L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…

Comme nous tentons de l’analyser à travers ce carnet, le contexte médiatique contemporain influence considérablement les activités communicationnelles des sphères historiques, archéologiques et plus globalement patrimoniales. Celles-ci se doivent désormais de diffuser le plus largement possible leurs découvertes pour justifier les investissements économiques effectués par les pouvoirs publics mais aussi pour sauvegarder un patrimoine sans cesse en péril. Sciences historiques et patrimoine semblent se confondre dans l’esprit des publics comme des politiques à l’ère du « tout patrimoine« . Cette confusion est régulièrement renforcée par les discours des médias et autres industries culturelles qui créent une événementialisation des discours scientifiques : Semaine de la Science, Week-end de l’Archéologie ou Journées du Patrimoine convoquent chercheurs et experts venant exposer les avancées des recherches historiques ou expliquer le patrimoine. Dans ces conditions, des réseaux d’acteurs se mettent en place afin de répondre aux exigences de la science mais aussi d’occuper le terrain des médias en répondant à leurs besoins d’images. C’est dans le cadre de ces réflexions que nous souhaitons aujourd’hui donner la parole à Sophie Madeleine, docteur en Études anciennes, ingénieur de recherche à l’Université de Caen et fortement impliquée dans la restitution de la Rome du IVe siècle menée par l’équipe « Plan de Rome« . Son témoignage nous permet de sortir des questions de crédibilité de ces images, sujet certes important mais qui phagocyte trop souvent le débat et rend difficile l’analyse de ces dispositifs info-communicationnels que sont ces « monuments virtuels« . L’expérience de Sophie Madeleine permet en effet d’appréhender l’ensemble des enjeux contemporains de circulation de ces documents-monumentaires1, enjeux tant scientifiques que médiatiques, politiques ou économiques. Ce dialogue est également l’occasion d’interroger l’avenir de la communication archéologique à l’ère des Humanités numériques.

Afin d’évacuer tout de suite la question du réalisme et de la crédibilité de ces images de synthèse qui anime encore la communauté archéologique, pourriez-vous nous expliquer les choix éditoriaux et iconiques qui ont prévalus au sein de l’équipe « Plan de Rome » ?

Une image de restitution pertinente2 est une image la plus vraisemblable possible au vu des sources dont nous disposons. Cela signifie:

– que l’image doit être complète. Ne restituer dans un bâtiment que ce dont nous sommes sûrs n’est pas pertinent car il est évident qu’il n’est jamais apparu ainsi aux yeux des Romains du IVe siècle. N’aboutissent pas non plus à une image pertinente les différents artifices cherchant à faire distinguer ce qui est attesté de ce qui est restitué : couleurs différentes, transparences, filaires, matériaux modernes etc. Jamais cette vue du bâtiment n’a « existé ». Pourtant, la rigueur scientifique dans laquelle nous situons notre démarche impose de faire connaître à l’utilisateur de nos images ce qui est sûr et ce qui est hypothétique, et, entre les deux, toute la gamme des nuances. C’est là qu’entre en jeu la notion d’hypertexte3 qui fait tout l’intérêt des technologies multimédias. En renvoyant à d’autres supports d’information : texte, image 2D, vidéos, bibliographie, etc., de façon interactive, on peut donner à l’utilisateur une synthèse des sources qui ont permis de restituer ce qu’il voit à l’écran. Ces informations lui permettent de juger de la nature, du nombre et de la qualité des sources qui étaient à disposition, de la façon dont elles ont été utilisées. Elles l’informent avec plus de finesse que n’importe quel autre moyen du degré de sûreté des restitutions.

– que l’image doit être aussi proche que possible de la réalité et donc esthétique quand la réalité l’est. Pourquoi les chercheurs ne devraient-ils pas créer de belles images ? Il ne s’agit aucunement de tromper l’utilisateur puisque nous lui fournissons un accès direct aux sources brutes et à leur synthèse. Le but est de lui apporter un visuel qui soit le plus proche possible de la réalité historique. Ce choix n’est pas nouveau et les discussions parfois passionnées qui se déclenchent sur le réalisme des images est à mon avis peu productif. Au XIXe siècle, les pensionnaires de l’académie de France à Rome qui envoyaient à Paris leurs envois de Rome, ces relevés d’architecture antique accompagnés de leur restitution, fournissaient de très belles aquarelles. Aujourd’hui les médias ont changé, mais la philosophie est restée la même.

Vue d'ensemble du temple de Vénus et Rome côté Colisée. Réalisation : Ch. Morineau, N. Lefèvre. Documentation : S. Madeleine et  Ph. Fleury, 2012, Université de Caen Basse-Normandie, Plan de Rome (France).
Vue d’ensemble du temple de Vénus et Rome côté Colisée. Réalisation : Ch. Morineau, N. Lefèvre. Documentation : S. Madeleine et Ph. Fleury, 2012, Université de Caen Basse-Normandie, Plan de Rome (France).

Vous êtes une scientifique et vous connaissez donc parfaitement les règles du jeu tacites de construction et de reconnaissance des savoirs au sein du monde de la recherche (publication, controverse, etc.) ; or avec ces productions numériques qui créent un continuum entre recherche scientifique et espace public, les rapports qui structurent l’activité communicationnelle traditionnelle des chercheurs s’en trouvent bouleversés. Comment construire autour de ces « monuments virtuels » des espaces de dialogue qui assurent l’échange et donc la légitimité du raisonnement mis en œuvre ?

Un modèle virtuel n’incarne pas une vérité scientifique mais une représentation, une proposition qui représente l’état de la science à l’instant de sa création et qui est voué à évoluer. Le modèle virtuel peut être un média qui sert de départ pour le dialogue entre différents membres d’une communauté scientifique. La visualisation d’une géométrie et sa mise en contexte peut permettre d’avancer sur le terrain de l’expérimentation. Certaines problématiques de circulation ou de perception de l’espace apparaissent dans certains cas à travers la restitution virtuelle interactive alors que la réflexion ne s’amorçait pas naturellement à la lecture des plans 2D. Une restitution n’est bien sûr pas une source en elle-même mais elle peut mettre en lumière des éléments jusque-là passés inaperçus. Nous la considérons comme un incitateur à la réflexion. Elle est un point de départ motivant pour servir de base au dialogue : elle représente à la fois un résultat pour celui qui a géré le dossier scientifique préalable à la restitution et un point de départ pour une réflexion collective.

Pour pouvoir être étudiée, complétée ou corrigée, la restitution se doit d’être légitime aux yeux de nos pairs et c’est une problématique qui est parfois traitée avec légèreté. Une image aussi esthétique soit elle n’a aucune valeur si celui qui la regarde ne sait pas quelles sources ont été utilisées, synthétisées pour la créer. Il est absolument nécessaire de savoir ce qui est sûr et ce qui est hypothétique, avec toute la fourchette des nuances intermédiaires, pour que les chercheurs extérieurs à la production puissent à leur tour raisonner sur le résultat proposé. Dans l’équipe « Plan de Rome », nous avons lié physiquement le modèle virtuel à une base de données. Sans ces données, le modèle n’a en lui-même aucune valeur scientifique.

Une des difficultés actuelles est le mode de diffusion de ces modèles virtuels auprès du grand public et auprès des chercheurs, diffusion essentielle pour que les échanges aient lieu sur les choix effectués. Nous diffusons actuellement nos résultats lors de séances mensuelles à destination des scolaires (les « jeudis du Plan de Rome« ) et du grand public (les « Nocturnes du Plan de Rome« ). Le but est de présenter les restitutions sans faire de concessions scientifiques, en montrant à la fois les sources brutes, le raisonnement et la proposition de résultat. Des visuels sont également mis en ligne sur le site (images fixes, vidéos et 360°) mais des évolutions sont à penser pour mettre également en ligne les métadonnées justifiant les restitutions. Le travail est à ce jour en cours sur les restitutions de machines antiques. Du point de vue de la diffusion scientifique, nous pensons que beaucoup reste à faire. L’équipe publie de manière traditionnelle (voie en dernier lieu S. Madeleine, Le théâtre de Pompée à Rome. Restitution de l’architecture et des systèmes mécaniques, Presses Universitaires de Caen, 2014) mais le support papier s’adapte mal à la richesse du support numérique. Des images fixes n’ont pas la même valeur informative que la circulation libre dans un modèle interactif. Des solutions de type « DVD » permettent de combler partiellement ce manque, sans toutefois résoudre le problème de la diffusion des modèles en réalité virtuelle, c’est-à-dire avec la possibilité d’évoluer librement dans la scène virtuelle. Certains des logiciels que nous utilisons, notamment ceux qui permettent l’interactivité sont très accessibles, voire gratuits pour la recherche, mais les licences deviennent hors de prix lorsqu’il s’agit de créer des supports commercialisables. Les laboratoires de recherche n’ont pas les moyens de faire de tels investissements. B. Frischer s’est attaqué avec beaucoup de courage au problème il y a quelques années et il a créé, avec l’éditeur Elsevier, un journal en ligne peer reviewed qui permet de valoriser scientifiquement un modèle 3D, en le rendant disponible pour les lecteurs avec les articles ou monographies associés. Nous voyons toutefois deux limites à cette belle initiative : 1. l’accès à la revue est payant, ce qui limite une large diffusion du savoir 2. les formats demandés pour la mise en ligne des modèles 3D sont nos formats de travail, non des formats de visualisation. Il nous semble à ce jour qu’il n’est pas souhaitable que les lecteurs aient accès à ces modèles natifs qui constituent en quelque sorte notre savoir-faire. N’importe qui pourrait réutiliser des parties d’architectures complexes pour créer d’autres modèles virtuels. Nous envisageons donc de publier dans cette revue pour diffuser nos résultats, mais en ne mettant à disposition que des images fixes ou des vidéos. L’intérêt est donc moindre par rapport aux solutions de publications classiques. Finalement, la technologie liée à la création des modèles virtuels fonctionne depuis plus de trente ans, des solutions restent à trouver pour échanger scientifiquement en masse autour de ces travaux. Dans l’état actuel des choses, nos modèles sont présentés au gré de colloques ou autres manifestations scientifiques à des spécialistes qui proposent dans certains cas des corrections, et une fois par an, nous faisons venir à l’Université de Caen un spécialiste de topographie et d’architecture ancienne pour lui soumettre notre travail (en dernier lieu F. Coarelli, J.-C. Golvin, A. Barbet, C. Sintès et J.P. Thullier pour 2015).

Sud-est du forum romain. A gauche, le temple de César divinisé, le temple de Castor et Pollux puis les rostres de Dioclétien. Réalisation : N. Lefèvre. Documentation : S. Madeleine, Ph. Fleury, 2012, Université de Caen Basse-Normandie, Plan de Rome (France).
Sud-est du forum romain. A gauche, le temple de César divinisé, le temple de Castor et Pollux puis les rostres de Dioclétien. Réalisation : N. Lefèvre. Documentation : S. Madeleine, Ph. Fleury, 2012, Université de Caen Basse-Normandie, Plan de Rome (France).

Yves Jeanneret4 a parfaitement montré comment les objets scientifiques sont aujourd’hui soumis à de multiples circulations et appropriations. Dans votre pratique professionnelle, vous êtes de même régulièrement confrontée à d’autres acteurs et institutions culturels dont les pratiques de diffusion sont souvent bien éloignées de celles connues par les chercheurs. Comment réussissez-vous à répondre à ces attentes et quelles en sont les limites ?

