Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica

Si depuis le mois de juillet 2014, une équipe de la BNF alimente régulièrement la galerie Pinterest de Gallica en gif animés, ce n’est que depuis la fin du mois de septembre que cette information semble intéresser les médias du web. Après un premier article publié par le Huffington Post le 17 septembre 2014, intitulé « Gallica dépoussière la BNF grâce à ses GIFs« , cette source est reprise le 22 septembre par Clic France dans un billet sobrement titré « La BNF fait le buzz avec ses GIFs animés inspirés des œuvres de la collection Gallica« . Au-delà de son titre accrocheur, ce dernier texte est intéressant à plus d’un titre car, outre le fait de relayer l’information et donc de juger de la part de « viralité » de cette opération marketing1, il donne la parole à l’équipe « réseaux sociaux » de Gallica et permet donc de mieux cerner les objectifs de la BNF. Notons au passage que cette brève est également relayée sur le site Internet de l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèque, centre national de formation des futurs conservateurs de bibliothèques.

Gif créé par la BNF à partir de deux illustrations extraites du Miroir salutaire. La Danse macabre historiée, 1486.

Certes, les dispositifs mis en place assurent la circulation sur le web de ces documents numériques originaux en exploitant notamment les plateformes telles que Pinterest et Twitter, mais l’appropriation de ces derniers restent cependant limitée à l’affichage sur son propre tableau Pinterest ou à la citation visuelle sur son mur facebook ou, comme ici, son blog. Bien sûr l’enrichissement collaboratif est envisagé par l’équipe de Gallica, reprenant par là même les concepts de coopération et de circulation propres à la culture du web. On peut toutefois s’interroger sur les libertés de remix qui seront permises, si tel était le cas, aux internautes. En effet, si la BNF s’autorise à créer de nouveaux documents numériques2 faits à partir de retouches graphiques plus ou moins grossières ou de juxtapositions de plusieurs illustrations issues du même ouvrage, l’institution respecte les grands principes de gestion documentaire qui ont fait d’elle la gardienne de notre mémoire écrite et iconographique ainsi que le chef de fil de la régulation de la numérisation du patrimoine documentaire et de son inhérente redocumentarisation3. Comme Pinterest le permet, chaque gif renvoie ainsi aux permaliens BNF qui permettent d’accéder aux ouvrages conservés par la prestigieuse institution et dont sont extraites ces images. Cette pratique de sourçage est évidemment justifiée dans un usage culturel mais rentre paradoxalement en contradiction avec le recours aux gif dont la particularité est d’être immédiatement échangés, envoyés et partagés sur le réseau Internet…

Gif animé publié sur le Tumblr « Tumblr de l’interne » le 15 septembre 2014 (légende: « J’ai une biblio à faire pour demain »).

Il y a tout juste un an, André Gunthert publiait sur Culture Visuelle un article très pertinent sur le rapport qu’entretiennent les gif animés et les bandes dessinées publiées sur le web. Évoquant une expérience de lecture augmentée, le chercheur y rappelle notamment l’origine lointaine de ces images en mouvement en signalant l’existence au XIXe siècle de jouets optiques pré-cinématographiques dont Gallica, dans une sorte de convocation historique intéressante, propose également une version gif. L’auteur poursuit son analyse en pointant la dimension souvent satirique des gif, images qui se répètent à l’infini de façon saccadée et généralement accompagnée d’une légende qui intensifie l’aspect comique.

Plus subtiles que ces homologues exploitées par les usagers de Tumblr, et moins narratives que les créations numériques des dessinateurs de bande dessinée, que donnent à voir ces animations ? Distrayante, la consultation de gif est éphémère et désacralise sans aucun doute des illustrations anciennes qui reprennent ainsi les codes de la culture du web, au même titre que les « mèmes » et autres « lolcat« . Amusantes lorsqu’il s’agit de photographies anciennes dont les codes sémiotiques paraissent aisées à décoder, ces images glanées et épinglées sur le réseau ne rendent pas pour autant accessibles des enluminures médiévales à la lecture complexe et dont le seul rappel du contexte d’édition ne peut suffire à appréhender le sens. Cet emploi des gif par la BNF atteste d’une certaine forme de réception, voire de consécration, des objets culturels et visuels circulant sur le web sans pour autant assurer un véritable rôle de médiation. Il paraît donc quelque peu audacieux d’affirmer, comme le fait le journaliste du Huffington post, que « ces petites animations permettent de se cultiver en s’amusant » !

Pour citer ce billet : "Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 29 septembre 2014. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/212.
  1. « Viralité » toute relative puisque le #gallicagif n’est, à ce jour du 30 septembre 2014, repris que 42 fois sur Twitter France. []
  2. Dont il n’est pas ici question de développer une analyse poussée sur le véritable statut de ces documents seconds. []
  3. Sur cette question de la circulation, de l’appropriation ou encore du détournement de contenus issus de collections publiques numérisées, on pourra consulter : Nathalie Casemajor-Lousteau, 2012 : « La participation culturelle sur Internet : encadrement et appropriations transgressives du patrimoine numérisé« , Communication & langages, n°171, 81-98. []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Une réflexion au sujet de « Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *