Vulgariser autrement ? Internet et les nouveaux espaces de médiation de l’histoire

Alors que les textes de la journée Sic&Histoire#2 du 23 mars 2016 seront très prochainement publiés au sein de la revue Sciences de la société et que la prochaine rencontre Sic&Histoire#3 est prévue pour le 23 novembre 2017 prochain à Avignon1 Com’en Histoire accueille aujourd’hui une nouvelle auteure, Manon Champier alias Manon Bril, qui propose de revenir, dans le cadre de nos « Ateliers des médiations », sur son activité de youtubeuse spécialisée dans la vulgarisation de l’Histoire antique à travers sa chaîne « C’est une autre histoire ». Ce billet est l’occasion de revenir sur le terme de vulgarisation, de moins en moins utilisé aujourd’hui pour parler des pratiques de médiation, une activité pourtant renouvelée sur le web par différents acteurs…

Ce billet fait suite à la communication que j’ai assurée lors de la journée Sic&Histoire#2 au  au cours de laquelle je suis revenue sur mon activité scientifique sur YouTube. Les discussions avaient notamment pour objectif de réfléchir aux formes de vulgarisation de l’Histoire, de ses limites et de son intérêt pour la circulation de cette discipline et de ses savoirs. Or, la vulgarisation scientifique est encore mal perçue dans certaines sphères universitaires. Parfois considérée comme « rabaissante » pour le travail de recherche, elle est victime de préjugés alors même que ses enjeux sont centraux pour l’avenir de la recherche en sciences humaines et sociales. Et ces phénomènes de rejet sont amplifiés lorsque l’on parle de vulgarisation sur les nouvelles plateformes de diffusion que propose Internet et notamment YouTube. Ces milieux, avec leurs codes, sont en effet généralement mal connus du public universitaire et jouissent par conséquent d’une mauvaise réputation… Alors même que d’après mon expérience, ils constituent aujourd’hui de précieux outils pour toucher le fameux « grand public ». Ce texte me donne donc l’occasion de revenir sur ma propre pratique de vulgarisation scientifique et de soulever ainsi des questions plus générales qui touchent finalement n’importe quel vulgarisateur, tout en sensibilisant les universitaires à l’importance de ces pratiques.

Mais avant de présenter le parcours de vulgarisatrice qui est le mien, puis d’évoquer des pistes de réflexions, je souhaiterais rapidement revenir sur des questions de vocabulaire et les usages que je fais de termes parfois connotés. Les expressions « médiation scientifique » ou « vulgarisation » font en effet débat au sein des Sciences de l’information et de la communication… Le mot « vulgarisation » est ainsi souvent perçu comme péjoratif, puisqu’il renvoie au terme « vulgaire », très connoté aujourd’hui. Pourtant, aux XVIIIème et XIXème siècles, lorsqu’apparaît la vulgarisation, ce terme renvoyait tout simplement à la diffusion des savoirs dans une langue dite « vulgaire », c’est-à-dire ordinaire, commune, telle que le français ou l’italien, et non le latin. Ce n’est qu’au fil du XIXème siècle et parallèlement à la montée de la classe bourgeoise que le terme devient péjoratif. Et si la première acception du mot n’est pas connotée, celui-ci retrouve une certaine vigueur aujourd’hui puisque sur la toile par exemple, le terme « vulgariser » est assez largement employé ; c’est pourquoi je l’utilise régulièrement dans mon travail. Finalement, sur Internet, le mot qui fait aujourd’hui le plus débat est celui de « youtubeur » auquel certains préfèrent souvent le terme de « vidéaste », qui permet non seulement d’englober les créateurs de n’importe quelle plateforme de diffusion, et pas exclusivement YouTube, mais aussi de définir cette activité d’une autre façon que seulement subordonnée au géant d’Internet. Toutefois, par usage, le terme « youtubeur » est largement dominant et je l’emploie donc régulièrement sans connotation particulière, ceci depuis le début de ma pratique qui a commencé il y a environ deux ans.

Un parcours particulier

Mon parcours ne s’est pas tout de suite tourné vers YouTube. C’est l’expérience de sensibilisation à la médiation scientifique que constituait le concours « Ma thèse en 180 secondes », organisé par le CNRS et la CPU, qui a éveillé mon intérêt pour la diffusion des savoirs auprès du grand public. Les doctorants doivent tout simplement y exposer leurs recherches en trois minutes, et de manière accessible pour tous. L’obtention du prix du public à la finale régionale Midi-Pyrénées m’a montré qu’il y avait un public pour les thématiques et le ton qui sont les miens. Puis une deuxième expérience a conforté mon envie de me lancer dans une chaîne YouTube : la participation à un concours de courts-métrages organisé pour les 2000 ans de la ville de Toulouse, avec la production d’une vidéo sur la ville qui a fait le « buzz » sur les réseaux sociaux, soulignant à nouveau que le ton un peu décalé et potache qui avait été adopté pouvait rencontrer son public et faire passer du contenu. La création d’une chaîne YouTube de vulgarisation de l’histoire permettait donc de réunir à la fois l’expérience internet et vidéo, ainsi que celle de la vulgarisation de mon domaine, l’histoire, et plus précisément, la réception de l’Antiquité. Ma chaîne, intitulée « C’est une autre histoire », a donc été lancée en septembre 2015 et cumule, à l’heure où est publié cet article, environ quatre-vingt mille abonnés ; elle a été relayée par plusieurs médias traditionnels tels qu’Arte ou France culture et elle a bénéficié de partenariats avec de grandes institutions comme la RMN-Grand Palais ou le Musée d’Art et d’Histoire de Genève.

Participation de Manon Champier au concours « Ma thèse en 180 sec » en 2015.

Ma courte expérience dans la vulgarisation m’a déjà permis de constater que certaines problématiques étaient récurrentes, problématiques que l’on peut résumer en trois grandes questions :

  • La vulgarisation rabaisse-t-elle le travail du scientifique et peut-on tout vulgariser ?
  • Tous les formats et surtout tous les tons (niveau de langage, humour etc.) sont-ils permis ou faut-il respecter une certaine sacralité de la discipline ?
  • Ces problématiques permettent aussi d’approfondir la réflexion sur les différentes façons de vulgariser, le support internet et en particulier celui de la vidéo.

La vulgarisation sur le web, entre simplification, sélection et réduction

Simplifier et expliquer sont souvent associés à l’idée de rabaisser, de dénaturer le contenu scientifique. C’est généralement le premier argument que les personnes dubitatives quant à la vulgarisation avancent. Le concours « Ma Thèse en 180 secondes » est par exemple parfois mal vu car il semble beaucoup trop réducteur de résumer en trois minutes une recherche doctorale étalée sur plusieurs années. Mais s’il est certain qu’une forme de simplification est indispensable pour faire passer les contenus à un public non expert, simplifier n’est pas forcément réducteur. Car cela implique parfois d’aller à l’essentiel et d’évacuer des détails ou des éléments trop complexes, et surtout donc de faire des choix. On choisit de ne traiter qu’un aspect précis du sujet, quitte à le découper en plusieurs interventions, plusieurs articles ou plusieurs vidéos car l’attention du public peut être plus limitée, plus ciblée. Il s’agit donc de découper les contenus et de les exposer d’une autre façon. Le fait de faire des choix, de ne pas pouvoir tout traiter et de se limiter est souvent déprécié alors que c’est finalement le quotidien du chercheur qui doit publier un article cantonné à vingt pages ou produire une communication de vingt minutes. La production d’une vidéo de vulgarisation scientifique répond bien des mêmes mécanismes : le chercheur est constamment en train de réduire ses contenus pour répondre aux conditions de publicisation de ce savoir, le vulgarisateur fait de même chose mais ne s’adresse tout simplement pas au même public…

En effet, l’objectif du vulgarisateur n’est absolument pas le même que celui d’un chercheur souhaitant rendre public ses réflexions scientifiques selon le processus de publication traditionnelle de la recherche. La vulgarisation scientifique veut faire comprendre les grandes lignes, les idées principales, voire l’intérêt de la recherche, mais pas fabriquer de nouveaux savoirs scientifiques. Ce n’est ni un enseignement, ni une contribution scientifique, mais une sensibilisation… Enfin, être capable de synthétiser avec efficacité, de rendre clair et accessible une notion complexe n’est à mon avis certainement pas une compétence à déprécier, comme cela peut malheureusement être parfois le cas. C’est même en réalité une compétence très technique et loin d’être innée, d’autant plus lorsqu’on est un éminent spécialiste travaillant depuis de longues années sur le même sujet. Pour autant les préjugés sont encore tenaces de la part de certains universitaires en ce qui concerne la vulgarisation scientifique. Il me semble cependant que cette erreur de jugement nuit à nos disciplines car la vulgarisation est plus que jamais nécessaire pour faire comprendre l’importance de la recherche au grand public, quels que soient la discipline ou le sujet. Nous en venons ainsi à la deuxième question de notre réflexion : peut-on tout vulgariser ?

Une remarque assez récurrente lorsque l’on encourage un collègue à s’essayer à la vulgarisation scientifique est le fait que certains sujets seraient plus attractifs que d’autres aux yeux des publics… On m’a ainsi régulièrement avancé que mon sujet était plus reluisant et moins austère que d’autres. Pourtant, quand j’annonce que je fais une thèse sur Athéna dans les images officielles du XIXème siècle, je rencontre régulièrement un scepticisme poli qui me laisse penser que le sujet est loin d’être attractif pour tout le monde, et quoi de plus normal après tout ? De même, les derniers sujets des vidéos que j’ai eu l’occasion de réaliser dans le cadre de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès, pour le magasine universitaire Mondes sociaux, traitent respectivement du mariage paléo-babylonien et de la liburne automotrice, des concepts dont n’importe quel non spécialiste se sentira étranger, et sans doute assez peu attiré. Or, les retours ont été globalement positifs… Il semble donc bien que même des sujets a priori austères peuvent susciter l’intérêt, à condition de réussir à les rendre clairs et attractifs. Et les rendre attractifs ne signifie pas les tordre pour les rendre racoleurs mais bien faire comprendre au public l’intérêt de ces recherches en soulignant quelques enjeux importants. Par exemple, la simple et stricte description du déroulement de mariage paléo-babylonien n’aurait eu que peu d’intérêt… Mais il est en revanche très intéressant de souligner que celui-ci connaissait des formes extrêmement variées et donc de rappeler, dans le contexte actuel, que le mariage n’a pas toujours été cette institution immuable, comme il l’est parfois considéré aujourd’hui. Or pour faire passer ces enjeux sociétaux, il faut savoir accrocher l’auditeur ! C’est là qu’entre en jeu un élément absolument incontournable dans la pratique du vulgarisateur et du médiateur, dont les universitaires sous-estiment souvent l’importance, celui de la forme.

Interview de Manon Champier pour le site web d’Arte, 2016.

Entre fond et forme

La forme est primordiale. Elle est même plus importante que le fond, dans le sens où elle a plus de pouvoir que ce dernier. Ainsi, et bien que bon nombre de chaînes YouTube aient un contenu plus qu’à revoir, celle-ci connaissent un très grand succès du fait de leur forme efficace et moderne. Bien évidemment d’un point de vue éthique, il vaut mieux avoir une mauvaise forme et un fond scientifiquement valide que l’inverse, mais du point de vue de l’efficacité et de la réussite à faire passer un message, le scientifique doit reconnaître l’importance de la forme. En théorie il détient le fond et ne se trompera pas sur son contenu mais pourra avoir tendance à minimiser cette importance, à réfléchir moins à la forme, à y passer moins de temps et y consacrer moins d’énergie. Bien sûr mon conseil serait probablement inversé si je m’adressais à des passionnés, mais non spécialistes, qui souhaiteraient se lancer dans la vulgarisation et qui auraient besoin de travailler sur le questionnement des sources et la création d’un savoir. En revanche, le scientifique est parfois peu au fait des façons de faire de son temps et des formes destinées au grand public, en particulier en ce qui concerne YouTube.

Le format YouTube est en effet, pour certaines générations et certains publics, encore trop déprécié ou tout simplement mal connu. Les vidéos sont souvent jugées trop rapides, trop « selfies » (avec la tête du présentateur en continu à l’écran), et destinées uniquement à des adolescents. Il est vrai que ces formats sont très différents des formes traditionnelles observables à la télévision mais elles appellent une autre façon de consommer de la vidéo. L’internaute peut faire pause, revenir en arrière, cliquer sur un lien annexe et revenir, écouter la vidéo et faisant autre chose, ou en travaillant sur une autre fenêtre de son ordinateur… Le rythme soutenu bien souvent adopté est une façon de répondre à l’instantanéité d’Internet, mais il est aussi tout simplement une forme que le public habitué à YouTube apprécie et favorise ; il suffit en effet de regarder les montages très rythmés des chaînes à succès… Et le public en question n’est plus celui des débuts de YouTube, extrêmement jeune et « geek ». Il est aujourd’hui aussi varié que la production Internet. De plus en plus de gens regardent des vidéos sur internet au détriment de la télévision et de plus en plus de gens s’essayent à la vidéo. Je prends par exemple pour appui les statistiques de ma chaîne personnelle.

Outre le fait que notre public reste majoritairement masculin (comme sur la plupart des chaînes YouTube), on constate que les 13-17 ans, tous sexes confondus, constituent 5,4% de nos vues, alors que la tranche d’âge allant de 18 à 34 ans recoupent 74,8%, et les 35-44 ans arrivent à 11,2%. Or, nos vidéos qui ont un ton décontracté, un fond de musique et un cadre urbains sont souvent associées à un public adolescent de la part des personnes non familières de la plateforme YouTube et de la culture pop en général. La forme YouTube est donc encore souvent étrangère aux milieux universitaires, mais le public grandissant et varié à qui elle parle mérite que l’on s’y intéresse et que l’on essaye de dépasser ou du moins de questionner les façons traditionnelles de concevoir une vidéo, un montage, etc.

La forme concerne aussi la construction du discours. Les formations à la médiation scientifique telles qu’on peut les recevoir par exemple lors de la participation à « Ma Thèse en 180 secondes » encouragent à utiliser des métaphores et des images pour parler au public, ou encore à « raconter une histoire », en plaçant des anecdotes pertinentes permettant à l’auditeur de ne pas perdre le fil mais aussi et surtout de pouvoir reconstituer lui-aussi l’histoire qu’on lui a racontée, a posteriori. Il est aussi nécessaire d’expliquer absolument tout le vocabulaire et de le choisir consciencieusement : il n’est ainsi pas toujours indispensable de placer tout le vocabulaire technique pour la compréhension des grands axes d’une recherche et s’il est incontournable, alors il faut prendre le temps de le définir clairement. Tout dépend bien sûr du public visé, il est donc toujours nécessaire de bien réfléchir à qui l’on souhaite s’adresser… Mais lorsque la cible est ce fameux grand public indéterminé, avec la large diversité qu’il implique, il est conseillé d’utiliser un niveau de discours équivalent à celui d’un élève de 5ème et donc de toujours se demander si l’explication produite pourrait être comprise par un jeune de cet âge.

Enfin, si l’humour est loin d’être obligatoire, il peut être extrêmement utile. Tout d’abord pour désacraliser un contenu qui peut sembler austère et élitiste, ensuite pour permettre des respirations dans le discours et récupérer une attention déclinante, enfin pour faciliter la mémorisation. En effet, le spectateur retiendra une boutade et sera bien souvent obligé de retrouver le contenu pour pouvoir la réexpliquer. Bien évidemment ces éléments sont théoriques et toujours à adapter au contexte, aux objectifs et surtout à la cible visée, mais ils peuvent être des outils précieux pour faire passer efficacement un discours. Enfin, certains sujets sont effectivement plus attractifs ou plus simples que d’autres, mais une forme réfléchie permet de tout vulgariser, même les sujets les plus austères, comme ceux que nous avons évoqués plus haut. Il est donc important selon moi que les chercheurs se saisissent de ces outils…

Le format vidéo et la plateforme YouTube sont des contextes qui permettent de sortir du cadre académique et d’assouplir les façons de communiquer. Par rapport au spectacle ou à la présentation en live, la vidéo permet de jouer sur le rythme grâce au montage, de fournir des illustrations variées, d’être toujours disponible et libre d’accès. Ce libre accès participe d’une vision idéologique extrêmement démocratique de l’accès à la connaissance. Le support vidéo est aussi par exemple parfois plus attractif pour des gens qui lisent peu. Ainsi, cette dimension « publique » de YouTube incite de plus en plus de gens à proposer leur propre contenu alors même que les spécialistes sont, eux, encore peu présents sur ce support qui est aujourd’hui majoritairement exploité par des amateurs et des passionnés, pour le meilleur comme pour le pire… Dans le domaine qui est le mien, il est ainsi possible de consulter des chaînes d’une excellente qualité, tenues par des non historiens, à l’image de la chaîne d’Ugo Bimar, « Confessions d’histoire », dont la documentation et le travail historique sont très honorables et à la hauteur de l’écriture et du jeu des comédiens. Tous ces éléments combinés contribuent à un résultat de haute qualité. Les vidéastes non spécialistes qui ont la volonté d’améliorer sans cesse leurs contenus ont en outre créé des systèmes de relecture par les pairs et des spécialistes afin de valider les contenus. Ainsi, sur les pages facebook de ces chaînes, les forums et les sites dédiés s’échangent les scripts et les feed backs

En revanche, d’autres youtubeurs sont moins scrupuleux et n’ont pour objectif que de « faire des vues », peu importe la qualité du contenu proposé. Ces chaînes qui connaissent bien les codes internet ont parfois une énorme visibilité (plus de cent mille abonnés) et les conséquences peuvent être assez lourdes. Bien souvent on a affaire à des biographies ou des thématiques déroulées de façon non problématisées mais assez traditionnelle et proche des exposés d’élèves, ce qui leur assure un certains succès puisque les gens retrouvent un format familier. Ce qui est en revanche ennuyant c’est l’usage des sources qui ne sont pas discutées et souvent choisies de manière peu réfléchie. Elles proviennent en grande partie de Wikipédia, de blogs d’anonymes ou de presse en ligne pas forcément spécialisée. Ces youtubeurs se soucient peu de l’exactitude, de la chronologie ou encore des retours que l’on peut faire sur leurs travaux, le but étant uniquement de développer leur chaîne, peu importe le prix.

Face à ce genre de contenu, les universitaires commencent à réagir, et je citerai par exemple dans mon domaine, le carnet de recherche de la prestigieuse Revue des études anciennes, en ligne sur Hypotheses.org, qui propose des articles d’universitaires commentant les productions internet. On notera toutefois que, si en ce qui concerne le fond ces analyses sont évidemment plus que précieuses et pertinentes, pour la forme, les jugements portés témoignent encore du manque de connaissance de YouTube de la part des universitaires. Par exemple, la forme légère et potache de notre émission a été interprétée comme une volonté de faire le buzz plus que de réellement, et différemment, valoriser la recherche contemporaine en histoire antique2 ! Or, il est clair que si notre seule intention était de « faire des vues » nous utiliserions d’autres procédés, avec beaucoup moins de scrupules, comme les pratiques que nous venons de souligner, et que l’histoire ne serait d’ailleurs probablement pas le support le plus porteur… La légèreté est en effet souvent méprisée et nous en arrivons à notre dernière question : tous les formats et tous les tons sont-ils permis ou y-a-t-il une sacralité des disciplines à respecter ?

Wonder Woman et la mythologie feat. Manon Bril – Les Chroniques de Vesper. Collaboration de Manon Champier avec la chaîne Les chroniques de Vesper, 2017.

Comme je viens de l’exposer, la critique la plus récurrente à laquelle est confrontée ma chaîne est celui du ton employé. On lui reproche sa vulgarité, on le trouve trop léger, trop décalé, en tout cas impropre à parler correctement d’Histoire, une discipline sérieuse et beaucoup trop noble. Enfin certains font un raccourci entre la légèreté du ton et la valeur du contenu, estimant qu’avec un tel humour, ce dernier ne pouvait pas être valide. Mais ces dernières remarques ne sont pas émises par des historiens qui, n’appréciant pas toujours la forme, savent que le contenu est sérieux, mis à part bien sûr quelques étourderies inévitables… Ces remarques proviennent de passionnés, sur des forums tels que la page facebook de l’émission France culture La Fabrique de l’histoire, donc de personnes qui se sont bâti une représentation de ce que doit être l’histoire selon eux, quelque chose de grand, d’austère, de noble, voire d’élitiste ! J’ai déjà expliqué mes choix quant à la forme et pourquoi je pense qu’il est important de sortir des traditionnelles présentations académiques. J’ajoute ici simplement que la remise en cause de ce genre d’image sacralisée de la discipline, par le biais de la forme, est essentielle. D’abord parce que cette image de grandeur que ce se sont construit certains passionnés est précisément celle qui en rebutera d’autres, pensant que l’Histoire n’est pas faite pour eux ; ensuite parce qu’elle véhicule une vision erronée de la discipline, impliquant par exemple des jugements de valeurs sur ce que doit être ou non un sujet important, intéressant, digne d’intérêt, etc. Bref, il est temps pour des disciplines jouissant parfois d’une réputation austère, comme l’Histoire justement, de sortir de leurs clichés et d’être dépoussiérées avec des amateurs mais aussi par les spécialistes. Ceci peut éventuellement passer par un ton différent, qui ne fera évidemment pas l’unanimité, puisque tous les goûts sont dans la nature, mais qui aura au moins le mérite de questionner les façons de faire.

Pour citer ce billet : "Vulgariser autrement ? Internet et les nouveaux espaces de médiation de l’histoire", par Manon Champier, publié sur Com'en Histoire, le 4 octobre 2017. Lien : http://cehistoire.hypotheses.org/1105.
  1. Le programme est actuellement en cours de finalisation ; nous le publierons ici lorsque celui-ci sera définitif. []
  2. Voir par exemple cet article : Pierre Cuvelier, Valorisation : peut-on apprendre la mythologie grecque avec des vidéos YouTube ?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/08/2016. Ou encore : Séverine Garat, Valorisation : à propos de la chaîne « C’est une autre histoire ». Entretien avec Manon Bril, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/06/2016. []

5 réflexions au sujet de « Vulgariser autrement ? Internet et les nouveaux espaces de médiation de l’histoire »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *