Archives pour la catégorie Les dialogues de « Com’en Histoire »

Patrimoine et transmédia storytelling, vers une médiation augmentée…

Raconter une histoire, telle est la mission assignée depuis plusieurs années à la valorisation patrimoniale. Pour répondre à cette injonction, institutions et acteurs culturels expérimentent désormais de nouvelles formes de mise en récit de l’histoire en exploitant, par exemple, les multiples plateformes disponibles en ligne tout en les combinant à des dispositifs de médiation in situ plus traditionnels (visite guidée, application numérique, dispositifs interactifs, etc.). S’élaborent ainsi progressivement des stratégies de valorisation du patrimoine qui s’inscrivent dans une logique de convergence technologique et culturelle. Peut-on dès lors parler de transmedia storytelling1 pour définir ce type de processus de dissémination de contenus ? Ce concept, élaboré à partir des industries culturelles qui disposent de moyens financiers conséquents, ne subit-il pas quelques distorsions lorsqu’on l’applique à l’univers du patrimoine ? Cette question étant au cœur de MédiaNum2, programme de recherche action qui vise à interroger les pratiques de valorisation du patrimoine exploitant le transmédia storrytelling auquel je participe maintenant depuis plusieurs mois, j’ai souhaité associer Mélanie Bourdaa3, directrice de ce projet, à Com’en Histoire afin de l’interroger sur ces nouvelles pratiques. Continuer la lecture de Patrimoine et transmédia storytelling, vers une médiation augmentée… 

  1. Pour mieux comprendre ce concept, on pourra lire par exemple : Bourdaa Mélanie, 2012: « Le Transmedia : entre narration augmentée et logiques immersives », InaGlobal. []
  2. Pour en savoir plus, on pourra consulter le carnet de recherche dédié MédiaNum []
  3. Mélanie Bourdaa est actuellement Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Bordeaux Montaigne au sein du MICA. []

La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée…

La ville de Laval expérimente depuis de longues années maintenant l’ensemble des technologies liées à la réalité virtuelle, du simple film en images de synthèse à l’application de visite en réalité augmentée. Facilitées par la création en 1999 du salon Laval Virtual, événement qui fait aujourd’hui référence au niveau international, ces diverses réalisations participent plus particulièrement à la valorisation patrimoniale de cette cité historique labellisée ville d’art et d’histoire. C’est fort de cette expérience que Xavier Villebrun, aujourd’hui directeur du patrimoine de la ville de Laval, a accepté de participer à notre rubrique « Dialogue ». Cet échange est l’occasion pour nous de poursuivre nos réflexions sur le concept de médiation. Il nous autorise aussi à envisager comment les outils et pratiques numériques liés à la réalité virtuelle peuvent être intégrés à une politique patrimoniale globale qui va de l’étude historique à sa restitution1 publique et culturelle. Après les musées et les centres de culture scientifique et technique, nous abordons donc aujourd’hui les médiations patrimoniales menées à l’échelle d’une ville.
Continuer la lecture de La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée… 

  1. Nous utilisons à dessein ce terme de restitution puisqu’il s’agit à la fois d’évoquer les multiples outils de médiation créés qui permettent de « rendre » aux publics une certaine vision de l’état passé de la ville en s’appuyant sur la re-construction virtuelle du patrimoine de cette ville. []

La médiation culturelle, une expérience partagée avec les publics…

Afin de poursuivre nos réflexions sur les mises en scène et mises en représentation du patrimoine, nous proposons aujourd’hui un nouveau dialogue avec un professionnel aguerri à ces pratiques communicationnelles au sein d’une institution quelque peu différente de celles à qui nous avons pour l’instant donné la parole puisqu’il s’agit d’un centre de culture scientifique et technique. Si pour les bordelais, Cap Sciences représente avant tout un vaste espace muséographique installé sur les quais de la Garonne depuis 1995, beaucoup ignorent que cette structure pilote également le réseau aquitain des acteurs de la culture scientifique tout en assurant des missions de conseils auprès d’autres institutions culturelles.

Jean-Alain Pigearias, qui nous accorde aujourd’hui cet entretien, est un des co-fondateurs de Cap Sciences où il est actuellement en charge de l’ingénierie des projets innovants. Cette mission implique notamment de repenser la relation aux publics en cherchant à augmenter leur niveau de connaissance et de compréhension de sujets parfois complexes tels que l’espace ou l’économie. À la suite des réflexions stimulantes de Yannick Lintz sur la médiation et ses mutations au Musée du Louvre, l’expérience de Jean-Alain Pigearias nous permet de poursuivre cette réflexion à partir d’exemples concrets comme le futur Centre International de l’Art Pariétal de Montignac-Lascaux.

Continuer la lecture de La médiation culturelle, une expérience partagée avec les publics… 

Les médiations muséales, un nouveau paysage en mutation…

DAI6
Département des arts de l’Islam, musée du Louvre. Photo option métier du patrimoine/Département Infocom/IUT Paul Sabatier Toulouse. Janvier 2016

Yannick Lintz est actuellement conservateur générale du patrimoine au Musée du Louvre et directrice du département des arts de l’Islam (DAI). Elle poursuit depuis 25 ans une carrière de conservateur de musée, en région et au Louvre. Elle a également été en charge de la question de l’éducation aux musées et au patrimoine auprès de Jack Lang, Ministre de l’Education nationale entre 2000 et 2002. Par ailleurs elle a enseigné la question des enjeux de valorisation du patrimoine et de médiation culturelle à l’Université Paris 1 entre 2001 et 2015. Elle intervient aujourd’hui sur ces mêmes thématiques à l’Université francophone Senghor d’Alexandrie.

L’entretien qu’elle nous a accordé fait le lien et prolonge les propos des précédents dialogues de ce carnet de recherche.  L’exemple concret du département des arts de l’Islam au musée du Louvre et les réflexions actuelles menées sur les projets de dispositifs de médiation destinés au futur musée du Louvre Abu Dhabi permettent à Yannick Lintz de proposer une réflexion stimulante sur la médiation et ses mutations. Continuer la lecture de Les médiations muséales, un nouveau paysage en mutation… 

La médiation ou le choc des représentations…

Après avoir donné la parole à des chercheurs en Histoire de l’Art, en Archéologie et en Sciences de l’Information et de la Communication, mais aussi à des institutionnels du monde des bibliothèques et des musées, Com’ en Histoire déplace aujourd’hui son regard et tente d’observer plus finement le processus de fabrication des dispositifs de « médiations culturelles » en interrogeant un des concepteurs de ces systèmes de médiation.

Aurélien Vigouroux est aujourd’hui muséographe, spécialiste des « médiations innovantes », de l’archéologie et de la muséographie interactive. Après un parcours universitaire couronné d’un DEA en « Archéologie médiévale » à l’Université de Toulouse et complété par un Master 2 professionnel en « Culture et Communication » à l’Université d’Avignon, il travaille quelques années comme chef de projet au sein d’une société de production et d’installation d’équipements muséographiques interactifs et multimédias. En 2011 il crée AVE Culture, bureau d’ingénierie qui accompagne la mise en œuvre de projets culturels depuis leur écriture initiale (intentions cadres, avant-projets, scénarios, etc.) à leur formalisation en pièces techniques (fiches dispositifs, cahiers des charges, annexes, etc.). Continuer la lecture de La médiation ou le choc des représentations… 

Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante…

En ce mois de juillet 2015, au moment où les musées sont envahis par les touristes de toutes nationalités, Com’ en Histoire vous propose de lever le voile sur un aspect bien souvent ignoré des visiteurs, le « laboratoire des médiations » d’un musée. Nous nous interrogeons tous sur la meilleure façon d’accueillir les publics, de donner envie de pousser la porte d’entrée et surtout de revenir. Quels dispositifs inventer pour rapprocher les publics des œuvres, quel sens leur donner, comment vulgariser l’histoire de l’art ? Etc. Pour répondre à ces questions sur la médiation culturelle, nous avons choisi d’observer ce qui se passe dans les coulisses du « plus grand musée du monde », le musée du Louvre à Paris où nous supposons que la réflexion sur la médiation culturelle est une préoccupation permanente pour accueillir plus de 9 millions de visiteurs par an.
C’est donc Marina-Pia Vitali, sous-directrice de la médiation dans les salles, à la Direction de la Médiation et de la programmation culturelle au musée du Louvre qui répond à nos trois questions. Elle occupe depuis 2014 ce poste qui rassemble, dans ce qu’on pourrait appeler un « schéma général de la médiation », la conception, la production et la programmation de la signalétique, de la médiation humaine et des outils d’interprétation et d’aide à la visite. Autant d’opérations, d’outils, de dispositifs qui s’interposent entre les œuvres et le public pour créer du lien, la plupart du temps de manière transparente. Continuer la lecture de Le laboratoire des médiations au Louvre : une vulgarisation exigeante… 

L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…

Comme nous tentons de l’analyser à travers ce carnet, le contexte médiatique contemporain influence considérablement les activités communicationnelles des sphères historiques, archéologiques et plus globalement patrimoniales. Celles-ci se doivent désormais de diffuser le plus largement possible leurs découvertes pour justifier les investissements économiques effectués par les pouvoirs publics mais aussi pour sauvegarder un patrimoine sans cesse en péril. Sciences historiques et patrimoine semblent se confondre dans l’esprit des publics comme des politiques à l’ère du « tout patrimoine« . Cette confusion est régulièrement renforcée par les discours des médias et autres industries culturelles qui créent une événementialisation des discours scientifiques : Semaine de la Science, Week-end de l’Archéologie ou Journées du Patrimoine convoquent chercheurs et experts venant exposer les avancées des recherches historiques ou expliquer le patrimoine. Dans ces conditions, des réseaux d’acteurs se mettent en place afin de répondre aux exigences de la science mais aussi d’occuper le terrain des médias en répondant à leurs besoins d’images. C’est dans le cadre de ces réflexions que nous souhaitons aujourd’hui donner la parole à Sophie Madeleine, docteur en Études anciennes, ingénieur de recherche à l’Université de Caen et fortement impliquée dans la restitution de la Rome du IVe siècle menée par l’équipe « Plan de Rome« . Continuer la lecture de L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée… 

La documentation au musée, des documents partagés…

Gérard Régimbeau est aujourd’hui professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paul Valéry de Montpellier. Ces recherches, menées au LERASS-CERIC (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales-Cercle d’étude et de recherche en information et en communication), portent de manière générale sur les notions de document, d’image et de médiation. Ce sont particulièrement les questions relatives aux médiations de l’information spécialisée en art contemporain, aux liens entre image, art et documentation et à la théorie du document qui sont au centre de sa réflexion. Il a par exemple récemment dirigé le numéro 22 (janvier 2014) de la revue Culture et musées qui interrogeait le lien entre documentation et objet muséal ou patrimonial : « Documenter les collections, cataloguer l’exposition« . Cette approche documentologique des collections patrimoniales et de musée à l’heure du numérique, permet d’actualiser le statut des objets rassemblés au musée ou dans des listes, que ce soient les expôts présentés ou les dossiers et catalogues qui en font l’inventaire ou en permettent la gestion, quelque soit le médium utilisé. Ces recherches dans le domaine muséal viennent compléter des travaux qu’il mène depuis une quinzaine d’année sur les liens entre documentation et savoirs et sur les processus de médiation dans la culture. Il a, par exemple, dirigé avec Caroline Courbières le numéro 68 (2006) de la revue Sciences de la société  sur les « Dimensions sociales du document«  et consacré son habilitation à diriger des recherches (HDR), soutenue en 2006 au « sens “inter-médiaire” : recherches sur les médiations informationnelles des images et de l’art contemporain ». Faisant suite à un colloque qu’il a organisé avec le CERIC, il a assuré, en prolongement, la direction d’un numéro de Communication et management (n° 1, 2014) sur « Arts et industries créatives : perspectives communicationnelles ». Continuer la lecture de La documentation au musée, des documents partagés… 

La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources…

Jean-François Sibers est actuellement chef du Service des collections, de l’information et de la communication de la DRAC Aquitaine où il mène avec ses équipes une politique de gestion documentaire numérique originale à plus d’un titre pour une institution culturelle publique. C’est en ce sens que nous avons souhaité l’interroger sur sa pratique de professionnel du « patrimoine numérique ». Son témoignage propose une réflexion générale sur des notions qu’exploitent aussi bien les historiens, historiens de l’Art et experts du patrimoine que les chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, qu’il s’agisse de la médiation, du document ou encore de la réception. Par-là même, il éclaire, nous semble-t-il, le périmètre de ce qui est aujourd’hui nommée la « médiation numérique » tout en permettant de mieux saisir les enjeux contemporains des politiques culturelles de numérisation patrimoniale. Continuer la lecture de La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources… 

Du patrimoine aux biens culturels…

Comme nous le présentions lors du premier billet, ce carnet ambitionne d’être à la fois un lieu de mise en valeur de nos recherches personnelles mais aussi un instrument de partage et d’échange pour notre groupe informel de réflexion sur les thématiques du patrimoine et de la patrimonialisation, de la documentation qui entoure ces deux concepts, de leur médiation ou encore de leur réception au sein de l’espace public. Afin d’animer ce réseau de chercheurs, nous inaugurons ici une nouvelle rubrique, intitulée « Dialogue », dont l’objectif est de publier, au long cours, des entretiens avec des chercheurs, des acteurs et des praticiens du patrimoine pour qu’ils nous livrent leur approche de ses notions complexes. C’est l’ensemble des réponses et les regards différents sur le document et ses déclinaisons (données, sources, archives, information…), sur la médiation (culturelle, documentaire, numérique, technique, scientifique… ou d’autres types de partages : vulgarisation, communication, adaptation…) et sur la réception (publics, usages, cibles, appropriation…) qui enrichissent cet espace virtuel. C’est donc aujourd’hui avec Philippe Araguas, professeur en Histoire de l’Art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne connu pour participer régulièrement à de multiples projets d’étude et de valorisation patrimoniale, que nous ouvrons ce dialogue.

Continuer la lecture de Du patrimoine aux biens culturels…