2019.
Pour citer ce billet : Laurent Macé, 2020 : « La médiation de l’histoire médiévale, une question de sens … », Dialogue avec Patrick Fraysse, publié sur Com’En Histoire : https://cehistoire.hypotheses.org/3124
  1. Il a plus récemment publié : 1. Les comtes de Toulouse et leur entourage (XIIe-XIIIe siècles). Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, Privat, 2000. 2. Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange (IXe-XIIIe siècles). Hommage à Claudie Amado, Toulouse, CNRS-Université Toulouse-Le Mirail, collection Méridiennes, 2006. 3. Catalogues raimondins (1112-1229). Actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence, Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008. 4. La majesté et la croix : Les sceaux de la maison des comtes de Toulouse (XIIe-XIIIe siècle), Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2018. 5. Simon de Montfort (c. 1170- 1218). Le croisé, son lignage et son temps, Turnhout, Brepols, 2020 (en collaboration avec M. Aurell et G. Lippiatt). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.