La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources…

Jean-François Sibers est actuellement chef du Service des collections, de l’information et de la communication de la DRAC Aquitaine où il mène avec ses équipes une politique de gestion documentaire numérique originale à plus d’un titre pour une institution culturelle publique. C’est en ce sens que nous avons souhaité l’interroger sur sa pratique de professionnel du « patrimoine numérique ». Son témoignage propose une réflexion générale sur des notions qu’exploitent aussi bien les historiens, historiens de l’Art et experts du patrimoine que les chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, qu’il s’agisse de la médiation, du document ou encore de la réception. Par-là même, il éclaire, nous semble-t-il, le périmètre de ce qui est aujourd’hui nommée la « médiation numérique » tout en permettant de mieux saisir les enjeux contemporains des politiques culturelles de numérisation patrimoniale.

Capture écran du site Internet de la DRAC Aquitaine prise le 01 septembre 2014.
Capture écran du site Internet de la DRAC Aquitaine prise 01 septembre 2014.

Dans votre pratique professionnelle d’expert du patrimoine, quel(s) usage(s) documentaires vous semble(nt) caractéristique(s) de votre profession ? Comment définiriez-vous la notion de document et ses dérivés (donnée, archive, source, matériaux de travail…) ?

Ma responsabilité de chef du Service des collections, de l’information et de la communication à la direction régionale des affaires culturelles d’Aquitaine me donne une responsabilité documentaire sur deux types de « fonds » : les « fonds » de l’administration d’État, tous services confondus, création artistique ou patrimoine, gestion financière ou travaux sur les monuments historiques, d’une part ; les « collections » des services culturels des collectivités, services d’archives, de bibliothèques, de musées principalement dont l’État norme le traitement scientifique et documentaire. Le traitement de chacun de ces fonds a une histoire, obéit à une logique de métier huilée depuis des décennies au moins, du vocabulaire d’indexation jusqu’à l’interrogation de la base de données : un bel exemple de cohérence scientifique et documentaire est celui du service de l’Inventaire et de la base Mérimée, dans la rigueur des typologies et l’orientation claire vers le public des chercheurs.
L’irruption du numérique dans cet ensemble physique bien organisé est d’abord facteur de désordre, au sens d’un chaos potentiellement riche de nouvelles vies. En effet, l’avatar numérique coupe sa filiation avec l’appartenance à une institution, une logique métier, un usage public, pour entrer dans un corpus pluridisciplinaire dont le seul point commun est d’être numérique.
Dès lors, le travail de mes équipes sur les fonds de notre administration, ou les prescriptions auprès des professionnels des collectivités, ira simultanément dans deux directions : retrouver et respecter dans le traitement des fonds leur logique scientifique, administrative, typologique, et ouvrir à des utilisations nouvelles transversales permises par l’appartenance à un corpus numérique.
Par exemple, un document de protection patrimoniale comme un dossier de ZPPAUP (zone de protection patrimoniale, architecturale, urbanistique et paysagère) est un ensemble de textes, de cartes et d’images, qui constitue un document scientifique d’analyse et de synthèse, portant après approbation un règlement administratif qui s’imposera à tous, sous contrôle de l’architecte des bâtiments de France. Il sera donc traité comme un document d’archive, communicable, consultable et versé aux archives départementales, à valeur administrative, porté à la connaissance du public puisque « nul n’est sensé ignorer la loi », et servant de point d’appui à des décisions contraignantes. Mais il sera aussi traité, et simultanément, en fonction de la typologie des éléments qui le composent (texte, image, graphique), de l’organisation intellectuelle du contenu (analyse historique, synthèses, périmètres, règlements), permettant ainsi d’autres utilisations, en relation avec d’autres fonds ou documents : histoire de l’art, géographie, iconographie, lexicologie, par exemple.
Au risque de simplifier, on pourrait dire que le traitement du document est réalisé simultanément dans le respect de sa nature et dans l’invention de nouvelles fonctions : sa filiation d’origine (un livre dans une bibliothèque, un tableau dans un musée) préside au système descriptif et au mode d’entrée dans un ensemble spécifique, mais/et son contenu (chaîne de caractères, sons et mots, concept, image, datation, localisation, auteur(s), etc.) entre dans le champ des correspondances, interactions, résonances, l’ouvrant à de nouvelles fonctions.
Ces « fonctions nouvelles » sont pour partie pré-déterminées, et pour partie in-déterminées. Lorsque nous avons décidé, en tant que Drac, de contribuer à la connaissance du patrimoine aquitain à partir de nos fonds, inconnus et d’ailleurs inaccessibles au public, nous avons délibérément traité les documents avec les « marqueurs » d’interopérabilité nécessaires à cette fonction : tous les patrimoines protégés sur une localisation géographique, avec une chronologie normée, etc… Et nous avons aussi décidé de les mettre en ligne, en respectant les règles (description, exposition des métadonnées, entrepôt moissonnable) qui ouvrent le dialogue avec d’autres fonds utilisant les mêmes « marqueurs ». De ce fait, nos ressources, celles des collectivités et sociétés savantes vont se répondre, s’additionner, se contredire parfois, dans un ensemble éditorial inédit. La fonction cognitive critique a guidé le système descriptif, l’aval conditionne l’amont. Mais les fonctions sont largement in-déterminées : l’open data, les programmes big data nous montrent chaque jour des explorations et exploitations nouvelles. Nous ne pouvions les anticiper. Ce que nous pouvions, c’est les faire entrer dans l’espace internet du moissonnage, les décrire aussi minutieusement que possible car chaque champ descriptif est un prisme de connaissance possible, et les « libérer » pour autoriser les utilisations. Bref, élargir autant que possible le spectre des interrogations pour ne pas « castrer le futur ».

Exemple de document géré par la DRAC Aquitaine. Cathédrale Saint-Caprais d'Agen (47), fiche d'édifice classé parmi les monuments historiques [1968].
Exemple de document géré par la DRAC Aquitaine. Cathédrale Saint-Caprais d’Agen (47), fiche d’édifice classé parmi les monuments historiques [1968].

On utilise beaucoup, et notamment en Aquitaine à travers le programme BnsA, la notion de médiation numérique ; quelle définition en donneriez-vous ? 

Pour définir la médiation numérique, j’oserais la formule suivante : « l’art et la manière de faire chanter les sources ». Les sources numériques du programme BnsA sont toutes patrimoniales, et à divers niveaux d’éditorialisation. Pour la majorité d’entre elles, ce sont des documents numériques bruts, pièce d’archive, reproduction d’œuvre, manuscrit numérisé. On peut poser le paradoxe que plus elles sont précieuses, moins elles sont accessibles : le bel Al Qhazvini de la bibliothèque de Bordeaux est en arabe, les cartulaires en latin ou occitan, les plans anciens à la perspective difficile, etc. Lorsqu’elles sont organisées en dossiers (la source devient ruisseau…), c’est un peu mieux : « Henri IV« ,  « langues régionales » par exemple. On a accès à un ensemble de ressources, dans une démarche de connaissances accompagnée, mais certainement pas « embarqué » dans une aventure intellectuelle et sensible. Enfin, on les trouve mises en perspective avec un riche arrière-plan historique comme dans les manuscrits médiévaux d’Aquitaine, ou encore mieux avec le récit de voyage « écriture augmenté » pour le récit de voyage de M. Houbigant sur le site Pireneas. Là, l’internaute peut effectivement naviguer sur les flots de contenus, choisir les embranchements, revenir en arrière, s’arrêter presque pour le plaisir.
Ces divers niveaux dans « l’état de l’art de la médiation » dans la BnsA correspondent à un effort de médiation numérique. On part en fait de la mise à disposition des ressources, étape première et indispensable, socle indispensable à la médiation, mais qui n’est pas médiation. La ressource ne porte pas sa propre médiation, elle l’appelle, comme la partition appelle le chant ou l’instrument. On passe ensuite à l’accès organisé aux ressources, ce qui est déjà un outil de médiation, interface d’interrogation portant une mise en forme première. Particulièrement utile et efficace pour la recherche, ou la quête spécialisée, elle s’adresse particulièrement aux professionnels, ou à une attitude professionnelle : je cherche un ensemble de documentation sur un sujet, pour un butinage dont je ferai mon miel, pour paraphraser Montaigne qui s’y connaît en médiation… On en arrive enfin (enfin ?) à la forme éditorialisée, contextualisée, enrichie, ouvrant plusieurs pistes d’informations complémentaires, valorisant l’esthétique du document premier pour offrir aussi du plaisir, proposant des parcours dans des expositions virtuelles parfois virtuoses… On est bien dans le « chant des sources » parce que des savants et des concepteurs, ensemble ou successivement, ont mis en œuvre leur savoir et leur savoir-faire pour ménager de vrais itinéraires de découverte.
Comme un maître chanteur, le savant ou sachant « fait dire » aux sources d’où elles viennent, ce qu’elles montrent et cachent à la fois. Comme un chanteur, le concepteur donne épaisseur, tonalité, couleur, résonance à cette partition première, dans une interprétation qui est aussi création. Mais l’effort doit se poursuivre : car si ceux qui ont réalisé « l’ouvrage de médiation » ont bien fait leur, la source, ils l’ont donnée à boire avec leur goût. De chanteurs, il faut qu’ils deviennent maîtres de chant. Car la médiation est plus exigeante : elle propose aussi, en plus, comme voie réelle de la compréhension, l’appropriation. « Je comprends bien ce que je fais, je comprends le matériau de connaissance en le réutilisant. Je deviens l’éditeur de mon propre savoir, etc. », toutes formulations issues de l’enseignement de ce cher Célestin Freinet, ou, pour faire plus moderne, de Pierre Soulages qui explique « je ne comprends ce que je cherche qu’en le faisant ».
C’est le travail que nous conduisons avec Cap Sciences et Jessica de Bideran, avec la création d’un outil numérique interactif permettant à des apprentis de « jouer » avec l’architecture de la cathédrale, ou avec Ecla pour un module numérique en ligne d’appropriation du patrimoine écrit, ou avec la ville d’Hendaye sur le château d’Abbadia
Dit autrement, la médiation numérique serait alors un processus dynamique d’interprétation favorisant l’appropriation.

Capture écran du portail documentaire Pireneas prise le 01 septembre 2014.
Capture écran du portail documentaire Pireneas prise le 01 septembre 2014.

Vous travaillez plus particulièrement sur les usages de ces ressources patrimoniales numériques ; en termes de réception, à quel type de public pensez-vous vous adresser en priorité ? Que signifie pour vous le « grand public » ?

Dans les orientations prioritaires de notre ministère figure depuis Malraux la « démocratisation culturelle », objectif permanent, jamais atteint bien sûr, toujours mis en chantier avec de belles initiatives et méthodes nouvelles (culture partagée, culture pour chacun…). Pour l’usage des ressources patrimoniales numériques, nous avons repris ce objectif du « tout public » tous unis dans le même protocole BnsA, Drac, Conseil Régional, et toutes collectivités concernées.
Qu’en est-il réellement, en termes de bilan, dix ans après ? Nous avons mis à disposition de tout public l’ensemble des ressources rendues disponibles. Voilà la réalité des faits. Ces centaines de milliers de ressources inaccessibles et inconnues sont désormais numérisées, et accessibles à partir de plusieurs moteurs de recherche. Mais « mettre à disposition » du public n’est pas « toucher », intéresser, fidéliser ce « tout public ». Plus exactement, nous pouvons maintenant mieux mesurer ce qui se passe du point de vue des publics et nous pourrons ajuster le tir.
L’analyse des ressources mises en ligne donne une première indication : plus il y a de ressources brutes ou premières avec des outils de recherche de l’ordre de l’inventaire ou du catalogue, plus on est près des attentes d’un public averti, spécialisé. C’est notre situation actuelle avec la BnsA. Du coup, ce public a des habitudes de travail et des demandes précises : il veut un moteur de recherche performant, une valeur ajoutée du portail par rapport aux outils de recherche déjà disponibles sur les sites d’archives ou de musées, une bibliothèque numérique riche, une fiabilité des liens, etc. Bref, nous touchons plutôt un public spécialisé, et nous ne le fidélisons pas si nous ne nous mettons pas à la hauteur de sa requête. Premier défi. Lorsque les ressources sont éditorialisées, enrichies, valorisées par des expositions virtuelles, on constate un élargissement et une fidélisation supérieure. Mais dans une segmentation des publics, encore une fois par spécialisation ou centre d’intérêt : « Son daqui« , site ethnomusical bilingue occitan-français, « cartonne » en France et à l’étranger, parce que cette requête occitane correspond à une « niche », amateurs éclairés, enseignants, universitaires, présents à l’échelle internationale… Mais son audience s’élargit peu à un public dont le centre d’intérêt principal est la musique par exemple.
« Pireneas » est peut-être l’exemple le plus abouti de notre travail en Aquitaine : éditorial et riche en ressources primaires comme en fiabilité des instruments de recherche, il est aussi un portail d’agrégation, et propose des animations interactives, en relation avec des applications à caractère directement touristiques par Qrcode. On ne peut à ce jour fournir une analyse quantitative et qualitative fiable des résultats, mais on sait déjà que ce portail et ce site touchent plusieurs « publics », en fonction du traitement des ressources ET des interfaces proposées : touristes via les Qrcodes, enseignants et public lettré pour le beau travail sur Francis Jammes, etc. En d’autres termes, l’articulation entre le type de ressources, le type d’éditorialisation, le type d’interface semblent déterminer des publics navigateurs, et correspondre pour chacun d’eux à des usages particuliers.
Est-ce à dire que la mission « tout public » est impossible via le numérique, comme la fonction « démocratisation culturelle » est un objectif inatteignable ? Ce n’est peut-être pas le principal enseignement de nos expériences de ces dernières années.
Deux constats ouvrent des champs de réflexion toniques… L’un est qu’une cible « usage » bien déterminée élargit le champ des publics. Le paradoxe n’est qu’apparent : l’utilisation des Qrcodes sur le boulevard des Pyrénées à Pau, pensé pour une lecture des Pyrénées enrichi d’iconographie et de textes, à l’attention de touristes dans une découverte piétonne, s’avère très efficace pour une approche pédagogique par les enseignants dans leurs parcours d’éducation à la lecture de paysage. Deux publics pour un même usage parce qu’il est physiquement bien balisé. On pourrait bâtir à partir de là l’hypothèse que la réflexion doit partir de l’usage, remonter à l’interface, pour élargir les publics. Si on n’atteint pas le « tout public », du moins atteint-on tous les publics confrontés à cet usage. L’autre est qu’il est fructueux de viser le public des médiateurs pour approcher le mythique « tout public » : enseignants, animateurs du patrimoine expriment une demande qualifiée, sur les sources, et les interfaces. Sans doute parce qu’ils maîtrisent les usages. L’agence ECLA constate cet engouement et cette précision dans la demande chez les bibliothécaires. On pourrait émettre l’hypothèse qu’une réflexion organisée avec les réseaux de médiation, éducative, culturelle, touristique, permettrait une adaptation meilleure à leurs besoins vis-à-vis de leurs publics. Ce n’est toujours pas le « grand public », mais cela représente des pourcentages de population significatifs.
Il semble bien que le « grand public » n’existe pas dans notre domaine patrimonial, mais que des approches numériques méthodiques à partir des usages et par des réseaux de médiation élargiraient considérablement le public patrimonial, avec une offre d’un niveau nettement supérieur… Ce ne serait pas si mal !

Pour citer ce billet : "La médiation numérique, l’art et la manière de faire chanter les sources…", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 1 septembre 2014. Lien : http://cehistoire.hypotheses.org/192.

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *