Archives pour la catégorie Actualités réflexives

Exposer le patrimoine, entre innovations d’usage et temporalités multiples

Le 26 mai dernier, j’ai été invitée à animer une table-ronde au côté de Sophie Fontan, chargée de la stratégie numérique et de l’événementiel au sein du Musée d’Aquitaine de Bordeaux. Ce dialogue s’est tenu dans le cadre d’un colloque de doctorants et jeunes docteurs organisé par Rime Fetnan et Nina Mansion, doctorantes à l’Université Bordeaux Montaigne, sous le titre « Expositions et médias : enjeux d’une dialectique actuelle ».

Étaient réunis autour de la table Alexandra Dromard, responsable des projets de médiation numérique du Centre des Monuments Nationaux, Jean-Alain Pigearias, en charge de l’ingénierie culturelle de Cap Sciences, Aurélien Vigouroux, muséographe et gérant d’AVE Culture, et enfin Xavier Villebrun, directeur du patrimoine de la ville de Laval. Il s’agissait plus précisément de s’interroger sur les formes de valorisation du patrimoine monumental permises par les médias numériques. Les discussions ont été particulièrement riches et nous ont ainsi donné l’occasion de faire le point sur un certain nombre de sujets. Je me propose de résumer rapidement ici ces échanges afin de garder une trace des thèmes abordés ainsi que des constats formulés.  Continuer la lecture de Exposer le patrimoine, entre innovations d’usage et temporalités multiples 

Jeanne d’Arc à l’heure médiatique

En décembre dernier, comme d’autres historiens spécialistes de l’histoire de Jeanne d’Arc, j’ai reçu une demande à laquelle je n’avais jamais été confrontée : voulais-je participer à une émission de télévision, diffusée à une heure de grande écoute… ? Je ne vais pas laisser planer le suspense très longtemps, puisqu’il s’agissait d’intervenir au cours de l’émission Secrets d’histoire, réalisée par la Société Européenne de Production, avec pour présentateur phare, Stéphane Bern, également invité vedette des fêtes johanniques à Orléans en mai 2014. Une des seules émissions d’histoire qui parle au plus grand nombre, destinée à être diffusée en mars ou en avril 2015, après Gayatri Devi : une princesse au pays des Maharajas en décembre 2014 et Monaco et les princes de Grimaldi, diffusé le 10 février dernier. Bien évidemment, je me suis empressée d’accepter, trop heureuse de pouvoir observer de l’intérieur les coulisses d’une émission qui fait de l’histoire son fonds de commerce. Continuer la lecture de Jeanne d’Arc à l’heure médiatique 

Le devenir patrimoine du monde


Aujourd’hui tout est patrimoine ou est susceptible de le devenir. La diversité des mots qui servent à désigner le patrimoine témoigne de l’extrême vitalité de ce domaine dans la société. Aussi, passer le patrimoine en revue devient compliqué voire impossible. Pourtant on n’en a jamais autant parlé dans les médias et les musées multiplient les manifestations sur le sujet sous la forme d’expositions et de colloques. Le patrimoine, ce sont d’abord des objets que l’on collectionne, des traces du passé et des lieux de mémoire que l’on repère ou invente un peu partout, des monuments innombrables parfois « historiques », mais aussi des instruments, des savoir-faire, des coutumes, des processus, etc. Le patrimoine est donc multiforme,  tout à la fois culturel et naturel, matériel et immatériel, mais aussi scientifique, technique, industriel ou universitaire, etc. Les muséums d’histoire naturelle vont mettre leur propre histoire au centre de leurs préoccupations en 2015.

Continuer la lecture de Le devenir patrimoine du monde 

Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ?

Dans un récent ouvrage s’interrogeant sur les « Représentations documentaires de l’exposition« , Cécile Tardy propose de définir ainsi cet objet-frontière qu’est l’exposition virtuelle : « La catégorie d' »exposition virtuelle » qui constitue un moyen d’accès à un type d’objet numérique identifiable ne renvoie pas à la représentation d’une exposition en cours ou passée mais à une création numérique conçue spécifiquement pour sa mise en ligne et dont l’appellation permet à l’internaute de l’inscrire dans la mémoire d’une pratique sociale reconnue »1. Se comprend dès lors l’exploitation du terme virtuel qui, nous rappelle Serge Tisseron, est une représentation que nous nous construisons d’un être ou d’un objet en son absence et qui continue à nous habiter en sa présence2. Le virtuel, qui a avec force les qualités du réel, ne s’entend donc pas comme l’irréel mais bien comme l’actuel où l’expérience cognitive de l’usager s’appuie sur une spatialisation des connaissances propre à la culture des écrans3.

Continuer la lecture de Le Google Open Gallery, la fabrique d’une culture numérique des expositions virtuelles ? 

  1. Cécile Tardy, 2012 : Représentations documentaires de l’exposition, Paris : Hermann : 201. []
  2. Serge Tisseron, 2013, « Du virtuel psychique au virtuel numérique : vers une nouvelle culture », MEI (37), 139-149. []
  3. Karine Léonard-Brouillet, dans son mémoire de Master réalisé à l’Université de Montréal insiste de son côté sur la linéarité des expositions tangibles qu’elle oppose à la transversalité des expositions virtuelles. Cf. Karine Léonard Brouillet, 2012, L’exposition virtuelle : nouvelle forme de diffusion et de représentation des œuvres, Université de Montréal, Master Histoire de l’Art et muséologie. []

Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica

Si depuis le mois de juillet 2014, une équipe de la BNF alimente régulièrement la galerie Pinterest de Gallica en gif animés, ce n’est que depuis la fin du mois de septembre que cette information semble intéresser les médias du web. Après un premier article publié par le Huffington Post le 17 septembre 2014, intitulé « Gallica dépoussière la BNF grâce à ses GIFs« , cette source est reprise le 22 septembre par Clic France dans un billet sobrement titré « La BNF fait le buzz avec ses GIFs animés inspirés des œuvres de la collection Gallica« . Au-delà de son titre accrocheur, ce dernier texte est intéressant à plus d’un titre car, outre le fait de relayer l’information et donc de juger de la part de « viralité » de cette opération marketing1, il donne la parole à l’équipe « réseaux sociaux » de Gallica et permet donc de mieux cerner les objectifs de la BNF. Notons au passage que cette brève est également relayée sur le site Internet de l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèque, centre national de formation des futurs conservateurs de bibliothèques. Continuer la lecture de Quand la BNF rencontre la culture du web, la création de gif animés par Gallica 

  1. « Viralité » toute relative puisque le #gallicagif n’est, à ce jour du 30 septembre 2014, repris que 42 fois sur Twitter France. []

Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine

Parmi le très grand nombre de manuscrits qui furent produits au Moyen Age en Aquitaine ou qui y parvinrent depuis cette époque – la nuance est d’importance pour le chercheur – une part importante est aujourd’hui conservée au sein des collections publiques de cette région1. Une sélection des plus remarquables d’entre eux sont désormais consultables en ligne à partir d’une édition numérique intitulée « Manuscrits médiévaux d’Aquitaine » et produite par l’agence Écla et la Banque numérique du savoir d’Aquitaine, grâce notamment à l’aide financière de l’Etat (DRAC Aquitaine), des villes et départements qui assurent la conservation de ces fonds, du soutien intellectuel des chercheurs de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS) et de l’Université Bordeaux Montaigne. Continuer la lecture de Edition numérique des manuscrits médiévaux d’Aquitaine 

  1. Je remercie tout particulièrement Pascal Ricarrère, qui a participé à la réalisation de l’exposition virtuelle de ces manuscrits, pour les différentes discussions que nous avons eues sur ce projets et qui transparaissent largement dans ce billet []