Mise en exposition et mobilisation numériques des mémoires des bastides du Sud-Ouest

A l’occasion du dernier numéro de la revue Les Cahier du numérique, portant sur les mémoires en ligne et dirigé par Rémy Besson et Claire Scopsi, Patrick Fraysse et moi-même avons produit un article rédigé suite à la découverte, durant l’été 2015, de Bastideum, véritable centre d’interprétation de la bastide de Monpazier (24) ouvert en juillet 2013. Cet article interroge notamment l’impact du numérique sur la formation et la circulation de mémoires « patrimoniales » parfois concurrentes. Nous publions ici l’introduction de ce texte.

L’attractivité touristique du patrimoine monumental, toujours plus menacé et parallèlement toujours plus valorisé, lui confère une place à part au sein des politiques culturelles des collectivités territoriales qui font désormais la part belle aux raisonnements économiques. Relevant tout autant de la valorisation patrimoniale que de l’exploitation touristique, les dispositifs info-communicationnels1 créés réactualisent inévitablement la documentation produite sur les objets patrimoniaux, documentation à présent essentiellement numérique et se déployant sur de multiples plateformes. À côté de dispositifs de monstration plus traditionnels, tels les visites guidées ou les panneaux explicatifs, apparaissent en effet aujourd’hui de nombreux systèmes numériques qui se présentent comme des objets médiateurs facilitant l’appropriation par les publics d’informations patrimoniales complexes. À consulter sur place ou en mobilité, cette nouvelle documentation régénère à n’en pas douter les représentations symboliques et culturelles élaborées sur un territoire2 ; territoire où les habitants sont par ailleurs de plus en plus incités à s’exprimer et à parler de « leur » pays. Cette prise de parole des habitants constitue à cet égard un des principaux critères de la patrimonialisation puisqu’ainsi la population participe à la reconnaissance de l’objet patrimonial. Pour autant, cette mémoire locale peut être légèrement différente de celle, officielle, que composent les experts. Élaborées sous influence politique et sociale, ces mises en scène patrimoniales nous paraissent donc représenter un terrain pertinent permettant d’analyser l’articulation entre patrimoine valorisé et mémoire véhiculée sur un territoire donné.

Cette question du patrimoine, de la mémoire et des processus de patrimonialisation associés est illustrée ici par l’étude empirique d’un dispositif de valorisation territorial, le centre d’interprétation de la bastide de Monpazier, petite cité d’origine médiévale du sud-ouest de la France. Ouvert en 2013 en plein cœur du village, « Bastideum – Et hommes » se présente comme un centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine qui proclame d’emblée dans son appellation l’importance des hommes dans la construction et l’évolution de ces villes neuves du Moyen Âge. Or, cette convocation des mémoires de la bastide, qu’elles soient scientifiques, médiatiques ou encore individuelles, se matérialise au sein de deux systèmes numériques de médiation, d’une part une série de dispositifs audiovisuels à consulter sur place, et d’autre part, une application de visite permettant de découvrir la bastide en mobilité. La promesse numérique qui accompagne le discours de présentation de cet espace a particulièrement attiré notre attention. « Interactifs », « ludiques », « modernes », les dispositifs numériques produits garantiraient en effet, selon leurs concepteurs, l’accès à une documentation renouvelée permettant par exemple, de confronter les différents regards que portent les habitants, archéologues, historiens ou encore architectes sur ce patrimoine monumental, mais aussi de découvrir en mobilité des restitutions virtuelles et prises de vues inédites.

Comment dès lors s’articulent les témoignages exposés dans l’espace d’interprétation et la documentation mise en scène au sein de l’application mobile ? Derrière cette collecte de témoignages, y a-t-il chez les commanditaires le désir de révéler (ou de créer) une identité locale ? Comment se construisent et se revendiquent les identités et les mémoires de cette bastide ? Plus généralement, la facilité de captation et de transmission des récits à l’ère du numérique modifie-t-elle les pratiques de valorisation patrimoniale ?

Pour répondre à ces questions, nous proposons de construire un terrain d’étude hybride. Il nous a paru essentiel, dans un premier temps de revenir sur les conditions de l’interprétation patrimoniale des bastides. Monpazier s’est en effet imposé dans l’historiographie comme le symbole d’un patrimoine médiéval, la bastide idéale. Ce long processus de patrimonialisation est aujourd’hui décrit dans son centre d’interprétation, situé en plein cœur de la petite cité et qui distille via différents médias consultables dans ses salles et à travers son application de visite des bribes numériques d’histoire et de mémoire. Dans un deuxième temps donc, une description de ces dispositifs numériques de valorisation proposés aux visiteurs est combinée à des entretiens semi-directifs menés avec les commanditaires et producteurs de ces systèmes3. L’analyse de textes officiels, tels que le programme scientifique du centre d’interprétation, complète ces éléments d’observation. C’est l’hybridation des données de terrain qui facilitent selon nous la compréhension du processus de fabrication de ces nouvelles mémoires numériques.

Pour lire la suite…

  1. Couzinet V. (2009). Dispositifs info-communicationnels : questions de médiations documentaires, Paris, Hermes-Lavoisier. []
  2. Bideran J. (de), Fraysse P. (2015). Guide numérique et mise en scène du territoire, entre médiation patrimoniale et stratégie de communication touristique, Études de communication, n°45, p.77-96. []
  3. À cet égard nous tenons à remercier Baptiste Quost et Emmanuelle Capo, chargés de mission au Bastideum, ainsi que Fabrice Duppi, maire de Monpazier, pour leur écoute, leurs échanges et les entretiens que nous avons pu mener avec eux. []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Une réflexion au sujet de « Mise en exposition et mobilisation numériques des mémoires des bastides du Sud-Ouest »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *