Sentir pour ressentir, la médiation olfactive au service des œuvres d’art…

Poursuivant notre réflexion sur le concept de médiation, ce nouveau « Dialogue » qui ouvre l’année universitaire nous amène à questionner la médiation olfactive à travers les pratiques élaborées par les musées de Grasse. Sous cette appellation sont regroupés le Musée International de la Parfumerie (MIP), les Jardins du Musée International de la Parfumerie (JMIP), le Musée d’Art et d’Histoire de Provence (MAHP) et la Villa Jean-Honoré Fragonard (Villa). Nous remercions ici pour ses réponses Christine Saillard, actuellement Responsable du Service des Publics des musées de Grasse. Après un cursus en Médiation culturelle, patrimoine et spectacle vivant à l’université d’Aix-Marseille, celle-ci a en effet acquis plusieurs années d’expérience sur le terrain, principalement dans les musées de Grasse et au MIP : elle nous livre ici quelques clés de compréhension de ces nouvelles médiations…

Car la vue n’est plus aujourd’hui le seul sens sollicité chez les visiteurs de musées, toutes sortes de médiations proposent d’accéder aux œuvres différemment. Une médiation autour des sens se développe de plus en plus, à l’image du toucher avec les dispositifs tactiles initialement destinés aux seules personnes déficientes visuelles. Loin d’être anecdotique, la médiation sensible convoque un sens et l’exacerbe de façon complémentaire au regard traditionnel du public sur les œuvres.

Lutrin tactile et olfactif du MIP. Crédit photo : Muriel Molinier, 2017.

1. Pouvez-vous nous parler de votre approche de la médiation et de ses dérivés : médiation culturelle, sensorielle, sensible ?

Pour moi, il n’est pas tant question de « dérivés » que de médiation elle-même, dans le sens où la médiation est forcément un entre-deux, un face à face qui fait appel au sensible.

Le mot médiation a d’abord été utilisé il me semble dans un sens juridique ; d’ailleurs au musée comme en matière juridique, la médiation se situe bien dans un entre-deux. Devoir arbitrer entre deux personnes suppose par ailleurs de l’écoute. En médiation culturelle, il nous faut clairement être à l’écoute, même s’il ne s’agit pas d’arbitrer un conflit. Cela nous est nécessaire pour créer les conditions qui permettront à un public de s’approprier un objet, une collection, d’échanger, de partager. Je crois qu’à partir du moment où l’on met en œuvre la médiation culturelle, le sensible et donc le sensoriel interviennent forcément.

Je sais qu’aujourd’hui dans le package « médiation culturelle » est compris tout à la fois : la visite, l’audioguide, le cartel, le dispositif jeu ou autre, etc. En ce qui nous concerne dans les musées de Grasse, le service des publics, constitué majoritairement de médiateurs, prend en charge les projets, les visites à destination de tous types de public au musée ou hors les murs, l’événementiel et les dispositifs. Ce n’est pas parce que les médiateurs sont associés à la réflexion de ces dispositifs ou à la rédaction de certains cartels développés que ces outils sont de la médiation culturelle. Pour moi, il s’agit d’outils d’information, de transmission de contenus, que nous appelons « médiation intégrée ». De la même manière les activités tels que les anniversaires au musée ne sont pas des actions de médiation mais sont un bon moyen de vivre l’institution muséale autrement et de désacraliser la venue au musée. Enfin une visite guidée n’est pas forcément une action de médiation non plus. Il ne s’agit pas de créer une hiérarchie mais juste d’expliquer qu’à mon sens la médiation culturelle est une démarche très particulière, un état d’esprit singulier. Des cartels, des outils numériques, de la musique ou plus généralement des sons, de l’image, du toucher, des odeurs peuvent être des médiums. Mais se suffisent-ils à eux-mêmes ? S’agit-il de médiation culturelle ou plutôt d’outils de médiation ?

Pour moi, la médiation implique donc forcément du sensoriel et du SENS. Ou plus exactement l’action de médiation doit « faire sens »,  signifier, saisir et interpréter par soi-même. La médiation culturelle propose un questionnement, une réflexion, un cheminement, du temps… Cela implique donc une prise de parole, écrite ou orale mais aussi du silence !

Visite olfactive dans la serre du MIP. Crédit photo : Conservation des musées de Grasse,s.d.

2. Qu’en est-il alors de la mise en œuvre de la médiation culturelle au sein des musées de Grasse ?

Dans nos structures des musées de Grasse, le sensible est convoqué à tout moment. Evidemment le fait que la matière principale du MIP et des Jardins du MIP (JMIP) soit odorante et gustative facilite la démarche. En effet le MIP est conçu comme un conservatoire des savoir-faire des pratiques parfumées. Est présentée l’histoire de Grasse et de son industrie de la parfumerie ; cette histoire s’ouvre aux pratiques en général liées aux usages des odorants. Indubitablement un des outils principaux de médiation utilisé par toute l’équipe est l’olfactif. Nous sommes donc devenus des experts dans l’utilisation de cet outil de médiation, sans pour autant devenir des parfumeurs, ce qui ne correspond pas du tout à nos objectifs. Nous travaillons d’ailleurs peu avec des parfums du marché, ce d’autant plus qu’un parfum « fini » ne permet pas autant aux personnes de s’investir personnellement car il les plonge dans un référentiel connu, senti ou vu et daté.

La médiation que nous mettons en œuvre au MIP est d’abord axée sur la rencontre : la rencontre entre des personnes (public et médiateur), la rencontre avec le patrimoine, la rencontre des idées… À partir de là nous tissons des liens, donnons du sens, tentons de réfléchir et de faire réfléchir, de questionner, d’interroger, de rendre curieux. Cela peut se vivre en partant d’une expérience : sentir une odeur, goûter une matière première, etc., ou d’emblée en posant une question : que voient-ils ? Qu’observent-ils ? Un exemple dans la serre : les plantes ont des couleurs, formes, textures, odeurs : quelles sont-elles ? Sont-elles identiques ? Pourquoi le thym est plutôt au sol, composé de très petites feuilles alors qu’une autre plante aura de plus grandes feuilles ? Dans tous les cas, sans doute parce que nous utilisons volontiers et facilement des odeurs, l’émotion est au rendez-vous. Nous jouons sur ce qui nous a marqué de manière indélébile, depuis les premiers moments de la vie (un bébé commencerait à sentir et goûter vers le 6ème-7ème mois de grossesse, et dans tous les cas les 8ème et 9ème mois sont déterminants) : ce que nous appelons volontiers l’identité olfactive, nos marqueurs odorants, ce qui fait que nous nous inscrivons à un moment dans un groupe, dans une temporalité.

L’olfactif est devenu notre outil de prédilection, c’est le cœur de nos médiations dans les musées de Grasse. Toutes nos approches du patrimoine (beaux-arts à la Villa, ethnologique au MAHP, industriel au MIP…) sont majoritairement olfactives. Nous utilisons en effet assez souvent l’odorat pour créer la rencontre avec l’œuvre, pour tout type de public, par exemple face à une œuvre picturale. L’approche olfactive pour des collections beaux-arts est quotidiennement utilisée à Grasse dans nos structures et hors les murs (prison, psychiatrie). Pour certains projets de médiation spécifique, nous collaborons également avec le musée Bonnard du Cannet et le MuCEM.

Médiation olfactive du MIP à Shanghaï mai 2017. Crédit photo : Conservation des musées de Grasse, 2017.

3. Vous avez exporté votre expertise en 2015-2016 au musée du Luxembourg lors de l’exposition Fragonard. La médiation olfactive s’est-elle facilement adaptée à ce nouveau musée ? D’après vous, à quoi faut-il être attentif et quels pourraient en être les écueils ?

L’expérience menée au musée du Luxembourg durant l’exposition Fragonard 2015-2016 s’est initiée à la demande de la directrice et de la responsable de la programmation culturelle et du développement des publics. Nous avons collaboré afin de proposer une expérience olfactive mêlant confrontation à l’odeur et à l’œuvre, au sein de l’exposition. Au musée du Luxembourg, ces rencontres en public étaient nommées dans leur programmation : « La contre-visite ». Cette dénomination était drôle pour nous puisque cela faisait de nous, en quelque sorte, des anarchistes de la visite puisque nous étions dans le contre ! Quoiqu’il en soit nous nous voyons plus dans « l’entre deux » que dans « le contre ».

Pour nous, aborder la peinture (de Fragonard ou de tout autre artiste) en utilisant les odeurs était une évidence. Notre « légitimité » : Fragonard est né à Grasse, le musée du Luxembourg souhaitait donc associer Grasse et développer une médiation particulière et aborder la thématique parfum. Avec mon équipe nous avons discuté de notre intervention, et il était évident de convoquer et d’aborder les émotions, autrement dit aborder l’œuvre de Fragonard « avec ses tripes » ! Nous nous sommes rendu compte que ce n’était finalement pas une évidence pour tout le monde. Pour nous les odeurs étaient des outils pour parler de Grasse mais aussi pour permettre aux publics participant d’exprimer des émotions. Pour nos partenaires les odeurs étaient plutôt vues (pour ne pas dire senties !) comme outils illustratifs, à l’exemple des œuvres mythologiques sur lesquelles étaient présentes des roses et qui auraient pu permettre de sentir la rose…

Il a fallu de part et d’autre comprendre les attentes respectives et trouver des compromis. Nous avons donc pris le parti, ensemble, d’ajouter du discours « savant » en introduction qui rassurerait l’institution et ce afin de pouvoir tout de même inviter les participants à parler sensations et émotions. Au final après avoir éprouvé l’œuvre par ce biais, ils ont tous été en demande d’en savoir plus sur Fragonard ; c’est là où le discours savant pouvait être intégré, si nécessaire.

Pour reprendre rapidement les différentes étapes, il s’agissait tout d’abord de présenter des senteurs face auxquelles chaque personne était invitée à exprimer ses sensations, émotions et impressions ; cela permettant de créer des liens entre l’histoire personnelle et un contexte historique plus large. Puis, le public était confronté à une œuvre face à laquelle il choisissait quelques odeurs définissant selon lui l’œuvre pour « la donner à sentir » en y associant des senteurs. Enfin, chaque personne énonçait les odeurs choisies et les raisons de ses choix face à l’œuvre choisie. C’est cette dernière phase la plus intéressante pour nous car c’est à ce moment-là que les personnes s’approprient les œuvres. C’est là qu’est véritablement LE temps de la médiation au sens où la médiation est à vivre en quelque sorte comme une maïeutique de l’esprit.

Des expériences déjà vécues avec les publics, il en ressort que certains adoptent les odeurs en fonction des émotions ressenties ou des détails perçus dans l’œuvre ou de l’idée de chronologie qu’ils peuvent en avoir a priori. C’est important de le mettre en valeur car ici on interroge le public en tant que voyeur-récepteur et nous ne voyons pas tous la même chose et n’adoptons pas tous le même point de vue. Pourtant nous regardons la même œuvre. Enfin l’idée essentielle étant que tout le monde ose prendre la parole face à une œuvre. L’odeur est donc l’outil de médiation permettant d’exprimer son propre ressenti, une parole singulière qui va générer du lien entre les personnes et l’œuvre d’art, entre présent vécu et passé. Autrement dit, une expérience sensible permettant une expérience esthétique créant un lien entre sujets d’un même groupe. Cette étape est cruciale, c’est le moment où les participants parlent le plus et où l’échange est le plus intense.

Les visiteurs étaient très contents et satisfaits. Mais cela ne nous suffit pas car l’idée pour nous, en terme de médiation, n’est pas tant qu’ils soient simplement contents mais qu’ils soient conscients, curieux, interrogatifs, interpellés, questionnés… Et en cela nous sommes très contents également car cela a fonctionné : les visiteurs nous ont fait des remarques sur leur approche des musées en particulier, de la peinture et de l’art en général, sur leur rapport aux œuvres, sur la parole du visiteur face aux œuvres… D’autres types de remarques seraient peut-être à placer sur le registre des relations humaines : ils ont senti qu’une relation particulière s’était instaurée, entre eux et entre eux et nous. Il s’agit là du rapport induit par l’olfactif mais aussi par la présence humaine du médiateur, oserais-je dire « l’aura » du médiateur ?!

Une personne de la RMN1 me disait qu’elle était impressionnée du résultat, sa conclusion était à juste titre que passer par les sens permettait une meilleure proximité avec les œuvres. Cela est vrai mais il ne suffit pas de mettre de l’odeur, du son, du toucher pour que « ça marche ». Notre dialogue nous a permis de convenir que les sens, ou l’expérience sensorielle, était de très bons outils mais pas une fin en soi. Il ne faudrait pas non plus que ces outils de médiation viennent masquer un manque de fond, qu’ils ne soient qu’illustration ou deviennent des outils marketings. Dans les cas et à notre sens, nous ne serions plus dans une démarche de médiation culturelle.

Mais pour nous cette expérience nous a donnée l’occasion de faire vivre la médiation culturelle dans un « musée-RMN » car nous sommes convaincus que la transmission du patrimoine par ce biais est fondamentale. Évidemment c’était aussi l’occasion de montrer notre savoir-faire en la matière et de faire connaitre les musées de Grasse, la ville natale de J-H Fragonard. Cet exemple particulier résume l’état d’esprit dans lequel nous vivons notre rapport aux publics et aux œuvres ou objets de collection…

Détail des drops introductifs aux espaces d’exposition permanente. Crédit photo : Muriel Molinier, 2017.
  1. La Réunion des musées nationaux – Grand Palais (RMN-GP) est un établissement culturel public, placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. []

A propos Muriel Molinier

Doctorante en SIC au LERASS dans les équipes MICS (Université Toulouse III Paul Sabatier) et CERIC (Université Montpellier III Paul Valéry), j'étudie les dispositifs de médiation muséale à destination des publics fragilisés par des problématiques psychologiques, physiques et/ou sociales, ainsi que les conséquences de ces dispositifs adaptés sur leurs problématiques.

Une réflexion au sujet de « Sentir pour ressentir, la médiation olfactive au service des œuvres d’art… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *