Jeanne d’Arc à l’heure médiatique

En décembre dernier, comme d’autres historiens spécialistes de l’histoire de Jeanne d’Arc, j’ai reçu une demande à laquelle je n’avais jamais été confrontée : voulais-je participer à une émission de télévision, diffusée à une heure de grande écoute… ? Je ne vais pas laisser planer le suspense très longtemps, puisqu’il s’agissait d’intervenir au cours de l’émission Secrets d’histoire, réalisée par la Société Européenne de Production, avec pour présentateur phare, Stéphane Bern, également invité vedette des fêtes johanniques à Orléans en mai 2014. Une des seules émissions d’histoire qui parle au plus grand nombre, destinée à être diffusée en mars ou en avril 2015, après Gayatri Devi : une princesse au pays des Maharajas en décembre 2014 et Monaco et les princes de Grimaldi, diffusé le 10 février dernier. Bien évidemment, je me suis empressée d’accepter, trop heureuse de pouvoir observer de l’intérieur les coulisses d’une émission qui fait de l’histoire son fonds de commerce.

Secrets d'Histoire
Tournage dans les jardins d’Albane. Stéphane Bern à Rouen, 9 février 2015 : http://www.paris-normandie.fr/

Rendez-vous est alors pris pour une interview « fil rouge » avec le journaliste Guillaume Fleuret au couvent des Cordeliers. C’est là son premier documentaire historique, même si le jeune journaliste est sensible aux biographies, ayant contribué à plusieurs reprises à l’émission « Un jour, un destin » (réalisation d’un documentaire sur Philippe Noiret, diffusion en janvier dernier ou sur Bourvil, rediffusion en octobre 2014). La liste des questions qui peuvent m’être posées rend compte du sérieux de l’entreprise. L’équipe à l’origine du projet, des documentalistes aux journalistes,,a potassé la vie de Jeanne d’Arc, cela va s’en dire, lisant les ouvrages de référence, les incontournables Jeanne d’Arc de Colette Beaune, prix du Sénat en 2004, ou le plus récent Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire de Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary, sans oublier le classique Jeanne d’Arc à travers l’histoire de Gerd Krumeich. Rien ne leur a semble-t-il échappé et c’est grâce à cette recherche d’information bien menée, qu’ils  ont déniché mes travaux relatifs aux représentations de Jeanne d’Arc dans la société française du XIXe siècle et du XXe siècle, à travers des sources musicales et théâtrales essentiellement.

Jeanne d'Arc : histoire et dictionnaire

C’est donc à mes connaissances sur la postérité de Jeanne d’Arc et à son mythe que l’équipe de la Société Européenne de Production s’intéresse. Mon intervention sera particulièrement utile dans le sixième et dernier volet de l’émission réalisée par Quentin Canette, « La création d’un mythe » en contrepoint de l’intervention de mon mentor et ami, Christian Amalvi, célèbre pour ses ouvrages De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Les Héros de l’histoire de France ou le goût du Moyen Age. Auparavant l’histoire de Jeanne d’Arc serait abordée au travers de cinq parties : « Prévenir le roi », « Libérer Orléans », « Faire sacrer le roi », « Poursuivre le combat », « Le procès ». L’idée de cette émission est ainsi d’explorer la vie de Jeanne d’Arc et de faire connaître au grand public les aspects méconnus de son histoire. Le point de vue est ainsi beaucoup plus large que la première émission de Secrets d’Histoire consacrée à Jeanne d’Arc, en 2007, qui se concentrait autour de ses relations avec le roi Charles VII : « Jeanne d’Arc a-t-elle été trahie par le roi ? »

Stéphane Bern dans Secrets d'Histoire - 2007

Il n’est pas question ici de révéler l’ensemble de l’émission, ce dont je serais par ailleurs, complètement incapable. Néanmoins, force est de constater que le synopsis général reprend finalement le plan « classique » de la plupart des pièces de théâtres et des œuvres cinématographiques ayant pris pour objet l’héroïne lorraine, les thématiques de la libération d’Orléans, du sacre ou du procès, étant reliées à une approche chronologique évidente.  Un tel plan permet à l’équipe de répondre aux canons de l’émission : raconter d’un seul tenant la Grande Histoire et les petites histoires, mêler à la biographie de courts récits sur la vie quotidienne au Moyen-Age (la sorcellerie, la médecine, la vie dans les camps militaires). Nombre d’historiens prestigieux sont interrogés pour répondre à la gageure, de présenter l’histoire de Jeanne d’Arc et ses à-côtés, d’une façon ludique et récréative, sans pour autant tomber dans le « tapageur » ni la mythographie, en deux heures…  A cet égard, « le choix de ce qu’on appelle dans le jargon de la télévision « les témoins » est le moment le plus délicat et peut-être le plus important dans la réalisation d’un documentaire. C’est par la juxtaposition et la confrontation de leurs réponses, de leurs connaissances, de leurs opinions et de leur vécu que se construit le contenu de l’émission. » (Isabelle Veyrat-Masson, « Chronique d’une commémoration télévisée », Mots, n°31, 1992).

Colette Beaune, Philippe Contamine, Christian Amalvi, Olivier Bouzy, André Vauchez, Boris Bove sont quelques-uns des historiens ainsi interviewés, apportant leur éclairage à une histoire complexe, bien documentée et parfois conflictuelle. Si Stéphane Bern éprouve un attachement particulier pour Jeanne d’Arc, à l’image de Marion Cotillard, qui interprète le rôle de l’héroïne dans Jeanne d’Arc au bûcher d’Honegger sur un livret de Paul Claudel à la Halle aux grains de Toulouse en ce mois de février 2015, après des représentations à Monte-Carlo et Paris, l’histoire de Jeanne d’Arc a subi heurs et malheurs, tronquée, modifiée et récupérée en fonction des messages idéologique  à délivrer et à  véhiculer. L’« Affaire Jeanne d’Arc » surgie en 2007 (un ouvrage de Marcel Gay et Roger Senzig) en témoigne encore,  ses auteurs transformant les faits pour mieux convaincre que l’histoire johannique répond à la théorie du complot, au grand dam des historiens, qui démontent la controverse (Colette Beaune, Jeanne d’Arc, vérités et légendes, 2008 et Olivier Bouzy, Jeanne d’Arc, l’histoire à l’endroit, 2008).

beaune

Si la « mythographie » n’apparaît dans l’émission Secrets d’histoire que comme ingrédient d’un mythe en perpétuelle recréation, inscrivant dans sa trame la thèse de la bâtardise de Jeanne d’Arc comme ces fausses Jeanne, telles Claude des Armoises qui a usurpé son identité, ne soyons pas naïfs.  Les enjeux liés à l’histoire sont toujours bien présents et une émission télévisuelle ne peut, par sa médiatisation même, s’abstraire des querelles de mémoire (voir notamment Les lieux de mémoire sous la direction de Pierre Nora, mais aussi par exemple Les Guerres de mémoires sous la direction de Pascal Blanchard et Isabelle Veyrat-Masson). L’histoire télévisée est une histoire médiatisée destinée au grand public qui n’a pas forcément à voir avec l’histoire « pure », cette « histoire-science » réalisée par les universitaires dans l’antre des archives et des bibliothèques (voir Isabelle Veyrat-Masson, « L’histoire télévisée entre culture et science », Hermès, n°21, 1997).

Ainsi, la médiatisation de l’histoire passe par un formatage qu’il ne saurait être question de dénier. Pendant les quatre heures d’interview, mon cerveau est passé à la moulinette des questions que me pose Guillaume Fleuret. Il s’agit de formuler en de très courtes phrases des idées partagées par l’ensemble de la communauté historienne, comme des idées personnelles sans pour autant risquer les foudres de la censure… Car quand il s’agit d’évoquer l’histoire contemporaine, qui plus est depuis un angle politique, le sujet devient plus sensible encore. Les propos sont également orientés par les questions même qui sont posées, et je regretterai en sortant de n’avoir pas abordé certains éléments importants à mes yeux. Le canevas constitué à l’avance contribue ainsi le prisme par lequel  sont construites nos réponses d’historiens.  En même temps, il faut être clair, précis, éviter les tics de langage comme les longues phrases, tout en restant « sympathique ». Par ailleurs, l’image est aussi construite que les mots de l’historien. Face caméra, deux ingénieurs son et image ont recréé un décor irréel : les colonnes et les voutes médiévales du couvent sont sublimées par une lumière bleutée qui laisse à deviner que rien n’est obscur ou sombre dans le Moyen Age…  Et la télégénie constitue un critère de sélection des « témoins » historiens, pour l’équipe de production, sans nul doute. Le tournage n’est pas terminé que, déjà, le message est situé. Je ne parle même pas ici des reconstitutions qui sont organisées, en présence du présentateur vedette, avec des figurants au château de Crèvecoeur en janvier 2015, et qui font couler beaucoup d’encre dans les quotidiens locaux.

Le Pays d'Auge
Reconstitution historique à Crèvecoeur. CC. Le Pays d’Auge.

C’est la machine médiatique dans toute sa splendeur avec figurants, costumes et batailles… mêlant au récit des faits, la fiction, dépassant ainsi les frontières les plus classiques, comme il est désormais coutume de le faire dans nombre d’émission d’histoire, du docudrama au docufiction (sur cette question voir encore Isabelle Veyrat-Masson, Télévision et histoire, la confusion des genres, De Boeck, 2008). Il faut répondre aux codes de l’émission et susciter l’intérêt des téléspectateurs, pour qu’ils ne cèdent pas au chant attirant du zapping… On l’aura compris, c’est le format qui dicte sa loi, le rythme doit être enlevé, le style élégant, le commentaire court et précis. Le montage aura raison de ces heures d’interview pour ne garder le plus souvent que quelques minutes entrecoupées de scènes rejouées et déjouées.

Mais c’est là une autre histoire…. Rendez-vous après la diffusion de l’émission, au printemps 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *