Le patrimoine à la télévision, une médiatisation par l’image qui néglige les savoirs…

Après la tenue de la dernière Journée Sic&Histoire#3, dont les réflexions sur les scénographies numériques des patrimoines devraient être prochainement publiées, nous poursuivons aujourd’hui le dialogue entamé depuis plusieurs années maintenant sur les médiations contemporaines du passé auprès de chercheurs et de professionnels en entamant avec ce nouvel échange une réflexion sur les usages télévisuels de l’Histoire1. Et c’est avec Thibault Le Hégarat, que nous introduisons cette réflexion. Docteur en Histoire contemporaine et rédacteur sur le carnet Patrimoine et télévision, Thibault Le Hégarat a consacré sa thèse aux représentations du patrimoine à la télévision. Cette thèse a donné lieu, dans le cadre d’un contrat post-doctoral, à la réalisation d’un dispositif de valorisation de ces travaux en ligne à travers une base de données éditorialisée présentant certaines vidéos du corpus d’émissions étudiées. Son activité d’enseignement est également perceptible au sein des différents discours de contextualisation élaborés… La Patrimathèque, puisque c’est le nom donné à ce dispositif éditorial, est donc l’objet de ce dialogue qui nous permet de commencer à réfléchir au rapport qu’entretiennent les médias « traditionnels », et plus particulièrement la télévision, au patrimoine.


1. La Patrimatheque se présente comme un outil multimédia de diffusion de connaissances historiques et thématiques sur le patrimoine matériel, illustrées principalement à partir de ressources audiovisuelles et notamment d’émissions de télévision recensées en France depuis les années 1950. Il est essentiellement question du patrimoine français et le ton employé est plutôt descriptif et explicatif… Pourriez-vous nous rappeler l’origine du projet et nous expliquer les publics et usagers visés par ce site ?

« Les secrets des tableaux du Louvre (1959) », une émission exigeante sur le fond scientifique. Capture écran de La Patrimathèque, 2017.

Ce site est né d’une conjonction d’éléments : un savoir disponible, une opportunité de recherche, et le souhait de combler un vide. Au terme de ma thèse, j’avais une expérience de recherche et une connaissance des archives télévisées et sur le patrimoine. J’ai en effet consacré mon doctorat à étudier la représentation du patrimoine culturel dans les programmes de télévision française des années 1950 aux années 1990. C’est un travail d’historien des médias, mais aussi du culturel : j’ai souhaité comprendre comment le patrimoine était mis en images, et comment les téléspectateurs du XXe siècle l’ont perçu.

La Fondation des Sciences du Patrimoine souhaitait quant à elle engager des opérations de médiation du savoir scientifique ; ce fut l’opportunité. Elle a accepté mon projet de recherche post-doctoral qui consistait à développer un outil numérique de médiation sur le patrimoine. Ce contrat m’a permis de concrétiser mon souhait de faire de la vulgarisation scientifique, et la Fondation a aidé au cadrage scientifique. Or en élaborant ce projet de recherche en avril 2016, je me suis rendu compte que les contenus tous publics sur le patrimoine n’étaient pas nombreux. Il y avait donc quelque chose à proposer. Même si la demande n’était pas clairement formulée, je savais que ce que j’avais à offrir trouverait un public.

J’avais dans l’idée de développer un outil pour découvrir le patrimoine, son histoire, sa complexité. La Patrimathèque veut s’adresser aux curieux, mais aussi aux éducateurs. C’est pourquoi j’ai voulu intégrer des ressources documentaires et bibliographiques, et ajouter des renvois vers des sites de médiation et des fiches pédagogiques. Le site a d’ailleurs déjà été référencé sur des portails de ressources éducatives.

J’ai voulu mettre les vidéos au cœur de la Patrimathèque, et je crois qu’elles constituent la valeur ajoutée de ce site. Je ne vais pas m’en cacher, elles servent aussi à attirer un public qui n’est pas en recherche de contenus écrits. Les 100 vidéos que j’ai sélectionnées font toutes l’objet d’une notice descriptive conçue sur le même modèle : j’y souligne ce qu’il « faut voir » dans la vidéo, je la mets en perspective historique, puis je renvoie vers des vidéos similaires, vers des pages explicatives et des fiches d’analyses (tout est présenté sur mon carnet de recherches). Les notices pointent également vers des contenus externes et d’autres vidéos pour les plus curieux, que j’ai choisis ou qui m’ont été recommandés.

Mais comme je n’ai pas voulu déterminer l’ordre dans lequel le visiteur allait visionner les vidéos et lire les pages, je lui donne la possibilité de choisir son parcours (par région, par époque ou par thème), ou de picorer et de rebondir au gré des liens. Le site est pensé pour des publics différents, et le visiteur le plus motivé peut aller vers des pages d’analyse plus fouillées. D’autres se limiteront à visionner les vidéos, et aux premières lignes explicatives, les plus importantes. Je me suis également forcé à écrire des contenus brefs pour ne pas décourager les visiteurs, ce qui était une expérience très intéressante…

2. A plusieurs reprises les termes de valorisation, de médiation et de médiatisation apparaissent dans les commentaires du site. Avez-vous vu apparaître ces termes dans le corpus et les ressources audiovisuelles étudiés et comment de votre côté les définiriez-vous ?

La notice de l’emission « Tous contre trois (1980) » dans La Patrimathèque : capsule vidéo, extrait du discours véhiculé, contextualisation et renvois vers d’autres émissions. Capture écran, 2017.

La télévision opère une médiatisation d’ampleur du patrimoine. Depuis ses débuts et jusqu’à nos jours, ce média a mis en images, a montré et fait connaître le patrimoine français dans toute sa richesse et sa diversité. Cette médiatisation prend des formes variables selon le type de programme et l’angle des auteurs. Le patrimoine est parfois fortement mis en valeur par l’image comme par le texte, ce qui peut inciter les téléspectateurs à regarder différemment un site patrimonial ou un artefact. C’est l’un des grands pouvoirs de la télévision : elle offre une énorme visibilité à ce qu’elle met en scène. Stéphane Bern affirme par exemple que ses émissions provoquent un afflux de visiteurs dans les sites qu’il montre. Leur contenu est pourtant très discutable d’un point de vue de la connaissance, mais elle offre un coup de projecteur énorme.

La médiation du savoir sur le patrimoine est très limitée à la télévision. Dans l’ensemble, le rapport au savoir y est assez ambigu. La majorité des émissions sur le patrimoine a un vernis culturel et éducatif, mais quand on les analyse on constate qu’elles sont assez pauvres en contenus « instruisants ». La priorité des producteurs n’est pas de transmettre un savoir sur le patrimoine, à mon sens elle est plutôt de divertir le public, de l’émouvoir, de le flatter. Et si l’histoire, la géographie et les arts y sont mobilisés, c’est d’abord pour toucher le public au moyen de références à la culture générale. La télévision ressemble beaucoup aux ouvrages grand public des librairies : le savoir scientifique n’y est mobilisé qu’à de rares exceptions.

Dans le domaine du patrimoine, la télévision donne beaucoup à voir, mais assez peu à comprendre. D’ailleurs, ni dans les sources textuelles que j’ai dépouillées (aux archives nationales ou à l’Inathèque), ni dans les programmes eux-mêmes, les mots de « médiation » ou de « valorisation » ne sont employés. Pour autant, est-ce que les émissions sont pensées dans ces termes par leurs producteurs ? Pour les documentaires, c’est généralement le cas. Il existe aussi des magazines de vulgarisation, peu nombreux mais très bien faits, qui témoignent d’une véritable intention de transmettre un savoir. Il y a aussi eu un jeu télévisé avec des questions très pointues sur l’histoire et le patrimoine, que Georges de Caunes présentait avec l’élégance qui était la sienne, Tous contre trois. Le téléspectateur pouvait apprendre en regardant ce programme. Mais dans la grande majorité des cas, je crois qu’il ne faut pas considérer les émissions sur le patrimoine comme des canaux de connaissance. En résumé, à la télévision, il y a une médiatisation des sites et des artefacts patrimoniaux, mais une médiation du savoir très limitée.

En ce qui concerne mon propre travail, j’ai envisagé la patrimathèque comme un outil pour découvrir la notion de patrimoine et son histoire. C’est donc une entreprise de vulgarisation du savoir scientifique. Je m’appuie pour cela sur une bibliographie très riche, et beaucoup d’analyses du site sont reprises de ma thèse de doctorat. Cependant, compte tenu du public très large, j’ai parfois renoncé à des analyses trop longues ou à des concepts trop complexes. J’ai fait le pari que les extraits d’archives télévisuelles pourraient me permettre d’attirer le public et de faciliter mon entreprise de vulgarisation. Mais même si les vidéos constituent l’originalité de ce site, le texte est fondamental. Les extraits me servent à expliquer, mais ils ne se suffisent pas à eux-mêmes, on en revient toujours au texte. J’ai en plus réalisé des cartes, des graphiques et des schémas pour varier les supports et les formats. On m’avait suggéré aussi de produire mes propres vidéos à ajouter à celles de l’INA, mais cela aurait représenté trop de travail pour moi qui était seul sur le projet. Peut-être ces vidéos verront-elles le jour plus tard, car c’est un médium que j’aimerais vraiment explorer pour faire de la vulgarisation.

Mon intention n’a en tout cas jamais été de proposer une sélection de vidéos et de laisser le visiteur se débrouiller. D’autant plus que ces vidéos sont anciennes pour la plupart et doivent être considérées comme des documents historiques. Il était inconcevable de ne pas les mettre en perspective. Je devais les re-contextualiser, les critiquer, mettre de la distance en même temps les expliciter pour le public d’aujourd’hui. C’est donc aussi un travail de valorisation des documents audiovisuels. Mon travail a ainsi et d’abord consisté à sélectionner les archives les plus pertinentes pour mettre en lumière les sujets que je voulais traiter. Je propose une sélection limitée à 100 vidéos pour éviter la dispersion. Ensuite, mon travail de valorisation passe par la mise en perspective et l’explication, chaque vidéo étant commentée dans une notice dédiée.

3. La télévision, médium principal à travers lequel le patrimoine est envisagé ici, est avant tout un outil de communication traditionnel qui propose un discours unidirectionnel et descendant, bien loin des pratiques de médiation patrimoniales où l’échange et la discussion sont censés permettre une véritable appropriation… Quels rapprochements, ou au contraire, quelles différences feriez-vous entre les récits développés dans ces émissions de télévision et ceux que l’on retrouve par exemple dans ces pratiques de médiation in situ?

« Des racines et des ailes », une « carte postale » sur les patrimoines monumentaux et paysagers diffusée depuis plus de 20 ans sur France3. Capture écran d’une recherche iconographique en ligne, 2017.

On touche ici à une limite du médium : la télévision reste exclusivement verticale, du haut vers le bas. Dans ces conditions, tout ce que l’on peut espérer, c’est que les producteurs en aient conscience et renforcent leurs efforts pour anticiper les interrogations du public. Une émission bien problématisée peut résoudre cette question : en restreignant la perspective autour d’une interrogation stimulante, il est tout à fait possible de guider le public le long d’un cheminement déterminé sans qu’il n’éprouve le sentiment d’être passé à côté d’une partie du sujet. Le foisonnement peut, à l’inverse, être contre-productif.

Il est aussi possible de travailler la forme. J’ai obtenu que l’INA mette en ligne deux extraits inédits d’un magazine de vulgarisation oublié aujourd’hui, La science au secours des vitraux et La science au secours des statues. J’aime beaucoup ces séquences car la technique audiovisuelle est mise au service de l’explication : gros plans, agrandissements au microscope, démonstrations, vocabulaire adapté, dans des séquences très courtes et très visuelles, et le tout en direct. Vingt ans auparavant, la télévision était loin d’être aussi claire dans ce genre de séquences. Les professionnels ont donc appris à faire de la médiation, ce qui est le signe d’une réflexion sur la question.

Les programmes, dans leur immense majorité, semblent tout de même manquer d’ambition. Diffuser le savoir scientifique – surtout le plus récent – n’est pas un de leurs objectifs. Dans leur ton et dans leur forme, ils sont semblables à des guides touristiques d’antan, dressant des collections de lieux remarquables, et saupoudrant leurs parcours de références scolaires vieillies. De même ils alignent des prises de vue qui, au pire sont pauvrement composées, au mieux ressemblent à des cartes postales. En somme, il y a beaucoup de facilité et d’opportunisme, et peu d’initiatives véritables de médiation autour du patrimoine. Preuve que cela n’est pas facile, et que filmer un monument avec un drone tout en lisant le résumé d’une notice encyclopédique ne suffit pas.

Car il faut garder à l’esprit que la télévision est le média de l’émotion par excellence. Ses programmes visent toujours à susciter une réaction émotionnelle, parce que c’est la sympathie et l’empathie du téléspectateur qui sont recherchées. De la sorte, les diffuseurs peuvent capter l’auditoire et le conserver. Les objectifs éducatifs ne sont pas prioritaires. Les professionnels de télévision développent donc des stratégies pour toucher le téléspectateur par l’émotion plutôt que de l’atteindre par la réflexion. Rien à voir donc avec la médiation in situ, même si on trouve parfois là aussi un goût pour l’anecdote, le sang, la chair. La trivialité n’est bien sûr pas réservée qu’à la télévision…

Malgré tout cela, travaillant depuis plusieurs années sur les archives de la télévision, je connaissais leur potentiel. Elles sont une fenêtre fabuleuse sur l’histoire de la notion de patrimoine dès lors qu’on en connaît le contexte. C’est ce que je souhaitais opérer : rendre intelligible ces archives parfois obscures mais souvent très riches, pour retracer un historique de la monstration du patrimoine dans les médias. En outre, même si je suis assez critique sur les programmes sur le patrimoine qui passent actuellement à la télévision, je reste persuadé que ce média est un formidable outil de vulgarisation. J’espère que les éléments d’analyse audiovisuelle que j’ai distillés dans les notices permettront aux internautes d’avoir un œil plus aiguisé quand ils regarderont les émissions en direct à la télévision, et d’être plus exigeants à l’avenir…

Une interview de Thibault Le Hégarat.

Pour citer ce billet : "Le patrimoine à la télévision, une médiatisation par l’image qui néglige les savoirs…", par Jessica Fèvres - de Bideran, publié sur Com'en Histoire, le 6 décembre 2017. Lien : http://cehistoire.hypotheses.org/1179.

  1. A ce sujet on pourra d’ailleurs aller relire sur ce carnet le témoignage de Julie Deramond qui avait participé en 2015 au tournage d’un numéro de la célèbre émission de Stéphane Bern,
    Secrets d’Histoire, sur Jeanne d’Arc : Jeanne d’Arc à l’heure médiatique. []

A propos Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *