Un cas d’école pour les services d’archives

A l’occasion de la publication en ligne du dernier numéro de la revue Les Enjeux, je me permets de présenter ici l’article que j’ai rédigé dans le cadre du dossier intitulé « Patrimoine et collections numériques : politiques, pratiques professionnelles, usages et dispositifs », dossier dirigé par Viviane Clavier et Céline Paganelli.

…quand médiation et dispositif numérique éloignent le document

Transformant l’archive, document d’histoire, en objet culturel et trivial1, la numérisation de masse du patrimoine documentaire promue par les pouvoirs publics soulève des enjeux importants de description, de circulation et d’appropriation de ces ressources. D’abord débattue sous l’angle économique et législatif, suite notamment au bras de fer qui opposa en 2009 la BnF et Google2, la numérisation du patrimoine écrit interroge les professionnels de la documentation et engendre des modifications juridiques, techniques et organisationnelles3 dont les impacts sont encore difficiles à cerner.

Face à cette injonction d’ouverture et d’accessibilité, il incombe en effet aux institutions culturelles détentrices de fonds numérisés de créer des écosystèmes de connaissances riches et intuitifs tout en visant des usagers dont les pratiques demeurent complexes à saisir. Or, la réalisation de ces outils de consultation documentaire suppose de réunir autour d’un objectif commun, une pluralité d’acteurs dont les logiques professionnelles parfois divergent. Cette « polyphonie patrimoniale »4 n’est pas sans conséquence sur la circulation de l’objet document. Support transmettant de l’information, la ressource archivistique condense une matérialité tangible et une virtualité de sens qui se voit actualisée lors de sa réception par le lecteur. Or, si la reproduction digitale annule cette « expérience auratique » de l’archive5, le substitut numérique n’en est pas moins le véhicule d’une expérience cognitive qui s’appuie sur une spatialisation des connaissances via l’écran de consultation. Les mises en scène numériques du substitut influencent dès lors fortement l’activité de lecture qui se voit encadrée par le dispositif, et, conséquemment, par les professionnels qui le construisent.

Dans quelle mesure les logiques métiers des différents experts impliqués influent-elles sur l’architecture du dispositif ? L’archive, en tant que matériau, étant à l’origine de ces projets de valorisation numérique, en quoi les différentes dimensions assignées au document par ces professionnels entrent-elles en concurrence ? À travers l’article qui suit nous souhaitons apporter des éléments de réponse à ces questions en nous concentrant sur l’analyse détaillée d’un programme de numérisation et de valorisation de documents iconographiques porté par les Archives municipales de la ville de Bordeaux. Ce travail s’appuie sur une expertise menée sous l’égide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Aquitaine qui participe au financement de ce programme via le programme régional Banque numérique du savoir en Aquitaine, aujourd’hui Aquitaine Cultures Connectées6 ; il s’agissait plus particulièrement d’établir des préconisations visant à étendre ce dispositif à un plus grand nombre de classes. Réalisée entre septembre 2013 et juin 2014, quatre classes engagées dans ce projet pédagogique intitulé « Cas d »écoles – Cyprien Alfred-Duprat – Éduquer autrement au patrimoine et à l’architecture » ont été suivies. L »étude documentaire des ressources constituant le corpus d’archives ; l’analyse sémio-pragmatique du dispositif numérique proposé aux enseignants ; des entretiens libres menés avec le groupe de travail de l’académie de Bordeaux ainsi qu’avec les différents enseignants ayant expérimenté ce système ; une série d’observations distanciées des pratiques exploitées par les enseignants ; autant d’examens qui construisent un terrain d’étude hybride7. Celui-ci facilite selon nous la compréhension des enjeux culturels et professionnels qui accompagnent la création de cette action, en soulevant notamment les points de blocage ou les stratégies des différents acteurs. Élaboré dans le cadre l’Éducation artistique et culturelle, ce système donne en effet à voir les multiples appropriations auxquelles est aujourd’hui soumis le patrimoine documentaire. Accélérées par le numérique, ces tentatives d’assimilation brouillent le concept de médiation qui paraît plus que jamais difficile à définir. Action permettant d’établir un lien entre un objet complexe et des sujets volontaires, la médiation suppose une appropriation informationnelle par un dévoilement du sens. Les politiques d’animation culturelle et le développement de services pédagogiques au sein des institutions ont renforcé la diffusion de l’expression « médiation culturelle » pour nommer des activités aussi diverses que les visites guidées ou les expériences en ateliers8. Par ailleurs, les professionnels de la documentation nomment « médiation documentaire » l’action de créer des documents secondaires traduisant des documents primaires, à l’image des catalogues ou des cartels d’œuvres dans un musée. Or, avec le numérique, les dispositifs faisant fonction d’inventaire informationnel et d’outil communicationnel tendent à se confondre, si bien qu’il paraît opportun de définir ces systèmes comme des documents partagés9. Toutefois, diffuser des archives ne signifie pas pour autant médiatiser les informations historiques dont ces dernières sont porteuses. De fait, nous forgeons l’hypothèse qu’en hybridant les processus de médiation, puisque médiation culturelle et médiation documentaire convergent ici en une action pédagogique complexe, ces politiques de valorisation éloignent en définitive la dimension documentaire de l’archive qui devient l’objet d’appropriations multiples et parfois concurrentes.

Pour lire la suite…

  1. Jeanneret, Yves (2008), Penser la trivialité. Vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels, Paris : Hermès-Lavoisier. []
  2. Dufrêne, Bernadette, Ihadjadene, Madjid et Bruckmann, Denis (2013), Numérisation du patrimoine : quelles médiations ? Quels accès ? Quelles cultures ?, Paris : Hermann. []
  3. Brun-Picard, Céline et Lallich-Boidin, Geneviève (2011), « L’accès au patrimoine écrit en ligne : analyse structurelle et réflexion prospective sur un cas français », Les Enjeux de l’information et de la communication. []
  4. Both, Anne et Garcia, Guillaume (2014), « Le chercheur, l’archiviste et le webmaster : la polyphonie patrimoniale ? Le cas BEQuali, banque d’enquêtes qualitatives en sciences sociales », (353-364), in Dufrêne, Bernadette (dir.), Heritage and digital Humanities, Berlin : LIT. []
  5. Klein, Anne, et Lemay, Yvon (2014), « Les archives à l’ère de leur reproductibilité numérique », (37-50), in La médiation numérique. Renouvellement et diversification des pratiques. Actes du colloque Documents numériques et société, Zagreb, 2013, Paris : de Boeck, ADBS. []
  6. Sibers, Jean-François (2011), « Banque numérique du savoir en Aquitaine« , Bulletin des bibliothèques de France. []
  7. Les classes ont pu être suivies à plusieurs reprises entre septembre 2013 et juin 2014 mais les entretiens et la rédaction proprement dite du rapport se sont déroulés entre mars et juin 2014. Pour les entretiens libres, au total, 10 personnes ont pu être interrogées ; les citations entre guillemets et suivies des initiales entre crochets sont extraites de ces entretiens. Le faible nombre de personnes impliquées n’a pu cependant permettre la mise en place d’analyses statistiques plus fines. []
  8. Chaumier, Serge et Mairesse, François (2013), La médiation culturelle, Paris : A. Colin. []
  9. Régimbeau, Gérard (2014), « Documents partagés », Documentaliste Sciences de l’information, vol. 51, n° 2, p. 46-48. []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

2 réflexions au sujet de « Un cas d’école pour les services d’archives »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *