L’histoire à venir, le retour !

En cette période de fin d’année universitaire pour les master, Com’en Histoire accueille aujourd’hui un nouveau billet écrit à plusieurs mains dans le cadre d’une initiation au blogging scientifique assurée par Jessica de Bideran aux étudiants du parcours histoire numérique du “Master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines” de l’Université Jean Jaurès de Toulouse. Organisé par Nicolas Marqué et Sébastien Poublanc,  ce cycle de séminaire a pour objectif d’étudier les transformations induites par le numérique dans les différents aspects du métier d’historien, de la production du savoir historique, de sa diffusion et de son enseignement. 

Dans ce contexte, le groupe d’étudiants constitué par Paul Karpp, Andreas Agnier, Laura Garet, Antoine Fiard, Loïc Berton, Benjamin Cuq, Slimane Rassine et Andréa Calestroupat, ont rédigé un billet sur le festival l’Histoire à venir accueilli pour la pour la troisième année consécutive par la ville de Toulouse autour de la thématique En commun.

Du jeudi 23 au dimanche 26 mai 2019, 85 événements se dérouleront dans divers lieux de la ville rose avec en particuliers de nombreux universitaires, des journalistes et des professionnels de la culture. Rappelons que 8000 personnes ont manifesté…

… leur intérêt lors des 65 événements organisés dans Toulouse dès la première édition, qui a eu pour thème “Du silex au big data“. L’édition 2018, consacrée à “Humain, non-humain“, a confirmé le succès de l’année précédente. Gageons que 2019 connaîtra le même engouement !

“Réengager le savoir, mettre la recherche en lumière, renouer le dialogue citoyen avec l’histoire, renforcer le pacte entre la démocratie et la connaissance”, tel est le fil rouge de l’Histoire à venir. Cette année, les thèmes d’actualité seront entre autres les questions de la migration, de l’identité nationale, de la rareté des ressources. En dialoguant avec une actualité riche, ce festival propose un regard pluridisciplinaire susceptible d’aider le citoyen sur ces questions communes et essentielles et suggère qu’une autre écriture de l’histoire est possible.

“Dans toute la ville, pour tout le monde” : tel est l’objectif de ce festival. Plusieurs formes de rencontres, de communication et de médiation sont donc proposées aux différents publics ; la conférence traditionnelle et des présentations relativement classiques d’ouvrages côtoieront ainsi des réunions plus informelles et inattendues, telles des projections de films suivies de débats ou encore des performances expérimentales.

Bandeaux des différentes éditions du festival – Crédits L’Histoire à venir – 2017, 2018 et 2019.

Le choix des étudiants

En tant qu’étudiants, nous avons plus particulièrement relevé l’existence de l’atelier “Naître ou ne pas naître citoyen” qui aura lieu le jeudi 23 mai à partir de 16h30 à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Plongés en 451 avant notre ère à Athènes, les participants devront débattre ni plus ni moins d’une loi. Les publics, transformés en acteurs, seront ainsi amenés à s’interroger de façon collective et interactive sur la signification du concept de citoyen, ses origines historiques, etc.

Mais L’Histoire à venir se saisit aussi d’autres supports et entre dans le monde du numérique. Celui-ci n’est effectivement pas sans impact sur les nouvelles façons de parler d’histoire aujourd’hui et renouvelle plus généralement les publics et les formes d’adresse à ces publics. Ainsi, le jeudi 23 mai à 21h00 trois youtubeurs viendront témoigner de leur pratique de communication de l’histoire ; sur ce sujet, on pourra notamment se reporter à ce précédent billet de Manon Champier, plus connue sous le pseudonyme de Manon Bril et de sa chaîne Youtube C’est une autre histoire

Dans un format plus classique, “La traversée des utopies sionistes” du vendredi 24 mai à 17h00 au théâtre Garonne mobilisera l’histoire et sa méthodologie afin de dépassionner les approches militantes des différentes parties.

Le festival nous invite également à une conférence-promenade dans les rues de Toulouse. Les participants seront invités à se rendre “Sur les pas des émeutiers !” contre la loi fiscale de l’été 1841. Le rendez-vous est donné devant la cathédrale Saint-Etienne, le samedi 25 mai à partir de 17h301.

Conférence de Patrick Boucheron & Marcus Rediker lors de la première édition – “Écritures, engagements et espaces de l’histoire” – L’Histoire à venir – 18 au 21 mai à Toulouse – 2017.

L’Histoire à venir nous invite également au cinéma ABC de Toulouse, le dimanche 26 mai à 10h30 pour une projection du film Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu dans le cadre de la conférence “Scénariste, réalisateur, conseiller, quelle place pour l’historien dans l’écriture d’un film?”, le public sera interpellé sur cette question lors du débat qui suivra le film.

L’Histoire à venir en pratique

Cette manifestation historique est ouverte à un large public : les thèmes traités, par leur diversité et leur actualité sont en effet susceptibles d’intéresser le plus grand nombre. D’autre part, de multiples lieux de Toulouse accueilleront ces événements et donneront ainsi l’occasion de découvrir le riche patrimoine de la ville. Enfin, une cantine éphémère, installée dans l’atelier du théâtre Garonne, fera découvrir aux participants une gastronomie de qualité mitonnée par des chefs passionnés !

Mais le festival n’existe pas sans son public et nous tenons donc à rappeler que la participation est libre mais nécessaire… L’an dernier, l’appel au don de 3 500 € a été atteint! Et en tant qu’étudiants nous nous réjouissons de cette initiative, portée par la librairie Ombres Blanches, le théâtre Garonne, les éditions Anacharsis et l’Université de Toulouse, qui fait vivre l’histoire au sein de l’espace public.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de l’histoire à venir :

En attendant le festival 2019, nous vous proposons d’écouter ou de ré-écouter les podcasts des interventions de l’année précédente : 

  1. Attention toutefois, pour cet événement, comme pour quelques autres, le nombre de places est limité. Nous vous invitons à vous rapprocher de l’organisme via l’adresse suivante : production@lhistoireavenir.eu. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.