Les médiations muséales, un nouveau paysage en mutation…

DAI6
Département des arts de l’Islam, musée du Louvre. Photo option métier du patrimoine/Département Infocom/IUT Paul Sabatier Toulouse. Janvier 2016

Yannick Lintz est actuellement conservateur générale du patrimoine au Musée du Louvre et directrice du département des arts de l’Islam (DAI). Elle poursuit depuis 25 ans une carrière de conservateur de musée, en région et au Louvre. Elle a également été en charge de la question de l’éducation aux musées et au patrimoine auprès de Jack Lang, Ministre de l’Education nationale entre 2000 et 2002. Par ailleurs elle a enseigné la question des enjeux de valorisation du patrimoine et de médiation culturelle à l’Université Paris 1 entre 2001 et 2015. Elle intervient aujourd’hui sur ces mêmes thématiques à l’Université francophone Senghor d’Alexandrie.

L’entretien qu’elle nous a accordé fait le lien et prolonge les propos des précédents dialogues de ce carnet de recherche.  L’exemple concret du département des arts de l’Islam au musée du Louvre et les réflexions actuelles menées sur les projets de dispositifs de médiation destinés au futur musée du Louvre Abu Dhabi permettent à Yannick Lintz de proposer une réflexion stimulante sur la médiation et ses mutations.

1. Dans votre parcours professionnel de conservateur, vous avez été amenée à réfléchir à cette notion de médiation, notamment à travers des outils d’études et d’inventaire des collections. La question de la médiation semble fondamentale dans les structures culturelles aujourd’hui. Pourquoi tous ces mots (valorisation, médiation, animation, interprétation…) pour désigner parfois une même réalité, celle de permettre au public d’appréhender au mieux une offre culturelle, un monument, une collection ? Est-ce juste un problème de vocabulaire ou l’utilisation privilégiée des mots cache-t-elle des enjeux plus fondamentaux ?

La valorisation muséale est un concept plus large, de mise en valeur d’une collection dans un lieu dans tout ce que cela veut dire de projet total c’est-à-dire le choix d’un projet scientifique et culturel.
La médiation est une des activités de la valorisation qui est effectivement une de ces manières de créer un lien, un rapport entre des objets culturels et des sujets, des personnes. Médiation est un mot qui est devenu la référence pour réunir les actions d’explication, d’animation, de visites conférences, etc. C’est un mot que je n’aime pas beaucoup mais qui en même temps est assez clair : quelqu’un ou quelque chose qui fait le lien entre un objet et un sujet (personne, public).
Depuis une vingtaine d’années, ce que l’on nomme médiation recouvre un ensemble de réalités. Dans certains pays en Afrique ou en Asie par exemple, on parle plutôt d’animation.
Traditionnellement, il y a deux grands domaines, la médiation orale et la médiation écrite.
Par médiation orale on pense aux métiers dit de « conférenciers », ou  de « guides ».
Je ne mets pas sur le même plan médiation et valorisation. Dans la continuité de l’analyse sémantique, certains de mes étudiants m’interrogent régulièrement sur les différences entre animation et communication surtout dans les petites structures où une même personne fait tout. On pourrait dire que la communication sert à faire savoir ce que vous faites (dépliants, affiches par ex).
Actuellement, il y a une réflexion sur la médiation au niveau du Louvre car c’est une des priorités du nouveau président-directeur qui est arrivé en 2013. Il a créé une direction de la médiation et de la production culturelle. Cela part de l’idée de regrouper des entités qui doivent travailler ensemble. Il y a une sous-direction de la médiation, une sous-direction des travaux muséographiques et une sous-direction de l’Auditorium, les deux dernières regroupant la production culturelle.
Parmi les chantiers du moment, Il y a la reformulation et la traduction en anglais des quelques 30.000 cartels du Louvre. Très peu sont bilingues. Le cartel c’est le minimum de  médiation. C’est la première information sur l’œuvre. Il faut donc réfléchir à une charte introduisant un champ lexical compréhensible par le plus grand nombre et une lisibilité graphique.
Il y a aussi le projet dit « Sully » : il s’agit de créer au Louvre un centre d’interprétation du Palais et du musée. En partant du château fort de Charles V jusqu’à la pyramide en passant par le palais de Napoléon III. Un bâtiment sera dédié, le pavillon Sully. Y seront expérimentés de nouvelles formes de médiation. Ce nouveau lieu sera inauguré en 2016.

2. Parlez-nous des dispositifs de valorisation au Département des Arts de l’Islam (DAI) ? Quelle place pour la médiation numérique ? Comment imaginer une offre de médiation culturelle pour le DAI ?

Le département des Arts de l’Islam a été inauguré en 2012 et a intégré dans son projet de présentation des collections un important volet de médiation. Ce parti-pris partait de l’idée que les codes culturels et artistiques du monde islamique sont sans doute complètement hermétiques aux publics qui fréquente le Louvre. Les cartels par exemple sont en 3 langues (français, anglais, espagnols), ce qui correspond à 80% des langues comprises par les visiteurs du Louvre.

DAI3
Département des arts de l’Islam, musée du Louvre. Photo option métier du patrimoine/Département Infocom/IUT Paul Sabatier Toulouse. Janvier 2016

Par ailleurs, de manière innovante pour le Louvre, des stations multimédia ont été installées régulièrement dans le parcours développant des programmes en lien avec l’environnement culturel des objets et les techniques de fabrication. A la fin du parcours un espace dédié « le cabinet des clés » offre aux visiteurs d’autres programmes interactifs et la diffusion d’un film sur l’Islam.  Une autre innovation au Louvre réside dans la présence de bornes pour les aveugles reproduisant certains chefs d’œuvres de la collection. Ces objets sont destinés à être touchés pour sentir la forme et le décor de manière tactile. Mais d’après une enquête sur les publics menée en 2013, un an après l’ouverture, les visiteurs globalement disent qu’ils ne comprennent pas les œuvres et la référence aux  arts de l’Islam. La muséographie en open space dans un parcours où la progression n’est pas claire, ne favorise pas la compréhension. Ma responsabilité est donc d’améliorer la lisibilité de cette collection.

DAI4
Département des arts de l’Islam, musée du Louvre. Photo option métier du patrimoine/Département Infocom/IUT Paul Sabatier Toulouse. Janvier 2016

Quand le public rentre dans l’espace du DAI il ne sait pas s’il doit aller à droite ou à gauche. On essaie de donner des clés d’orientation de parcours dans cet open space. On doit par ex numéroter les vitrines.
Le public va plutôt sur la droite en entrant car il est attiré par les panneaux explicatifs sur  les enjeux de la période de la première section. Ce panneau est très chargé donc ils s’en détournent assez vite. Puis ils sont attirés par des dispositifs multimédia qui ne sont pas à proprement parlé interactifs. On peut déclencher des petits films. Le premier de ces films porte sur la technique céramique. Sujet fort intéressant mais ce n’est pas cela a priori qu’on attend en introduction à une présentation d’un parcours de visite sur les arts de l’Islam. On aimerait plutôt lire ou écouter quelque chose sur l’histoire, la géographie…
Une constatation plus inattendue est que les dispositifs de médiation n’aident pas forcément à la compréhension. Le volume des œuvres qui constituent le parcours noient aussi le visiteur. Il est rare l’individu qui regarde à la fois les œuvres et l’ensemble des multimédias. C’est finalement le curieux et l’amateur qui veut approfondir qui utilise ces dispositifs.
L’un des enjeux, pour améliorer la compréhension, est de refaire l’introduction du parcours en définissant ce qu’est l’art islamique. Car l’essentiel de ce que l’on montre ce n’est pas de l’art religieux mais de l’art de cours des dynasties régnantes entre le VIIe et le XIXe siècles, dans un monde où le trait commun était effectivement l’Islam et la langue arabe, puis persane, puis turque. Mais ce que l’on montre ce n’est pas de l’art religieux, c’est de l’art princier. L’expression « art islamique » est mal choisie mais remonte au 19e s où on appelait ça art musulman et l’habitude de décrire cet exotisme de l’orient médiéval que l’on identifiait par la religion. Cette notion d’art islamique n’est pas évidente, c’est un art compliqué, de la miniature, du détail. On n’est pas dans le spectaculaire.
Dans la phase de constitution du DAI les médiations ont été conçues comme des dispositifs expérimentaux de pointe au Louvre. Avec comme apport essentiel le numérique. L’innovation au Louvre est surtout passée par la simplification du vocabulaire et la traduction en 3 langues.
A l’avenir, j’aimerais essayer de développer des médiations permettant de comprendre le cadre architectural, urbain, la vie de cour, qui sont les univers dans lesquels ces objets ont « vécu » : les splendeurs des palais, des mosquées, des madrasas du Caire, d’Alep, de Mossoul, d’Ispahan, et d’autres lieux. Pour cela, l’idée est de développer une médiation plutôt orale, faite d’animations et d’ateliers.  Il y a un énorme potentiel dans ce lieu qui est perçu par le public comme un lieu à part dans le musée. Il faut donc en jouer. Une des approches pour nous est l’imaginaire autour des Mille et une nuits, les contes, l’orient rêvé, l’orient des villes, des fastes et des cours somptueuses.

3. D’une manière plus générale comment voyez-vous le développement de ces dispositifs de médiation dans les musées et lieux patrimoniaux ?

Nous sommes à un moment crucial de la question de la médiation dans les musées et dans le domaine patrimonial. Cette notion de « médiation », introduite en France par certains acteurs du Ministère de la Culture au début des années 1990 (Elisabeth Caillet et Evelyne Lehalle), a permis de formuler une offre professionnalisée dans le cadre d’une politique culturelle qui visait dès la fin des années 1980 à la démocratisation culturelle et de fait à la place majeure du public dans le dispositif muséal et patrimonial. Cela a permis une révolution copernicienne dans les institutions culturelles, puisque les musées sortaient d’une logique d’accès à des collections par des guides conférenciers à une logique de mise en relation entre des individus et des objets patrimoniaux. Cela s’est accompagné du recrutement d’une nouvelle génération de professionnels, appelés désormais médiateurs, et progressivement formés via des Masters dédiés. Cette période de 20 ans s’est aussi accompagnée de l’invention de toute une panoplie d’outils allant de l’élaboration de divers dispositifs de médiation écrite et orale aux programmes multimédia. Le bilan que font aujourd’hui au début du XXIe siècle beaucoup d’institutions culturelles est que cette mise en œuvre massive de médiation n’a pas créé réellement de la démocratisation culturelle et n’a pas fait exploser les chiffres de fréquentation des musées et des lieux patrimoniaux, hormis les icônes touristiques (Le Louvre, Versailles, la Tour Eiffel, etc…).
Les recherches actuelles des spécialistes de la médiation s’inscrivent donc dans ce nouveau paysage en mutation. Les professionnels cherchent de nouvelles réponses, face à l’échec relatif des années précédentes et en lien avec les nouveaux enjeux technologiques, économiques et culturels. De nombreux auteurs commencent à intégrer plusieurs de ces paramètres nouveaux dans leurs recherches. Parmi ces paramètres, j’y vois d’abord la réflexion de plus en plus présente chez les médiateurs depuis 2 à 3 ans du story telling au sens large. Participant actuellement à la conception du Louvre Abou Dhabi et notamment à la partie 2 du projet consacré au Moyen Age, je vois combien le « narrative » pour reprendre l’expression anglo-saxonne partagée par les émiriens est important pour ces nouveau projets. Cette préoccupation de formuler l’histoire et les histoires à raconter autour d’un objet patrimonial, d’un musée, d’une collection, se retrouve selon moi de manière simultanée dans tous les nouveaux musées qui apparaissent à travers le monde et notamment en Asie et en Afrique.

DAI2
Département des arts de l’Islam, musée du Louvre. Photo option métier du patrimoine/Département Infocom/IUT Paul Sabatier Toulouse. Janvier 2016

Un autre aspect de ce nouveau paysage de la médiation patrimoniale et culturelle est la spécificité du tourisme culturel et ses enjeux communicationnels. Il est en effet intéressant de noter que la médiation qui longtemps a été associée à un principe éducatif se confond parfois aussi avec la nécessité d’inventer une communication attractive sur le plan marketing aux touristes et aux professionnels du tourisme. Il sera donc important à l’avenir d’analyser les contenus de ces doubles discours et de permettre aux professionnels de terrain de prendre conscience des spécificités de chacun des discours.
Enfin, la nouvelle donne des années à venir est bien sûr l’usage des nouvelles technologies dans la médiation muséale et patrimoniale. Les choses avancent très vite dans ce domaine. Les modalités de réalité augmentée qui étaient avant-gardistes dans la mise en place de cette médiation au musée de Cluny ou au château de Vincennes, sont déjà dépassées aujourd’hui. Les nouvelles expériences proposées entre 2014 et 2015 par des entreprises comme Histovery (au château de Falaise, au château de Chambord, et en étude sur le Louvre médiéval) révèlent les perspectives technologiques possibles dans les 2 à 3 ans qui viennent. Au-delà de ces formidables mises en contexte que permettent les nouvelles technologies, je suis convaincue que l’avenir d’une médiation culturelle efficiente passe par la présence et le talent humain. Cela peut sembler paradoxal, à l’heure du triomphe de la technologie et de ses perspectives encore de développement, mais les récentes expériences faites dans la galerie du Temps au Louvre Lens ouvre la voie aussi à la reprise d’un chantier autour du médiateur humain. La grande interrogation dans ce parti-pris de l’implication humaine en est la réalité économique des besoins dans un contexte de réduction budgétaire.

Pour citer ce billet : "Les médiations muséales, un nouveau paysage en mutation…", par Patrick Fraysse, publié sur Com'en Histoire, le 13 février 2016. Lien : https://cehistoire.hypotheses.org/660.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *