Archives mensuelles : décembre 2014

Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ?

Dans un récent ouvrage s’interrogeant sur les « Représentations documentaires de l’exposition« , Cécile Tardy propose de définir ainsi cet objet-frontière qu’est l’exposition virtuelle : « La catégorie d' »exposition virtuelle » qui constitue un moyen d’accès à un type d’objet numérique identifiable ne renvoie pas à la représentation d’une exposition en cours ou passée mais à une création numérique conçue spécifiquement pour sa mise en ligne et dont l’appellation permet à l’internaute de l’inscrire dans la mémoire d’une pratique sociale reconnue »1. Se comprend dès lors l’exploitation du terme virtuel qui, nous rappelle Serge Tisseron, est une représentation que nous nous construisons d’un être ou d’un objet en son absence et qui continue à nous habiter en sa présence2. Le virtuel, qui a avec force les qualités du réel, ne s’entend donc pas comme l’irréel mais bien comme l’actuel où l’expérience cognitive de l’usager s’appuie sur une spatialisation des connaissances propre à la culture des écrans3.

Continuer la lecture de Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ? 

  1. Cécile Tardy, 2012 : Représentations documentaires de l’exposition, Paris : Hermann : 201. []
  2. Serge Tisseron, 2013, « Du virtuel psychique au virtuel numérique : vers une nouvelle culture », MEI (37), 139-149. []
  3. Karine Léonard-Brouillet, dans son mémoire de Master réalisé à l’Université de Montréal insiste de son côté sur la linéarité des expositions tangibles qu’elle oppose à la transversalité des expositions virtuelles. Cf. Karine Léonard Brouillet, 2012, L’exposition virtuelle : nouvelle forme de diffusion et de représentation des œuvres, Université de Montréal, Master Histoire de l’Art et muséologie. []