Archives pour la catégorie La recherche de « Com’en Histoire »

Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ?

Dans un récent ouvrage s’interrogeant sur les « Représentations documentaires de l’exposition« , Cécile Tardy propose de définir ainsi cet objet-frontière qu’est l’exposition virtuelle : « La catégorie d' »exposition virtuelle » qui constitue un moyen d’accès à un type d’objet numérique identifiable ne renvoie pas à la représentation d’une exposition en cours ou passée mais à une création numérique conçue spécifiquement pour sa mise en ligne et dont l’appellation permet à l’internaute de l’inscrire dans la mémoire d’une pratique sociale reconnue »1. Se comprend dès lors l’exploitation du terme virtuel qui, nous rappelle Serge Tisseron, est une représentation que nous nous construisons d’un être ou d’un objet en son absence et qui continue à nous habiter en sa présence2. Le virtuel, qui a avec force les qualités du réel, ne s’entend donc pas comme l’irréel mais bien comme l’actuel où l’expérience cognitive de l’usager s’appuie sur une spatialisation des connaissances propre à la culture des écrans3.

Continuer la lecture de Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ? 

  1. Cécile Tardy, 2012 : Représentations documentaires de l’exposition, Paris : Hermann : 201. []
  2. Serge Tisseron, 2013, « Du virtuel psychique au virtuel numérique : vers une nouvelle culture », MEI (37), 139-149. []
  3. Karine Léonard-Brouillet, dans son mémoire de Master réalisé à l’Université de Montréal insiste de son côté sur la linéarité des expositions tangibles qu’elle oppose à la transversalité des expositions virtuelles. Cf. Karine Léonard Brouillet, 2012, L’exposition virtuelle : nouvelle forme de diffusion et de représentation des œuvres, Université de Montréal, Master Histoire de l’Art et muséologie. []

Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica

Si depuis le mois de juillet 2014, une équipe de la BNF alimente régulièrement la galerie Pinterest de Gallica en gif animés, ce n’est que depuis la fin du mois de septembre que cette information semble intéresser les médias du web. Après un premier article publié par le Huffington Post le 17 septembre 2014, intitulé « Gallica dépoussière la BNF grâce à ses GIFs« , cette source est reprise le 22 septembre par Clic France dans un billet sobrement titré « La BNF fait le buzz avec ses GIFs animés inspirés des œuvres de la collection Gallica« . Au-delà de son titre accrocheur, ce dernier texte est intéressant à plus d’un titre car, outre le fait de relayer l’information et donc de juger de la part de « viralité » de cette opération marketing1, il donne la parole à l’équipe « réseaux sociaux » de Gallica et permet donc de mieux cerner les objectifs de la BNF. Notons au passage que cette brève est également relayée sur le site Internet de l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèque, centre national de formation des futurs conservateurs de bibliothèques. Continuer la lecture de Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica 

  1. « Viralité » toute relative puisque le #gallicagif n’est, à ce jour du 30 septembre 2014, repris que 42 fois sur Twitter France. []

Document et musée : « Visiter la documentation »

La dernière livraison de la revue Documentaliste Sciences de l’information, celle de juin 2014 (n°2, vol 51) propose un dossier sur une question en vogue en ce moment, et qui fait écho aux thématiques de ce carnet, tant sur le plan du contenu, le lien entre document et musée, que sur la forme des articles qui donnent la parole à des chercheurs et à des praticiens des musées, dans un dialogue fructueux ;-). Il s’agit de présenter le passage du « discours sur l’oeuvre à la médiation culturelle ». Continuer la lecture de Document et musée : « Visiter la documentation » 

Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine

Parmi le très grand nombre de manuscrits qui furent produits au Moyen Age en Aquitaine ou qui y parvinrent depuis cette époque – la nuance est d’importance pour le chercheur – une part importante est aujourd’hui conservée au sein des collections publiques de cette région1. Une sélection des plus remarquables d’entre eux sont désormais consultables en ligne à partir d’une édition numérique intitulée « Manuscrits médiévaux d’Aquitaine » et produite par l’agence Écla et la Banque numérique du savoir d’Aquitaine, grâce notamment à l’aide financière de l’Etat (DRAC Aquitaine), des villes et départements qui assurent la conservation de ces fonds, du soutien intellectuel des chercheurs de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS) et de l’Université Bordeaux Montaigne. Continuer la lecture de Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine 

  1. Je remercie tout particulièrement Pascal Ricarrère, qui a participé à la réalisation de l’exposition virtuelle de ces manuscrits, pour les différentes discussions que nous avons eues sur ce projets et qui transparaissent largement dans ce billet []

Sic&Histoire #1 – Journée scientifique du 8 novembre 2013

Le vendredi 8 novembre, la première journée scientifique du réseau Sic&Histoire aura lieu à Toulouse et proposera de débattre sur la notion de document et ses dérivés (donnée, archive, source, matériaux de travail…). Cette approche documentologique de l’histoire permettra  d’interroger le concept de document, concept commun aux SIC et à l’Histoire, mais pourtant utilisé ou pensé différemment.Aujourd’hui l’écrit (volumen, codex, écrit d’écran) n’est plus la seule source documentaire pour l’histoire. Les historiens, les historiens de l’art, les archéologues considèrent depuis longtemps comme document tout ce qui a été légué par le passé. Des tableaux, des images, des monuments, des objets, etc… sont des sources documentaires tout aussi fructueuses que les livres ou les actes officiels manuscrits ou imprimés. Ces derniers sont par ailleurs réinterrogés avec des grilles d’analyse nouvelles qui font la part belle au numérique et croisent les préoccupations des sociologues, des informaticiens et des gestionnaires de l’information. Les programmes de numérisation des données historiques (archives) et iconographiques (musées) obligent par ailleurs les professionnels du passé et des documents à renouveler leurs approches théoriques et méthodologiques. Qu’appelle-t-on document aujourd’hui en histoire et en sic ? Continuer la lecture de Sic&Histoire #1 – Journée scientifique du 8 novembre 2013 

Sic&Histoire #1 – Dimension documentologique de l’histoire


Programme de la journée d’études du 8 novembre 2013, Salle du Conseil, IUT A Paul Sabatier : Le document, concept commun et débats entre  SIC et Histoire

– Matin : 

Introduction et Présentation de la journée : Patrick Fraysse, Jessica Fèvres – de Bideran et Julie Deramond.

Florent Hautefeuille (MCF Archéologie Médiévale, TRACES, Toulouse) Des données du passé aux banques de données : données, informations, métadonnées, discours.

Viviane Couzinet (PR SIC, LERASS, Toulouse), Regard de la science de l’information-communication sur l’archive : analyse à partir du cas des compoix de Fonsorbes.

Alain Chante (PR SIC, LERASS, Montpellier), BD et Histoire, un triple rapport au temps.

Patrick Fraysse (MCF SIC, LERASS, Toulouse),Document, monument et hybridation. Les copies monumentaires et la circulation des traces archéologiques, l’exemple de la Daurade de Toulouse.

– Après midi : 

Jessica Fèvres – de Bideran (Dr Histoire de l’art, AUSONIUS, Bordeaux), Permanence et modifications des formes de documentation  patrimoniale : circulation d’un monument médiéval entre le XIXe et le XXe siècles.

Gérard Régimbeau (PR SIC, LERASS, Montpellier), Le document iconique en Histoire de l’art.

Philippe Araguas (PR Histoire de l’art, AUSONIUS, Bordeaux), Enseigner l’histoire de l’art : de la lanterne magique au webdocu.

Julie Deramond (Dr Histoire Contemporaine, ATER SIC, LERASS, Toulouse), Quand l’historien se fait documentaliste.

Débat, discussion, clôture avec Christian Amalvi (PR Histoire Contemporaine, CRISES, Montpellier).

Pourquoi, pour qui « Com’en Histoire » ?

Cité de Chaillot, ancien musée de sculpture comparée, trois statues du portail Royal de la cathédrale de Bordeaux, carte postale éd. Neurdein. N° de cliché: 1204.
Cité de Chaillot, ancien musée de sculpture comparée, trois statues du portail Royal de la cathédrale de Bordeaux, carte postale éd. Neurdein. N° de cliché: 1204.

Ce carnet vise à (ré)interroger les liens entre les Sciences de l’Information et de la Communication et l’Histoire. Il s’agit de mettre en place une réflexion interdisciplinaire réunissant des chercheurs en SIC, en Histoire, en Histoire de l’art et de la musique, en Archéologie, en patrimoine et muséologie, pour lesquels toutes les questions qui concernent le document, les médias et médiations, comme les problématiques de réception, d’usages de l’histoire ou de patrimonialisation sont importantes.

Plus précisément, les thématiques qui seront abordées sont les suivantes :
– Étude des processus, des productions et des usages de l’information et de la communication en histoire ou dans l’histoire ;
– Étude des représentations et de la réception de l’histoire ;
– Étude des processus de médiation et de médiatisation de l’histoire, de l’archéologie et du patrimoine.
– Approche communicationnelle de la circulation des savoirs ou des objets d’histoire et particulièrement de la période médiévale.

Nous espérons ainsi à termes fédérer un réseau de chercheurs intéressés par ses sujets.