Du patrimoine aux biens culturels…

Comme nous le présentions lors du premier billet, ce carnet ambitionne d’être à la fois un lieu de mise en valeur de nos recherches personnelles mais aussi un instrument de partage et d’échange pour notre groupe informel de réflexion sur les thématiques du patrimoine et de la patrimonialisation, de la documentation qui entoure ces deux concepts, de leur médiation ou encore de leur réception au sein de l’espace public. Afin d’animer ce réseau de chercheurs, nous inaugurons ici une nouvelle rubrique, intitulée « Dialogue », dont l’objectif est de publier, au long cours, des entretiens avec des chercheurs, des acteurs et des praticiens du patrimoine pour qu’ils nous livrent leur approche de ses notions complexes. C’est l’ensemble des réponses et les regards différents sur le document et ses déclinaisons (données, sources, archives, information…), sur la médiation (culturelle, documentaire, numérique, technique, scientifique… ou d’autres types de partages : vulgarisation, communication, adaptation…) et sur la réception (publics, usages, cibles, appropriation…) qui enrichissent cet espace virtuel. C’est donc aujourd’hui avec Philippe Araguas, professeur en Histoire de l’Art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne connu pour participer régulièrement à de multiples projets d’étude et de valorisation patrimoniale, que nous ouvrons ce dialogue.


Dans votre pratique professionnelle d’enseignant-chercheur en Histoire de l’art, quel(s) usage(s) documentaires vous semble(nt) caractéristique(s) de votre profession ? Comment définiriez-vous la notion de document et ses dérivés (donnée, archive, source, matériaux de travail…) ?

Le travail d’historien est traditionnellement essentiellement attaché aux documents d’archives, données primaires qui sont les sources d’une tentative de compréhension du passé et de sa restitution par l’établissement d’une documentation élaborée à partir de ces archives. Pour l’historien de l’art, à ces sources archivistiques s’ajoutent  la prise en compte des objets (matériau de travail) qui s’opère par l’élaboration d’une documentation de type archéologique qui enregistre et restitue par l’image ou le texte les caractéristiques physiques de ou des œuvres envisagées. Le croisement de ces sources à la construction d’un discours qui éclaire les œuvre en confrontant les données documentaires établies à une documentation virtuelle et synthétique accumulée dans l’esprit de l’historien  qui constitue une sorte de vaste base de données construite par l’accumulation d’observations multiples, de concepts, et par la mise en réseau de chacun des éléments de cette banque à entrées multiples.

Montage de documents iconographiques exploités par Philippe Araguas dans son étude sur la Seo de Saragosse, Revue de l'Art, 1992.
Montage de documents iconographiques exploités par Philippe Araguas dans son étude sur la Seo de Saragosse, Revue de l’Art, 1992.

 

Que mettez-vous personnellement derrière ce mot aujourd’hui largement exploité de « médiation » ? En tant qu’ancien conservateur du patrimoine, que pensez-vous plus particulièrement de l’expression « médiation patrimoniale » ?

Ce néologisme correspond pour moi à une ambition beaucoup plus sociale qu’intellectuelle. Par médiation je comprends mise en œuvre d’outils et de techniques diverses permettant aux détenteurs ou gestionnaires de biens culturels de faire en sorte que ces biens culturels (ce concept me paraît plus large et pertinent que celui de patrimoine) de les mettre au service de la société et par là de justifier leur existence et la nécessité de leur conservation. J’ai bien conscience de la vision réductrice qui est la mienne, mais malheureusement je décèle rarement dans les entreprises de médiation une ambition intellectuelle ou spirituelle aussi élevée que celle qui anime dans le meilleur des cas quelques grandes ou petites manifestations culturelles (expositions, conférences, spectacles divers). Je pense donc que l’expression médiation patrimoniale est doublement perverse, d’une part par le manque d’ambition intellectuelle et spirituelle que recouvre le terme de médiation, d’autre part par l’aspect réducteur et « cloisonnant » du terme patrimoine ; dans ce sens le concept de « patrimoine mondial » qui ne correspond qu’à un « label » décerné en fonction de préoccupations en grande partie politiques ne fait que renforcer ma défiance à l’égard de la validité de ces concepts. Evidemment on ne peut cependant jeter le bébé avec l’eau du bain et le concept reste largement opératoire pour garantir un minimum de respect des biens culturels.

Vous avez présidé pendant plusieurs années des sociétés savantes telles que la Société Archéologique de Bordeaux, or en termes de réception, que signifie pour vous le terme ô combien ambigu de « grand public » ?

La fréquentation des sociétés savantes permet effectivement de comprendre par opposition au public extrêmement étroit  que constituent leurs membres, que le « grand public » est constitué par la part considérable de la population qui se contente, dans le meilleur des cas, d’adopter une pratique purement consumériste envers les biens culturels. Le grand public est un public totalement passif, celui justement que vise sans toujours pouvoir l’atteindre, la médiation patrimoniale. Le grand public est pour moi le public qui n’est sensible qu’aux effets de la « communication » et dont la prise en compte n’a d’intérêt que du point de vue économique (ce terme étant pris dans un sens large) le concept de grand public n’est donc pas défini par le « public » visé mais par la finalité de l’entreprise qui le vise.

Pour citer ce billet : "Du patrimoine aux biens culturels…", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 18 août 2014. Lien : http://cehistoire.hypotheses.org/174.

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *