Archives du mot-clé Médiation

Sic&Histoire #2 – Journée scientifique du 23 mars 2016

Sic&Histoire #2  : Mémoires, Histoire et Médiation : approches croisées

La 2e journée scientifique de notre réseau aura lieu le Mercredi 23 mars 2016 à l’IUT Paul Sabatier à Toulouse. Soutenue par l’équipe MICS du LERASS, l’organisation et la responsabilité scientifique seront assurées par Patrick Fraysse, MCF HDR en SIC à l’IUT de Toulouse, Jessica de Bideran, post doctorante en Humanités numériques à l’Université Bordeaux Montaigne et Julie Deramond Avignon, MCF en SIC à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

Cette deuxième journée scientifique programmée le mercredi 23 mars 2016 est combinée avec les journées scientifiques de MUSSI (qui auront lieu les 2 jours précédents, les lundi 21 mars et mardi 22 mars 2016 à l’ENFA à Toulouse) avec lesquelles elle partage la thématique « médiation et mémoire ». Continuer la lecture de Sic&Histoire #2 – Journée scientifique du 23 mars 2016 

Un cas d’école pour les services d’archives

A l’occasion de la publication en ligne du dernier numéro de la revue Les Enjeux, je me permets de présenter ici l’article que j’ai rédigé dans le cadre du dossier intitulé « Patrimoine et collections numériques : politiques, pratiques professionnelles, usages et dispositifs », dossier dirigé par Viviane Clavier et Céline Paganelli.

…quand médiation et dispositif numérique éloignent le document

Transformant l’archive, document d’histoire, en objet culturel et trivial1, la numérisation de masse du patrimoine documentaire promue par les pouvoirs publics soulève des enjeux importants de description, de circulation et d’appropriation de ces ressources. D’abord débattue sous l’angle économique et législatif, suite notamment au bras de fer qui opposa en 2009 la BnF et Google2, la numérisation du patrimoine écrit interroge les professionnels de la documentation et engendre des modifications juridiques, techniques et organisationnelles3 dont les impacts sont encore difficiles à cerner.

Face à cette injonction d’ouverture et d’accessibilité, il incombe en effet aux institutions culturelles détentrices de fonds numérisés de créer des écosystèmes de connaissances riches et intuitifs tout en visant des usagers dont les pratiques demeurent complexes à saisir. Or, la réalisation de ces outils de consultation documentaire suppose de réunir autour d’un objectif commun, une pluralité d’acteurs dont les logiques professionnelles parfois divergent. Cette « polyphonie patrimoniale »4 n’est pas sans conséquence sur la circulation de l’objet document. Support transmettant de l’information, la ressource archivistique condense une matérialité tangible et une virtualité de sens qui se voit actualisée lors de sa réception par le lecteur. Or, si la reproduction digitale annule cette « expérience auratique » de l’archive5, le substitut numérique n’en est pas moins le véhicule d’une expérience cognitive qui s’appuie sur une spatialisation des connaissances via l’écran de consultation. Les mises en scène numériques du substitut influencent dès lors fortement l’activité de lecture qui se voit encadrée par le dispositif, et, conséquemment, par les professionnels qui le construisent.

Continuer la lecture de Un cas d’école pour les services d’archives 

  1. Jeanneret, Yves (2008), Penser la trivialité. Vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels, Paris : Hermès-Lavoisier. []
  2. Dufrêne, Bernadette, Ihadjadene, Madjid et Bruckmann, Denis (2013), Numérisation du patrimoine : quelles médiations ? Quels accès ? Quelles cultures ?, Paris : Hermann. []
  3. Brun-Picard, Céline et Lallich-Boidin, Geneviève (2011), « L’accès au patrimoine écrit en ligne : analyse structurelle et réflexion prospective sur un cas français », Les Enjeux de l’information et de la communication. []
  4. Both, Anne et Garcia, Guillaume (2014), « Le chercheur, l’archiviste et le webmaster : la polyphonie patrimoniale ? Le cas BEQuali, banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales », (353-364), in Dufrêne, Bernadette (dir.), Heritage and digital Humanities, Berlin : LIT. []
  5. Klein, Anne, et Lemay, Yvon (2014), « Les archives à l’ère de leur reproductibilité numérique », (37-50), in La médiation numérique. Renouvellement et diversification des pratiques. Actes du colloque Documents numériques et société, Zagreb, 2013, Paris : de Boeck, ADBS. []

La médiation ou le choc des représentations…

Après avoir donné la parole à des chercheurs en Histoire de l’Art, en Archéologie et en Sciences de l’Information et de la Communication, mais aussi à des institutionnels du monde des bibliothèques et des musées, Com’ en Histoire déplace aujourd’hui son regard et tente d’observer plus finement le processus de fabrication des dispositifs de « médiations culturelles » en interrogeant un des concepteurs de ces systèmes de médiation.

Aurélien Vigouroux est aujourd’hui muséographe, spécialiste des « médiations innovantes », de l’archéologie et de la muséographie interactive. Après un parcours universitaire couronné d’un DEA en « Archéologie médiévale » à l’Université de Toulouse et complété par un Master 2 professionnel en « Culture et Communication » à l’Université d’Avignon, il travaille quelques années comme chef de projet au sein d’une société de production et d’installation d’équipements muséographiques interactifs et multimédias. En 2011 il crée AVE Culture, bureau d’ingénierie qui accompagne la mise en œuvre de projets culturels depuis leur écriture initiale (intentions cadres, avant-projets, scénarios, etc.) à leur formalisation en pièces techniques (fiches dispositifs, cahiers des charges, annexes, etc.). Continuer la lecture de La médiation ou le choc des représentations… 

Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante…

En ce mois de juillet 2015, au moment où les musées sont envahis par les touristes de toutes nationalités, Com’ en Histoire vous propose de lever le voile sur un aspect bien souvent ignoré des visiteurs, le « laboratoire des médiations » d’un musée. Nous nous interrogeons tous sur la meilleure façon d’accueillir les publics, de donner envie de pousser la porte d’entrée et surtout de revenir. Quels dispositifs inventer pour rapprocher les publics des œuvres, quel sens leur donner, comment vulgariser l’histoire de l’art ? Etc. Pour répondre à ces questions sur la médiation culturelle, nous avons choisi d’observer ce qui se passe dans les coulisses du « plus grand musée du monde », le musée du Louvre à Paris où nous supposons que la réflexion sur la médiation culturelle est une préoccupation permanente pour accueillir plus de 9 millions de visiteurs par an.
C’est donc Marina-Pia Vitali, sous-directrice de la médiation dans les salles, à la Direction de la Médiation et de la programmation culturelle au musée du Louvre qui répond à nos trois questions. Elle occupe depuis 2014 ce poste qui rassemble, dans ce qu’on pourrait appeler un « schéma général de la médiation », la conception, la production et la programmation de la signalétique, de la médiation humaine et des outils d’interprétation et d’aide à la visite. Autant d’opérations, d’outils, de dispositifs qui s’interposent entre les œuvres et le public pour créer du lien, la plupart du temps de manière transparente. Continuer la lecture de Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante… 

Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques : le cas des « monuments augmentés »

Suite à la récente publication des actes du colloque HERITAGE AND DIGITAL HUMANITIES qui s’était tenu à Paris aux Archives nationales en juin 2012, Patrick Fraysse et moi-même proposons ici la version française et illustrée de notre communication éditée dans le présent volume sous le titre « How heritage circulates and is appropriated using digital resources : the case of enchanced monuments ».

Continuer la lecture de Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques : le cas des « monuments augmentés » 

La documentation au musée, des documents partagés…

Gérard Régimbeau est aujourd’hui professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paul Valéry de Montpellier. Ces recherches, menées au LERASS-CERIC (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales-Cercle d’étude et de recherche en information et en communication), portent de manière générale sur les notions de document, d’image et de médiation. Ce sont particulièrement les questions relatives aux médiations de l’information spécialisée en art contemporain, aux liens entre image, art et documentation et à la théorie du document qui sont au centre de sa réflexion. Il a par exemple récemment dirigé le numéro 22 (janvier 2014) de la revue Culture et musées qui interrogeait le lien entre documentation et objet muséal ou patrimonial : « Documenter les collections, cataloguer l’exposition« . Cette approche documentologique des collections patrimoniales et de musée à l’heure du numérique, permet d’actualiser le statut des objets rassemblés au musée ou dans des listes, que ce soient les expôts présentés ou les dossiers et catalogues qui en font l’inventaire ou en permettent la gestion, quelque soit le médium utilisé. Ces recherches dans le domaine muséal viennent compléter des travaux qu’il mène depuis une quinzaine d’année sur les liens entre documentation et savoirs et sur les processus de médiation dans la culture. Il a, par exemple, dirigé avec Caroline Courbières le numéro 68 (2006) de la revue Sciences de la société  sur les « Dimensions sociales du document«  et consacré son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2006 au « sens “inter-médiaire” : recherches sur les médiations informationnelles des images et de l’art contemporain ». Faisant suite à un colloque qu’il a organisé avec le CERIC, il a assuré, en prolongement, la direction d’un numéro de Communication et management (n° 1, 2014) sur « Arts et industries créatives : perspectives communicationnelles ». Continuer la lecture de La documentation au musée, des documents partagés… 

La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources…

Jean-François Sibers est actuellement chef du Service des collections, de l’information et de la communication de la DRAC Aquitaine où il mène avec ses équipes une politique de gestion documentaire numérique originale à plus d’un titre pour une institution culturelle publique. C’est en ce sens que nous avons souhaité l’interroger sur sa pratique de professionnel du « patrimoine numérique ». Son témoignage propose une réflexion générale sur des notions qu’exploitent aussi bien les historiens, historiens de l’Art et experts du patrimoine que les chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, qu’il s’agisse de la médiation, du document ou encore de la réception. Par-là même, il éclaire, nous semble-t-il, le périmètre de ce qui est aujourd’hui nommée la « médiation numérique » tout en permettant de mieux saisir les enjeux contemporains des politiques culturelles de numérisation patrimoniale. Continuer la lecture de La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources… 

Du patrimoine aux biens culturels…

Comme nous le présentions lors du premier billet, ce carnet ambitionne d’être à la fois un lieu de mise en valeur de nos recherches personnelles mais aussi un instrument de partage et d’échange pour notre groupe informel de réflexion sur les thématiques du patrimoine et de la patrimonialisation, de la documentation qui entoure ces deux concepts, de leur médiation ou encore de leur réception au sein de l’espace public. Afin d’animer ce réseau de chercheurs, nous inaugurons ici une nouvelle rubrique, intitulée « Dialogue », dont l’objectif est de publier, au long cours, des entretiens avec des chercheurs, des acteurs et des praticiens du patrimoine pour qu’ils nous livrent leur approche de ses notions complexes. C’est l’ensemble des réponses et les regards différents sur le document et ses déclinaisons (données, sources, archives, information…), sur la médiation (culturelle, documentaire, numérique, technique, scientifique… ou d’autres types de partages : vulgarisation, communication, adaptation…) et sur la réception (publics, usages, cibles, appropriation…) qui enrichissent cet espace virtuel. C’est donc aujourd’hui avec Philippe Araguas, professeur en Histoire de l’Art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne connu pour participer régulièrement à de multiples projets d’étude et de valorisation patrimoniale, que nous ouvrons ce dialogue.

Continuer la lecture de Du patrimoine aux biens culturels… 

Document et musée : « Visiter la documentation »

La dernière livraison de la revue Documentaliste Sciences de l’information, celle de juin 2014 (n°2, vol 51) propose un dossier sur une question en vogue en ce moment, et qui fait écho aux thématiques de ce carnet, tant sur le plan du contenu, le lien entre document et musée, que sur la forme des articles qui donnent la parole à des chercheurs et à des praticiens des musées, dans un dialogue fructueux ;-). Il s’agit de présenter le passage du « discours sur l’oeuvre à la médiation culturelle ». Continuer la lecture de Document et musée : « Visiter la documentation » 

Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine

Parmi le très grand nombre de manuscrits qui furent produits au Moyen Age en Aquitaine ou qui y parvinrent depuis cette époque – la nuance est d’importance pour le chercheur – une part importante est aujourd’hui conservée au sein des collections publiques de cette région1. Une sélection des plus remarquables d’entre eux sont désormais consultables en ligne à partir d’une édition numérique intitulée « Manuscrits médiévaux d’Aquitaine » et produite par l’agence Écla et la Banque numérique du savoir d’Aquitaine, grâce notamment à l’aide financière de l’Etat (DRAC Aquitaine), des villes et départements qui assurent la conservation de ces fonds, du soutien intellectuel des chercheurs de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS) et de l’Université Bordeaux Montaigne. Continuer la lecture de Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine 

  1. Je remercie tout particulièrement Pascal Ricarrère, qui a participé à la réalisation de l’exposition virtuelle de ces manuscrits, pour les différentes discussions que nous avons eues sur ce projets et qui transparaissent largement dans ce billet []