Un cas d’école pour les services d’archives

A l’occasion de la publication en ligne du dernier numéro de la revue Les Enjeux, je me permets de présenter ici l’article que j’ai rédigé dans le cadre du dossier intitulé « Patrimoine et collections numériques : politiques, pratiques professionnelles, usages et dispositifs », dossier dirigé par Viviane Clavier et Céline Paganelli.

…quand médiation et dispositif numérique éloignent le document

Transformant l’archive, document d’histoire, en objet culturel et trivial1, la numérisation de masse du patrimoine documentaire promue par les pouvoirs publics soulève des enjeux importants de description, de circulation et d’appropriation de ces ressources. D’abord débattue sous l’angle économique et législatif, suite notamment au bras de fer qui opposa en 2009 la BnF et Google2, la numérisation du patrimoine écrit interroge les professionnels de la documentation et engendre des modifications juridiques, techniques et organisationnelles3 dont les impacts sont encore difficiles à cerner.

Face à cette injonction d’ouverture et d’accessibilité, il incombe en effet aux institutions culturelles détentrices de fonds numérisés de créer des écosystèmes de connaissances riches et intuitifs tout en visant des usagers dont les pratiques demeurent complexes à saisir. Or, la réalisation de ces outils de consultation documentaire suppose de réunir autour d’un objectif commun, une pluralité d’acteurs dont les logiques professionnelles parfois divergent. Cette « polyphonie patrimoniale »4 n’est pas sans conséquence sur la circulation de l’objet document. Support transmettant de l’information, la ressource archivistique condense une matérialité tangible et une virtualité de sens qui se voit actualisée lors de sa réception par le lecteur. Or, si la reproduction digitale annule cette « expérience auratique » de l’archive5, le substitut numérique n’en est pas moins le véhicule d’une expérience cognitive qui s’appuie sur une spatialisation des connaissances via l’écran de consultation. Les mises en scène numériques du substitut influencent dès lors fortement l’activité de lecture qui se voit encadrée par le dispositif, et, conséquemment, par les professionnels qui le construisent.

Continuer la lecture de Un cas d’école pour les services d’archives 

  1. Jeanneret, Yves (2008), Penser la trivialité. Vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels, Paris : Hermès-Lavoisier. []
  2. Dufrêne, Bernadette, Ihadjadene, Madjid et Bruckmann, Denis (2013), Numérisation du patrimoine : quelles médiations ? Quels accès ? Quelles cultures ?, Paris : Hermann. []
  3. Brun-Picard, Céline et Lallich-Boidin, Geneviève (2011), « L’accès au patrimoine écrit en ligne : analyse structurelle et réflexion prospective sur un cas français », Les Enjeux de l’information et de la communication. []
  4. Both, Anne et Garcia, Guillaume (2014), « Le chercheur, l’archiviste et le webmaster : la polyphonie patrimoniale ? Le cas BEQuali, banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales », (353-364), in Dufrêne, Bernadette (dir.), Heritage and digital Humanities, Berlin : LIT. []
  5. Klein, Anne, et Lemay, Yvon (2014), « Les archives à l’ère de leur reproductibilité numérique », (37-50), in La médiation numérique. Renouvellement et diversification des pratiques. Actes du colloque Documents numériques et société, Zagreb, 2013, Paris : de Boeck, ADBS. []

Euchronie ou l’agrégation des connaissances sur le passé autopubliées en ligne

Je profite de la mise en ligne par Sébastien Poublanc du corpus de sites (blogs amateurs, carnets de recherche, chaînes vidéos, etc.) qui seront moissonnés à partir du début de l’année 2016 pour publier ici une présentation du projet Euchronie, projet auquel Patrick Fraysse et moi-même participons depuis l’été 2015, aux côté d’une vingtaine d’autres chercheurs.

Cette communication a été faite dans le cadre de l’Open Access Week, lors de la table-ronde organisée par Julien Baudry, responsable des services numériques du Service Commun de Documentation de la Bibliothèque Universitaire de Bordeaux Montaigne, le jeudi 22 octobre 2015. Participaient également à ce débat sur les pratiques d’édition en ligne des chercheurs en SHS Nicolas Labarre, Maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Bordeaux Montaigne et Caroline Abéla, Chargée de ressources documentaires du Centre de documentation REGARDS du CNRS.

Continuer la lecture de Euchronie ou l’agrégation des connaissances sur le passé autopubliées en ligne 

La médiation ou le choc des représentations…

Après avoir donné la parole à des chercheurs en Histoire de l’Art, en Archéologie et en Sciences de l’Information et de la Communication, mais aussi à des institutionnels du monde des bibliothèques et des musées, Com’ en Histoire déplace aujourd’hui son regard et tente d’observer plus finement le processus de fabrication des dispositifs de « médiations culturelles » en interrogeant un des concepteurs de ces systèmes de médiation.

Aurélien Vigouroux est aujourd’hui muséographe, spécialiste des « médiations innovantes », de l’archéologie et de la muséographie interactive. Après un parcours universitaire couronné d’un DEA en « Archéologie médiévale » à l’Université de Toulouse et complété par un Master 2 professionnel en « Culture et Communication » à l’Université d’Avignon, il travaille quelques années comme chef de projet au sein d’une société de production et d’installation d’équipements muséographiques interactifs et multimédias. En 2011 il crée AVE Culture, bureau d’ingénierie qui accompagne la mise en œuvre de projets culturels depuis leur écriture initiale (intentions cadres, avant-projets, scénarios, etc.) à leur formalisation en pièces techniques (fiches dispositifs, cahiers des charges, annexes, etc.). Continuer la lecture de La médiation ou le choc des représentations… 

Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante…

En ce mois de juillet 2015, au moment où les musées sont envahis par les touristes de toutes nationalités, Com’ en Histoire vous propose de lever le voile sur un aspect bien souvent ignoré des visiteurs, le « laboratoire des médiations » d’un musée. Nous nous interrogeons tous sur la meilleure façon d’accueillir les publics, de donner envie de pousser la porte d’entrée et surtout de revenir. Quels dispositifs inventer pour rapprocher les publics des œuvres, quel sens leur donner, comment vulgariser l’histoire de l’art ? Etc. Pour répondre à ces questions sur la médiation culturelle, nous avons choisi d’observer ce qui se passe dans les coulisses du « plus grand musée du monde », le musée du Louvre à Paris où nous supposons que la réflexion sur la médiation culturelle est une préoccupation permanente pour accueillir plus de 9 millions de visiteurs par an.
C’est donc Marina-Pia Vitali, sous-directrice de la médiation dans les salles, à la Direction de la Médiation et de la programmation culturelle au musée du Louvre qui répond à nos trois questions. Elle occupe depuis 2014 ce poste qui rassemble, dans ce qu’on pourrait appeler un « schéma général de la médiation », la conception, la production et la programmation de la signalétique, de la médiation humaine et des outils d’interprétation et d’aide à la visite. Autant d’opérations, d’outils, de dispositifs qui s’interposent entre les œuvres et le public pour créer du lien, la plupart du temps de manière transparente. Continuer la lecture de Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante… 

L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…

Comme nous tentons de l’analyser à travers ce carnet, le contexte médiatique contemporain influence considérablement les activités communicationnelles des sphères historiques, archéologiques et plus globalement patrimoniales. Celles-ci se doivent désormais de diffuser le plus largement possible leurs découvertes pour justifier les investissements économiques effectués par les pouvoirs publics mais aussi pour sauvegarder un patrimoine sans cesse en péril. Sciences historiques et patrimoine semblent se confondre dans l’esprit des publics comme des politiques à l’ère du « tout patrimoine« . Cette confusion est régulièrement renforcée par les discours des médias et autres industries culturelles qui créent une événementialisation des discours scientifiques : Semaine de la Science, Week-end de l’Archéologie ou Journées du Patrimoine convoquent chercheurs et experts venant exposer les avancées des recherches historiques ou expliquer le patrimoine. Dans ces conditions, des réseaux d’acteurs se mettent en place afin de répondre aux exigences de la science mais aussi d’occuper le terrain des médias en répondant à leurs besoins d’images. C’est dans le cadre de ces réflexions que nous souhaitons aujourd’hui donner la parole à Sophie Madeleine, docteur en Études anciennes, ingénieur de recherche à l’Université de Caen et fortement impliquée dans la restitution de la Rome du IVe siècle menée par l’équipe « Plan de Rome« . Continuer la lecture de L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée… 

Jeanne d’Arc à l’heure médiatique

En décembre dernier, comme d’autres historiens spécialistes de l’histoire de Jeanne d’Arc, j’ai reçu une demande à laquelle je n’avais jamais été confrontée : voulais-je participer à une émission de télévision, diffusée à une heure de grande écoute… ? Je ne vais pas laisser planer le suspense très longtemps, puisqu’il s’agissait d’intervenir au cours de l’émission Secrets d’histoire, réalisée par la Société Européenne de Production, avec pour présentateur phare, Stéphane Bern, également invité vedette des fêtes johanniques à Orléans en mai 2014. Une des seules émissions d’histoire qui parle au plus grand nombre, destinée à être diffusée en mars ou en avril 2015, après Gayatri Devi : une princesse au pays des Maharajas en décembre 2014 et Monaco et les princes de Grimaldi, diffusé le 10 février dernier. Bien évidemment, je me suis empressée d’accepter, trop heureuse de pouvoir observer de l’intérieur les coulisses d’une émission qui fait de l’histoire son fonds de commerce. Continuer la lecture de Jeanne d’Arc à l’heure médiatique 

Le devenir patrimoine du monde


Aujourd’hui tout est patrimoine ou est susceptible de le devenir. La diversité des mots qui servent à désigner le patrimoine témoigne de l’extrême vitalité de ce domaine dans la société. Aussi, passer le patrimoine en revue devient compliqué voire impossible. Pourtant on n’en a jamais autant parlé dans les médias et les musées multiplient les manifestations sur le sujet sous la forme d’expositions et de colloques. Le patrimoine, ce sont d’abord des objets que l’on collectionne, des traces du passé et des lieux de mémoire que l’on repère ou invente un peu partout, des monuments innombrables parfois « historiques », mais aussi des instruments, des savoir-faire, des coutumes, des processus, etc. Le patrimoine est donc multiforme,  tout à la fois culturel et naturel, matériel et immatériel, mais aussi scientifique, technique, industriel ou universitaire, etc. Les muséums d’histoire naturelle vont mettre leur propre histoire au centre de leurs préoccupations en 2015.

Continuer la lecture de Le devenir patrimoine du monde 

Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques : le cas des « monuments augmentés »

Suite à la récente publication des actes du colloque HERITAGE AND DIGITAL HUMANITIES qui s’était tenu à Paris aux Archives nationales en juin 2012, Patrick Fraysse et moi-même proposons ici la version française et illustrée de notre communication éditée dans le présent volume sous le titre « How heritage circulates and is appropriated using digital resources : the case of enchanced monuments ».

Continuer la lecture de Modalités de circulation et d’appropriation du patrimoine à travers les ressources numériques : le cas des « monuments augmentés » 

Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ?

Dans un récent ouvrage s’interrogeant sur les « Représentations documentaires de l’exposition« , Cécile Tardy propose de définir ainsi cet objet-frontière qu’est l’exposition virtuelle : « La catégorie d' »exposition virtuelle » qui constitue un moyen d’accès à un type d’objet numérique identifiable ne renvoie pas à la représentation d’une exposition en cours ou passée mais à une création numérique conçue spécifiquement pour sa mise en ligne et dont l’appellation permet à l’internaute de l’inscrire dans la mémoire d’une pratique sociale reconnue »1. Se comprend dès lors l’exploitation du terme virtuel qui, nous rappelle Serge Tisseron, est une représentation que nous nous construisons d’un être ou d’un objet en son absence et qui continue à nous habiter en sa présence2. Le virtuel, qui a avec force les qualités du réel, ne s’entend donc pas comme l’irréel mais bien comme l’actuel où l’expérience cognitive de l’usager s’appuie sur une spatialisation des connaissances propre à la culture des écrans3.

Continuer la lecture de Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ? 

  1. Cécile Tardy, 2012 : Représentations documentaires de l’exposition, Paris : Hermann : 201. []
  2. Serge Tisseron, 2013, « Du virtuel psychique au virtuel numérique : vers une nouvelle culture », MEI (37), 139-149. []
  3. Karine Léonard-Brouillet, dans son mémoire de Master réalisé à l’Université de Montréal insiste de son côté sur la linéarité des expositions tangibles qu’elle oppose à la transversalité des expositions virtuelles. Cf. Karine Léonard Brouillet, 2012, L’exposition virtuelle : nouvelle forme de diffusion et de représentation des œuvres, Université de Montréal, Master Histoire de l’Art et muséologie. []

La documentation au musée, des documents partagés…

Gérard Régimbeau est aujourd’hui professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paul Valéry de Montpellier. Ces recherches, menées au LERASS-CERIC (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales-Cercle d’étude et de recherche en information et en communication), portent de manière générale sur les notions de document, d’image et de médiation. Ce sont particulièrement les questions relatives aux médiations de l’information spécialisée en art contemporain, aux liens entre image, art et documentation et à la théorie du document qui sont au centre de sa réflexion. Il a par exemple récemment dirigé le numéro 22 (janvier 2014) de la revue Culture et musées qui interrogeait le lien entre documentation et objet muséal ou patrimonial : « Documenter les collections, cataloguer l’exposition« . Cette approche documentologique des collections patrimoniales et de musée à l’heure du numérique, permet d’actualiser le statut des objets rassemblés au musée ou dans des listes, que ce soient les expôts présentés ou les dossiers et catalogues qui en font l’inventaire ou en permettent la gestion, quelque soit le médium utilisé. Ces recherches dans le domaine muséal viennent compléter des travaux qu’il mène depuis une quinzaine d’année sur les liens entre documentation et savoirs et sur les processus de médiation dans la culture. Il a, par exemple, dirigé avec Caroline Courbières le numéro 68 (2006) de la revue Sciences de la société  sur les « Dimensions sociales du document«  et consacré son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2006 au « sens “inter-médiaire” : recherches sur les médiations informationnelles des images et de l’art contemporain ». Faisant suite à un colloque qu’il a organisé avec le CERIC, il a assuré, en prolongement, la direction d’un numéro de Communication et management (n° 1, 2014) sur « Arts et industries créatives : perspectives communicationnelles ». Continuer la lecture de La documentation au musée, des documents partagés…