Les technologies de réalité virtuelle et de réalité augmentée sont à notre sens victimes de leur succès. Certaines collectivités souhaitent se montrer au goût du jour en développant des applications faisant appel à un savoir faire technologique et ne se posent la question de l’intérêt scientifique que dans un second temps. Les risques liés à de telles pratiques sont importants car, aujourd’hui, la technologie permet quasiment de tout faire. Le but est-il dès lors de moderniser un musée en présentant des collections sur de nouveaux supports multimédias sans plus-value scientifique par rapport à l’ancienne muséographie ? Ce peut-être un choix, mais dans ce cas, ce n’est pas la science qui progresse, ce sont les recettes des entrées qui augmentent.

Il faut avoir conscience que les restitutions virtuelles de sites patrimoniaux représentent à ce jour une véritable mâne financière. Certaines sociétés commerciales ont saisi ce créneau pour gagner de l’argent, sans toujours avoir conscience des dossiers scientifiques complexes qui doivent être traités an amont. Pire, certains revendiquent ce savoir-faire sans en avoir les compétences. Les cas se multiplient où des laboratoires universitaires se trouvent en concurrence avec de telles entreprises. Or, ces laboratoires ne sont généralement pas compétitifs d’un point de vue financier car ils intègrent dans leur coût une partie « recherche » en amont de la restitution qui coûte nécessairement de l’argent. Les responsables de musées, conservateurs ou autres institutions culturelles, sont bien sûrs conscients des enjeux. Ils savent qu’un modèle virtuel n’aura de légitimité scientifique que si le travail est réalisé par des spécialistes du domaine. Le gros problème est que ces personnes ne sont pas toujours représentées lors des commissions d’appel d’offres et que la logique financière l’emporte parfois. Certains commerciaux purs entrent dans la spirale du moins disant, faisant passer les laboratoires publics pour des institutions assoiffées d’argent. Les chercheurs ne sont pas des commerciaux. L’éthique ne leur permet pas de s’aligner sur les prix toujours plus bas du marché. A chaque décideur de bien définir le type de produit qu’il souhaite diffuser.

La troisième difficulté que nous voudrions évoquer est liée au mode de production des restitutions virtuelles. Nous avons l’habitude dans le laboratoire de faire travailler physiquement ensemble les scientifiques et les infographistes/informaticiens. Les rares fois où les scientifiques ont travaillé à distance, des difficultés de fonctionnement sont apparues et elles sont « normales ». J’ai moi-même mené à bien différentes restitutions et, malgré l’expérience, je ne prévois jamais tous les problèmes qui apparaissent au moment de la création du modèle. Il faut bien comprendre que l’on est bien loin d’un schéma dans lequel le scientifique serait la tête et l’infographiste les mains. Ce dernier met souvent en lumière des problèmes : l’échange doit être constant entre les deux personnes pour gérer au mieux ces difficultés. Si la réflexion n’est pas partagée au quotidien, deux écueils apparaissent : l’infographiste arrête de produire ou il choisit une option, au risque de devoir recommencer le travail au moment de la validation. Comme nous l’exprimions plus haut, toute restitution de site patrimonial disparu ou endommagé est une forme de recherche, avec tout ce qu’elle comprend : raisonnement sur des hypothèses, corrections successives, changements de position au vu de la réinterprétation d’une source ou de la visualisation du résultat. Si le modèle virtuel était 100% correct lors de la première modélisation, cela signifierait qu’il n’est qu’une illustration et non une source de réflexion. C’est parfois le cas, mais nous voyons bien souvent des modèles qui sont repris en versions V2, V3, V4, évoluant au fil des présentations faites devant des spécialistes. Il en est de même pour toutes les restitutions de sites patrimoniaux. Or, combien d’institutions ont eu le sentiment d’être sur le bon chemin en travaillant avec d’un côté un comité scientifique indépendant (réuni par leurs soins et donc compétent) et de l’autre une société qui se charge de la restitution. Le dossier préalable à la restitution est préparé dans les règles de l’art mais il est par expérience insuffisant s’il n’y a pas d’échanges fréquents avec les infographistes, au minimum une validation hebdomadaire de la production. Certaines institutions se sont en effet vu livrer des restitutions correspondant au cahier des charges initial mais leur comité scientifique intervenant à la toute fin de la production présentait des listes importantes de demandes de corrections (typiquement sur des détails non précisés dans le cahier des charges qui ont été laissés à la libre appréciation de l’infographiste et qui ruinent les efforts de recherches fournis par les spécialistes). Dans certains cas, tout se passe bien et les corrections sont apportées mais dans d’autres cas de figure, un devis correspondant aux demandes de modifications est envoyé à l’institution, puisque le cahier des charges initial était respecté. Ces difficultés sont fréquentes et elles ne correspondent pas à une mauvaise volonté des entreprises : c’est à ceux qui passent commande de mettre un place un mode de validation de la production approprié.

Pour terminer, tout modèle virtuel est voué à évoluer, scientifiquement et techniquement. Comme tout ce qui fait appel à des technologies récentes, l’obsolescence des restitutions est programmée. Les institutions qui commandent ces produits doivent donc être alertées sur le fait que c’est un calcul risqué de commander des applications sans s’assurer que les fichiers natifs de production seront livrés en vue d’être repris ultérieurement. Là encore, les prix peuvent considérablement varier selon ce que le prestataire fournira mais un investissement initial garantissant l’avenir peut s’avérer plus rentable à long terme qu’une application uniquement livrée sous forme d’exécutable à moindre coût.

Tous ces points n’ont pas vocation à dresser le public contre le privé qui peuvent bien souvent travailler ensemble en parfaite complémentarité. Il ne s’agit pas non plus d’imposer un guide des bonnes pratiques : chaque acteur est libre d’organiser sa chaîne de travail comme bon lui semble. Le but est simplement de sensibiliser aux enjeux, de bien mesurer l’adéquation entre le besoin et le coût pour éviter de faire tomber la science dans la spirale du gadget consumériste. La frontière est parfois étroite entre des applications ludiques qui permettent de faire passer le savoir à des publics pluriels et des applications de type « archéoland ». Les Universités sont passées à l’autonomie et la recherche de financements est devenue une nécessité pour permettre aux laboratoires de croître en augmentant leur production. Ce n’est pas un choix, c’est une obligation qui peut s’avérer vertueuse car elle pousse vers des logiques de rentabilité. Elle peut aussi détourner la recherche de ses fonctions premières en poussant les chercheurs à répondre à des appels d’offre éloignés de leur domaine initial dans une pure logique financière. Nous pensons que l’équilibre peut être maintenu au prix d’une grande prudence et que c’est cet équilibre qui peut permettre à chacun, public ou privé, de trouver sa place dans ce marché porteur. Les partenariats sont souvent riches d’enseignement et il s’agit peut-être là de la voie royale pour proposer des restitutions à la pointe des savoir-faire scientifiques et technologiques.

Pour citer ce billet : "L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée…", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 29 mars 2015. Lien : http://cehistoire.hypotheses.org/463.
  1. Voir le travail de Patrick Fraysse et Gérard Régimbeau à ce sujet. []
  2. Ce concept d' »image pertinente » a déjà été développé par J.-C. Golvin pour ses restitutions sous forme d’aquarelles. []
  3. J. C. Golvin propose la notion d’hyperespace. []
  4. Yves Jeanneret, 2008, Penser la trivialité, Vol. 1, La vie triviale des êtres culturels, Paris : Hermès-Lavoisier. []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Une réflexion au sujet de « L’archéologie virtuelle, une injonction communicationnelle contrariée… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *